2010 avril » Le Blog d'Ecran Noir

Eté 2010 : Le box office s’annonce plein de suites

Posté par geoffroy, le 30 avril 2010

inceptionPour la deuxième année consécutive, Ecran Noir a décidé de se prêter au jeu des pronostics autour des films les plus attendus du Box-office estival américain. Nous avons sélectionné 10 films susceptibles de « casser la baraque » aux Etats-Unis et dans une moindre mesure en France, puis nous les avons classés par ordre décroissant de succès attendu. Vu le nombre de films, nous n’avons pu nous résoudre à abandonner l’idée d’une petite liste d’outsiders. L’année dernière Ecran Noir avait cité dans cette catégorie Very Bad Trip, film qui a réalisé par la suite un score de "blockbuster" à plus de 270 millions de dollars, devenant la comédie la plus populaire de l'année.

Si chaque année nous livre son lot d’évidences, de surprises et de déceptions, il y a toujours quelques enjeux à se mettre sous la dent pour aiguiser notre curiosité. En 2010 nous aurons le droit à deux matchs et à deux interrogations.

Le premier match sera celui des suites. Qui de Iron Man 2, Shrek 4, Sex and the City 2, Toy Story 3 et Twilight 3 remportera la bataille ? Le deuxième match concernera la guerre à distance que se livre les deux grands studios d’animation américain Dreamworks et Pixar avec, pour cette saison estivale, le duel au sommet entre Shrek 4 et Toy Story 3.

Au sujet des interrogations, retenons le possible retour en grâce de Tom Cruise dans une comédie d’action après le semi-échec de MI3 (400 millions monde tout de même) et l’interrogation quant au risque financier du dernier Nolan/DiCaprio, Inception.

Classement :

1-      Iron-Man 2 de John Favreau (sortie France le 28 avril/USA le 07 mai).

USA : 400 millions de dollars

France : 3,5 millions d’entrées

2-      Shrek 4 de Mike Mitchell (sortie France le 30 juin/USA le 21 mai)

USA : 360 millions de dollars

France : 5 millions d’entrées

3-      Toy Story 3 de Lee Unkrich (sortie France le 14 juillet/USA le 18 juin)

USA : 340 millions de dollars

France : 6 millions d’entrées

4-      Twilight 3 de David Slade (sortie France le 07 juillet/USA le 02 juillet)

USA : 310 millions de dollars

France : 4 millions d’entrées

5-      Inception de Christopher Nolan (sortie France le 21 juillet/USA le 16 juillet)

USA : 225 millions de dollars

France : 3,5 millions d’entrées

6-      The A-Team (L'agence tous risques) de Joe Carnahan (sortie France le 16 juin/USA le 11 juin)

USA : 185 millions de dollars

France : 2,2 millions

7-      Sex and the City 2 de Michael Patrick King (sortie France le 2 juin/USA le 28 mai)

USA : 155 millions de dollars

France : 1,6 millions d’entrées

8-      Prince of Persia de Mike Newell (sortie France le 26 mai/USA le 28 mai)

USA : 140 millions de dollars

France : 2,4 millions d’entrées

9-      Robin des Bois de Ridley Scott (sortie France le 12 mai/USA 14 mai)

USA : 135 millions

France : 3,2 millions d’entrées

10-  Night and Day de James Mangold (sortie France le 28 juillet/USA le 25 juillet)

USA : 125 millions de dollars

France : 2,8 millions d’entrées

saltposter.jpgLes Outsiders

Salt avec Angelina Jolie (sortie France 25 le août/USA le 23 juillet). De l'action et de l'adrénaline.

Dinner for Schmucks avec Steve Carell (sortie France le 18 août/USA le 23 juillet). Le remake du Dîner de cons.

Get Him to the Greek avec Johan Hill (sortie France le 28 juillet/USA le 04 juin)

Grown Ups avec Adam Sandler (sortie France le 08 septembre/USA le 25 juin)

The Last Airbender de M. Night Shyamalan  (sortie France le 21 juillet/USA le 02 juillet)

Predators avec Adrien Brody (sortie France le 14 juillet/USA le 09 juillet)

The Sorcerer’s Apprentice avec Nicolas Cage (sortie France le 11 août/USA le 16 juillet)

Cats & Dogs avec Chris O’Donnell (sortie France le 04 août/USA le 30 juillet)

Despicable Me avec Steve Carell (sortie France le 13 octobre/USA le 09 juillet)

Piranha 3D de Alexandre Aja (sortie France le 25 août/USA le 27 août)

The Expendables de et avec Sylvester Stallone (sortie France le 18 août/USA le 13 août)

The Other Guys avec Will Ferrell (sortie France le 06 octobre/USA le 06 août)

The Karate Kid avec Jackie Chan (sortie France le 18 août/USA le 11 juin)

Cannes 2010 : L’arbre de Julie Bertucelli et Charlotte Gainsbourg fermera le Festival

Posté par vincy, le 29 avril 2010

charlotte gainsbourg the tree l'arbreAprès de nombreuses tergiversations, les producteurs de The Tree (L'arbre) ont accepté l'honneur de clôturer le Festival de Cannes. Si la réalisatrice, Julie Bertucelli,  et l'actrice, Charlotte Gainsbourg (prix d'interprétation l'an dernier), sont françaises, le film a été tourné en Australie, adapté d'un roman d'une Australienne vivant en Angleterre ("Our Father Who Art In The Tree", de Judy Pascoe), avec un comédien néo-zélandais (Marton Csokas, alias Celeborn dans Le Seigneur des Anneaux et Charles Kingsley dans Alice au pays des merveilles) et un autre canado-australien (Aden Young).

Il s'agit de l'histoire d'une fillette australienne de dix ans prénommée Simone qui relate la mort de son père à laquelle sa mère, ses trois frères et elle doivent faire face. Choquée par le deuil, Simone entend la voix de son père surgir du tréfonds d'un arbre, un secret qu'elle décide de partager avec sa mère.

Julie Bertucelli, 42 ans, a été assistante réalisatrice de René Féret (Promenades d'été), Bertrand Tavernier (L'appât, Ours d'or à Berlin), Krzysztof Kieslowski (Trois couleurs : bleu, Lion d'or à Venise et Trois couleurs : blanc) avant de passer elle-même à la réalisation avec Depuis qu'Otar est parti... en 2002. Elle obtiendra le Grand prix de la Semaine de la critique et le Rail d'or à Cannes, mais aussi le César de la meilleure première oeuvre et une nomination comme meilleur réalisateur aux European Film Awards.

Le cinéma russe dans la tourmente

Posté par vincy, le 28 avril 2010

soleil trompeur 2Nikita Mikhalkov a déclenché une tempête en Russie avec la sortie de Soleil Trompeur 2, qui sera en compétition au prochain Festival de Cannes. Il est accusé de s'approprier tous les pouvoirs et de ne plus se soucier des conflits d'intérêt que cela entraîne. Aussi un grand nombre de cinéastes ont quitté, en signe de protestation, l'Union des cinéastes russes que préside Mikhalkov. Parmi eux, on note Alexei Gurman, Alexandre Sokourov, Andreï Popov, Daniil Dondoureï ou encore le directeur du Musée du cinéma de Moscou. Au total, il y aurait une centaines de personnalités qui dénonce le "style totalitaire" de leur Président. Une pétition publiée sur Internet le 8 avril affirme que "la discussion libre, la diversité des opinions, l'esprit de liberté et de démocratie ont quitté les murs de notre Union depuis longtemps", tous révoltés par le faux patriotisme et la servilité qui dominent désormais cette Union. Les signataires pensent  faire sécession en créant leur propre alliance, dissidente.

Mikhalkov, proche du premier ministre Vladimir Poutine, cumule, à leurs yeux trop de fonctions ; outre la direction de l'Union depuis 1998, il est président du Fonds russe de la culture, membre du Conseil présidentiel, membre du conseil civil du Ministère de la Défense. Surtout, il est devenu expert en financement public pour ses propres films, dont Soleil Trompeur 2. Sa société de production a été choisie avec seulement sept autres (sur 400!) pour s'accaparer 4/5e des fonds accordés par l'Etat au cinéma (environ  50 millions d'euros). Avec 6,5 millions d'euros chacune, elles doivent s'engager à produire trois films par an, selon des critères spécifiques (humanisme, patriotisme...). Sokourov, interrogé par Le Monde, râle que "les subventions ne vont qu'aux personnes appartenant au cercle de Mikhalkov."

Les aides ne transitent plus qu'à travers le Fonds de soutien économique et social, où l'acteur-réalisateur-producteur a une position dominatrice, au détriment d'un Ministère de la Culture de plus en plus impuissant. Ce fonds n'investit désormais que dans des films de qualité, correspondant aux intérêts nationaux. "On n'aime pas la quête obsédée de l'ennemi intérieur et l'expulsion des insoumis" est-il écrit dans la pétition. Plus largement, cette révolte se dirige contre la réforme du système de subventions nationale. Beaucoup subissent la suppression d'aides publiques qui les empêchent de pouvoir réaliser leurs films.

La réforme exige dorénavant que les financements publics ne se limitent qu'aux compagnies produisant des films à succès, au contenu davantage patriotique. Parmi les critères de sélection, il y a la rentabilité de la société, les prix reçus dans les festivals, ...  Comme par hasard, Mikhalkov répond à ses exigences.

Les cinéastes dénoncent tout la gangrène d'un système qui souffre de commissions occultes (corruption de fonctionnaires, subventions gonflant les budgets) et de problèmes de distribution pour le cinéma national (piratage notamment). La moitié des films réalisés l'an dernier n'est  jamais sorti dans les salles. Les exploitants ne veulent pas faire preuve de transparence sur le nombre réel d'entrées, grugeant ainsi les producteurs de 25 à 40% des recettes. Mais le gouvernement de Vladimir Poutine a surtout décidé de faire du cinéma russe, comme à la grande époque du cinéma soviétique, un instrument de propagande à son service.

Poutine a ainsi permit de rénover 1 500 salles et la production d'une centaine de films par an. Mais il ne cache pas qu'il veut surtout voir des films commercialement intéressant, aussi bien en Russie qu'à l'étranger. Manière de critiquer la médiocrité du cinéma russe actuel dans un pays qui a connu une hausse de 12% de sa fréquentation en 2009 (avec 139 millions de spectateurs, il s'agit du quatrième marché européen), mais aussi une baisse de 11% ds recettes (735 millions de $). La part de marché des films russes ne s'élève qu'à 25%.

Soleil Trompeur 2 était censé être un sauveur face à un Hollywood envahissant. Sorti en Russie le week-end dernier afin de coïncider avec la commémoration de l'Armistice de 1945, il a coûté 55 millions de $ (un record dans ce pays), principalement financé par les fonds alloués à la célébration de ce 65e anniversaire. Malin. Film à la gloire de Staline, les critiques l'ont incendié. Et malgré ses 1 000 copies, il n'a récolté que 3,7 millions de $ au box office. Un score très faible (trois à cinq fois moins qu'un blockbuster hollywoodien) par rapport aux attentes (le distributeur espérait un box office final aux alentours de 20 millions de $). D'autant que, pour élargir l'audience, les billets sont bradés.

Il reste à attendre l'accueil cannois pour être fixé sur cette oeuvre. Surtout, l'ambiance au Pavillon Russe sera une bonne manière de voir si le cinéma Russe est redevenu soviétique ... ou s'il maintient un semblant d'apparence démocratique.

Cannes 2010 : la sélection « classe » de Cannes Classics

Posté par vincy, le 27 avril 2010

Copies restaurées, films légendaires de la Croisette, cinéastes injustement oubliés, Cannes Classics présente cette année des grands films, tous genres confondus, mais aussi des portraits de grands noms du cinéma.

- Le Baiser de la femme-araignée (Etats-Unis / Brésil, 120’) d’Hector Babenco, (Prix d’interprétation masculine – Cannes – 1985). Copie restaurées, en présence de l’équipe du film à l’occasion de son 25e anniversaire. Le film prochainement ressort en France (Carlotta Films).

- Tristana (Espagne/France/Italie, 99’ 1970) de Luis Buñuel, sélectionné à Cannes en 1970, sera projeté dans le cadre d’une célébration du cinéma espagnol. Le film sera présenté par Pedro Almodovar.

- La Bataille du Rail (France, 1946, 82’) de René Clément, Prix du Jury en 1946, restaurée par l’INA et Full Images, sera projetée en présence de Mme. Johanna Clément.

- La campagne de Cicéron (France, 111’, 1989) de Jacques Davila, décédé en 1991 en présence de l’équipe du film, reconstituée pour l’occasion. Le film ressort en DVD chez Carlotta.

- Le grand amour (France, 87’), en compétition à Cannes en 1969, réalisé et présenté par Pierre Etaix.

- Psychose (Etats-Unis, 109’, 1960) d’Alfred Hitchcock. Copie restaurée par Universal Pictures et Audionamix. A noter que le film fait l’objet d’une restauration/reconstruction de la bande-son.

- African Queen (Etats-Unis / Royaume-Uni, 105’, 1951) de John Huston. Copie restaurée, parrainée par Angelica Huston.

- Au petit bonheur (France, 102’, 1946) de Marcel L’Herbier. Copie restaurée.

- Boudu sauvé des eaux (France, 85’, 1932) de Jean Renoir, une restauration présentée par Pathé dans une version inédite qui réintègre une scène coupée à l’époque. Copie restaurée par la Cinémathèque de Bologne.

- Le Tambour (Allemagne, 140’) de Volker Schlöndorff, Palme d’Or en 1979, restaurée et remontée par Kinowelt dans une « director’s cut » présentée par l’auteur.

- La 317e section (France, 94’), Prix du Scénario en 1965, copie restauré, en présence de son réalisateur Pierre Schoendoerffer et du
Président de la Cinémathèque Costa-Gavras.

- Les Ruines (Inde, 102’) réalisé en 1983 par Mrinal Sen, doyen du cinéma indien qui sera présent à la projection.

- Le Guépard (Italie, 185’, 1963) de Luchino Visconti, Palme d’Or en 1963. Restauré en association avec la Cinémathèque de Bologne

La World Cinema Foundation, fondée à Cannes par Martin Scorsese en 2007, présente : La Flute de roseau d’Ermek Shinarbaev, (Kazakhstan, 96’, 1989), Deux filles dans la rue d’André de Toth (Hongrie, 85’, 1939,) et Une rivière nommé Titash de Ritwik Ghatak (Inde, 158’, 1973). Les copies ont été restaurées par la Cinémathèque de Bologne / l’Immagine Ritrovata.

Côté documentaires, on appréciera Hollywood Don't Surf (Etats-Unis, 2010, 85’) de Greg MacGillivray, avec des témoignages, entre autres, de John Milius et de Steven Spielberg ; Cameraman : The Life and Work of John Cardiff (Royaume-Uni, 2010, 90’) de Craig McCall ; ... Mais le cinéma reste ma maîtresse (Suède, 2010, 66’) de Stig Bjorkman, edeuxième volet d’images inédites de - et par - Bergman, document produit par l’Ingmar Bergman Foundation. Et Toscan d’Isabelle Partiot-Pieri (France, 2010, 90’) brillant « autoportrait
posthume » de Daniel Toscan du Plantier, producteur français, disparu en 2003.

_______

(avec communiqué de presse du festival de Cannes)

Le cinéma Français obsédé par la 3D…

Posté par vincy, le 27 avril 2010

On savait que le dessin animé se piquait de 3D relief (voir article du 15 mars). Le cinéma s'y met, notamment les films visant un public familial et international. En peu de temps, de nombreuses déclarations ont confirmé le désir de passer à l'ère Avatar. Le cinéma français ne s'y prête pourtant pas facilement et "booster" un gros budget en 3D ne suffit pas à convaincre les cinéastes, malgré les recettes supplémentaires potentielles. Luc Besson l'a encore affirmé récemment, justifiant ainsi son Adèle Blanc-Sec en 2D.

Luc Jacquet (La marche de l'Empereur) réfléchit actuellement à réaliser La Fresque, son prochain film sur la naissance de l'art rupestre il y a 30 0000 ans, dans ce format. Le tournage est prévu pour l'année prochaine. Quelques documentaires pourraient aussi s'adapter à cette nouvelle forme d'écriture visuelle. Mais la fiction n'est pas en reste.

Christopher Gans a imaginé sa version de Fantômas (avec Vincent Cassel) en 3D.  Même s'il a conscience des contraintes budgétaires et techniques, il espère tourner entièrement en relief, plutôt que de le redimensionner. Le film entrerait en production début 2011.

Le quatrième Astérix (voir article du 2 février) pourrait aussi bénéficier du même traitement, afin de revitaliser la franchise. Astérix chez les Bretons, de Laurent Tirard, va, cependant, être confronté à un budget pharaonique qui pourrait l'empêcher de réaliser ce rêve.

Alain Chabat envisage lui aussi de faire passer son Marsupilami en 3D.  Ce projet en gestation depuis des années doit démarrer dans quelques mois. Imaginé en 2D, il paraîtrait aujourd'hui presque désuet tant le film se prête naturellement au relief.

Pour un film de genre comme Derrière les murs, Pascal Sid et Julien Lacombe n'ont pas hésité, quitte à enfler un peu le devis, malgré tout modeste. Pour eux l'outil permet d'intensifier les scènes d'angoisse.

Pendant ce temps, les studios hollywoodiens ont prévu une douzaine de sorties en 3D dans les salles françaises, rien qu'au second semestre.

Chéreau et Desplechin puisent leur inspiration dans la littérature et les souvenirs

Posté par vincy, le 26 avril 2010

Patrice Chéreau a jeté son dévolu sur le très beau roman de Laurent Mauvignier, Des hommes. Le livre vient de recevoir récemment le prix des libraires. Pour son seizième film, Chéreau écrit actuellement l'adaptation avec Michèle Armandi. L'histoire raconte le retour de la guerre d'Algérie de trois hommes, dans les années 60 en France. Après des années de silence, le passé ressurgit pour ces anciens combattants qui ont cru pouvoir oublier cette Guerre.

Arnaud Desplechin a opté pour Psychothérapie d'un Indien des plaines de Georges Devereux, un des fondateurs de l'ethnopsychanalyse. Sa première version de scénario est achevée. Le livre, paru en 1951, est un récit d'aventures qui suit un Indien Blackfoot vivant dans une réserven en marge de la société américaine. Il est sous l'emprise de l'esprit de ses ancêtres et souffre de troubles psychiques.

Cannes 2010 : le nouveau film de Terrence Malick n’est vraiment pas prêt

Posté par vincy, le 25 avril 2010

brad pitt the tree of life terrence malickOutre François Ozon (qui voulait l'ouverture et qui ira finalement à Venise) et Vincent Gallo (même pas à la Quinzaine), Terrence Malick sera le grand absent du 63e Festival de Cannes. Attendu sur la Croisette depuis un an, au point qu'EuropaCorp en avait acquis les droits de distribution en France au prix fort (on parle de 3 millions d'euros), The Tree of Life ne sera pas prêt dans les temps. Selon plusieurs sources, le film, tourné il y a deux ans, est finalisé à 97%. Tandis que le montage est quasiment complété, il reste à optimiser les effets visuel - qui comporte des dinosaures et semble-t-il des épisodes de la Genèse - notamment pour que la copie IMAX 70 mm soit parfaite. On connaît le perfectionnisme légendaire du cinéaste.

C'est d'autant plus un regret que les différents chanceux qui ont pu voir l'oeuvre considèrent que c'est le meilleur film de Malick depuis Badlands (La balade sauvage). Thierry Frémaux l'a confirmé lors de la conférence de presse du Festival de Cannes le 15 avril. Il aurait aimé annoncé le retour de Malick sur la Croisette, 31 ans après Les moissons du ciel (pour lequel Malick avait remporté le prix de a meilleure mise en scène). On ne pouvait que percevoir son immense déception. Les producteurs, Brad Pitt en tête, et le cinéaste ont officiellement décliné l'invitation du Festival. The Tree of Life ne sera pas prêt avant juin. Reste à savoir si le film sera présent à Venise pour son avant-première mondial, ou s'il aura les honneurs d'un autre festival comme Locarno ou Toronto.

Comme aucune date de sortie est prévue (même si on évoque le mois de novembre), il semble évident qu'il doit sortir à partir du deuxième semestre 2010 en vue des Oscars.

Depuis dix jours, les médias américains ne sont pas tendres avec la sélection cannoise, pauvre en film américain. Les stars ne manqueront pas, et Brad Pitt vient suffisamment régulièrement pour ne pas manquer aux festivaliers. L'autre star du film, Sean Penn, montera les marches pour Fair Game de Doug Liman. Mais la présence de Malick aurait rajouter du prestige à une sélection essentiellement européenne et asiatique. D'autant que Malick est rare (cinq films en 35 ans).

Il a pourtant d'ores et déjà annoncé qu'il préparait un nouveau film, avec Christian Bale, Javier Bardem et Rachel McAdam.

Palmarès du festival international du film Aventure et Découverte

Posté par Claire Fayau, le 25 avril 2010

Les "Sherpas, les véritables héros de l'Everest" ont atteint des sommets cette année à Val d'Isère où se déroulait, du 19 au 22 avril 2010, le festival international du film Aventure et Découverte . Le film de Frank Senn a remporté l'Aigle d'Or de l'Aventure (prix du jury présidé par Samuel Le Bihan), et le Grand Prix du Public.

Le Toit du monde était toujours à l'honneur avec le prix espoir CMC. "Himalaya le chemin du ciel" de Marianne Chaud  raconte la vie quotidienne d'un enfant moine.

Enfin,  après les hauteurs des montagnes , le prix de la meilleure réalisation technique revint à Gil Kebaili et sa plongée extraordinaire en Nouvelle Calédonie  intitulée "Au royaume du Nautile".

Un  palmarès entre ciel et mer incitant au dépaysement, en attendant la  15e édition du festival l'an prochain.

Cannes 2010 : chaises musicales en sélection officielle

Posté par vincy, le 24 avril 2010

Laborieusement, la sélection officielle du 63e Festival de Cannes se finalise. 8 jours après le dévoilement de l'essentiel de la programmation, et après les deux ajouts de lundi dernier, les 18 films concourant pour la Palme d'or sont enfin connus.

Comme on l'espérait,  le hongrois Kornél Mondruczó sera présent en compétition avec son nouveau film, Tender Son - The Frankenstein Project. Plus étonnant, mais ce n'est pas la première fois qu'il fait la navette entre les sélections, le film Chongqing Blues (Rizhao Chongqing) du chinois Wang Xiaoshuaï, obtient une promotion. Il était annoncé dans Un certain Regard, le voici, dorénavant, qui montra les marches du Palais.

Un Certain regard héritera du coup de deux nouveaux films. Et c'est tout aussi surprenant que Jia Zhang Ke avec I Wish I Knew remplace Xiaoshuaï. On le voyait aisément, vu sa réputation, en compétition en non pas en remplaçant son compatriote Wang Xiaoshuaï. Cela montre surtout la prépondérance des cinémas asiatiques et est-européens cette année. D'autant qu'Un Certain regard a reçu un autre ajout : Carancho, de l'argentin Pablo Trapero.

Enfin hors-compétition, en plus de Carlos, d'Assayas, nous aurons le droit à Autobiographie de Nicolae Ceau?escu, du roumain Andrei Ujic?. Le Festival se rajoute aussi une séance spéciale : Countdown to Zero, documentaire de l'américaine Lucy Walker.

Le jury a été, de son côté, bouclé avec la présence d'Alexandre Desplat, compositeur de musiques de films, et notamment celle du tant attendu Terrence Malick, ce qui confirme, de facto, la non présence du film du cinéaste. C'est la première fois, à notre connaissance, depuis 18 ans qu'un compositeur n'avait pas été membre du jury. C'est aussi la première fois depuis des années (on n'ose compter), qu'il y a aussi peu de femmes dans le jury. C'est enfin de mauvais augure pour la venue du cinéaste iranien emprisonné Jafar Panahi, officiellement invité à être juré pour l'une des sélections cannoises.

Reste que le Festival a encore une annonce à faire : le film de clôture. Les paris sont ouverts, mais les attentes sont immenses. Thierry Frémeaux, en charge des sélections, confirme avec tous ces mouvements, changements, et rajouts que c'est bien une année très difficile pour Cannes. Le Festival de Venise en profitera-t-il?

Woody a révélé le casting de son film « parisien »

Posté par vincy, le 23 avril 2010

midinghtinparis-casting.jpgAlors que son nouveau film, You Will Meet a Tall Dark Stranger, sera présenté hors-compétition à Cannes, Woody Allen a dévoilé le titre, le synopsis et le casting de son prochain film. Midnight in Paris (Minuit à Paris) sera son premier film "parisien", si l'on excepte les séquences romantiques (Montmartre, Quais de la Seine, ...) de Tout le monde dit I Love You.

Le film réunira le texan Owen Wilson, échappé des fantaisies mélancoliques Wes Anderson, la "frenchy" Marion Cotillard, la canadienne Rachel McAdams (Sherlock Holmes), la sudiste et imposante Kathy Bates (Titanic, Misery), le britannique Michael Sheen (The Queen, Twilight 2), la jeune américaine Nina Arianda, le jeune anglais Tom Hiddleston (la série TV Wallander, et bientôt dans Thor), et aussi Corey Stoll, Mimi Kennedy et Kurt Fuller.

On doit y ajouter a présence de Carla Bruni (présentée sans le nom de Sarkozy, sans doute pour des raisons protocolaires). Sa participation, annoncée en novembre avait été jugée hypothétique à cause de son éventuel agenda surchargé. Allen avait été reçu à l'Elysée lorsqu'il avait reçu les accords de principes du Ministère de la Culture pour faciliter la production de son projet. Notons que Carla Bruni est la soeur de la comédienne (et la seule à pouvoir être considérée comme telle dans la famille) Valéria Bruni-Tedeschi. Chiara Mastroianni l'avait incarnée dans Il est plus facile pour un chameau..., premier film, très autobiographique, de Valéria. Carla Bruni a déjà été présente au cinéma devant la caméra, jouant son propre rôle, dans Prêt-à-Porter, Catwalk ou Paparazzi.

Midnight in Paris sera tourné cet été dans la capitale parisienne. La comédie romantique suivra une famille américaine qui voyage dans la Ville Lumière pour des raisons professionnelles. Cette famille fera la connaissance d'un jeune couple de fiancés qui transformera leur périple dans la cité. Le film sera aussi une déclaration d'amour d'un jeune homme à la métropole. Woody Allen ajoute qu'il s'agira, à travers ce scénario, de montrer comment les gens s'illusionnent en croyant que la vie des autres est meilleure que la sienne."