Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 31

 
Rushmore


USA / 1998

17.11.99
 



IL EST LIBRE MAX





"- Je ne savais pas que nous allions dîner...
- C'est parce que vous n'étiez pas invité...
"

Ingrat avec les ringards? Drôle et amer. Cruel et intelligent. Rushmore est fidèle à l'esprit des adolescents, version américains. L'intello est un ringard au physique ingrat. Mais ici tout le monde en prend pour son grade.
Nous sommes dans une comédie à l'humour noir où l'apothéose est le succès d'une pièce de théâtre spectaculaire mais amateure (ça rappelle Dead Poets Society). Rushmore est un croisement de plusieurs films. Good Will Hunting avec une absurde tasse de thé. "Le Petit Lord Fantleroy" aux USA. Welcome to the Dollhouse en version light. Et donc, Le Cercle des poètes disparus en option parodique. Mais le film dont il se rapproche le plus est bien The Graduate, tant par sa thématique que par son personnage principal.
Ironie du sort, et preuve du conservatisme ambiant, Dustin et Bancroft passaient à l'acte il y a 30 ans. Aujourd'hui à peine un baiser chaste sur un air d'Yves Montand (qui succède à Boyer et Piaf cette année dans le registre patrimoine français pillé par Hollywood). Rushmore ne marquera pas son époque comme The Graduate l'avait fait. Cependant la comédie est plus que critique et un brin cynique. Réjouissant quoi.
Avec quelques séquences hilarantes ponctuant le film, un Bill Murray en grande forme, et un script qui ne quitte pas des yeux son intello à lunettes, Rushmore fait rire avec une histoire pas trop convenue, et des personnages "jubilatoires". En fait le miracle du film tient en son personnage principal (un caractère curieux et loser, bref l'anti héros américain) et surtout en son acteur - Jason Schwartzman. Une véritable révélation qui risque de longtemps lui coller au blaser british...
Sympathique triangle amoureux, Rushmore est plus original que la moyenne américaine actuelle, sans abuser du look pré-formaté hollywoodien; le divertissement est réussi. Au final, dans sa forme, comme dans le fond, dans sa pseudo-rebellion comme dans cette volonté de nous distraire, Rushmore est à rapprocher de Ferris Bueller. Ce qui en fera certainement un film culte.
 
vincy

 
 
 
 

haut