Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Hauts perchés
Late Night
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les Baronnes
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Roubaix, une lumière
Thalasso
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Game Night


USA / 2018

18.04.2018
 



VERY BAD NIGHT





« On ne veut pas s’amuser, on veut juste gagner ! »

Le pitch sent le concept. Game Night s’inscrit dans le filon des comédies catastrophes, de Very Bad Trip à Comment tuer son Boss, avec comme point de départ le synopsis de The Game de David Fincher. Derrière la façade, il y malgré tout une morale : la vie ne serait pas qu’un jeu. Parfois il faut devenir adulte et prendre ses responsabilités. Le niveau n’est pas très élevé pour des amateurs du genre, en l’occurrence un mélange de thriller et de comédie de mœurs, de farce burlesque et de mélodrame familial.

Game Night, comme les jeux de société sur lequel il pose ses fondations, est un divertissement honnête, agréable, et finalement distrayant grâce à des acteurs qui manient le premier et le second degré à la perfection.

« Putain ! Les tables en verre sont bizarres ce soir ! »

Ils peuvent aussi compter sur quelques séquences croquignolettes (oui le mot existe) : du teletubby violet qui va sceller le destin des tourtereaux au flic-voisin aux allures de psychopathes, les bonnes idées ne manquent pas. Cela donne d’ailleurs deux belles séquences folledingue, l’une dans le bureau du voisin, un mausolée dédié à son ex-femme, l’autre dans la villa d’un des « vilains », poursuite endiablée et chorale.

Cet « Escape Game » en réel, aux digressions inégales et aux personnages un peu stéréotypés, a bonne allure durant les trois quarts du film. Certains moments sont vraiment cocasses. Ce sont d’ailleurs les petites catastrophes qui font le plus rire.

Même si cela manque d’originalité, même si l’histoire fraternelle est sans réel intérêt, ce Ready Player One à l’ancienne (on cherche aussi un « Golden Egg », ici de Fabergé), est porté par un scénario gigogne distrayant. On regrette alors le dernier quart du film, où le jeu n’est plus un jeu, où les twists, malins, se prennent les pieds dans le concept d’un film plus convenu, malgré l’arrivée de la guest-star Dexter – pardon Michael C. Hall -, qui rend cet épilogue invraisemblable. Pire, le découpage et le montage sont ratés, au point de rendre le film bancal et de tuer toute la dérision qui faisait son charme.
 
vincy

 
 
 
 

haut