Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Cœurs perdus (Lonely hearts)


USA / 2007

06.06.2007
 



BONNIE AND CLYDE





"- Montre à Martha que tu l'aimes."

Les premières minutes du film nous plongent d'emblée dans une atmosphère énigmatique, propre au film noir. Cette entrée en matière plutôt alléchante, doublée d'un casting étoilé, laissait présager le meilleur. Malheureusement, le spectateur ira de désillusion en désillusion. Si la reconstitution des années 40 reste fidèle et soignée, le film renvoie à trop de codes cinématographiques différents – polar, film noir, film de gangsters, puisant ses inspirations, entre autres, chez De Palma (Les Incorruptibles) et Arthur Penn (Bonnie and Clyde) – nous laissant perplexes et souvent sur notre faim. L'enquête policière sur les deux criminels, noyau dur du long-métrage, s'enlise et le réalisateur peine à montrer l'obsession dévastatrice qu'éprouve le personnage de John Travolta pour l'affaire, supposée détruire sa vie. David Fincher en livre une version bien plus aboutie et réfléchie dans Zodiac et traduit parfaitement cette lente descente aux enfers. En ce qui concerne la cavale de Ray et Martha, il en est de même, la mise en place des personnages est impeccable, insufflant un mystère savamment dosé : un Jared Leto brisant son image d'éternel jeune premier et une Salma Hayek plus fatale que jamais. La passion dévorante unissant les deux amants les conduira au pire, au meurtre orchestré et répété. Cependant, une fois la mécanique installée, tout devient trop prévisible et trop lisse pour réellement captiver l'attention. Le suspense est mal entretenu, le film part de l'épilogue, nous laissant imaginer que les deux compères ont finalement été capturés. Du coup, le film subit l'effet inverse de la montée en puissance et s'essouffle de plus en plus, nous laissant comme un goût d'inachevé. Cœurs perdus , en raison de sa mise en scène mollassonne, perturbant le jeu des acteurs au minimum syndical, nous a perdu depuis longtemps quand le générique de fin commence...

 
Florine

 
 
 
 

haut