Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 28

 
Spy


USA / 2015

17.06.2015
 



ESPIONNE MAIS PAS TROP






"Voilà ce qu'on fait: je passe à la machine Volte-Face, je change de visage!"

Encore un film d'espion drôle et satirique: Austin Powers, Johnny English, OSS 117, le culte Top secret des ZAZ, Max la menace, sans oublier le récent Kingsman Services Secrets, tout cela n'a rien de neuf. Mais de la part du réalisateur et de l'actrice de Mes meilleures amies et des Flingueuses (en attendant leur SOS Fantômes au féminin), on peut s'attendre à une variation pimpante.

Spy joue à peu près dans la même catégorie. Mais ici point de scènes au ralenti qui dénaturent le récit, Spy est une comédie sur l'espionnage qui se veut satirique mais véhicule aussi un message (pas vraiment top secret ultra confidentiel): ne jugez pas trop vite les personnes sur leur apparence (la pauvre assistante ronde que personne ne voit comme une James Bond en puissance). Mais surtout, grâce à sa popularité, son bagout, son sens inné de la farce, Melissa McCarthy s'amuse des clichés hollywoodiens, avec une perverse subversion et prouve qu'on peut ne pas être botoxée, filiforme, blonde et sexy pour être compétente et avoir le bon rôle. Délicieuse et terriblement drôle (comme d'habitude), elle est accompagnée de Jason Statham, à contre-emploi. De Cellular au Transporteur, en passant par le dernier Fast & Furious, l'acteur est un habitué des rôles de gros bras et/ou de méchants mais pas à ceux qui font rire (quoique certains de ses rôles sont si peu crédibles qu'on en rigole). Pour Spy Jason Statham s'est métamorphosé en agent stupide, imbu de lui-même et s'autorise à une autodérision qui frôle l'hilarité. C'est ainsi que Jason nous offre un échange mémorable avec Melissa dans une chambre d'hôtel délabrée de Paris: l'agent presque super-héros explique durant plusieurs minutes comment il s'est ranimé tout seul après avoir connu la mort ou encore comment il a survécu à une chute d'un building. Jude Law joue les parfaites doublures de James Bond.

Ajoutez à cela un paquet de situations délirantes (la rave party, le lendemain de soirée inattendue en fin de film, le correspondant italien légèrement trop pervers...) et vous obtenez un mix entre Very Bad Trip, Rush Hour et un Steve Martin. Certes, le film aurait gagné à mieux équilibrer la comédie et l'action, le second degré et le thriller (on se souvient de L'arme fatale ou True Lie qui avait accentué un genre sans renier l'autre), au risque de se transformer en simple comédie pastiche. Mais le plus intéressant chez Feig est ailleurs: il est l'homme qui inverse les genres (dans le sens gender). Les femmes y sont les mecs et inversement, les mecs n'ont jamais rien d'héroïques. Une fois de plus, il réhabilite le sexe dit faible pour désamorcer les préjugés d'un cinéma américain toujours très paresseux quand il s'agit de montrer autre chose qu'un stéréotype.
 
Cynthia

 
 
 
 

haut