Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Les amants criminels


France / 1999

18.08.99
 



JEUX INTERDITS





"- Luc, est-ce que tu m'aimes?"

Le second film de François Ozon est la caricature d'un cinéma prise de tête, un film "qui troue le cul" (passez-moi l'expression) dans tous les sens du terme (Jérémie Renier découvre la sodomie malgré lui mais pour son plus grand plaisir), ce qui a tendance à nous donner l'envie de vomir. Le titre voudrait nous rappeler le film d'Arthur Penn (Bonnie and Clyde). Mais plus le film avance, plus l'inconsistance - finalement très voyante du propos d'ensemble - donne au film une raison d'exister sans de réels états d'âme. On y verra bien un pastiche des films de Walt Disney dans la scène d'amour animo-buccolique, un intérêt pour l'anthrophagie, l'homme primaire, l'homosexualité (du touche pipi au viol consentant). On acceptera les références à Belle de Jour,la perversité faisant place à un certain sadomasochisme désagréable, vain et même pas choquant. Juste indigeste tellement les personnages sont peu sympathiques.

Dans le long métrage de François Ozon, on passe du meurtre d'un maghrébin, manigancé par une fille véritablement folle, à un mini road movie entraînant les deux criminels à fuir, tout en cherchant à sa débarasser d'un cadavre devenu gênant. Leur rencontre avec l'Homme des bois amène le spectateur dans un huit clos étouffant et nauséabond.
Il y a en outre dans ce film un Buñuel qui s'ignore, beaucoup d'effets surréalistes inutiles et puériles, un dandysme qui flotte sur la toile de fond de sa propre infignifiance. On sent une dimension émouvante dans le personnage de l'Homme des bois, dont l'art subtil consiste à culpabiliser les autres, et notamment Luc. Mais en fait, tout ça, c'est un peu court. Sur un plan délirant, cela peut marcher. François Ozon entouré de ce couple maudit s'est sans doute amusé au tournage à peaufiner les dialogues, les plans et la mise en scène, même si le spectateur ne s'amuse pas du tout - voir le sinistre pastiche de Hansel et Gretel qui exploite le fond de commerce douteux du second degré: le couple se fait enfermer dans la cave d'un ermitte qui préfère "les filles sèches et les garçons dodus"... Le cinéaste exhorte toutes ses peurs d'enfance et ses fantasmes sexuels. De pauvres fantasmes qui rappelle un peu le pitoyable Romance. A croire que le sexe rend triste. Et la chair sentirait-elle tant la mort? Il ne sera donc pas criminel d'ignorer ce film. On aurait tant voulu l'aimer...
 
chris

 
 
 
 

haut