Damien Chazelle retrouve Ryan Gosling pour un biopic bipolaire: First Man est à la fois un drame intime et un ballet spatial. Immersif dans les étoiles et intériorisé sur terre, le film démontre une ambition cinématographique à l'écart du formatage hollywoodien.



Black indians
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Je suis resté dans les bois
La grande aventure de Non-Non
Le flic de Belleville
Le jeu
Le procès contre Mandela
Sans jamais le dire
Six portraits XL 1
The House that Jack Built
The Predator
Un 22 juillet
Wine Calling
Yéti & Compagnie



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss
RBG



Mission: Impossible - Fallout
Burning
Shéhérazade
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
The Party


USA / 1968


 



SOIREE MOUSSE





"- Je vais m'arranger pour que vous ne fassiez plus jamais de films!
- Est-ce que cela inclut la télévision, Monsieur?
"

Film quasi expérimental (y compris dans sa réalisation), il s'agit sans doute d'un délire les plus fous et les plus absurdes du 7ème art. Car cette soirée qui dégénère n'est causé que par une succession d'erreurs et n'a aucun moteur autre que la maladresse de son invité insolite. Il n'y a donc aucun but, aucune excuse, aucune morale. C'est juste un de massacre mobilier et culinaire où l'arme de destruction massive est un Indien incarné par Peter Sellers.
Il y a un mélange de Tati (Hulot, Mon oncle, Playtime) et de Cary Grant (Gunja din, L'impossible Mr Bébé, Monkey Business) et une sauce Blake Edwards (la soirée n'est finalement que l'extension trash de la "party" de Breakfast at Tiffany's. Mais évidemment en croquant les nantis d'Hollywood, producteur-général en tête, en introduisant la culture pop, un éléphant, les hare krishna et la jolie frenchy, le réalisateur, avec une perversité jubilatoire, saccage tout sur son passage.
Ca commence avec un beau coup d'éclat tout bête : la destruction d'un décor de cinéma. En quelques plans on comprend toute la folie du personnage de Peter Sellers, naïf poète qui refuse de mourir sous les (fausses) balles lors du tournage. Dès son entrée dans la fameuse villa , il ira crescendo dans les gaffes jusqu'à conduire nous conduire à un méga lavage d'éléphant! Entre temps, le poulet aura atterrit dans les cheveux permanentés d'une invité. Et surtout, grand gag, le papier toilette se déroulera jusqu'au bout du rouleau. Moment hilarant irrésistible.
Le génie de Sellers n'est pas à sous estimé dans cette affaire. Mais avouons que le vide des conversations de ces stars et autres puissants invités nous aurait franchement ennuyé sans la présence de cet étranger peu commun. Assez rustres, égocentriques, ces mondains avaient besoin de jeunesse et de folklore pour les revitaliser.
Chose faîte. The Party est un excellent antidépresseur, même si évidemment, ça flirte un peu trop à notre goût vers la bluette candide et inutile sur la fin. Film presque muet, où le corps est confronté à toutes sortes d'inventions mécaniques, il est la preuve réelle et sur pellicule qu'avec peu on peu faire rire beaucoup.
 
vincy

 
 
 
 

haut