Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 2

 
Un divan à Tunis


/ 2019

12.02.2020
 



TOP PSY, DURE VIE





«- Je préfère qu’on se dise vous et pas tu.
- Je vais te dire vous à toi toute seule ?
»

Ce premier long métrage de Manele Labidi est frais et entêtant comme une eau de parfum au jasmin. Un divan à Tunis est à la fois un feel-good movie, aussi charmant que drôle, qu’un drame faisant le portrait d’une Tunisie paumée et même écartelée entre les traumas de la dictature et la liberté anarchique qu’offre la démocratie.

Goshifteh Farahani est de tous les plans. Il ne s’agit pas de s’extasier sur sa beauté, mais bien d’admirer son jeu. En femme moderne, cette psychanalyste revenue à ses racines, soit une immigrée dans son propre pays, aide une population qui parle beaucoup et superficiellement sans être réellement écoutée, elle oscille avec justesse entre la dérision et la mélancolie, les tourments et les attirances. Parisienne (crâneuse post-coloniale pour certains) dans un pays musulman avec un juif comme mentor (Freud coiffé d’un Fez), elle part avec une tonne de handicaps.

En allongeant des personnages pittoresques sur le divan, le scénario s’offre quelques moments burlesques et d’autres plus pensifs, entre deux névroses. Le ton de la comédie provient des mensonges des uns et des autres. La psychanalyste fait presque le travail d’un détecteur de vérité. Mais au-delà, Manele Labidi critique en creux l’incommunicabilité des êtres, l’impossibilité d’être soi-même et finalement la contrainte de jouer un rôle dans la société. Ey si elle offre aux spectateurs de véritables tranches de comédies – la séquence de l’alcootest qui vire au romantique érotique, les visites à la secrétaire du ministère -, elle révèle surtout un Etat où les fonctionnaires sont incompétents et les traditions à côté de la plaque. Entre hypocrisies et cachotteries, chacun mène sa barque comme il peut, en croyant pouvoir être libre.

Au milieu de ces gênants malentendus, de ces amusants dérangés, de ces douces moqueries, avec une belle écriture, la cinéaste dessine avec trait simple et vif, sans aucun gras, une chronique chaleureuse et contemporaine, loin des clichés, sur des gens coincés entre l’apparence et l’intime, la culture conservatrice et la pensée libérale. Le film insère une allégorie avec Freud en chauffeur/sauveur et une romance avec un flic beau comme un héros de western. En amenant son divan sur la plage, elle nous a pris par la main vers une scène finale qui se dédouble entre une réalité rêvée et une illusion fantasmée. Comme si les histoires qu’on écoute attentivement ou qu’on se raconte intérieurement démultipliaient nos existences linéaires.
 
vincy

 
 
 
 

haut