M, primé à Locarno, Namur et séville, est le documentaire choc du moment. Yolande Zauberman réussit à allier bienveillance et effroi, scandale pédosexuel chez les juifs ultra-orthodoxes et parcours d'hommes fragiles et touchants.



Comprame un revolver
Dernier amour
Du miel plein la tête
Entre les roseaux
L'homme qui a surpris tout le monde
Le corps sauvage
Le rêve de Sam et autres courts
Leur souffle
M
Qui m'aime me suive
Résistantes
Sauvages
Social Business
Sunset
Us
Walter



Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals



Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
We The Animals


USA / 2018

13.03.2019
 



JONAH'S BROTHERS





Avec We the Animals, Jeremiah Zagar signe un très bel essai sur la masculinité toxique. En salle depuis le 13 mars, son premier long métrage de fiction est à ne pas manquer. Explications.

Un drame familial

Cadet d’une fratrie de trois jeunes garçons épris de liberté, Jonah tente de vivre et de survivre. De milieu modeste et à l’écart de la ville, ses parents, ses frères et lui s’aiment d’un amour passionnel et imprévisible. Souvent livrés à eux-mêmes, les deux frères aînés grandissent en reproduisant le comportement de leur père alors que Jonah se découvre progressivement une identité différente. Véritable moteur de film, cette dernière intrigue.

Très tôt, le spectateur sent cet enfant à part, comme inclus au sein d’une cellule familiale sans vraiment ressembler à celle-ci. Proche de sa mère, Jonah partage avec celle-ci une certaine douceur que l’on pourrait assimiler à de la trouille. C’est d’ailleurs ce que le père de Jonah campé par le très bon Raul Castillo (Looking) se dit avant de donner lieu à l’une des premières scènes graves du film. Plus que le journal d’un enfant, We the Animals décrit avec brio la manière dont la classe moyenne tente de s’en sortir, soudée et sans jamais vraiment voir la lumière. Une idée illustrée par cette tombe creusée au milieu du film…

Un film queer

Outre les mésaventures de cette famille de cinq qui a du mal à s’en sortir, We the Animals peut compter sur un prodigieux scénario écrit à quatre mains. En plus de tenir la caméra, Jeremiah Zagar s’est associé à Dan Kitrosser (Bar Crossed Lovers) pour raconter le début de parcours un peu chaotique d’un enfant qui ne mérite et ne demande qu’une chose : être aimé. Né dans un milieu hétérosexuel et hétéronormé, la gamin joué avec brio par Evan Rosado se fait le symbole de toute une communauté.

A la fois curieux et effrayé par ses propres pensées et désirs, Jonah ne saisit pas encore l’ampleur de ce qu’il se produit en lui. Une manière pour Jeremiah Zagar et Dan Kitrosser de dédramatiser la différence et de mettre des (futurs) parents devant le fait accompli : peu importe sa sexualité, votre enfant reste votre enfant. Le terme "queer" n’est jamais prononcé ou suggéré mais l’idée est là, omniprésente. Jonah n’est pas un gamin comme un autre, ses dessins le prouvent. Plus qu’un loisir, il y a dans ceux-ci une forme d’exutoire.

Un projet sur les hommes

A l’instar de nombreux autres films sortis ou à sortir cette année, Jeremiah Zagar s’est associé à Dan Kitrosser est peuplé de figures masculines. A travers celle du père outrageusement viril et brutal, le film présenté à Sundance décrit le mimétisme dont font preuve tous les enfants avec leurs parents. Du langage à la posture en passant par les regards, Jeremiah Zagar s’est associé à Dan Kitrosser joue avec l’idée que la violence engendre la violence.

Cette dernière est néanmoins traduite à l’image avec pudeur : quand des actes pornographiques ne sont pas "cachés" par des numéros de téléphone sur un écran, c’est l’imagination de Jonah qui se mue en court-métrage d’animation. Ses dessins prennent vie avec une élégance presque candide alors mêmes qu’ils décrivent des scènes de baise intense et de mises à mort. Si certaines scènes, propos et images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs, ce n’est pas pour rien.

We the Animals est premier film à la photographie presque malickienne et au sous-texte aussi puissant que celui de Moonlight. Que demander de plus ?
 
wyzman

 
 
 
 

haut