J'veux du soleil pointe ses caméras sur les rond-points, pour écouter les "gilets jaunes" ou plutôt la classe moyenne occidentale de plus en plus précarisée. Un instantané d'une époque pour lutter contre la misère.



After : Chapitre 1
Alpha - The Right to Kill
Duelles
El Reino
Fanin hier, aujourd'hui
Just a Gigolo
L'époque
La Camarista
La malédiction de la dame blanche
La princesse des glaces
Le cercle des petits philosophes
Liz et l'oiseau bleu
Menocchio
Monsieur Link
Première campagne
Raoul Taburin
Seule à mon mariage
Working Woman



Green Book: sur les routes du sud
Une intime conviction
La Favorite
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals
M
Us
Boy Erased
C'est ça l'amour
Sergio et Sergeï
Synonymes
J'veux du soleil



Grâce à Dieu
Le Chant du loup
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie
Entre les roseaux
Sunset
Companeros
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
Glass


/ 2018

16.01.2019
 



FIN DE PARTIE





« Il y a toujours un plan caché. »

Deux ans après Split, M. Night Shyamalan est de retour sur le grand écran pour conclure sa trilogie d’auteur consacrée aux super-héros et entamée en 2000 avec Incassable. Ce dernier volet, méthodique et profond, pourrait en dérouter certains. Explications.

Trio de choc

David Dunn, l’homme « incassable », est toujours à la recherche de « la Bête », l’alter ego surhumain de Kevin Wendell Crumb. Placés dans le même hôpital psychiatrique qu’Elijah Price, le misanthrope atteint de la maladie des os de verre, ils finissent par s’associer. Mais leurs intérêts demeurent complètement divergents.

On le sait depuis Sixième Sens, M. Night Shyamalan aime les twists de dernière minute, les rebondissements et les situations impensables. Avec Glass, le réalisateur de Signes et Phénomènes se fait plaisir malgré un budget presque quatre fois inférieur à celui d’Incassable. Car ici, au-delà de présenter des personnages aux capacités surhumaines, il est avant tout question de notre rapport aux super-héros et de notre rapport au réel.

Pour élever son récit et permettre au spectateur de se retrouver parmi ce trio d’acteurs formidables (Bruce Willis, Samuel L. Jackson, James McAvoy), M. Night Shyamalan a eu la bonne idée d’intégrer le personnage du Dr Ellie Staple, spécialiste des mégalomanes et des individus persuadés d’être des super-héros. Parfaitement campée par Sarah Paulson, le personnage apporte certains indices et certaines clés au spectateur ainsi qu’aux personnages sur ce qui leur arrivé. Sont-ils vraiment uniques ou légèrement fous ? Glass se laisse 132 précieuses minutes pour y répondre.

Grand manitou

Si Incassable faisait la part belle à David Dunn, Split mettait en avant les multiples personnalités de Kevin Wendell Crumb. Dans Glass, c’est au tour de Samuel L. Jackson de connaître son heure de gloire. Complètement mutique durant la première heure, son personnage finit par briller et tout faire sauter (!) dans la seconde. L’occasion pour son interprète de rappeler à ceux qui en douteraient qu’il est la figure majeure des films de super-héros que nous avons consommés sans modération au cours de cette décennie.

Coincé dans sa chaise roulante (os fragiles obligent), Elijah Price prend des airs de Professeur Xavier, la star des X-Men. A la différence près qu’Elijah est loin d’être aussi bien intentionné. En effet, en plus d’avoir causé l’accident de train par lequel Incassable débute, le spectateur comprend au fil de l’intrigue que ses motivations n’ont aucunement pour but mettre hors d’état de nuire « La Bête ». Un détail qui rend le personnage aussi charismatique que son interprète et absolument vital au récit.

Un western solide

Basé sur la même opposition que Le Bon, La Brute et le Truand , Glass empreinte au film de Sergio Leone l’alternance de points de vue. Les rôles sont savamment répartis (bien que Bruce Willis soit moins visible à l’écran que ses co-stars) et le spectateur a la possibilité de choisir son camp. Et cela, notamment parce que M. Night Shyamalan a pensé à faire appel aux rôles secondaires qui nous avaient attendris dans les deux précédents volets.

On retrouve ainsi avec plaisir Spencer Treat Clark, le fils de David Dunn qui lui prête désormais mains forte dans ses opérations musclées de sauvetage. Charlayne Woodard est toujours aussi craquante en mère ultra-protectrice d’Elijah. Enfin, Anya Taylor-Joy offre une belle continuité au duo formé par Kevin Wendell Crumb et son personnage, Casey Cooke.

Avec ses accents hitchockiens et sa mise en scène réflexive (M. Night Shyamalan enchaîne panoramiques vertigineux et séquences violentes en caméra portée), Glass est la conclusion que nous attendions. Solide comme un roc, Bruce Willis s’impose comme la force tranquille de cet épisode tandis que James McAvoy, dont la musculature va faire craquer les Internets, est encore plus impressionnant que dans Split.

Vous l’aurez compris, en plus d’être un événement dans la filmographie d’un réalisateur phénoménal, Glass est un must-see.
 
wyzman

 
 
 
 

haut