alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
The Mystic Masseur


Royaume Uni / 2001

25.06.03
 



QUELQUE CHOSE D'OM PURI DANS LE ROYAUME DE TRINIDAD





"- Je vous laisse à votre mystification."

Bien loin des comédies musicales clinquantes de Bollywood, Ismail Merchant a voulu, avec The Mystic Masseur, montrer sa vision du monde indien et de la communauté hindoue de Trinidad.
Le scénario est on ne peut plus basique. A la manière d’un conte, le héros Ganesh passe du statut de maître d’école campagnard à celui d’écrivain-charlatan-politicien aimé de tous. Une histoire " from rags to riches " ("des haillons à la richesse") comme disent les Anglais. Le tout est raconté en flash back grâce au personnage de Partap, un jeune homme qui a, lui aussi, gravi les échelons sociaux jusqu’à l’université d’Oxford.
Si on ajoute à cela une réalisation ultra classique et un montage sans chichis on obtient un petit film de bonne facture mais qui ne va pas très loin. On sourit souvent, notamment lors des scènes avec l’exubérante tante interprétée par Zohra Segal et lors des affrontements verbaux entre Ramlogan (Om Puri) et Ganesh (Aasif Mandvi) mais l’humour se fait tout de même très timide. Contrairement au livre de Naipaul, réputé pour être drôle et cynique, le film de Merchant est gentillet. Le réalisateur n’ose pas grand chose et reste toujours très près du style de film d’époque qu’il a élaboré aux cotés de James Ivory. Sauf qu’ici, au lieu de disséquer la bourgeoisie américaine du 19ème siècle (La Coupe d’or) ou l’aristocratie britannique (Une Chambre avec vue), il dresse un portrait chaleureux de la campagne de l’île de la Trinité.
Le film fait la part belle à l’exotisme avec de somptueux paysages en toiles de fond et nous offre en prime un tableau pittoresque des coutumes hindoues. La scène du mariage est une authentique démonstration des traditions indiennes et apporte une touche amusante grâce aux facéties du personnage interprété par Om Puri.
C’est d’ailleurs lui qui tient le film sur ses épaules tant il est excellent dans ce rôle de voisin roublard et pingre. Sa prestation vaut à elle seule le détour. A la fois drôle et pathétique, cette star du cinéma indien incarne avec brio un vieil homme prêt à tout pour profiter de la notoriété de son gendre et amasser une petite fortune sur son dos. Mais malgré ses personnages attachants, ses décors de rêve et son authenticité revendiquée, The Mystic Masseur souffre de quelques longueurs et d’un trop grand classicisme. Même les valeurs prônées tout au long du film sentent la naphtaline. Au choc des générations et des cultures dans lequel l’individu forge son caractère (thème cher à Merchant et Ivory) succèdent la transmission d’un héritage et la valorisation du travail acharné. Et si Merchant esquisse une critique du colonialisme britannique tout cela reste bien trop en surface pour toucher vraiment. Ce film confidentiel (et tout sauf commercial) nous laisse sur notre faim et les promesses de ce masseur mystique ne sont malheureusement que des mirages.
 
dominique

 
 
 
 

haut