Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 53

 
Divergente (Divergent)


USA / 2014

09.04.2014
 



SMELLS LIKE TEEN SPIRIT





Futuriste et pleine d'action Divergente est la nouvelle saga à cash d'Hollywood. 120 millions de $ au box office nord américain en trois semaines. Découlant des phénomènes Twilight et Hunger Games, Divergente met en scène une fille ordinaire (mais Bella est déjà oubliée) mais différente (et élue), à l'instar de Katniss. Fini les vampires romantiques qui brillent au soleil et les jeunes filles en fleur fragile, place à l'image de l'adolescente forte et audacieuse.

Katniss avait déjà ouvert la marche avec ce genre d'histoire où l'avenir du monde est définitivement entre les mains d'une femme. Dans Divergente, Beatrice/Tris a, à peu près, le même challenge que l'héroïne de Hunger Games: sauver sa peau, mais aussi préserver son anonymat en tant que divergente. Oui elle est une divergente, c'est-à-dire qu'elle ne rentre dans aucune catégorie de «faction» proposé par le gouvernement et ça ce n'est pas bon. Car là aussi, le monde est apocalyptique, tyrannique, formaté pour que chacun soit à sa place.

Cette métaphore propre à l'adolescence fait la force du film. Le quête de l'identité, la peur d'avouer ce qu'on est réellement et surtout cette envie de s'affirmer sont les thèmes principaux. Tris va se battre et quitter sa faction pour une autre (à ses risques et périls), se faire des amis et des ennemis et surtout enfin vivre comme elle le rêve. Son personnage va d'ailleurs évoluer d'une manière fulgurante au cours de ce premier volet (il y en a trois en tout), démarrant avec une adolescente légèrement enfermée sur elle-même et rêveuse pour finir par une guerrière combative. Bien évidemment comme toute saga adolescente, il y a de l'amour. Mais pour une fois le cliché et la guimauve ne se font pas sentir. Aucun sentimentalisme même. Ici on parle d'une relation solide et évolutive au fil de l'intrigue. On peut aussi voir le verre à moitié vide : tout cela est convenu. Banal même. En suivant les mêmes principes que les autres sagas du genre, Divergente, les sentiers sont déjà battus et les surprises assez rares.

Le casting est impeccable. Si Kate Winslet est la délicieuse cerise sur le gâteau, c'est bien Shailene Woodley qui brille de mille feux et qui trouve là, comme Jennifer Lawrence il y a deux ans, un rôle à la dimension de son talent d'actrice, repéré dans des films indépendants (The Descendants, The Spectacular Now. Avec Divergente, elle quitte les productions indé et entre dans le cercle très fermé des jeunes comédiennes adulées avec les épaules assez larges pour porter un blockbuster.

Pour le reste, tout est bien fait. Décors, image, costumes, musique. Il y a un aspect réaliste qui n'est pas pour nous déplaire. Même si le film met un certain temps à démarrer, ce film futuriste et post-apocalyptique tient ses promesses avec un scénario bien travaillé et ce qu'il faut d'intrigue, de romanesque et de rebondissements. Divergente ou la force obscure de l'adolescence. Au moins ce n'est pas grotesque comme les Âmes vagabondes. Mais est-ce que ça tiendra la route sur la longueur d'une trilogie?
 
cynthia

 
 
 
 

haut