Alita Battle Angel, manga culte, production de James Cameron, réalisation de Robert Rodriguez. Avec sa dose d'action et son héroïne cyborg plus vraie que nature, le blockbuster va essayer de conjurer le mauvais sort fait aux adaptations hollywoodiennes des mangas japonais.



Alita: Battle Angel
All Inclusive
Comme un seul homme
Dans la terrible jungle
Deux fils
Happy Birthdead 2 You
L'illusion verte
Le silence des autres
Les drapeaux de papier
Long Way Home
Moi, maman, ma mère et moi
Ralph 2.0
Regarde ailleurs
The Raft
Un ange
Vice



Une affaire de famille
Spider-Man: New Generation
Roma
Les invisibles
Glass
The Front Runner
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite



Asako I & II
Aquaman
Mirai, ma petite soeur
Le retour de Mary Poppins
Premières vacances
Border
Creed 2
Edmond
L'ange
L'heure de la sortie
Ayka
Ben Is Back
Colette
L'incroyable histoire du facteur Cheval
Holy Lands
Une jeunesse dorée
Doubles vies
Another Day of Life
La Mule
The Hate U Give, La haine qu'on donne
Un berger et deux perchés à l'Elysée
Si Beale Street pouvait parler
Pearl
Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Les estivants
L'amour debout
Mango
La cabane aux oiseaux
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 8

 
Venom


USA / 2018

10.10.2018
 



INSIDE MAN





« Vous ne nous avez pas trouvés. C’est nous qui vous avons trouvés. »

Le slogan du film (« Le monde a assez de super-héros »), suggérant que ce n’est pas du tout ce dont il s’agit ici, est assez abusif. Même s’il met en scène un personnage plus intéressant que ce boy-scout de Captain America et la plupart de ses semblables, Venom reste classiquement un film de super-héros, construit comme tel (prologue présentant le héros avant « transformation », période d’adaptation, puis doute et révolte, et enfin acceptation et osmose) et aux enjeux parfaitement dans la ligne du genre : sauver la planète et, accessoirement, (re)trouver sa place dans la société et surtout reconquérir la femme de sa vie.

Mais là où le Blockbuster de la semaine se distingue, c’est dans le choix de son protagoniste, un humain tête brulée façon archétype de journaliste d’investigation idéaliste, avec lequel vient littéralement fusionner une créature extra-terrestre avide de chair humaine fraîche (et si possible vivante), pas franchement embarrassée par des notions de bien et de mal. Le duo (si l’on peut dire) est évidemment irrésistible, et l’on ne pouvait que se réjouir a priori de le voir enfin rejoindre la longue lignée des héros Marvel portés sur grand écran.

Et malgré un récit relativement classique (un peu mou dans ses scènes d’exposition, banal dans ses enjeux, et avec un personnage de méchant pas franchement à la hauteur), il faut avouer que la personnalité fantasque de Venom emporte toutes les réticences, et cela bien que le film gomme totalement son aspect de « Super-vilain » pour en faire au contraire un instrument du « bien ». Cet extra-terrestre brutal et cru, au physique particulièrement laid selon les normes terrestres (mais admirablement rendu à l’écran grâce à des effets spéciaux de toute beauté), contrebalance efficacement l’aspect un peu lisse de son acolyte humain, et offre à la fois de jolis moments de comédie et de magnifiques scènes d’action. Les supers pouvoirs de l’entité (capable de s’étendre à l’infini et de changer de forme) sont notamment parfaitement exploités visuellement, permettant quelques séquences à très grand spectacle. A défaut d’être totalement inventif, le film revisite ainsi intelligemment tous les passages obligés de ce type de films, de la poursuite à moto à l’escalade de façade à mains nues, en passant par des combats à un contre cent et autres chocs de titan.

On notera au passage que les scénaristes hollywoodiens sont particulièrement obsédés ces temps-ci par les questions de surpopulation et d’environnement, puisqu’après Thanos qui voulait éliminer la moitié de la population mondiale pour permettre à la planète de survivre (dans le dernier Avengers), le millionnaire fou de service dans Venom cherche quant à lui une manière de permettre aux hommes d’émigrer dans l’espace avant que la vie ne soit devenue impossible sur Terre. On ne sait trop si on doit se réjouir de voir ces enjeux de société s’inviter dans les plus hauts lieux de la culture populaire, ou au contraire s’inquiéter de leur relative banalisation, alors qu’ils deviennent des éléments de fiction exactement au même titre que la menace d’une invasion extra-terrestre et les méfaits d’un industriel sociopathe.

Quoi qu’il en soit, si Venom est un film d’action efficace et plutôt réussi, il risque malgré tout de décevoir les fans des comics, tant le scénario peine à exploiter toutes les ressources potentielles du personnage. A moins que les volets suivants (déjà dans les tuyaux) ne parviennent à s’abstraire d’une tonalité largement bon enfant (dans la ligne de Deadpool, mais en plus sage) pour amener le symbiote et son porteur vers le côté plus obscur de leur double personnalité…
 
MpM

 
 
 
 

haut