Damien Chazelle retrouve Ryan Gosling pour un biopic bipolaire: First Man est à la fois un drame intime et un ballet spatial. Immersif dans les étoiles et intériorisé sur terre, le film démontre une ambition cinématographique à l'écart du formatage hollywoodien.



Black indians
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Je suis resté dans les bois
La grande aventure de Non-Non
Le flic de Belleville
Le jeu
Le procès contre Mandela
Sans jamais le dire
Six portraits XL 1
The House that Jack Built
The Predator
Un 22 juillet
Wine Calling
Yéti & Compagnie



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss
RBG



Mission: Impossible - Fallout
Burning
Shéhérazade
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 13

 
Libre et assoupi


France / 2014

07.05.2014
 



LA TO DO NOTHING LIST





En introduction Sébastien, une vingtaine d'années propose sa conception de la masturbation. Le film démarre dur (pardon pour le mauvais jeux de mots). À la manière de l'épilogue du film Kaboom de Gregg Araki (en beaucoup moins poétique), le personnage principal explique qu'il s'agit d'une activité qu'il exerce très souvent. Logique pour celui qui se définit comme un «branleur».

Vous l'avez compris Sébastien (Baptiste Lecaplain) est un adepte des paroles à doubles sens drôles (et parfois lourdes). C'est ainsi qu'on le voit rire aux éclats avec le terme «avocat», mêlant avec humour (ou pas) le légume et la profession. Jeu de mot déjà exploité dans La bataille de Solférino. Justement, concernant la profession, il n'en a pas, ne fait rien de ses journées : c'est un légume. Et ne rien faire lui plaît au plus haut point! Comment occupe-t-il ses journées? À part la masturbation, il aime lire, mater le foot en mangeant des chips et étudier. Mais voilà, comme ses études sont terminées, cet éternel Peter Pan s'obstine à écrire des fausses lettres de refus d'employeur afin de toucher le RSA. Avec autant d'imagination, il aurait pu être un écrivain mais non, Sébastien préfère voir ses colocataires bosser et se faire humilier dans un monde du travail plus qu'agressif.

Notre héros n'habite pas seul (bien évidemment sinon ce serait moins drôle). Il vît avec ses opposés Anna (Charlotte LeBon) stagiaire dans une maison d'édition et véritable battante dans la vie, ainsi que Bruno (Félix Moati), un journaliste sportif qui, en attendant de trouver un média qui veuille bien de lui, enchaîne les petits boulots. Et quand il ne taffe pas, il s'exhibe en slip, ce sous vêtement des années Platini.

Tout ce petit monde partage le même appartement, ce qui aurait pu nous conduire dans un Friends à la français. Il n'en est rien! Malgré la promesse d'humour du film, on constate indéniablement que ce ne sont pas des héros de comédie. Les vannes finissent par devenir si pesantes qu'on ne rit plus. Et si Sébastien est motivé à ne rien faire c'est le cas du spectateur à mi-chemin du film. On se laisse faire, espérant un bon fou rire...en vain! Ça ne dépasse pas la bonne intention. Quelques idées sont bien amenées et assez cocasses. Mais il manque l'irrespect d'une comédie à l'américaine ou le délire subversif d'un cinéaste aguerri pour nous emballer. Reste le phénomène de société d'une génération Y qui se demande pourquoi elle existe, préférant rêver. Un peu plus d'anticonformisme n'aurait pas nuit.
 
cynthia

 
 
 
 

haut