Hors-compétition à Cannes, The Spy Gonbe North est l'un des rares grands films coréens de cette année à sortir en salles. Ce thriller d'espionnage vaut le détour, sans passer par la Corée du nord.



8, avenue Lénine
André Robillard en compagnie
Arthur et la magie de Noël
Carmen et Lola
Célébration
Chien de garde
Festen
Frères de sang
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Les chatouilles
Les neiges de la soie
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Petits contes sous la neige
Pour l'amour de l'art
Premières solitudes
Sami, une jeunesse en Laponie
Suspiria



A Star is Born
Chris the swiss
RBG
Un 22 juillet
Yéti & Compagnie
Le grand bain
En liberté !
The Spy Gone North



Mademoiselle de Joncquières
Première année
Les Frères Sisters
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom
Tazzeka
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
The House that Jack Built
Bamse au pays des voleurs
Bohemian Rhapsody
Breathe
Chacun pour tous
Cold War
Jean-Christophe & Winnie
Quién te cantará
Silvio et les autres
Ta mort en shorts
Touch Me Not
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi (Star Wars: Episode VIII – The Last Jedi)


USA / 2016

13.12.2017
 



Des spoilers en grand nombre cet article contient.





LA FORCE POUR LES NULS

"La guerre ne fait que commencer."

Deux ans après Le Réveil de la Force, Rian Johnson monte à bord du vaisseau Star Wars pour un 8e épisode très attendu des fans mais qui pourrait bien diviser. Explications.

Héritage et continuité

Rey, Finn et Poe rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé…

Voilà pour le pitch très énigmatique de ce nouveau volet complètement fou. Dans la suite logique du Réveil de la Force, Les Derniers Jedi s'intéresse à différentes intrigues qui se croisent ici et là. Il y a tout d'abord les missions aériennes et spatiales de Poe, bien décidé à sauver les derniers rebelles des nombreux tirs du Premier Ordre. Puis vient Finn, missionné pour récupérer un hacker capable de désactiver le traceur que le Premier Ordre utilise pour suivre les rebelles. Et enfin, l'entraînement on ne peut plus mouvementé de Rey auprès de Luke Skywalker.

Lucky Luke

Véritable personnage central des Derniers Jedi, Luke fait ici preuve de la force qu'on lui jalousait dans la première trilogie. Volontaire et combatif, c'est avec plaisir que l'on retrouve Mark Hamill, aujourd'hui âgé de 66 ans, dans le rôle qui en a fait une star mondiale. Si le spectateur n'attend qu'une seule chose, le voir prendre son sabre laser et tenter de raisonner Ben Solo (aka Kylo Ren), Luke Skywalker est loin d'être la seule star du film. En effet, suite au décès de Carrie Fisher le 27 décembre 2016, les producteurs ont fait le choix de lui rendre hommage par le biais des Derniers Jedi. Une occasion pour eux de la montrer plus forte que jamais puisque son personnage, la légendaire Princesse Leia devenue Générale, est visiblement elle aussi capable d'utiliser la Force.

Bien que l'on ne sache pas comment scénaristes et producteurs parviendront à expliquer son absence dans l'Episode 9, il faut bien reconnaître que ne pas la laisser faire des adieux numériques est un vrai bonheur. A l'image de celle de Han Solo sur cet Episode 8, l'ombre de Carrie Fisher devrait flotter sur l'Episode 9.

Lumière vs obscurité

Bien évidemment, Les Derniers Jedi a, sur le papier, un rôle essentiel : il doit prouver aux fans de la première heure que l'énorme hommage rendu à la saga par le biais de l'Episode 7 n'était pas vain mais qu'en plus de cela, cette troisième trilogie peut apporter quelque chose de nouveau, de frais. Et c'est le cas, parfois.

Sans surprise, les thèmes principaux de Star Wars se retrouvent à dialoguer dans Les Derniers Jedi. Filiation, origines, destin, responsabilités… Tout cela s'entrechoque ici pour donner un sacré morceau de bravoure. Car si Kylo Ren et Rey sont destinés à se combattre, il est agréable de voir que Rian Johnson, seul auteur du scénario, a été capable de mettre les autres personnages au centre de véritables dilemmes. Poe est amené à fuir avec un équipage, lui qui est habitué à attaquer tandis que Finn découvre le prix du sacrifice.

Trop riche en informations, Les Derniers Jedi a le mérite d'expliciter une bonne fois pour toutes ce qu'est la Force et de nous donner des images et des exemples concrets. Pour ajouter du cachet à un blockbuster dont le budget de production dépasse largement les 200 millions de dollars, Rian Johnson a pu compter sur des acteurs talentueux. Daisy Ridley, John Boyega et Oscar Isaac retrouvent les personnages qui les ont transformés en phénomènes et sont entourés de Gwendoline Christie (capitaine Phasma), Domnhall Gleeson (général Hux) Andy Serkis (suprême leader Snoke) et Lupita Nyong'o (Maz Kanata). Ils sont rejoints cette fois-ci par Benicio Del Toro (DJ), Laura Dern (vice-amirale Amilyn Holdo), Kelly Marie Tran (Rose Tico) et Justin Theroux (Slicer). Si l'univers Star Wars ne vous intéresse pas, allez-y juste pour le casting, qui s'offre un ravalement chic et art et essai!

Pour faire passer la pilule de ce film qui tente de se démarquer tout en étant la suite de l'introduction et le préambule du combat final, Rian Johnson a su saupoudrer son blockbuster d'une sacrée dose d'humour. Car oui, Les Derniers Jedi est un film incroyablement drôle. A titre d'exemples, on citera les répliques sèches de Luke Skywalker, les échanges entre Poe et BB-8, le général Hux qui est malmené et le peuple présent sur l'île où s'est réfugié Luke. Ces pauses comiques feraient presque oublier la longueur du récit : plus de deux heures et demi !

Prises de risques alarmantes

Parce qu'il est officiellement à la tête de la prochaine trilogie Star Wars, Rian Johnson a pris quelques libertés. Conscient des critiques faites au Réveil de la Force, Rian Johnson fait le parie (osé) de ne plus constamment rendre hommage à la première trilogie mais de donner son propre souffle à celle-ci pour qu'elle marque les esprits. Et pour cela, il n'y est pas allé de main morte. Outre les nouveaux pouvoirs de Leia, il convoque l'esprit de maître Yoda à sa guise et transcende le personnage de Luke. Plus encore, si l'on pensait que le grand méchant de cette trilogie serait Snoke, il n'en est finalement rien. il meurt en effet dans Les Derniers Jedi, permettant à Kylo Ren d'asseoir son statut d'ennemi #1.

Malheureusement, le parti pris de Rian Johnson laisse un goût étrange une fois le générique de fin arrivé. Le réalisateur de Looper laisse peu de place au combat rapproché et seul celui de Rey et Kylo Ren (côte à côte et non face à face) reste en mémoire. Si J.J. Abrams avait privilégié les effets spéciaux rétro et pratiques qui faisaient plus authentiques, Rian Johnson a laissé faire les ordinateurs d'ILM en post-production. Résultat : les plans d'ensemble sont réussis mais pas les plans larges et rapprochés sur lesquels on distingue clairement les incrustations. Dommage.

Quant aux scènes d'action, celles-ci s'avèrent finalement moins naturelles et grandioses que dans Le Réveil de la Force. Là où J.J. Abrams parvenait à nous retourner le cerveau avec ses impressionnants loopings, Rian Johnson se contente d'offrir quelque chose de propre mais loin d'être révolutionnaire. Et la musique de John Williams, elle, semble bien moins présente et poignante que dans les volets précédents.

En sandwich

Trop long et trop dense, Les Derniers Jedi souffre de son statut un peu bâtard d'épisode 2 dans une trilogie. Réussi sur le plan de l'écriture et de la mise en scène, il pèche contre l'émotion. Aussi grandiose et engageant que n'importe quel Star Wars, on a du mal à croire qu'il parviendra un jour à faire de l'ombre au Réveil de la Force ou à Rogue One. En attendant, on ne peut que saluer l'harmonie qui transparaît au sein de ce casting 5 étoiles.
 
wyzman

 
 
 
 

haut