Les étendues imaginaires de Slew Hua Yeo a reporté le Léopard d'or à Locarno en août dernier. Portrait de Singapour et de son arrière-cour (pas forcément reluisante), le film est une splendeur, à la fois surprenant et singulier.



Aïlo : une odyssée en Laponie
Convoi exceptionnel
Depuis Médiapart
Dragon Ball Super: Broly
La petite fabrique de nuages
Les témoins de Lendsdorf
Lune de miel
Ma vie avec John F. Donovan
Maguy Marin, l'urgence d'agir
McQueen
Meltem
Mon bébé
Pau
Quand je veux, si je veux!
Rebelles
Rosie Davis
Teret
Triple frontière
Un lien qi nous élève
Wall
We The Animals



Une affaire de famille
Spider-Man: New Generation
Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan



L'incroyable histoire du facteur Cheval
La Mule
Si Beale Street pouvait parler
Pearl
Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Les estivants
L'amour debout
Mango
La cabane aux oiseaux
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
Red Sparrow


USA / 2018

04.04.2018
 



RED STAR





"Vous serez former à la manipulation psychologique"

Dans la lignée des Wanted et Atomic Blonde, voici Red Sparrow. En tout cas le film de Francis Lawrence (la trilogie Hunger Games) se veut un de ces thrillers d’espionnage avec agent double sexy. On est dans le même format : on doute des intentions de l’héroïne dans ce jeu de manipulations et de trahisons.

Mais à la différence d’Angelina Jolie à Washington et de Charlize Theron à Berlin, Jennifer Lawrence n’est pas une « action-girl ». Red Sparrow, et c’est ce qui peut surprendre le fan du duo Lawrence/Lawrence, est avant tout un film à suspense, entre polar violent et froid, et jeu de pouvoirs.

Finalement, le « moineau rouge » donne peu de coups. A l’origine danseuse brillante du Bolshoi, elle a pour atout son intelligence, son instinct, son physique. Et si elle frappe peu, elle encaisse beaucoup. Sa chair n’est pas ménagée entre douches glaciales et armes blanches, diverses tortures et une dépossession « officielle » de son corps. Un vrai calvaire, brutal.

Le film frustrera sans doute ceux qui attendent des courses-poursuites et quelques bonnes bastons. Même s’il y a quelques séquences où les effusions de sang ne manquent pas, Red Sparrow reste avant tout un thriller cérébral avec indices, fausses pistes et manigances. C’est convenu et pourtant on évite le récit surligné, le message surappuyé ou la morale surexposée.

Patriotisme broyeur d'identité

Le réalisateur recherche davantage à séduire qu’à épater. A l’instar de ce long prologue où s’alternent un ballet classique sans enjeu (a priori) et un rendez vous entre une taupe et un agent de la CIA (qui va mal tourner). Francis Lawrence refuse le sensationnalisme, le rythme trépidant. Il installe sa séquence et ses deux personnages. Prend son temps.

Dans ce jeu à triple bande, parfois un peu sadique, et en tout cas masochiste, l’histoire de l’héroïne importe finalement peu. On est pris dans les méandres de ce méli-mélo qui ne surprendra pas les amateurs de littérature policière (John le Carré n’aurait pas renié le pitch). Hormis le poutinien oncle au sang froid (Mathias Schoenaerts) et la reptilienne professeure sans affect (Charlotte Rampling), les rôles secondaires sont trop synoptiques pour créer des enjeux humains. On reste dans un récit binaire d’une femme sous l’emprise d’un système et qui cherche à s’en échapper. Une victime qui a scellé son destin en faisant volontairement les mauvais choix ? Pas si simple.

Survival séducteur

C’est tortueux, malin. Sans être original, Red Sparrow est séduisant, mais s’oublie assez vite, malgré un final machiavélique et une actrice déployant tout son talent. Cependant, on reste assez stupéfait par la dureté, la noirceur et la froideur du propos. Ce film clairement anti-russe, un peu construit sur les vestiges d’une guerre froide officiellement achevée, fait un écho étrange à l’actualité et pourrait nous faire croire à la résurrection d’un affrontement glaçant entre l’Occident et cette Russie patriotique et broyeuse de destins.

Divertissement bien calibré, bien fabriqué, avec ce qu’il faut de glam et de gore, il manque sans doute d’une profondeur psychologique pour avoir un peu plus de relief. Au moins se détache-t-il des films du genre récents (effet Jason Bourne) pour retrouver un certain classicisme. Red Sparrow réussit à ne pas nous perdre dans son labyrinthe grâce à un scénario efficace et limpide, au service d’une actrice qui prend plaisir à jouer les simulatrices. Un joli pas de deux entre « Lawrence », aussi harmonieux que précis.
 
vincy

 
 
 
 

haut