Spider-Man: New Generation est incontestablement le meilleur film d'animation américain de l'année. C'est peut-être le même Spider-Man jusqu'à présent. C'est sans doute le blockbuster qu'on attendait en 2018. Et enfin, peut-on oser dire qu'il est l'un des meilleurs Marvel au cinéma? Bref, ce Spider-Man est immanquable.



Hunter Killer
L'exilé
Mortal Engines
Nous les coyotes
Oscar et le monde des chats
Pachamama
Rémi sans famille
Rêver sous le capitalisme
Roma
Spider-Man: New Generation
Une affaire de famille
Utøya, 22 juillet



A Star is Born
Un 22 juillet
Le grand bain
En liberté !
Chien de garde
Festen
Outlaw King : Le Roi hors-la-loi
Diamantino
Les Veuves
Assassination Nation
Les Confins du monde



Capharnaüm
Bohemian Rhapsody
Breathe
Cold War
Silvio et les autres
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible
8, avenue Lénine
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Suspiria
Amanda
Les filles du soleil
Yomeddine
Le Grinch
Les héritières
Robin des Bois
Voyage à Yoshino
Astérix - Le secret de la potion magique
Leto
Pupille






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
The Party


USA / 1968


 



SOIREE MOUSSE





"- Je vais m'arranger pour que vous ne fassiez plus jamais de films!
- Est-ce que cela inclut la télévision, Monsieur?
"

Film quasi expérimental (y compris dans sa réalisation), il s'agit sans doute d'un délire les plus fous et les plus absurdes du 7ème art. Car cette soirée qui dégénère n'est causé que par une succession d'erreurs et n'a aucun moteur autre que la maladresse de son invité insolite. Il n'y a donc aucun but, aucune excuse, aucune morale. C'est juste un de massacre mobilier et culinaire où l'arme de destruction massive est un Indien incarné par Peter Sellers.
Il y a un mélange de Tati (Hulot, Mon oncle, Playtime) et de Cary Grant (Gunja din, L'impossible Mr Bébé, Monkey Business) et une sauce Blake Edwards (la soirée n'est finalement que l'extension trash de la "party" de Breakfast at Tiffany's. Mais évidemment en croquant les nantis d'Hollywood, producteur-général en tête, en introduisant la culture pop, un éléphant, les hare krishna et la jolie frenchy, le réalisateur, avec une perversité jubilatoire, saccage tout sur son passage.
Ca commence avec un beau coup d'éclat tout bête : la destruction d'un décor de cinéma. En quelques plans on comprend toute la folie du personnage de Peter Sellers, naïf poète qui refuse de mourir sous les (fausses) balles lors du tournage. Dès son entrée dans la fameuse villa , il ira crescendo dans les gaffes jusqu'à conduire nous conduire à un méga lavage d'éléphant! Entre temps, le poulet aura atterrit dans les cheveux permanentés d'une invité. Et surtout, grand gag, le papier toilette se déroulera jusqu'au bout du rouleau. Moment hilarant irrésistible.
Le génie de Sellers n'est pas à sous estimé dans cette affaire. Mais avouons que le vide des conversations de ces stars et autres puissants invités nous aurait franchement ennuyé sans la présence de cet étranger peu commun. Assez rustres, égocentriques, ces mondains avaient besoin de jeunesse et de folklore pour les revitaliser.
Chose faîte. The Party est un excellent antidépresseur, même si évidemment, ça flirte un peu trop à notre goût vers la bluette candide et inutile sur la fin. Film presque muet, où le corps est confronté à toutes sortes d'inventions mécaniques, il est la preuve réelle et sur pellicule qu'avec peu on peu faire rire beaucoup.
 
vincy

 
 
 
 

haut