Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Flight


USA / 2013

13.02.2013
 



LOOPING UN PEU LOUPÉ





Après quelques (ré)créations animées qui auront duré près de dix ans (Le pôle express, Beowulf, L’étrange Noël de M. Scrooge), Zemeckis retrouve enfin le plaisir de diriger de « vrais » acteurs. Ce retour aux sources d’un cinéma sans pixel, synonyme d’une approche plus adulte de l’histoire narrée, demeure, paradoxalement, bien fade. Presque terne. Bouffé, à dire vrai, par la logique implacable d’un ciné US moralisateur tétant comme une ogresse gloutonne – pléonasme, quand tu nous tiens ! – les mamelles de la rédemption et de la repentance publique. Flight, qui n’échappe pas à cette règle, n’est pourtant pas anodin dans la filmographie de Zemeckis puisqu’il est question d’addiction, celle de l’alcool, mal qui aura rongé le cinéaste quelques années durant.

Hélas, on ne se refait pas. L’explicite, même virtuose (la scène du crash aérien vaut le détour), ne peut supplanter à elle seule la portée introspective que Zemeckis fait endosser à son antihéros. L’expression d’une (sur)démonstration générale – c'est-à-dire étendue aux différentes parties / séquences du film – balise sans aucune nuance la perdition d’un homme usé par l’abus de boissons alcoolisées en tout genre. Le réalisateur ne s’attarde pas, ou si peu, sur les méfaits d’une telle addiction. Il préfère oser la confrontation avec soi-même suite au crash pourtant admirablement maîtrisé par un pilote saoul (Denzel Washington toujours aussi crédible). Le paradoxe s’affiche, fièrement. La morale prend forme, inéluctablement. Et les pensums sur le principe de culpabilité, de renoncement, de chute et de rédemption s’accumulent…

Point d’implicite dévoilé dans les meurtrissures de l’âme, l’enchainement se veut didactique façon thriller bien ficelé. Ainsi le film se structure péniblement, très péniblement, selon un canevas rebattu, très rebattu entre événement déclenchant (le crash), enquête, procès, dénouement. Le classique hollywoodien en somme ! Le personnage principal se retrouve pris au piège d’une mécanique trop bien huilée, agite donc les bras et roule des yeux pour exister au-delà de la simple tentation par l’alcool. Il « contextualise » par son comportement la thématique à traiter mais ne peut, de fait, que survoler celle-ci dans l’énumération monotone des différentes étapes jusqu’à la prise de décision, certes courageuse, mais attendue. Le salut filmique viendra, par intermittence seulement, de la rencontre avec Nicole, camée paumée en recherche de rédemption. Kelly Reilly, qui illumine le film de sa présence (hélas beaucoup trop vite évacuée), amorce ce qu’aurait dû être l’orientation du long-métrage dans le dur labeur d’exister avec et par-delà la dépendance.

Le spectacle se veut spectaculaire, un peu comme si Zemeckis se cachait derrière sa mise en scène aussi fluide que percutante. Incapable de maintenir l’inspiration initiale osant le nu féminin frontal, dans une première séquence fun, rock’n’roll, rythmée, impudique, factuelle, intrusive. La pudeur, celle de Zemeckis, s’invite, hélas, dans ce flot anti-moralisateur assez rare concernant le ciné US de divertissement. La gangrène des bons sentiments et autres poncifs sur le pardon dans le rachat de ses erreurs façonnent un film bâtard incapable d’assumer sa désinvolture première sur le comportement d’un homme alcoolique. Et des dégâts que cela peut occasionner.
 
geoffroy

 
 
 
 

haut