Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Ailleurs (Away)


Lettonie / 2019

23.09.2020
 



THE SECRET WORLD





Découvert au festival d’Annecy 2019, dans la section Contrechamp dont il a reçu le premier prix, Ailleurs est le résultat du pari un peu fou d’un letton alors âgé de 25 ans, Gints Zilbalodis, qui l’a réalisé quasiment seul, du scénario au montage, en passant par l’animation et la musique. C’est peu dire que le film est un choc, quête sensorielle et hypnotique qui accompagne un personnage littéralement tombé du ciel dans un territoire inconnu où rôde une créature fantomatique qui semble se nourrir de la vie des autres êtres vivants. D’une lenteur extrême et d’une persévérance admirable, comme s’il était sûr d’atteindre son but, ce monstre étrange poursuit inlassablement le héros, sans haine et même sans aucune émotion. Cette menace sourde, insaisissable, pèse sur le film qui oscille entre le survival et le récit d’exploration.

Le jeu vidéo, indéniablement, a inspiré le réalisateur. On retrouve dans Ailleurs ces vastes paysages qui se révèlent au fur et à mesure qu’on les traverse, cette esthétique parfois schématique qui rappelle celle des premiers jeux en vue subjective, une “caméra” flottante qui survole les lieux et les actions, comme le ferait le regard d’un spectateur extérieur, la notion d’une quête à accomplir, décomposée en plusieurs épreuves à franchir… Mais Gints Zilbalodis a pris le contrepied de cette imagerie virtuelle pour aller vers un récit duquel l’action est au contraire presque absente, de même que la frénésie ou l’adrénaline. C’est au contraire une forme de minimalisme contemplatif qui l’emporte, immergeant celui qui regarde dans une expérience sensorielle qui s’apparente plus au songe qu’au récit d'aventures. On assiste alors à une forme de pas de deux entre la vie et la mort qui est comme la recherche d’un équilibre fragile, et aboutit finalement à une émancipation progressive tout aussi dénuée d’éclats que la quête initiale.
 
MpM

 
 
 
 

haut