Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Marriage Story
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Shazam!


USA / 2019

03.04.2019
 



BILLY THE KID





« Touche mon gourdin ! »

DC Comics et Warner semblent vouloir abandonner la noirceur de leurs productions « comics » sur grand écran. Même si la trilogie de Christopher Nolan sur le Chevalier noir aka Batman reste la référence dans le domaine, le box office des Superman et autres Justice League n’ont jamais atteint les scores des super-héros de Marvel. Après un Wonder Woman proche de Captain America et un Aquaman aux allures de Thor, voici donc Shazam ! (alias Billy Batson), croisement entre Spider-Man (les angoisses adolescentes de Peter Parker semblent similaires aux traumas de l’orphelin Batson) et Deadpool (pour le second-degré et la distanciation permanente).

Car Shazam ! est un pur produit familial. A l’origine ce super-héros se nommait Captain Marvel (qui, comme on le sait depuis un mois, est désormais une femme), concurrent de Superman, avant que DC Comics ne rachète ce personnage sans savoir trop quoi en faire.

Sous la férule du suédois David F. Sandberg, venu du clip-vidéo et ayant fait ses armes dans l’horrifique, Shazam ! est devenu une teen-comedie qui met en abime les fans de super-héros (le héros lui-même est surpris par ses pouvoirs, son entourage réagit comme des admirateurs de tous les jours). Puisque le comics au ciné, toujours entre fantasy, péplum et western, restant binaire (le bien contre le mal), le film doit trouver du relief ailleurs. En l’occurrence dans le psychologique. Le méchant (Mark Strong, en roue libre) devient vilain à cause du rejet (celui du mage et celui du père). Le gentil devient héroïque grâce à l’amour (pour une mère disparue et pour sa famille d’adoption).

« C’est lui. C’est l’espèce de super-héros .»

On se soucie peu de l’enjeu, pour tout dire. Paricide et autres péchés capitaux paraissent presque ordinaires. Comme les effets visuels, tout est assez classique et déjà vu. Shazam ! est bien plus intéressant pour ses références aux films de John Hugues ou produits par Spielberg (Goonies and co), aux clins d’œil (Rocky) et pour les relations entre ados, face à un monde hostile à la différence. A cela s’ajoute une dérision bienvenue, permettant à l’amusement général d’être divertissant.

D’une esthétique assez pauvre, le film est à l’image Zachary Levi, son super-héros maladroit (on note quelques incohérences narratives, sacrifiées sur l’autel du rythme) et immature, banal physiquement (dont toute trace de virilité a été effacée) et heureusement assez drôle. Shazam ! en profite quand même pour déglinguer le capitalisme de rente (dans une scène un peu forcée où un conseil d’administration est décimé) et faire l’éloge de la famille qu’on choisit plutôt que de celle dont on est issu.

Ces bons sentiments transparaissent dans tout le scénario. On sait qu’il est toujours compliqué d’installer un héros (Hollywood s’oblige toujours à vouloir tout expliquer). Mais en mélangeant l’humour et le tragique, le mélo ado et l’action attendue, Les 4 Fantastiques et Maman j’ai raté l’avion, tout en s’offrant un guest-final plaisant (gâché par une scène post-générique inutile), Shazam ! essaie de redonner de la légèreté à l’univers DC Comics. Le label semble opter pour une stratégie non pas fédératrice comme Marvel mais segmentée selon les âges et le public visé. Ici les 9-20 ans (aka les millennials fans de snapchat) et quelques adulescents nostalgiques
 
vincy

 
 
 
 

haut