Once Upon a Time... in Hollywood, 9e film de Tarantino, est reparti les mains vides de Cannes. Mais le public est bien présent. Et les Oscars sont en ligne de mire pour ce film nostalgique où le fantasme est au coeur de tout...



Good boys
Hauts perchés
L'affaire Pasolini
Late Night
Le déserteur
Les Baronnes
Ma famille et le loup
Mes autres vies de chien
Reza
Roubaix, une lumière
Scary Stories
Thalasso



Parasite
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre



Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Yves
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
X-Men: Dark Phoenix


USA / 2019

05.06.2019
 



CINQUANTE NUANCES DE JEAN GREY





« Ce que tu peux faire de ton don, c’est toi qui le choisis. »

7e film de la franchise X-Men en bientôt 20 ans, X-Men Dark Phoenix prolonge la chronologie de la deuxième fournée – la jeunesse des mutants – en revenant au début des années 1990. Pourtant, il se distingue des autres, et pas seulement avec son scénario étonnement simple et l’absence de nouveaux enjeux.

En se focalisant sur un personnage – la légendaire Jean Grey – le film se mue en spin—off plutôt qu’en suite, en épisode « hors-série » plutôt qu’une transition ou une conclusion. Avec ce parti-pris, tous les autres rôles semblent secondaires pour ne pas dire accessoires, hormis peut-être celui de l’indéboulonnable Professeur X (avec un James McAvoy très sous exploité). La dynamique de groupe est mise à mal, les émotions ne passent pas, et on globalement, ce X-Men s’avère un peu trop faible pour être emballant.

Le choix d'une menace extra-terrestre comme trame dramatique rend cet épisodeassez binaire (les terriens unis contre les aliens) alors que cette saga a trouvé ses forces dans des conflits plus intérieurs (entre mutants ou/et contre le pouvoir dominant).

Là où on pouvait y voir un sous-texte politique, voire une métaphore du monde contemporain, Dark Phoenix s’avère un simple divertissement qui radote un peu ses thèmes sans exploiter une quelconque profondeur. Il s’agit d’une énième histoire de super-héros combattant le monstre qui est en eux. Même le vilain – une vilaine (Jessica Chastain, transparente) – ne fait jamais vibrer.

Le véritable intérêt est en fait ailleurs. Ce film « Girl Power » fait la place belle aux héroïnes (les mâles dominants sont même contestés ou / et vulnérables, payant chacun leurs erreurs). Outre la méchante extra-terrestre génocidaire, c’est bien Jean Grey (Sophie Turner, en ado résiliente et traumatisée, force tranquille invincible) qui est le fil conducteur et Raven/Mystique (Jennifer Lawrence, seule interprètes tous sexes confondus à réellement jouer son rôle avec conviction), qui sera maltraitée dans cet épisode à l’image de Black Widow dans le dernier Avengers.

Ce combat de femmes puissantes (« Ce sont les femmes qui sauvent les hommes. On devrait nous rebaptiser les X-Women ») est proprement filmé. Surtout, gros avantage, il maintient le rythme. La fluidité du récit, même s’il manque de complexité, est à mettre à son crédit. Si on peut-être blasé des effets visuels, on reconnaît que l’action est rondement menée, notamment ce double final assez long et très pêchu, qui va laisser le monde en cendres. De quoi renaître à l’instar du phénix.

L’espoir contre la haine, le choix de sa famille, l’emprise des émotions sont les messages effleurés par cet opus. Rien de bien méchant. Un peu trop superficielle pour être marquante, cette fausse suite reste efficace. Mais on ignore dans quelle direction la franchise va et on n’apprendra rien de plus sur le Fauve, Tornade ou Cyclope. Reste que cette étape distrayante n’est pas déshonorante dans le genre. Le comble est que la meilleure franchise Marvel soit devenue aussi modeste et peu ambitieuse quand les Avengers et ses « stand-alone » gagnaient en moyens et en muscles. A quand un X-Men (ou X-Women) qui épate de nouveau ?
 
vincy

 
 
 
 

haut