[On va tous au cinéma] Mourir peut attendre (11 novembre)

Posté par redaction, le 26 juin 2020

Le pitch: James Bond a quitté les services secrets et coule des jours heureux en Jamaïque. Mais sa tranquillité est de courte durée car son vieil ami Felix Leiter de la CIA débarque pour solliciter son aide : il s'agit de sauver un scientifique qui vient d'être kidnappé. Mais la mission se révèle bien plus dangereuse que prévu et Bond se retrouve aux trousses d'un mystérieux ennemi détenant de redoutables armes technologiques…

Le cast: Réalisé par Cary Joji Fukunaga, avec Daniel Craig, Rami Malek, Léa Seydoux, Lashana Lynch, Ben Wishaw, Naomie Harris, Ralph Fiennes, Christoph Waltz, Jeffrey Wright, Ana de Armas.

L'atout: On l'aura attendu ce James Bond. Tournage reporté, réalisateur changé sur le fil, scénario modifié (Craig voulait mourir sans attendre), sortie plusieurs fois décalée: le dernier tour de piste de Daniel Craig en 007 a finalement été le premier blockbuster à se retirer du jeu au printemps pour viser l'automne pour cause de coronavirus. Vu le faible nombre de films d'action cette année, ce devrait être un carton, surtout avec la promesse des adieux de Craig. Nul ne doute que ce sera le carton de fin d'année.

7 films pour survivre au confinement (partie 5)

Posté par wyzman, le 4 mai 2020

Pour ne pas sombrer dans l’ennui pendant ce confinement, la rédaction d’Ecran Noir vous propose toutes les semaines une sélection de 7 films disponibles en VOD. L’occasion de redécouvrir des pépites oubliées ou de prendre de belles claques !

Buried de Rodrigo Cortes (Netflix)

Claustrophobes s’abstenir. Dans le genre confinement, c’est un peu la séquence de Kill Bill (Uma Thurman six pieds sous terre) puissance long métrage. Ryan Reynolds est coincé entre quatre planches et ça sent le sapin. Manuel de survie pour les nuls (et sans prise de kung fu salvatrice), le film nous rassure presque sur notre situation actuelle. Entre quatre murs, c’est quand même plus respirable.

Battle Royale de Kinji Fukasaku (Universciné)

En cette période de confinement on rêve tous de se retrouver sur une île avec ses amis, au Japon ça va tourner au cauchemar pour une classe de lycéens. Ils s'y retrouvent confinés avec des zones interdites qui changent selon le moment, un collier explosif autour du cou menace de vous arracher la tête si vous ne suivez pas les règles : tuer ou être tué, en moins de trois jours il ne devra rester qu'un dernier survivant.

Conversation secrète de Francis Ford Coppola (La Cinetek)

On pense de plus en plus à géolocaliser les personnes infectées par le Covid-19. Et ainsi surveiller tous leurs déplacements. Dans ce thriller psychologique troublant, avec un Gene Hackman aussi paranoïaque qu’obsessionnel, on comprend vite à quel point l’intrusion dans la vie privée est source d’emmerdes, quand ça ne mène pas tout simplement à la folie.

La planète sauvage de René Laloux (Arte Boutique)

L'univers visuel de Roland Topor prend vie dans cette adaptation libre du roman Oms en série de Stefan Wul qui raconte comment une espèce d'humanoïdes bleus aux yeux rouges mesurant douze mètres de haut pourchasse et extermine une autre espèce, les Oms, perçus au mieux comme des animaux de compagnie, au pire comme des créatures nuisibles. Avec ce premier long métrage tantôt onirique, tantôt cauchemardesque, René Laloux nous tend un miroir souvent dérangeant, et nous interroge sur nos propres pratiques face aux espèces que nous ne jugeons pas aussi évoluées que nous.

Nausicaä de la vallée du vent de Hayao Miyazaki (Netflix)

Dans un futur post-apocalyptique, les survivants sont menacés par une forêt toxique qui ne cesse de s'étendre. Mais Nausicaä, capable de communiquer avec tous les êtres vivants, comprend peu à peu que seule l'harmonie entre les espèces pourra sauver l'humanité. Et si le confinement était l'occasion de revoir tous les films de Miyazaki ? En commençant par ce grand conte environnementaliste moins connu que Mon voisin Totoro, ou le Voyage de Chihiro, mais pourtant tout aussi poétique et puissant.

The Blind Side de John Lee Hancock (Netflix)

Confinés ou pas, rien ne nous empêche de rêver. Basé sur l’histoire vraie d’un adolescent Noir pauvre qui finit par être adopté par une famille blanche et aisée qui lui donne les clés pour sortir du diplômé du lycée et se lancer dans une carrière sportive, The Blind Side vaut pour les interactions particulièrement émouvantes de Sandra Bullock et Quinton Aaron, les deux stars du film.

The Lighthouse de Robert Eggers (Prime Video)

Qui aurait pu prévoir que caster Willem Dafoe et Robert Pattinson dans les rôles de deux gardiens de phares d’une île mystérieuse et reculée de Nouvelle-Angleterre dans les années 1890 donnerait naissance au meilleur film de l’an dernier ? Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, The Lighthouse est une expérience sensorielle sans pareille. Promis, vous n’en sortirez pas indemnes.

Tunnel de Kim Seong-hun (France.tv)

Il y a eu un effondrement de roches sur votre voiture en passant sous le tunnel d'une montagne. Là où vous êtes bloqué c'est hors d'accès pour une arrivée des secours rapides, votre téléphone devient inutile, combien de temps il serait possible de survivre ? Pendant ce temps les autorités improvisent pour gérer la situation, c'est à dire surtout essayer de se valoriser dans les médias alors qu'on est incompétent pour prendre en charge cette crise, plus les jours passent et plus il y a risques de mort... Toute similitude avec un gouvernement bien connu serait-elle fortuite ?

Et si on binge-watchait… Elite sur Netflix

Posté par wyzman, le 14 avril 2020

En attendant le 11 mai, Ecran Noir vous propose de (re)découvrir certaines séries passées ou encore sur vos écrans. Et parce que cette période de confinement s’accompagne pour beaucoup d’entre nous d’une hausse de la créativité au moment de faire des nudes, on ne peut que leur recommander de jeter un coup d’oeil à Elite.

C’est le mix réussi de Gossip Girl et How to Get Away with Murder. Avant même son lancement en octobre 2018, l’arrivée d’Elite sur le géant du streaming était accompagnée d’un léger parfum d’interdit. Créée par Dario Madrona et Carlos Montero, Elite met en scène la rentrée de trois étudiants de la classe populaire espagnols à Las Encinas, l’école la plus huppée du pays, après que leur lycée d'origine s’est effondré. S’ils tentent comme ils peuvent de s’intégrer, Samuel, Nadia et Christian ne cessent d’être méprisés par leurs camarades, tous issus de l’élite. Mais les choses deviennent passionnantes lorsque le corps de Marina, une élève de Las Encinas, est retrouvé sans vie. Cela ne vous rappelle rien ? Gossip Girl et How to Get Away with Murder bien sûr !

Elite emprunte à la première l’ensemble de ses codes esthétiques : l’uniforme des élèves, la mise en scène de cliques propres aux années lycée, l’utilisation d’espaces luxueux pour donner vie aux personnages et enfin une bande-son des plus contemporaines ! Aya Nakamura, MHD, Rosalia, AaRON, Swedish House Mafia, The Kills, CHVRCHES, Charli XCX et Asaf Avidan sont autant d'artistes présents dessus. Au niveau du scénario, les rôles d’outsiders occupés par Dan et Jenny Humphrey dans l’Upper East Side reviennent à par Samuel, Nadia et Christian. Quant à How to Get Away with Murder, il est évident qu’elle a donné beaucoup d’idées aux créateurs. De l’arme du crime de la saison 1 à la solidarité de la saison 3 en passant par les flash-backs à outrance de la saison 2, Elite a tout d’un HTGAWM pour adolescents hispaniques au premier abord.

C’est une série à ne pas mettre devant les yeux de tout le monde. Depuis les lancements de House Of Cards et Orange Is the New Black en 2013, nous le savons : Netflix tend à représenter le plus de personnes possibles dans ses productions originales. Et comme l’adolescence va de pair avec la quête d’identité — notamment sexuelle —, vous ne serez pas surpris de trouver dans Elite des personnages hétérosexuels, homosexuels et bisexuels. Il se murmure même que les saisons 4 et 5 (si celles-ci sont produites et mettent en scène un nouveau casting) devraient accueillir un personnage transgenre.

Les scènes de sexe et d’euphorie collective sont devenues la marque de fabrique de la série. Mais ce serait oublier son intrigue principale : la mort d’une lycéenne. Et en nous présentant les relations de ces futurs adultes sans prendre de gant, Elite en dit long sur les rapports qu’entretiennent les ados d’aujourd’hui. Peut-être même plus que n’importe quel teen soap avant lui. Les notions de bien et de mal, de moralité et de sacrifice ainsi que celles d’honneur et de culpabilité sont explorées avec une minutie toute particulière et parfois éreintante. Car il se passe dans Elite ce qu’il se passe souvent dans le monde réel : la culpabilité ronge mais ne s’accompagne pas nécessairement d’un soulagement pour les familles de victimes. Sous ses airs de série pour ados un peu trop vernie, Elite se révèle bien plus complexe et humaine.

C’est un programme qui a une fin. On le sait, de nombreuses séries sont annulées sans que les scénaristes aient eu le temps de rédiger une véritable conclusion. De Hannibal à Devious Maids en passant par The Family ou encore Kyle XY, les exemples sont nombreux. Mais avec Elite, les choses sont différentes. Si Gossip Girl et Veronica Mars se sont royalement vautrées au moment où leurs personnages sont entrés à l’université, Elite se concentre activement sur les dernières années de lycée d’étudiants particulièrement créatifs et malins. C’est parce que celle-ci dispose d’une fin des plus satisfaisantes (voir l’épilogue de la saison 3 en ligne depuis le 13 mars) que l’on ne peut que vous la présenter pour ce qu’elle est : un programme sexy et savoureux. Et si le casting venait à vous manquer, n’oubliez pas que tous les acteurs et actrices du programme sont sur Instagram — l’occasion de poursuivre l’exploration du corps de certain.e.s !

Elite, l’intégrale disponible sur Netflix ici.

HBO et Adam McKay adaptent Parasite de Bong Joon-ho en mini-série

Posté par wyzman, le 11 janvier 2020

Si l'on en croit les informations de Variety, HBO prépare une mini-série adaptée du film sud-coréen Parasite.

Une production de qualité

Plus qu'un simple projet, HBO serait actuellement en pourparlers avec le réalisateur du film Bong Joon-ho et Adam McKay (The Big Short, Vice) afin qu'ils deviennent producteurs exécutifs du projet. Cela étant, le mystère reste totale sur la diégèse même ce cette adaptation : s'agira-t-il d'un remake du film en anglais ou d'une sorte de spin-off ?

Bien que cela surprenne, un tel projet était pourtant à prévoir tant le parcours de Parasite semble sans faille. En effet, après la Palme d'or et le Prix de l'AFCAE à Cannes en mai dernier, le drame a reçu le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère dimanche dernier, battant ainsi L'Adieu du Lulu Wang, Douleur et Gloire de Pedro Almodovar, Les Misérables de Ladj Ly et Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma. Dès lundi, nous découvrirons si Parasite fait partie des nommés dans la catégorie meilleur film en langue étrangère aux Oscars et pourquoi pas carrément meilleur film.

Pour rappel, Parasite raconte avec brio comment les membres de la famille Kim s'infiltrent dans la vie domestique des riches Park. Parasite est le septième long métrage de Bong Joon-ho, après Barking Dogs Never Bite (2000), Memories of Murder (2003), The Host (2006), Mother (2009), Snowpiercer (2013) et Okja (2017).

Si Adam McKay a ces jours-ci toute l'attention de HBO, c'est sans doute parce que la série qu'il produit Succession a été sacrée meilleur drame aux Golden Globes tandis que Queens (qu'il a aussi produit) pourrait permettre à Jennifer Lopez de décrocher une nomination aux Oscars dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle. Après avoir signé un contrat d'exclusivité avec HBO pour 5 ans, le diffuseur de Game Of Thrones, True Detective et Chernobyl a mis en chantier sa mini-série centrée sur l'affaire Jeffrey Epstein. Enfin, Showtime vient de commander sa prochaine série Lakers !

Berlinale 2020 : Jeremy Irons président du jury de la 70e édition du festival

Posté par wyzman, le 11 janvier 2020

L'information est tombée plus tôt cette semaine : la direction du festival de la Berlinale a confié la présidence de son jury à Jeremy Irons pour son édition anniversaire très attendue.

Des organisateurs ravis

"Les personnages emblématiques que Jeremy Irons a incarnés et son style inimitable m'ont accompagné dans mon parcours cinématographique et m'ont fait prendre conscience de la complexité de la nature humaine. J'apprécie Jeremy Irons en tant que personne aussi bien qu'en tant qu'artiste et je suis fier de l'accueillir en tant que président du jury pour la 70e édition de la Berlinale", a déclaré Carlo Chatrian, directeur artistique de la Berlinale dans un communiqué de presse.

De son côté, Jeremy Irons ne cache pas sa joie : "Je suis très heureux et honoré d'assumer le rôle de président du jury de la Berlinale 2020 - un festival que j'admire depuis longtemps et que j'ai toujours eu plaisir à visiter. Être à Berlin pour le festival est un plaisir particulier pour moi : Cela me donne non seulement l'occasion de revenir dans cette grande ville, mais aussi de regarder les films sélectionnés et de discuter de leurs mérites avec mes collègues jurés".
Figure majeure du cinéma contemporains et du théâtre classique, Jeremy Irons a déjà convaincu le public et la critique dans des productions internationales. Sa filmographie comprend des collaborations avec David Lynch (Inland Empire, 2006), Ridley Scott (Kingdom of Heaven, 2005), Volker Schlöndorff (Un amour de Swann, 1984), Louis Malle (Damage, 1992), Bernardo Bertolucci (Stealing Beauty, 1996) et bien d'autres.
En 2011, Jeremy Irons foulait pour la première fois le tapis de la Berlinale grâce au film en compétition Margin Call de J.C. Chandor. L'acteur y est revenu en 2013 avec Un train de nuit pour Lisbonne de Bille August, que la Berlinale a présenté hors compétition dans le cadre du Concours. Pour rappel, c'est en 1981 et grâce à son rôle principal dans la série Brideshead Revisited et le drame victorien The French Lieutenant's Woman (1981) de Karel Reisz que Jeremy Irons accède à une gloire quasi-immédiate.. Avant cela, il était surtout connu comme acteur de théâtre, notamment dans le West End de Londres.
Depuis, Jeremy Irons a reçu de nombreux prix pour ses performances cinématographiques. Pour son interprétation du rôle de Claus von Bülow dans Reversal of Fortune de Barbet Schroeder, il a reçu le Golden Globe et l'Oscar du meilleur acteur dans un rôle principal en 1991. Il a également reçu un Golden Globe en 2006, en tant que meilleur acteur dans un second rôle pour la série Elizabeth I. En 2002, il a reçu un César d'honneur pour l'œuvre de sa vie. Depuis quelques semaines, on peut le retrouver dans la peau du personnage Ozymandias dans la série Watchmen de HBO.

[2019 dans le rétro] Des films boostés par des chansons inattendues

Posté par wyzman, le 5 janvier 2020

Cette année encore, la musique s’est avérée être un atout de taille au moment de sublimer le cinéma. Que les titres utilisés aient été pensés dès l’écriture du scénario ou plus tard en post-production, les morceaux qui suivent ont rythmé une année ciné particulièrement riche.

« F— Tha Police » des N.W.A (Us)

Nous avons eu différentes occasions de vous explique pourquoi Us est l’un des meilleurs films de l’année et la musique intégrée au film de Jordan Peele n’est qu’une énième raison qui atteste sa qualité. Dans le thriller horrifique, alors qu’Elisabeth Moss et Tim Heidecker sont sur le point d’être achevés par leurs propres doubles, ils font appel à un assistant vocal du nom d’Ophelia (un ersatz de Siri chez Apple et Alexa chez Amazon pour composer le numéro de la police. Résultat : Ophelia balance dans les enceintes de la maison « — The Police » du groupe N.W.A. Preuve s’il en fallait une que Jordan Peele sait nous surprendre dans n’importe quelle situation.

« Being Alive » reprise par Adam Driver (Marriage Story)

Centré sur les raisons qui poussent deux individus à se séparer, Mariage Story est une longue descente en enfer. Par chance, Noah Baumbach a eu la bonne idée d’offrir à Adam Driver (l’époux de Scarlett Johansson dans le film) un monologue musical d’anthologie. En interprétant « Being Alive » dans cette production Netflix, l’acteur de 36 ans surprend comme rarement.

« Glasgow » chantée par Jessie Buckley (Wild Rose)

Présenté au public comme le digne successeur d’A Star Is Born, Wild Rose était l’occasion pour le public de découvrir une actrice aux multiples talents : Jessie Buckley. Du haut de ses 30 ans, cette Irlandaise s’est fait remarquée en 2008 en intégrant le jeu de télé-réalité I’d Do Anything sur la BBC. Après des apparitions dans Taboo, Chernobyl et Fargo, il était temps qu’elle décroche son grand moment !

« Song of a Lovin’ Man » des Buchanan Brothers (Once Upon A Time… in Hollywood)

Les séquences musicales ont beau être nombreuses dans le film de Quentin Tarantino, force est de reconnaître que certaines valent davantage le détour. C’est notamment le cas de ce passage très attendu au cours duquel Sharon Tate (jouée par Margot Robbie) pénètre dans l’un des manoirs Playboy. A contre-pied des mises en scène possibles, Tarantino offre à l’actrice une piste de danse parfaite pour s’amuser et exprimer pleinement liberté et innocence. Un comble !

« Criminal » de Fiona Apple (Hustlers)

Loin d’être le passage musical le plus évident de cette année, force est de reconnaître que l’intégration du morceau à l’intérieur même de l’une des meilleures surprises de 2019 aurait de quoi rendre certains artistes jaloux. En effet, très tôt dans le film de Lorene Scafaria, Jennifer Lopez offre une chorégraphie des plus équivoques à des clients surexcités. Et si le moment est important dans la diérèse de Hustlers, c’est précisément parce qu’en parallèle, Dorothy/Destiny prend pleinement conscience du pouvoir dont on peut disposer lorsque l’on se connaît et que l’on connaît son corps. Bref, une scène très importante !

« Lost in the Woods » chantée par Jonathan Groff (La Reine des Neiges 2)

Nombreux sont ceux à trouver que la magie s’en est trop vite allée dans ce second second opus de La Reine des Neiges. Cela étant, film réalisé par Chris Buck et Jennifer Lee dispose de l’un des passages musicaux les plus originaux de l’année. Alors qu’il cherche Anna dans la forêt, Kristoff a un moment d’introspection brillamment mis en scène grâce à une esthétique particulièrement rétro digne d’un clip de MTV à la fin des années 1980. Sympathique ballade interprétée par Jonathan Groff, « Lost in the Woods » demeure toujours aussi fun une fois reprise par le groupe Weezer.

Mentions spéciales : Rocketman, Le Roi Lion et Joker. Nous ne les avons pas oubliés, nous avons juste été incapables de choisir une séquence plutôt qu’une autre…

Emmy Awards 2019 : Game of Thrones et Fleabag gagnent gros

Posté par wyzman, le 23 septembre 2019

Hier soir, Game Of Thrones nous a offert un dernier tour de force lors des Emmy Awards. En tête des nominations cette année, la série créée par David Benioff et D. B. Weiss est repartie par la très grande porte en remportant le prix de la meilleure série dramatique pour la quatrième année. Peter Dinklage, l'interprète de Tyrion, est quant à lui reparti avec sa quatrième statuette de meilleur acteur dans un second rôle de série dramatique. L'occasion pour HBO, qui diffusait la série, de se frotter les mains une dernière fois. La chaîne câblée termine la course avec 34 prix cette année tandis que sa grande concurrente, Netflix, s'en sort avec 27 récompenses. Viennent ensuite Amazon (15 trophées) et NatGeo (8 trophées).

On retiendra également le sacre de dernière minute de Fleabag (meilleure série comique et meilleure actrice comique pour Phoebe Waller-Bridge) ainsi que celui de Billy Porter, véritable héros de la série Pose, récompensé du prix du meilleur acteur dans une série dramatique. Cette 71e édition des Emmy Awards aura été marquée par les revanches de Jharrel Jerome (When They See Us) et Michelle Williams (Fosse/Verdon) tous deux impressionnants dans leur mini-série respective.

Pour rappel, malgré "seulement" 12 récompenses, Game Of Thrones dominait les nominations avec pas moins de 32 mentions. Jusque-là, le record était détenue par NYPD Blue et ses 27 mentions reçues en 1994. Grâce aux Creative Emmy Awards remis la semaine dernière, le hit de HBO avait déjà remporté 10 statuettes auxquelles ce sont ajoutées les deux d'hier soir. Le dernier mastodonte de HBO aura explosé le records de récompenses reçues en un seule soirée à trois reprises (12 Emmy Awards en 2015, 2016 et 2019). Le programme a tiré sa révérence le 19 mai dernier devant 13,6 millions d'Américains.

Série dramatique

Better Call Saul (AMC)
Bodyguard (Netflix)
Game of Thrones (HBO)
Killing Eve (AMC/BBC America)
Ozark (Netflix)
Pose (FX)
Succession (HBO)
This Is Us (NBC)

Série comique

Barry (HBO)
Fleabag (Amazon Prime)
The Good Place (NBC)
The Marvelous Mrs. Maisel (Amazon Prime)
Russian Doll (Netflix)
Schitt’s Creek (Pop)
Veep (HBO)

Mini-série

Chernobyl (HBO)
Escape at Dannemora (Showtime)
Fosse/Verdon (FX)
Sharp Objects (HBO)
When They See Us (Netflix)

Téléfilm

Black Mirror: Bandersnatch (Netflix)
Brexit (HBO)
Deadwood: The Movie (HBO)
King Lear (Amazon Prime)
My Dinner with Herve (HBO)

Meilleur acteur dans une série dramatique

Jason Bateman (Ozark)
Sterling K. Brown (This Is Us)
Kit Harington (Game of Thrones)
Bob Odenkirk (Better Call Saul)
Billy Porter (Pose)
Milo Ventimiglia (This Is Us)

Meilleure actrice dans une série dramatique

Emilia Clarke (Game of Thrones)
Jodie Comer (Killing Eve)
Viola Davis (How to Get Away With Murder)
Laura Linney (Ozark)
Mandy Moore (This Is Us)
Sandra Oh (Killing Eve)
Robin Wright (House of Cards)

Meilleur acteur dans une série comique

Anthony Anderson (Black-ish)
Don Cheadle (Black Monday)
Ted Danson (The Good Place)
Michael Douglas (The Kominsky Method)
Bill Hader (Barry)
Eugene Levy (Schitt’s Creek)

Meilleure actrice dans une série comique

Christina Applegate (Dead to Me)
Rachel Brosnahan (The Marvelous Mrs. Maisel)
Julia Louis-Dreyfus (Veep)
Natasha Lyonne (Russian Doll)
Catherine O’Hara (Schitt’s Creek)
Phoebe Waller-Bridge (Fleabag)

Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm

Mahershala Ali (True Detective)
Benicio Del Toro (Escape at Dannemora)
Hugh Grant (A Very English Scandal)
Jared Harris (Chernobyl)
Jharrel Jerome (When They See Us)
Sam Rockwell (Fosse/Verdon)

Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm

Amy Adams (Sharp Objects)
Patricia Arquette (Escape at Dannemora)
Aunjanue Ellis (When They See Us)
Joey King (The Act)
Niecy Nash (When They See Us)
Michelle Williams (Fosse/Verdon)

Emission de télé-réalité avec compétition

The Amazing Race (CBS)
American Ninja Warrior (NBC)
Nailed It (Netflix)
RuPaul’s Drag Race (VH1)
Top Chef (Bravo)
The Voice (NBC)

Talk show de variété

The Daily Show with Trevor Noah (Comedy Central)
Full Frontal with Samantha Bee (TBS)
Jimmy Kimmel Live (ABC)
Last Week Tonight with John Oliver (HBO)
Late Late Show with James Corden (CBS)
Late Show with Stephen Colbert (CBS)

Meilleure actrice dans un second rôle de série dramatique

Gwendoline Christie (Game of Thrones)
Julia Garner (Ozark)
Lena Headey (Game of Thrones)
Fiona Shaw (Killing Eve)
Sophie Turner (Game of Thrones)
Maisie Williams (Game of Thrones)

Meilleur acteur dans un second rôle de série dramatique

Alfie Allen (Game of Thrones)
Jonathan Banks (Better Call Saul)
Nikolaj Coster-Waldeau (Game of Thrones)
Peter Dinklage (Game of Thrones)
Giancarlo Esposito (Better Call Saul)
Michael Kelly (House of Cards)
Chris Sullivan (This Is Us)

Meilleure actrice dans un second rôle de série comique

Alex Borstein (The Marvelous Mrs. Maisel)
Anna Chlumsky (Veep)
Sian Clifford (Fleabag)
Olivia Colman (Fleabag)
Betty Gilpin (GLOW)
Sarah Goldberg (Barry)
Marin Hinkle (The Marvelous Mrs. Maisel)
Kate McKinnon (Saturday Night Live)

Meilleur acteur dans un second rôle de série comique

Alan Arkin (The Kominsky Method)
Anthony Carrigan (Barry)
Tony Hale (Veep)
Stephen Root (Barry)
Tony Shalhoub (The Marvelous Mrs. Maisel)
Henry Winkler (Barry)

Meilleure actrice dans un second rôle de mini-série ou téléfilm

Patricia Arquette (The Act)
Marsha Stephanie Blake (When They See Us)
Patricia Clarkson (Sharp Objects)
Vera Farmiga (When They See Us)
Margaret Qualley (Fosse/Verdon)
Emily Watson (Chernobyl)

Meilleur acteur dans un second rôle de mini-série ou téléfilm

Asante Blackk (When They See Us)
Paul Dano (Escape at Dannemora)
John Leguizamo (When They See Us)
Stellan Skarsgård (Chernobyl)
Ben Whishaw (A Very English Scandal)
Michael K. Williams (When They See Us)

[Passions américaines] Fosse/Verdon (2019) avec Sam Rockwell et Michelle Williams

Posté par vincy, le 24 août 2019

C'est la série qui n'était pas forcément attendue parmi les favorites aux prochains Emmy Awards. 7 nominations dans les catégories principales (meilleure série unitaire, meilleur acteur, meilleure actrice, deux fois meilleur réalisateur, meilleur scénario) et 10 autres dans les catégories techniques. Fosse/Verdon, diffusée aux USA en avril/mai sur FX, et en France sur Canal +, composée de huit épisodes, est l'adaptation de la biographie Fosse de Sam Wasson, développée par Steven Levenson (Masters of Sex) et Thomas Kail (Hamilton). Elle est produite par les deux acteurs principaux, la star de Broadway Lin-Manuel Miranda (vu dans Le retour de Mary Poppins) et la fille du couple Verdon / Fosse, Nicole Fosse.

On connait tous de nom Bob Fosse, chorégraphe, danseur, metteur en scène, réalisateur. Trois fois cité à l'Oscar du meilleur réalisateur (il l'a eu pour Cabaret), 20 fois nommé aux Tony Awards (il en a récolté 9, notamment pour Damn Yankees, Sweet Charity, Pippin, mais aucun pour Chicago), trois Emmy en poche, et une Palme d'or à Cannes (All that Jazz), il a été l'un des talents les plus importants des années 1950 aux années 1980 tant pour le théâtre que pour le cinéma. On connaît moins Gwen Verdon. Cette star de Broadway a reçu 4 Tony Awards de la meilleure actrice dans un musical (en plus de deux nominations, dont une pour la création du rôle de Roxie dans Chicago). Au cinéma, elle a eu un grand rôle, celui dans l'adaptation du musical Damn Yankees, et a su, à la fin de sa carrière, se créer des opportunités avec Cocoon de Ron Howard, Nadine de Robert Benton, The Cotton Club de Francis Ford Coppola, Alice de Woody Allen et Simples secrets de Jerry Zacks.

C'est d'ailleurs l'occasion de voir comment le perfectionniste Fosse, avec sa muse Verdon, ont conçu des spectacles, quelques chorégraphies cultes, et collaboré ensemble à des films comme Cabaret . Car Fosse/Verdon vous emmène dans les coulisses des tournages, des salles de montage, des salles de répétition. Toute l'exigence de Bob Fosse, tout le talent de Gwen Verdon se retrouvent ainsi, aussi, ici.

Oscar du meilleur second-rôle en 2018 et nommé au même Oscar cette année, Sam Rockwell est à l'affiche depuis 30 ans, tournant pour Woody Allen, George Clooney, Ridley Scott, Ron Howard, Adam McKay et Clint Eastwood. Ici, on le découvre addict aux médocs, sexopathe, danseur, égoïste, génie créateur, époux imparfait, père cruel malgré lui, frôlant tantôt le burn-out, tantôt l'infarctus. On n'arrive jamais à le détester alors que tout son comportement est critiquable. Il aurait été cloué au pilori à l'ère #metoo. Mais il nous émeut réellement quand il essaie de tenir une promesses, faire des claquettes sur le cercueil de son meilleur ami, sans y parvenir, terrassé par l'émotion.

Révélée par la série jeunesse Dawson à la fin des années 1990, Michelle Williams, quatre fois nommée aux Oscars a été révélée dans Brockeback Mountain, avant d'enchainer plusieurs films indépendants remarqués, mais aussi de tourner dans des films comme Shutter Island, My Week with Marilyn, Le monde fantastique d'O, Manchester by the Sea, The Greatest Showman et Venom. C'est un véritable job de métamorphose qu'elle opère ici, acceptant d'être grimée pour vieillir, mais transformant aussi sa voix, dansant avec agilité lorsqu'elle est jeune, avec plus de souffrance en vieillissant. Mère protectrice, épouse bafouée, vedette accro à la lumière, elle s'adapte à toutes les situations, capable de nous bouleverser quand elle mange seule ses spaghettis dans sa cuisine.

La force et l'intensité de la série est de composer un puzzle où se dessine une passion artistique et sentimentale qui traverse quatre décennies. Car Fosse est perdu sans Verdon et Verdon n'est rien sans Fosse. Même quand ils se séparent, ils restent mariés. Elle est là, légataire et protectrice de son œuvre, à laquelle elle a fortement contribué dans l'ombre. Même quand elle n'a plus l'âge pour le rôle, il s'adapte pour qu'elle poursuive son rêve. Il est là, capable de se mettre en danger pour qu'elle puisse étinceler sur scène une dernière fois. C'est la beauté de l'histoire. Même si elle est un peu romancée par un découpage qui se concentre sur les années 1970, cette histoire vraie touche au cœur. Sans doute parce que les faces sombres du couple et de chacun d'entre eux, comme de leur fille, sont toutes (sur)exposées. Une bande de névrosées, d'angoissés, d'égoïstes tentant d'appréhender la normalité, alors qu'ils connaissent le (lourd) prix à payer: leurs destins ne sont pas exempts de drames.

Sans doute parce que chaque épisode est un film formellement différent (même le générique varie), jusqu'à imaginer un huis-clos décisif dans une villa sur la plage, ou jouer avec le temps en faisant des aller-retours entre les époques. Chaque séquence devient alors une touche impressionniste d'un tableau où l'amour et l'art dictent leurs lois à deux êtres ayant pactisé avec leurs passions dévoratrices. Un mélodrame sublime qui s'achève sur un trottoir à l'entrée d'un théâtre. Au sol, et dans les larmes. Malgré l'amertume, les colères, le rejet, l'affection était la plus forte. Il n'y avait bien que la mort qui pouvait les séparer.

Matrix 4 : Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss et Lana Wachowski donnent leur feu vert

Posté par wyzman, le 20 août 2019

C'est l'information dont tout le monde parlera cette semaine : la trilogie de science-fiction Matrix aura droit à une suite !

Retour dans la matrice

Selon les informations de Variety, Lana Wachowski serait en charge de l'écriture et de la réalisation de ce quatrième volet tandis que Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss seraient prêts à endosser à nouveau les longs manteaux de Neo et Trinity.

Président de Warner Bros. Picture Group, Tobby Emmerich n'a pas manqué de partager sa joie il y a quelques minutes au moment d'annoncer la mise en projet de Matrix 4. "Nous ne pourrions pas être plus excités d'être de retour dans l'univers de 'Matrix' avec Lana" a-t-il déclaré avant d'ajouter : "Lana est une vraie visionnaire, une cinéaste et créatrice singulière et originale, et nous sommes ravis qu'elle écrive, réalise et produise ce nouveau chapitre de l'univers de Matrix".
Très enthousiaste à l'idée de retrouver cet univers que sa soeur et elles ont su porter sur grand écran avec succès, Lana Wachowski explique de son côté : "Bon nombre des idées que Lilly et moi avons explorées il y a 20 ans au sujet de notre réalité sont encore plus pertinentes aujourd'hui. Je suis très heureuse de retrouver ces personnages et reconnaissante d'avoir une autre chance de travailler avec mes brillants amis."
Produit et distribué mondialement par Warner Bros. Pictures et Village Roadshow Pictures, ce qui deviendra très vite un blockbuster attendu sera co-écrit par Aleksander Hemon et David Mitchell (Sense8). Le film devrait en outre entrer en phase de production dès le début de l'année 2020. Pour rappel, Matrix, Matrix Reloaded et Matrix Revolutions, tous les trois écrits et réalisés par Lana et Lilly Wachowski, ont rapporté pas moins de 1,6 milliard de dollars au box-office mondial.

Anna : Luc Besson profite de la Fête du cinéma pour présenter son nouveau film

Posté par wyzman, le 1 juillet 2019

Deux ans après Valérian et la Cité des mille planètes, Luc Besson est de retour avec un nouveau film, Anna, qui n’est pas sans rappeler certains de ses précédents projets, Nikita (1990) et Lucy (2014) en tête !

Des avant-première dans toute la France

Depuis le 30 juin dernier et jusqu’à ce mercredi 3 juillet, la place de cinéma ne coûte que 4 euros dans le cadre de la Fête du cinéma. Et si cette dernière est généralement l’occasion pour de plus petits films, distributeurs et exploitants de sortir la tête de l’eau, c’était sans compter sur l’arrivée de Luc Besson à la fête. Car bien qu’Anna ne sorte pas avant le 10 juillet en France, le film sera tout de même projeté en avant-première un peu partout dans l’Hexagone dès ce mardi 2 juillet.

Evénement incontournable de ce début d'été, Pathé ne pouvait pas ne pas se joindre. Le studio a donc décidé de mettre en place une journée d’avant-premières ce mardi 2 juillet afin que le nouveau film écrit et réalisé par Luc Besson puisse élargir considérablement son audience. Pour rappel, le film porté par Sasha Luss, Helen Mirren, Luke Evans et Cillian Murphy est un thriller d’action dans lequel une espionne particulièrement douée se retrouve traquée de tous les côtés.

Si sur le plan financier, Luc Besson est loin d'être tiré d'affaire, ses derniers n'ont pas démérité. Valérian et la Cité des milles planètes (2017) a attiré plus de 4 millions de Français en salle, Lucy (2014) en a captivé plus de 5 millions tandis qu'ils étaient près d'un million à se laisser emporter par Malavita (2013).