Yesterday est un bon feel-good movie, mix de comédie romantique, de film musical et de satire sociétale autour des chansons des Beatles. Danny Boyle fait un détour vers la comédie populaire dans sa vieille Angleterre avec au scénario l’auteur de Quatre mariages et un enterrement et de Love Actually.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son



Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
L'Affaire Roman J. (Roman J. Israel, Esq.)


USA / 2017

14.03.2018
 



DENZEL CALE





Quatre ans après l'excellent Night Call, Dan Gilroy repasse derrière pour le lamentable L'Affaire Roman J. Explications d'un plantage.

Une idée qui a du chien

A la mort de son mentor, Roman J. Israel, avocat idéaliste et déterminé, voit son quotidien bouleversé. Dans l'univers des tribunaux surchargés de Los Angeles, celui qui fut son modèle laisse un vide. Recruté par George Pierce, Roman se lie d'amitié avec une militante de l'égalité des droits. Confronté à des situations extraordinaires, il remet en question l'engagement qui a déterminé toute sa carrière.

Sur le papier, L'Affaire Roman J. a de quoi passionner. Denzel Washington en avocat paumé, Colin Farrell en patron ambitieux et Carmen Ejogo en militante. Tout cela a fait envie. Et c'est bien sur ce même papier que l'on reconnaît tout le temps de Dan Gilroy. Comme il l'avait fait sur Jason Bourne : L'Héritage et Night Call, il parvient à écrire des dialogues passionnants sans jamais être révolutionnaires.

Plus encore, l'univers qu'il crée autour de Roman J. Israel est fascinant. Sorte de réécriture de l'histoire des droits de l'homme post-Black Live Matter et Donald Trump, L'Affaire Roman J. relève souvent du fantasme. Cependant, ce fantasme tient la route et donne envie de voir sur quoi il va déboucher. Et c'est à ce moment-là que tout se casse la gueule…

Une réalisation douteuse

Avec un scénario aussi taillé pour les Oscars, Dan Gilroy aurait pu aller très loin. Son personnage principal est atypique, à ranger près des Monk mais il ne parvient pas à transcender à cause d'une mauvaise mise-en-scène. Et c'est à ce moment-là précisément que l'on observe les limites du talent de Denzel Washington. Presque aussi remarquable que dans Fences, le film qui lui a valu une nomination aux Oscars pas plus tard que l'an dernier, il est ici confronté à la violence des mauvais choix de cadrage.

Déjà étrange pour le spectateur, la réalisation de Dan Gilroy transforme le personnage principal en véritable alien. Récurrence de plans en contre-plongée, gros plans inutiles, travelling embarrassants, rien ne va. Dès lors, il devient difficile d'avoir de l'empathie pour Roman J. Israel ou même de s'y identifier. Potentiellement comique sur le papier, cet avocat original s'avère simplement bizarre à l'écran. Ses remarques - souvent pertinentes - deviennent sans que l'on ne comprenne immédiatement pourquoi des piques sans fondement.

Plus encore, la réalisation peine énormément dans sa présentation de Los Angeles. Dan Gilroy aurait en effet mieux fait d'insister sur le caractère dérangeant voire morbide du milieu carcéral californien au lieu d'en faire un lieu vite oubliable. Les policiers semblent tout droits sortie d'une sitcom, le personnage de George Pierce d'un soap opera et Roman J. Israel d'un drame historique - ce qu'est censé être L'Affaire Roman J. Le mélange des genre est indigeste et lasse vite.

Dépourvu d'âme, le second film de Dan Gilroy s'avère déplaisant et ennuyeux. Destiné à plus grand, le premier film de Denzel Washington de l'année sera certainement le plus dispensable. On le retrouvera dans Equalizer 2. Serait-il devenu paresseux?
 
wyzman

 
 
 
 

haut