2015 février » Le Blog d'Ecran Noir

Kristen Stewart, Michelle Williams et Laura Dern dans le Montana

Posté par vincy, le 28 février 2015

Kristen Stewart a rejoint Michelle Williams et Laura Dern dans le drame toujours sans titre de Kelly Reichardt, dont le tournage aura lieu au printemps dans le Montana. Jared Harris et James Le Gros sont aussi annoncés.

Selon Deadline, la réalisatrice de Night Moves et de Wendy & Lucy, le film est une série de portraits d'une ville rurale américaine. La cinéaste aurait écrit son film à partir d'un recueil de nouvelles (Both Ways is the Only Way I Want It) de Maile Meloy, écrivain née à Helena, la capitale du Montana.
Kristen Stewart interprètera une avocate de Boise, dans l'Idaho, qui part enseigner à des heures de route de chez elle. Une amitié se créé avec une de ses élèves (Michelle Williams, dont c'est le troisième film avec la cinéaste), qui habite dans ce trou paumé.

Michelle Williams sera dans les cinémas en avril avec Suite Française. Elle vient de confirmer sa participation au film de Kenneth Lonergan, Manchester-by-the-Sea, avec Casey Affleck.

César du meilleur second-rôle féminin il y a une semaine pour Sils Maria, Kristen Stewart a terminé les tournages de Anesthesia de Tim Blake Nelson, Equals de Drake Doremus et American Ultra de Nima Nourizadeh. Elle sera à l'affiche prochainement de Still Alice, qui a valu un Oscar à Julianne Moore dimanche dernier. Camp X-Ray n'est toujours pas programmé en France.

Laura Dern, récemment vue dans Nos étoiles contraires et Wild (pour lequel elle a obtenu une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle féminin), vient de finir Strings de Daniel Duran.

Leonard Nimoy (1931-2014): Goodbye Capitaine Spock

Posté par vincy, le 27 février 2015

Leonard Nimoy, alias Capitaine Spock dans la série télévisée Star Trek, est mort vendredi à l'âge de 83 ans à Los Angeles, selon le New York Times. Mondialement célèbre pour son personnage d'extra-terrestre vulcain aux oreilles pointues, Nimoy, né en 1931 à Boston d'un couple de juifs orthodoxes ukrainiens, a commencé son métier d'acteur à l'âge de 8 ans.

Sa carrière est véritablement lancée au début des années 50 dans des films de séries B voire Z. C'est évidemment le petit écran qui va lui fournir le plus gros de son travail. Au cinéma, il trouve son premier grand rôle dans The Balcony, de Joseph Strick, en 1963, avec Peter Falk et Shelley Winters. La série "Star Trek l'occupe" à plein temps durant 79 épisodes de 1966 à 1979. Il enchaîne avec "Mission:Impossible" durant deux saisons.

Au cinéma, il est à l'affiche en 1978 de L'invasion des profanateurs de Philip Kaufman, avec Donald Sutherland, Brooke Adams et Jeff Goldblum. Mais c'est encore Spok qui va lui offrir une carrière immense sur grand écran avec les films issus de la série Star Trek. De 1979 à 1991, la franchise Star Trek immortalisera son personnage rationnel. En tenant compte de l'inflation, ces 6 films ont rapporté près de 1,2 milliard de dollars (actuels) aux Etats Unis. Il a réalisé les épisodes III et IV. Car Nimoy fut aussi cinéaste, avec notamment le remake de Trois hommes et un couffin, Trois hommes et un bébé, gros succès de l'année 1987 aux USA.

Surtout employé pour sa voix (films d'animation, documentaires), on l'a d'ailleurs entendu dans Transformers: Dark of the Moon pour incarner le robot Sentinel Prime, il est revenu en Spock dans le reboot de Star Trek en 2009 (et a fait un passage dans la suite Into Darkness en 2013).

Légende de la Science-fiction, il a sans doute subit le poids de son personnage. Ecrasé par lui même. Obligé d'écrire un livre intitulé "Je ne suis pas Spock" dans les années 70, avant de se "ressaisir" et d'écrire 20 ans plus tard une nouvelle autobiographie ironiquement intitulée "Je suis Spock". Il a tout fait, et surtout du théâtre, pour se détacher de son rôle. Sur les planches, il a été la vedette de pièces comme Vol au dessus d'un nid de coucou; Equus, Oliver, et My Fair Lady. Il a également enregistré des albums de musique, exposé ses travaux photographiques, écrit un recueil de poèmes et une série de BD.

Emma Thompson fait la grève de l’impôt

Posté par vincy, le 27 février 2015

emma thompsonDans la presse britannique, l'annonce a fait l'effet d'une petite bombe à fragmentation. Emma Thompson, actrice multi-oscarisée, et son époux, Greg Wise, ont déclaré ne pas vouloir payer leurs impôts tant que les personnes impliquées dans le scandale financier de la banque HSBC (#SwissLeaks) ne seront pas jugées.

"J'arrête de payer mes impôts jusqu'à ce que chacun paye les siens" a expliqué Greg Wise à l'Evening Standard, ajoutant qu'il considère les impôts comme essentiels à la vie publique. Prêt à risquer la prison, le couple, écoeuré par les révélations sur les pratiques de fraude fiscale organisées par la banque HSBC, espère que leur exemple sera suivi et que ce mouvement de rébellion fiscale conduira le gouvernement britannique à poursuivre les responsables de cette fraude mondiale.

Plus d’un millier de clients britanniques de HSBC sont soupçonnés de fraude fiscale et le gouvernement britannique n'a, pour l'instant, pris aucune disposition juridique ou administrative pour récupérer l'argent manquant.

_______

Lire aussi: Le prix à payer, documentaire implacable qui dénonce les salles affaires de type #SwissLeaks

La suite de Blade Runner se tournera en 2016

Posté par vincy, le 27 février 2015

Une semaine après la résurrection d'Alien, c'est Blade Runner (adaptation d'un roman de Philip K. Dick, Do Androids Dream of Electric Sheep?) qui ressort des cartons. Alcon Entertainment a confirmé la suite, longtemps attendue, longtemps annoncée (lire notre actualité du 20 août 2011), du film culte de Ridley Scott (1982). Scott coproduira le film.

Première bonne nouvelle: Harrison Ford a signé pour reprendre son personnage de Rick Deckard. L'acteur a communiqué qu'il s'agissait du "meilleur scénario qu'il ait jamais lu". D'ici là, l'acteur est attendu sur les écrans dans The Age of Adaline et le nouveau Star Wars.

Le scénario a été écrit par Hampton Fancher (co-auteur du premier opus) et Michael Green (Green Lantern), ainsi que Ridley Scott en collaborateur, et prendra place plusieurs décennies après le premier film, qui se déroulait dans un Los Angeles futuriste en 2019.

Seconde bonne nouvelle: le studio a enrôlé le cinéaste québécois Denis Villeneuve (Incendies, Prisoners, Enemy). Le contrat n'est pas encore finalisé, mais il est en négociations exclusives. Son prochain film, Sicario, avec Emily Blunt, Josh Brolin et Benecio Del Toro, sort aux Etats-Unis le 18 septembre.

Le tournage de ce Blade Runner II commencera durant l'été 2016. En 1982, Blade Runner n'avait rapporté que 38M$ au box office américain (27e au classement annuel). En France, il avait séduit plus de 2 millions de spectateurs (17e au classement annuel). Le film est devenu une référence dans le genre au fil des années. Il a reçu 3 British Awards (image, costumes, décors) et 2 nominations aux Oscars (effets spéciaux, décors). L'American Film Institute l'a classé dans les 100 meilleurs films et dans les 10 meilleurs films de SF en 1997.
Une version Director's cut était sortie en 1992 et une autre, Final cut en 2007.

Blade Runner II devrait être dans les salles en 2017, 35 ans après le premier film, soit l'un des vingt plus grands écarts dans l'histoire des franchises.

Marius de Marcel Pagnol à Cannes Classics

Posté par vincy, le 26 février 2015

marius de marcel pagnol

Pour le 120e anniversaire de la naissance de l'écrivain et cinéaste Marcel Pagnol, le Festival de Cannes diffusera la version restaurée de Marius (1931), dans la sélection Cannes Classics. Marius est le premier film de la trilogie qui comprend Fanny (1932) et César (1936), également en cours de restauration. Ces travaux de restauration se dérouleront sous la supervision de Nicolas Pagnol et de Guillaume Schiffmann, chef opérateur des récents films de Michel Hazanavicius.

Marius sortira également en salles dans cette version et sera diffusé sur Arte.

Le travail de restauration a été rendu possible grâce aux aides d'Arte, du CNC, du Fonds culturel franco-américain et de la Cinémathèque française. Par ailleurs, un appel aux dons avait été lancé en décembre dernier. Il manquait 50000€, et finalement CMF-MPC (présidé par le petit-fils Nicolas Pagnol) a récolté 75400€ sur Ulule
.
A terme, les 17 films de Marcel Pagnol devraient connaître la mêle cure de jouvence... Les négatifs de Marius sont tachés, avec des moisissures, des déchirures, des collures endommagées. Fanny n'a jamais été restauré et César est très abimé. C'est la version longue de césar qui bénéficiera de ce travail de restauration. Les négatifs seront aussi numérisés.

Marius est le premier film tiré de l'œuvre théâtrale de Marcel Pagnol. Il fût produit par Paramount et réalisé par Alexander Korda. Premier "grand" film parlant français, son succès fut considérable et "starisa" Raimu, Pierre Fresnay et Charpin.

Jessica Chastain dans le prequel de Blanche Neige et le Chasseur

Posté par vincy, le 25 février 2015

jessica chastainJessica Chastain sera la partenaire de Chris Hemsworth, Charlize Theron et Emily Blunt dans le spin-off de Blanche Neige et le Chasseur, The Huntsman. Cette nouvelle histoire, écrite par Frank Darabont, est un prequel et prend place avant que le Chasseur ne croise Blanche Neige.

Le film ne sera plus réalisé par Frank Darabont mais par Cedric Nicolas-Troyan, assistant réalisateur et superviseur des effets visuels du premier film de cette nouvelle franchise. Le Français, dont ce sera le premier long métrage, a également été assistant réal de Maléfique.

Universal doit sortir le film le 22 avril 2016. Jessica Chastain sera, d'ici là, à l'affiche de Crimson Peak de Guillermo del Toro et de The Martian de Ridley Scott.

Blanche Neige et le Chasseur avait récolté près de 400 millions de dollars dans le monde lors de sa sortie en 2012.

Les Oscars 2015 en 10 styles

Posté par cynthia, le 24 février 2015

Les Oscars, ses prix, ses discours, et surtout l'occasion pour les stars de se revêtir de tenues hors-de-prix. Pour certains ,c'est dans la poche et ils nous ont fait rêver, mais pour d'autres... nous avons bien rigolé! Retour sur les dix tenues qui ont marqué cette 87ème cérémonie des Oscars.

Marion Cotillard, des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous
Après avoir porté une robe qui faisait penser à un volet de badminton aux César, l'actrice à la voix fluette est venue aux Oscars avec une robe à trou à mi-chemin entre un filet de pêche et un gruyère. Blanche avec plein d'orifices et une bande noire qui marquait le bas de ses fesses, Marion Cotillard prend de plus en plus de risques avec la mode. Mais on préfère encore son t-shirt rose Kiabi dans le film des Dardenne.

Dakota Johnson, plus belle habillée
Nous connaissons son anatomie par cœur grâce au navet Cinquante Nuances de Grey et pourtant c'est avec des vêtements que la fille de Mélanie Griffith a fait sensation. Sa robe rouge sang assymétrique faisait d'elle une princesse de conte de fée(sse)s.

Gwyneth Paltrow, le divorce lui réussit
L'ex de Chris Martin, n'a rien à envier aux différentes conquêtes de ce dernier (la sublime Jennifer Lawrence entre autres). Gwyneth est apparue sur le tapis rouge dans une somptueuse robe signé Ralph et Russo. Sublime confiserie avec cette rose qui soutient une épaule, quand l'autre reste dénudée, il s'agit d'un sans faute pour la belle plante.

Scarlett Johansson la sirène du tapis rouge
Prochainement à l'affiche de la suite d'Avengers, Scarlett Johansson a affiché ses formes vertigineuses dans une robe verte et échancrée. Même John Travolta n'a pas résisté à son charme et lui a volé un baiser sur le tapis rouge. Comme nous le comprenons! En revanche, la coiffure un peu punk gâche un peu l'ensemble...

Jared Leto, In my Umberella ella ella hey hey hey
Jared Leto, toujours plus Jesus Christ que jamais, a fait sensation (pas dans le bon sens du terme) en costume bleu pâle et parapluie! Récapitulons: nous sommes à Los Angeles où le soleil brille... La seule explication que nous trouvons est que l'acteur a dû vouloir faire une dédicace à la chanteuse Rihanna. Et c'est raté!

Channing Tatum, le lubrifiant naturel
L'acteur aux pectoraux d'acier (vous les reverrez prochainement dans la suite de Magic Mike) a une nouvelle fois dissout les culottes et les slips de l'assemblée par son charisme. Le "tuxedo" parfaitement coupé, certes horriblement classique, mais si "James Bondien"... Le tapis rouge étant trempé nous repensons subitement à Jared Leto et son parapluie...

Lupita Nyong'o, allô maman bobo
Lupita a choisi une robe à perles pour revenir aux Oscars après sa consécration de l'année dernière. Excellent choix me direz-vous? Oui (la silhouette est sublimée) mais non! Mettez-vous à la place de ses tétons! Ils ont dû drôlement souffrir.

Julianne Moore, alerte à la perfection
La divine rousse était de toute beauté dans une robe blanche et parsemée de diamants (vrai ou faux, ils étaient étincelants) pour aller chercher son Oscar plus que mérité! C'était sobre, original, et classe. Sans oublier la coiffure qui assagissait sa chevelure rousse habituellement flamboyante.

Sienna Miller, quelqu'un peut lui offrir un Macdo?
Sous alimentée, l'actrice semblait lutter pour se déplacer dans sa robe, pourtant magnifique. Noire et à dentelle au niveau de la traîne, elle aurait fait davantage sensation si nous n'avions pas été captivé par sa maigreur (là, même le noir ne peut rien faire). Les formes de Scarlett, Julianne et Marion nous semblent plus appétissantes...

Lady Gaga, SOS ménage
La chanteuse, venue offrir sa voix pour rendre hommage à La mélodie du bonheur, ne manquait pas de formes (pas facil d'habiller une taille 42 à Hollywood). A moins que ce ne soit la robe qui lui faisait prendre 20 kilos et donnait l'impression d'une petite femme montée sur des échasses. Mais le pire de sa tenue (vous connaissez la Gaga) était ses gants à vaisselle, bien rouges. Lady Gaga a-t-elle nettoyé (les dégâts du sex appeal trop violent de Channing Tatum) à la fin de la soirée?

Sylvie Testud et Diane Kurys refont équipe

Posté par vincy, le 23 février 2015

sylvie testudA partir d'aujourd'hui, Diane Kurys tourne C'est le métier qui rentre, son 13e film, adaptation du cinquième roman de la comédienne Sylvie Testud. La réalisatrice et l'actrice de Sagan cosignent le scénario. Testud tient également le rôle principal, aux côtés de Chantal Lauby, Fred Testot, Josiane Balasko et François Berléand.

Le livre, paru chez Fayard il y a un an, n'est pas autobiographique, selon Sylvie Testud, mais s'inspire d'une histoire qu'elle a vécu, quand elle a essayé de financer un projet cinématographique, vainement.

C'est le métier qui rentre suit Sybille (le double de Sylvie Testud dans ses romans), actrice connue et incorrigible optimiste, tourne son premier film et perd le contrôle de la situation. Financiers, agents, producteurs et actrices lui causent de sérieux soucis et pourtant elle reste convaincue que la situation va s'arranger. Ce devait être un rêve, c'est un cauchemar. Le récit, loufoque, est très féroce avec le milieu du cinéma dont on découvre les coulisses. Choix des comédiennes (qui font de la résistance), réécritures du script, producteurs fous (un frère et une soeur), financiers qui ne financent pas, agents hystériques, l'aventure est risquée...

Le film devrait sortir d'ici la fin de l'année ou au début de l'année 2016.

Oscars 2015: Un slip blanc, une carte verte, et beaucoup de grandes causes…

Posté par redaction, le 23 février 2015

neil patrick harris oscars 2015

Lire aussi: L’envol de Birdman (et autres faits marquants)
Tous les gagnants de la 87e cérémonie des Oscars

Ah les Oscars ! Toutes ces paillettes, ces belles robes, ces colliers clinquants et ces acteurs sur leur 31. Cette nuit et comme tous les ans à la même époque se tenait la 87ème cérémonie des Oscars. L'occasion de remercier "ceux qui font les films et ceux qui vont les voir, qui achètent des tickets" comme l'a si bien dit Neil Patrick Harris. Ce dernier, hôte officiel de la soirée, avait la lourde tâche de faire aussi bien - si ce n'est mieux - qu'Ellen DeGeneres l'an passé. Et force est de constater qu'il a parfaitement atteint son objectif ! D'un naturel sympathique et comique, le héros de feu "How I Met Your Mother" est allé jusqu'à se présenter sur scène en slip pour parodier la séquence d'ouverture de Birdman. Un pari osé (quoique, on l'avait laissé les fesses à l'air en plein coït sanglant dans Gone Girl) mais réussi. Il n'a jamais viré dans le cliché ou la caricature, n'a jamais cédé aux sirènes du vulgaire.

Accompagné de Jack Black et Anna Kendrick, Neil Patrick Harris a donc fait le show comme il se doit, et a su s'effacer devant les autres artistes invités sur scène. Ainsi, Maroon 5, Jennifer Hudson, Rita Ora, Lady Gaga, Common et John Legend sont venus interpréter certains morceaux nommés dans la catégorie Meilleure chanson originale. Les deux derniers ont d'ailleurs su restituer l'émotion du film Selma (malheureusement boudé par les votants), au point de faire pleurer Oprah Winfrey et Chris Pine. Rien que ça !

Pour ce qui est du palmarès, on saluera le courage de l'Académie qui a soutenu The Grand Budapest Hotel jusqu'au bout, lui délivrant pas moins de 4 statuettes, ainsi ex-aequo avec le génial Birdman, Oscar du Meilleur film, réalisateur et scénario original. A côté, Whiplash s'est illustré et en a surpris plus d'un avec ses 3 récompenses, dont une amplement méritée pour J.K. Simmons. Trois films singuliers, audacieux et artistiquement bluffants. Du coup, parmi les perdants, difficile ne pas évoquer Boyhood et American Sniper : 6 nominations chacun et 1 seul Oscar à la clé. Et comme s'il fallait remercier tous les participants, l'Académie a pris la peine de distribuer une statuette à Selma, The Imitation Game et Une merveilleuse histoire du temps. Comme ça, pas de jaloux !?

Quant au reste de la cérémonie, on retiendra la fraîcheur d'Eddie Redmayne (Oscar du Meilleur acteur), ainsi que le discours de remerciement féministe de Patricia Arquette (Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle) sur les différences de salaires entre hommes et femmes dans l'industrie du cinéma. Un speech vivement salué par une Meryl Streep très en forme. Autre speech, plus touchant, salué par l'assemblée, celui de Graham Moore, le scénariste homosexuel de The Imitation Game (Oscar de la Meilleure adaptation), qui rappelle que la différence n'est pas un handicap ("Restez bizarres, restez différents"). Enfin, pour ne pas mettre de côté le contexte social et politique des Etats-Unis, les chanteurs Common et John Legend n'ont pas hésité à rappeler qu'il y a aujourd'hui plus de Noirs en prison qu'à l'époque de l'esclavage.

Bref, ces Oscars 2015 étaient une belle leçon d'humilité. Entre blagues potaches (jusqu'à cette réplique finale et culte de Sean Penn découvrant que le mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu a gagné l'Oscar du meilleur film: "Who gave this son of a bitch a green card?") et jeu avec l'audience, cette cérémonie n'a pas démérité. Peut-être un peu trop bien orchestrée (que voulez-vous, on ne plaisante pas avec les Américains), on a tout de même bien ri cette nuit. Et comme chaque année, on espère que les organisateurs des César vont en prendre de la graine. Eh oui, on a le droit d'espérer ! Quoique. Edouard Baer en slip blanc, ce n'est pas sûr que ce soit aussi sexy à voir...

Wyzman Rajaona

Oscars 2015: L’envol de Birdman (et autres faits marquants)

Posté par wyzman, le 23 février 2015

inarritu birdman oscars 2014
Tous les gagnants de la 87e cérémonie des Oscars
Oscars 2015: Un slip blanc, une carte verte, et beaucoup de grandes causes…

Avec 4 statuettes, dont meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario, Birdman a remporté la mère des batailles dans la saison des prix aux Etats-Unis. Le film, qui avait fait l'ouverture du Festival de Venise (où il avait été oublié du palmarès) sort mercredi en France. Un (faux) plan séquence autour d'un comédien qui s'est fait oublier après avoir incarné un super-héros dans une franchise hollywoodienne et cherche à monter une pièce adapté d'une nouvelle de Raymond Carver aura suffit à séduire les votants, qui ont finalement balayé l'autre favori, et l'autre tour de force, Boyhood de Richard Linklater, qui s'en va bredouille (hormis un Oscar du meilleur second-rôle féminin pour Patrica Arquette).
Surtout, pour la deuxième année consécutive, c'est un cinéaste mexicain qui repart avec l'Oscar du meilleur réalisateur. Alejandro Gonzalez Inarritu succède à Alfonso Cuaron. Les deux audacieux ont aussi permis à leur chef opérateur commun, Emmanuel Lubezki, de gagner deux fois de suite la statuette de la meilleure image.

Ex-aequo, The Grand Budapest Hotel a également reçu 4 Oscars, tous techniques. On note le premier Oscar en 8 nominations pour le composteur français Alexandre Desplat, qui rejoint ainsi Francis Lai, Maurice Jarre, Gabriel Yared, Ludovic Bource, George Delerue et Michel Legrand dans le panthéon des musiciens français oscarisés. Juste derrière, Whiplash, avec 3 Oscars dont celui du meilleur second-rôle masculin pour J.K. Simmons, complète le podium et surtout le meilleur montage que tout Hollywood voyait décerner à Boyhood.

jk simmons patricia arquette julianne moore eddie redmayneLe palmarès de ces 87e Oscars n'a délivré aucune surprise réelle en étant conforme aux prévisions de ces dernières semaines. Les quatre acteurs récompensés étaient tous favoris. On pouvait éventuellement imaginer une bataille dans la catégorie acteur mais Eddie Redmayne a triomphé, logiquement, sur Michael Keaton. C'est évidemment l'Oscar de la meilleure actrice, pour Julianne Moore dans Still Alice, qui a fait sensation. La comédienne a reçu une standing ovation. Après 4 nominations infructueuses, elle gagne enfin le prix le plus convoité du cinéma aux Etats-Unis. Elle réussit ainsi le rare grand chelem de la meilleure actrice: Oscar-Golden Globe-Venise-Berlin-Cannes (elle a reçu un prix d'interprétation l'an dernier au Festival de Cannes pour Maps to the Stars).

Disney a fait un doublé dans l'animation avec le court (Feast) et le long métrage (Les nouveaux héros). Dans cette dernière catégorie créée en 2002, c'est son neuvième Oscar. C'est sans doute la seule vraie surprise du palmarès, tant Dragons 2 semblait le vainqueur prévisible.

Enfin, c'est Ida qui a remporté l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, donnant au cinéma polonais son premier Oscar, après 9 nominations infructueuses.

Au total, 13 longs métrages peuvent faire la fête, même si seulement 3 ont gagné plusieurs statuettes. Côté studios, là aussi, seulement trois ont reçu plus d'un prix: Walt Disney (2), Sony Pictures Classics (3) et surtout Fox Searchlight (8) qui profite des victoires de Birdman et Grand Budapest Hotel.