Premier film "américain" de Mélanie Laurent, Galveston est un mélo noir, où l'humanité l'emporte sur la violence, où la nature est dominante et où la justice est défaillante. Mérite le détour.



Black indians
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Je suis resté dans les bois
La grande aventure de Non-Non
Le flic de Belleville
Le jeu
Le procès contre Mandela
Sans jamais le dire
Six portraits XL 1
The House that Jack Built
The Predator
Un 22 juillet
Wine Calling
Yéti & Compagnie



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss
RBG



Mission: Impossible - Fallout
Burning
Shéhérazade
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Pattaya


France / 2015

24.02.2016
 



BANDE DE POTES





- T'es sérieux là ? Vas-y, vas-y, bouge ta main ! T'as cru que j'étais ta copine ou quoi ?

- Bah… Ouais !


Quatre ans après la comédie ultra rentable Les Kaïra, Franck Gabstambide nous revient avec un nouveau long-métrage particulièrement atypique et lourdingue. Explications.

Après sa rupture avec Lilia, Franky déprime. Pour lui changer les idées, son pote Krimo lui propose un voyage à Pattaya (Thaïlande), le paradis des racailles (ou l'enfer du vice selon "Enquête exclusive"). Pour ce faire, ils veulent inscrire à son insu le nain de leur quartier au championnat du monde de Boxe Thaï des Nains. Mais ces vacances de rêve se transforment rapidement en aventure cauchemardesque !

Lorsque le film débute, rien n'annonce l'avalanche de grossièretés sous laquelle le spectateur va être enseveli. En effet, grâce à Sabrina Ouazani dans le rôle de Lilia, Pattaya commence comme une comédie romantique où tout va bien se terminer. Franky quitte la France pour oublier celle qu'il aime et à laquelle il pense constamment. Malheureusement, Franck Gastambide se refuse rapidement à faire de Pattaya une énième comédie romantique au dénouement heureux pour sombrer sans attente dans le potache et le graveleux.

Au cœur de la station balnéaire la plus connue de Thaïlande (horreur du tourisme de masse), celui qui a écrit et réalisé le film et s'est donné le rôle principal s'offre toutes les folies possibles avec un seul but : faire rire. Et cela fonctionne. Parfois. Car s'il faut bien reconnaître que Franck Gastambide sait nous donner envie de nous rouler par terre, son film est assez inégal. La première partie laisse entende qu'il s'apprête à dynamiter un genre qui se repose sur ses lauriers ; tandis que la seconde n'est qu'une espèce de Very Bad Trip à la française. A la différence près que dans Pattaya, tout est plus osé, plus couillu. Plus franchouillard quoi.

Mais tout n'est pas à jeter pour autant. On pense notamment aux guests que sont Ramzy Bedia, Gad Elmaleh, Fred Testot, Cyril Hanouna ou encore Mister V. Fortement destiné à la cible de Skyrock, Pattaya devrait faire oublier aux auditeurs le désastre que fût Babysitting 2, sorte de Bronzés au Brésil sans le talent et l'humour décalé et très écrit du Splendid. Plus encore, les deux acolytes de Franck Gastambide (Malik Bentalha et Anouar Toubali) offrent des performances assez folles. Et comment ne pas évoquer la plastique de Franck Gastambide, qui, on le sait, aime exhiber ses abdos - en bon métrosexuel des dernières années de la génération X ? Outre un dynamisme ahurissant et des répliques plus que mémorables, c'est le plus gros atout de Pattaya.
 
wyzman

 
 
 
 

haut