Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Countdown
Graines de ronds-points
J'accuse
J'aimerais qu'il reste quelque chose
Koko-di Koko-da
L'âme du vin
Le bel été
Le Mans 66
Le roi d'ici
Little Joe
Noura rêve
Océan
Pères et impairs
Prendre soin
Rendre la justice
Zibilla ou la vie zébrée



Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault



Once Upon a Time... in Hollywood
La vie scolaire
Ad Astra
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha
La bonne réputation
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Bunuel après l'âge d'or


Espagne / 2018

19.06.2019
 



JOURNAL D'UN CINEASTE





L’important ce n’est pas moi, c’est ce que j’ai à dire.

Adapté d’un roman graphique de Fermin Solis, Bunuel après l’âge d’or revient sur un moment déterminant dans la carrière de Luis Bunuel, celui du tournage de son unique documentaire, Terre sans pain, dans la région des Hurdes. L’occasion de dresser un étonnant portrait du cinéaste au travail, couplé avec une amorce de réflexion sur la responsabilité de l’artiste face au monde réel.

On voit ainsi Bunuel sincèrement affecté par la misère qu’il découvre, et soucieux à la fois d’agir et de témoigner, même si cela passe par quelques “arrangements” avec la réalité. En effet, le réalisateur ne peut s’empêcher d’influer sur ce qu’il observe, quitte à le transformer pour mieux répondre à ses attentes. Il commandite donc des « accidents » spectaculaires et va jusqu’à mettre en scène les fausses funérailles d’un bébé. Tout semble bon pour parvenir à ses fins.

Cet aspect du récit, plutôt captivant, est malheureusement écrasé par la légèreté presque forcée que Salvador Simo a souhaité insuffler à son récit. En effet, on sent que tout a été conçu pour tirer le film du côté de la comédie. C’est notamment flagrant dans la manière dont sont déterminés les personnages : entre Bunuel lui-même qui joue sans cesse la mouche du coche, Ramon Arcin, à la limite du fantoche qui fait rire à ses dépends, et la galerie de seconds rôles qui apportent mécaniquement un contrepoint humoristique ou décalé.

Le tournage s’avère ainsi un périple tantôt grotesque, tantôt tragique, traité sur un ton relativement anecdotique. Le rendu visuel, qui se veut assez réaliste, avec juste quelques passages oniriques réduits à des pastilles-prétextes, a parfois du mal à rivaliser avec les images extraites du véritable documentaire qui viennent à intervalles réguliers montrer la réalité en contrechamp. Curieusement, ce sont ces images qui nous fascinent le plus, peut-être parce qu’elles racontent avec plus d’acuité la démarche presque idéologique que fut celle du cinéaste.

On est alors d’autant plus déçu que le film n’aille jamais au-delà, effleurant seulement la complexité de son sujet. De la même manière, on aurait aimé qu’il prenne à un moment le relais de Bunuel lui-même pour approfondir le contexte de Terre sans pain (pourquoi la région est-elle si pauvre ? Quelle est réellement la vie de ses habitants ?), au lieu de se contenter d’entériner la vision quasi coloniale d’êtres humains perçus comme des semi-sauvages.
 
MpM

 
 
 
 

haut