Une réalisatrice de films « art et essai » pour un Marvel

Posté par vincy, le 23 septembre 2018

Deadline révèle que Chloe Zhao réalisera un film Marvel, The Eternals.

C'est un grand écart pour la réalisatrice. Deux fois sélectionnée à la Quinzaine des réalisateurs pour The Rider (2017) et Les chansons que mes frères m'ont apprises (2015), la cinéaste nous a plutôt habitués à des grandes épopées naturalistes et existentialistes.

The Eternals (Les Eternels) a été créé par le légendaire Jack Kirby. Avec Stan Lee, il avait imaginé de nombreux super-héros de Marvel Comics tels Les Quatre Fantastiques, L’Incroyable Hulk, Thor, les Avengers et les X-Men.

Les Éternels sont un groupe d'êtres surhumains qui apparaît en 1976. Ces personnages aux pouvoirs fantastiques vivent sur Terre mais les humains ignorent leur existence. C'est l'une des trois races sur la planète, avec les humains et les monstrueux Déviants créés par des extra-terrestres, les Célestes. L'affrontement entre les Éternels et les Déviants sert de fil narrateur d'une série assez courte qui s'achève en 1978.

Féminisation et auteurisation

Hollywood continue donc son grand virage: l'embauche de femmes derrière la caméra pour des blockbusters d'une part et le choix de réalisateurs "art et essai" pour des productions de grande ampleur sur fond vert. Rappelons que Anna Boden coréalise Captain Marvel avec Ryan Fleck, que Cathy Yan va réaliser Birds of Prey, le spin-off sur Harley Quinn (Warner / DC Comics). Que James Bond s'offre un cinéaste américain dont les films n'ont jamais dépassé les 12 millions de $ de recettes. Que Patty Jenkins a désormais la confiance totale de la Warner pour la franchise Wonder Woman. Or, avant le mastodonte de DC Comics, elle n'avait rien tourné depuis 2003 (Monster), soit un film de 8 millions de $ de budget (et 60M$ de recettes mondiales).

Chloe Zhao reste un choix surprise, non pas parce que ses films font de modestes résultats au box office ou parce qu'ils sont surtout primés dans les festivals de films d'auteur, mais bien parce que la bande dessinée Les Eternels semble à mille lieux de ses thématiques cinématographiques.

Le film ne devrait pas sortir avant 2020 où trois Marvels sont prévus, sans qu'on sache encore qui occupera ces créneaux.

Todd Haynes s’attaque à une histoire vraie

Posté par vincy, le 22 septembre 2018

On l'attendait sur le biopic de la chanteuse Peggy Lee, c'est finalement avec une autre histoire vraie que Todd Haynes a décidé de revenir à la réalisation, un an après la sortie du Musée des merveilles.

Le réalisateur de Carol filmera Dry Run, une coproduction Mark Ruffalo / Participant Media (oscarisé pour Spotlight), dont l'histoire est adaptée d'un article de Nathaniel Rich du New York Times Magazine, The Lawyer Who Became DuPont’s Worst Nightmare, paru en 2016. Il s'agit d'une enquête sur l'avocat d'affaires Robert Bilott qui s'est attaqué au géant de la chimie DuPont, 2e pollueur privé de la planète, en endossant une cause environnementale. La bataille judiciaire a duré 19 ans, engagé des dizaine d'experts, produit une étude scientifique considérée comme fondamentale désormais, le tout au nom de 70000 clients contaminés en buvant de l'eau et en prouvant que les produits chimiques de l'entreprise avaient un sérieux impact sur la santé de ces citoyens.

Mark Ruffalo pourrait incarner l'avocat.

C'est le premier film ouvertement engagé et politique du cinéaste, qui plus est un projet de commande et non pas un film dont il a eu l'initiative. Le point commun entre tous ses films est sans aucun doute de faire le portrait d'un résistant aux dominants, comme l'était Carol Aird, Bob Dylan, Cathy Whitaker ou Curt Wild.

A noter enfin que la famille DuPont a déjà fait l'objet d'un film récemment, Foxcatcher (en compétition à Cannes), réalisé par Bennett Miller, avec Steve Carell et Vanessa Redgrave dans les rôles de John et Jean DuPont, mais aussi Channing Tatum et... Mark Ruffalo.

La douleur aura le bonheur de représenter la France aux Oscars

Posté par vincy, le 21 septembre 2018

Ils étaient cinq en début de semaine. Il n'en reste qu'un, de manière claire et sans bavure. Face à un dilemme - une pré-sélection sans aucun favori, et chaque film avec ses forces et ses faiblesses - la commission chargée de désigner le candidat français à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère a choisi La douleur, d'Emmanuel Finkiel.

Cette adaptation du récit autobiographique éponyme de Marguerite Duras est sortie en janvier dernier, distribué par Les films du Losange. Il a séduit 330000 spectateurs. Aux Etats-Unis, distribué par Music Box (Monsieur Lazhar, Potiche, Frantz) depuis le 17 août, il a cumulé 82000$ de recettes, et n'a jamais dépassé les 11 copies.

Son seul concurrent était finalement Jusqu'à la garde, plusieurs fois primé à Miami, Palm Springs, San Sebastian et surtout Venise (Lion d'argent du meilleur réalisateur), avec 380000 entrées en France et 81000$ de recettes aux USA.

La douleur, avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel et Benjamin Bioley, avec sa facture historique et littéraire, l'a emporté, sans avoir reçu un seul prix dans un quelconque festival (il a fait son avant-première française à Angoulême et internationale à San Sebastian). La qualité du film est indéniable, mais il a face à lui Girl (Belgique), Les oiseaux de passage (Colombie), The Guilty (Danemark), Never Look Away (Allemagne), Sunset (Hongrie), The Cakemaker (Israël), Une affaire de famille (Japon), Roma (Mexico), Les héritières (Paraguay), Burning (Corée du sud), Border (Suède), Le poirier sauvage (Turquie), Donbass (Ukraine)...

Le dernier film en langue française à avoir remporté l'Oscar est Amour de Michael Haneke en 2013, 20 ans après Indochine de Régis Wargnier.

La disparition de l’actrice Fan Bing Bing en six étapes

Posté par vincy, le 21 septembre 2018

Les faits. A 37 ans. Fan Bing Bing est la plus grande star du cinéma chinois, la mieux payée de Chine (notamment en étant le visage de L'Oréal pour l'Asie) et la plus connue (membre du jury du Festival de Cannes). Lundi dernier, la chaîne thaïlandaise de duty-free King Power a annoncé qu'elle rompait son contrat d'ambassadrice globale de la marque. Mardi c'est une université chinoise qui publiait un palmarès de la " responsabilité sociale "  et elle a décroché la note de zéro. Cette descente aux enfers a commencé fin mai, quand l'animateur TV Cui Yongyuan a érévélé sur Weibo (le Twitter chinois) un extrait d'un contrat de la star où elle demande 1,25 million d'euros pour quatre jours de tournage. Puis il dévoile un autre contrat, pour la même prestation, établi à 6,2 millions d'euros. On appelle ça les contrat "yin et yang " où la partie la plus modeste est déclaré au fisc, mais pas l'autre.

Le soupçon. Depuis trois mois ce scandale de fraude fiscale a entraîné la perte de l'actrice. Le 6 septembre, le Securities Daily, journal financier chinois, annonce qu'elle est " placée sous contrôle " (une sorte de détention) et qu'elle "accepterait les décisions de justice". Ses cachets truqués ne sont ne serait que "la partie émergée de l'iceberg" puisque le média évoque des opérations de prêts illégaux et autres formes de corruption.

Pour l'exemple: Le gouvernement chinois, depuis quelques années, emprisonne et condamne les élites, politiques ou économiques, qui sont soupçonnées de corruption, pour l'exemple. Ils vont plus loin en arrêtant, kidnappant,  séquestrant des intellectuels, sans passer par la case justice, et en soutirant des aveux douteux. Le département de la propagande du parti a une aversion pour l'industrie du cinéma jugée cupide (alors même que le box office chinois explose et rapporte énormément de recettes au pays). Huayi Brothers, producteur de la plupart de ses films, a vu son cours de bourse chuter (32% en un jour). Le réalisateur de Cell 2, qui devait être son prochain film, Feng Xiaogang, a aussi été ciblé par les pouvoirs publics pour fraude fiscale.

Lynchage: Pour l'instant, il y a peu de réactions. Ce n'est pas la première fois qu'une vedette chinoise est l'objet de boycott ou de litiges avec le pouvoir. Beaucoup de chinois, par zèle ou patriotisme, la conspuent sur les réseaux, critiquant son jeu comme son mode de vie.

La disparition: L'actrice, dans un premier temps, choisit la défense en lançant ses avocats contre l'animateur TV à l'origine du scandale. Celui-ci s'excuse et accuse finalement son entourage. Début juillet, Fan Bingbing se rend aux Etats-Unis, à Londres, et  en Australie.  Depuis elle est revenue en Chine mi-juillet, mais son passeport a été confisqué. Son agent aurait lui aussi été arrêt. Finalement Fan Bing Bing est arrêtée, sans qu'on sache à quelle date. Et selon les sources chinoises, ce n'est que le début...

Le bannissement: Son nom a été retiré de l'affiche d'un film à venir. La série dans laquelle elle joue ne sera pas diffusée.  Finalement c'est un effacement de l'actrice qui se prépare. Le projet annoncé à Cannes, 355, avec Jessica Chastain, Marion Cotillard, Penelope Cruz, et Lupita Nyong’o, se fera finalement sans elle. Ce qui impacte Huayi Brothers une fois de plus, qui avait acquis les droits de distribution en Chine pour 20M$. Cell 2, suite de son succès de 2003 qui l'a fait décoller, ne verra sans doute pas le jour. Dans la version chinoise de Ash is Purest White, le dernier Jia Zhangke, elle a été coupée au montage. Le film L.O.R.D.: Lord of Ravaging Dynasties 2, qui devait sortir le 6 juillet, n'a finalement plus de date de sortie. The Perfect Blue, tournage achevé en mai, va être retourné avec un autre casting pour la remplacer. Quant à Air Strike, avec Bruce Willis, la sortie a été décalée du 17 août au 26 octobre, et son nom sur l'affiche effacé. Certains pensent que le film est retourné au montage pour la supprimer de l'écran.

Le réalisateur de « True Detective » aux commandes du 25e James Bond

Posté par vincy, le 20 septembre 2018

Il est sorti du chapeau des producteurs de la franchise James Bond. Alors que de nombreux noms circulaient depuis le retrait de Danny Boyle du projet, pour "divergences artistiques", Barbara Broccoli et Michael G. Wilson ont choisi un cinéaste sans doute un peu plus docile.

Cary Joji Fukunaga réalisera donc le 25e épisode de la franchise, avec toujours (et sans doute pour la dernière fois) Daniel Craig dans le rôle de 007. C'est la première fois que le réalisateur d'un James Bond sera américain.

La conséquence de ce choix tardif est le report du tournage, qui devait commencer au début de l'hiver. La production ne débutera finalement que début mars 2019. Aussi, la sortie, programmée pour l'automne 2019 est décalée au 14 février 2020.

Cary Fukunaga, 41 ans, a été révélé en filmant les 8 épisodes de la première saison de True Detective, pour laquelle il a reçu un Emmy Award de la meilleure réalisation. Il vient d'achever la réalisation ds 10 épisodes d'une autre série, Maniac, pour Netflix. Côté long métrage, il a réalisé plusieurs films notables: Sin nombre en 2009, prix du meilleur réalisateur à Sundance et prix spécial du jury à Deauville, Jane Eyre en 2011, avec Mia Wasikowska et Michael Fassbender, Beasts of No Nation en 2015, avec Idris Elba, en compétition à Venise. Il prévoyait de réaliser prochainement The American, biopic sur Leonard Bernstein avec Jake Gyllenhaal.

Epinal 2018 : le festival Regards sur courts rayonne

Posté par kristofy, le 20 septembre 2018

Regards sur courts Epinal 2018Le Festival international de l'image de Épinal est l’un des plus anciens rendez-vous consacré au diaporama ou “court-métrage photographique” : de sa création en 1961, avec des récits constitués de diapositives passées en fondu-enchaîné sur une bande sonore sur bobine, aux années 2000, avec des montages tout numérique, ce type bien particulier de court a toujours été en évolution.

Cette forme audiovisuelle à base d’images fixes (et parfois de vidéo et d'animation) multiplie les styles (fiction, documentaire, reportage, essai...) et ouvre une fenêtre vers bien des audaces : propos engagés, témoignages intimes, fictions humoristiques... tous les thèmes sont permis !

La manifestation a d'ailleurs récemment été rebaptisée Festival Regards sur courts pour proposer une plus grande variétés de découvertes, avec désormais un volet de courts métrages de cinéma.

A Epinal, le court se décline ainsi désormais en image fixe comme en prise de vues réelles ou en animation. Peu importe le format, pourvu qu'on ait le frisson esthétique ou émotionnel !

L'édition 2018, qui commence ce jeudi 20 septembre dans la belle cité vosgienne, propose ainsi une compétition de courts photo qui réunit 48 oeuvres en lice pour la Coupe de l'Europe et une autre compétition internationale de 17 courts cinéma venus d’Australie, du Canada, du Brésil, de Turquie, du Portugal ou encore d'Israël, dont certains ayant été remarqués à Cannes, Berlin, Toronto ou Annecy.

On relève notamment la présence de deux films en sélection pour les César : Etreintes de Justine Vuylsteker (que l'on avait rencontrée à l'occasion de notre série animée d'été) et Vilaine fille de Ayce Kartal, ainsi que de deux réalisatrices qui figuraient également dans les rencontres animées de l'été : Vergine Keaton pour Le tigre de Tasmanie et Nara Normande pour Guaxuma.

Il y aura aussi un focus sur la thématique «Ecrire l’intime », et surtout une carte blanche à la réalisatrice Chloé Mazlo, César du meilleur court-métrage d’animation en 2015 pour Les petits cailloux, qui sera présente pour montrer certains de ses films, parler de son travail et rencontrer le public.

Si l'on n'est pas en train d'assister à la naissance d'un festival de cinéma à Epinal, cela y ressemble fort !

-----

Regards sur Courts
Du 20 au 23 septembre 2018
Infos et programme sur le site de la manifestation
A suivre sur la page Facebook

Jean Piat (1924-2018), une immense carrière à l’écart du cinéma

Posté par vincy, le 19 septembre 2018

Jean Piat, monstre sacré du théâtre français, est mort le 18 septembre 2018 à l'âge de 93 ans. Malgré son immense carrière, débutée en 1947, il est resté à l'écart du 7e art, ou presque.

Né le 23 septembre 1924; il commence en pratiquant le football tout en suivant une éducation catholique - qui le marquera toute sa vie. Il entre à la Comédie-Française il y a 71 ans, et y restera 25 ans. Là-bas, le Sociétaire jouera Victor Hugo, Marivaux, Molière, Beaumarchais, Labiche, Claudel, Feydeau, Giraudoux, Shakespeare, Druon, de Musset, Cocteau et surtout Rostand. Cyrano fut sa pièce emblématique, jouant d'abord un garde, puis Bellerose, un deuxième cadet, Brissaille, un quatrième cadet, Jodelet, et enfin Cyrano de Bergerac en 1964 (au total près de 400 fois). A partir des années 1970, il devient une star du théâtre privé, avec des pièces plus modernes, dont celle de sa seconde épouse, Françoise Dorin, mais aussi de son maître Sacha Guitry, de Neil Simon ou Barillet et Grédy. Plus récemment, il est sur les planches avec des transpositions de films populaires sur scène comme Amadeus, avec Lorant Deutsch et La maison du Lac, avec Maria Pacôme. Sa dernière prestation fut Love Letters, l'an dernier, avec Mylène Demongeot.

Jean Piat a aussi mis en scène une vingtaine de pièces et écrit une quinzaine de livres, principalement sur le spectacle et la langue française (dont Je vous aime bien, Monsieur Guitry).

Pour le grand public, c'est le petit écran qui en fit une vedette, avec Les Rois maudits (de Claude Barma), série légendaire des années 1970 où il incarna Robert d'Artois. Le cinéma, en revanche, ne l'intéressa pas, et vice-versa. Il fut Rouletabille en 1947 et 1948, dans deux films de Christian Chamborant, Lagardère en 1968 et 1968 dans deux films de Jean-Pierre Decourt. Sacha Guitry lui offre des rôles dans Le diable boiteux et Napoléon et Serge Cobbi l'engagea deux fois (La rivale, Ciao les mecs). Jean Piat a tourné avec des cinéastes renommés tels Henri Decoin (Clara de Montargis), Jean Girault (Les moutons de Panurge), Luis Bunuel (La voie lactée) ou René Clément (Le passager de la pluie), passant à côté de la Nouvelle Vague ou des cinéastes contemporains pourtant adeptes de vétérans du métier.

Ignoré des prix et des palmarès (sauf, étrangement, en littérature, et un Molière de l'adaptateur!), Jean Piat avait un jeu classique, basé sur la voix davantage que sur la métamorphose, avec un charisme humble plutôt qu'une présence excessive. Peut-être n'était)-l pas si à l'aise devant une caméra, malgré son esprit et son amour des mots. C'est d'ailleurs en tant que doubleur qu'il a excellé dans le cinéma: la voix de Peter O'Toole en vf dans Lawrence d'Arabie, Lors Jim et La nuit des généraux, celle de Michael Gambon dans Gosford Park, de Claude Frollo dans le film animé Le bossu de Notre-Dame. Mais on retiendra surtout la voix du méchant Scar dans Le Roi Lion, version animation, et celle de Gandalf (aka Ian McKellen) dans les deux trilogies de Peter Jackson adaptées de Tolkien, Le Seigneur des anneaux et Le Hobbit.

Marceline Loridan-Ivens s’en va dans la nuit (1928-2018)

Posté par vincy, le 19 septembre 2018

© grassetNée le 19 mars 1928 sous le nom de Marceline Rozenberg, Marceline Loridan-Ivens (elle avait accolé les patronymes de ses deux époux) est morte le 18 septembre 2018 à l'âge de 90 ans, a-t-on appris cette nuit. Survivante des camps de concentration - elle avait été déportée en 1944 avec celle qui allait devenir son amie pour la vie, Simone Veil -, libérée par les Soviétiques, elle sera découverte en 1961 par le public lors d'un monologue - témoignage sur les camps dans le film de Jean Rouch et Edgar Morin, Chroniques d'un été.

Dès l'année suivante, elle coréalise avec Jean-Pierre Sergent son premier documentaire, Algérie, année zéro. Internationaliste, universaliste, humaniste, pacifique, toujours libre et toujours en colère contre les diverses haines, elle signera ensuite quatre documentaires avec son mari Joris Ivens (Le 17e parallèle en 1968, Comment Yukong déplaça les montagnes en 1976, Les Kazaks en 1977 et Les Ouigours la même année). Toujours avec lui, elle coréalise un court métrage, Une histoire de ballon, lycée n°31 Pékin en 1976 - qui reçoit le César du meilleur court métrage documentaire. Elle coécrit aussi le docu-fiction de Joris Ivens, en 1988, Une histoire de vent. Les peuples des pays communistes sont au cœur de leur œuvre.

En 2003, elle réalise en solo son seul film de fiction, La Petite Prairie aux bouleaux. Avec Anouk Aimée dans le rôle principal, la cinéaste raconte l'histoire d'une déportée qui revient pour la première fois en Europe depuis la libération des camps à l'occasion de la commémoration annuelle des anciens d'Auschwitz.

Marceline Loridan-Ivens a aussi été actrice, on l'a vue dans Peut-être de Cédric Klapisch, Les Bureaux de Dieu de Claire Simon et Les Beaux Jours de Marion Vernoux. Elle fut aussi incarnée par Aurélia Petit dans le téléfilm La Loi (2014).

Elle a également été l'auteur de plusieurs livres de souvenirs et de témoignages, dont le plus récent, L'amour après, est paru en janvier.

Angelina Jolie, sage-femme et veuve vengeresse

Posté par vincy, le 18 septembre 2018

Alors qu'elle vient de terminer Maléfique 2, d'enchaîner avec Come Away, prequel et crossover à la fois de Peter Pan et Alice au pays des merveilles (avec Michael Caine, Gugu Mbatha-Raw et Gugu Mbatha-Raw), Angelina Jolie semble avoir repris le goût des plateaux (rappelons qu'elle n'a pas eu un film en prises de vues réelles à l'affiche depuis 2015).

La presse professionnelle américaine a annoncé cette nuit que la star s'était engagée sur un nouveau film, l'adaptation du premier roman The Kept de James Scott (2014). En France, le polar a été publié un an après sous le titre de Retour à Watersbridge.

Alice Birch (scénariste de The Young Lady) en assure l'écriture. L'action se déroule en 1897. C'est l'histoire d'une sage-femme qui retourne en plein hiver dans sa ferme dans le nord de l'Etat de New York. Son mari et quatre de ses enfants sont morts. Seul Caleb, 12 ans, qui s'était réfugié et a assisté au drame, a survécu. La mère et le fils traquent alors les trois tueurs, reconnaissables à leurs foulards rouges.

Jolie sera aussi productrice. Le tournage ne devrait pas débuter avant cet hiver.

5 films français visent l’Oscar du meilleur film en langue étrangère

Posté par vincy, le 17 septembre 2018

La France a pré-sélectionné cinq films en vue de choisir celui qui représentera le pays dans la course à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Avouons-le, on savait que la chose ne serait pas facile pour les responsables, qui a choisi cinq films réalisés par un homme malgré la prédominance des femmes dans la commission. D'une part, année après année, peu importe le genre, les prix, les critiques: la France n'est plus favorite. Le dernier Oscar dans cette catégorie remonte à 1993. On ne compte que deux films français nommés (trois avec Amour qui concourrait pour l'Autriche, qui au moins a gagné l'Oscar) et un en demi-finale depuis 2010.

A voir la liste, on se dit que ça ne va pas être plus facile face à des poids lourds comme Cold War, Une affaire de famille, Roma, Girl, Werk ohne autor, Burning... On tape dans le drame dur, la narration ou l'esthétique radicale, le sujet social. Ce qui ne retire rien à ces films, qui ont reçu de bonnes critiques y compris à Ecran Noir. Mais aucun n'a été un succès populaire, et, hormis Jusqu'à la garde, aucun n'a reçu de prix dans les grands festivals.

Climax de Gaspar Noé
La Douleur d’Emmanuel Finkiel
Jusqu’à la garde de Xavier Legrand
Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret
Les Quatre Sœurs de Claude Lanzmann

Le 21 septembre, la commission auditionnera le producteur et le vendeur international de chaque film présélectionné afin de désigner le candidat.

Teresa Cremisi, présidente de la commission d'Avance sur recettes, la cinéaste Claire Denis, Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, Nicole Garcia, réalisatrice et comédienne, Isabelle Madelaine, productrice, Alain Terzian, président de l'Académie des César, et Serge Toubiana, président d'Unifrance, composent cette commission.