Cinq ans après Nymphomaniac, Lars von Trier est de retour avec un film perturbant. Normal pour un cinéaste perturbé? L'artiste n'est-il pas le psychopathe du film? Toujours est-il que 7 ans après son bannissement de Cannes, le réalisateur danois est revenu sur la Croisette avec The House That Jack Built, hors compétition. A 62 ans, LVT a encore la vie devant lui mais aussi des scandales de harcèlement aux trousses.



Jacques Audiard
Edouard Baer
Michel Blanc
Cate Blanchett
Romane Bohringer
Carole Bouquet
Guillaume Canet
Suzanne Clément
Bradley Cooper
Jamel Debbouze
Emmanuelle Devos
Jean Dujardin
Romain Duris
Jacques Dutronc
Vincent Elbaz
Elle Fanning
Cécile de France
Jennifer Garner
Louis Garrel
Ryan Gosling
Jake Gyllenhaal
Adèle Haenel
Tom Hardy
Lou de Laâge
Nadine Labaki
Vincent Lacoste
Melanie Laurent
Melanie Laurent
Gilles Lellouche
Sabrina Ouazani
Charlotte Rampling
Jean-Paul Rouve
Niels Schneider
Matthias Schoenaerts
Omar Sy
Channing Tatum
Emma Thompson
Uma Thurman
Lars Von Trier
Gaspard Ulliel
Karin Viard
Michelle Williams
Roschdy Zem



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz





 (c) Ecran Noir 96 - 18

© Bac Films   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 5380Cote : 57 %

 
ENTRE RAGE ET TENDRESSE





Guillaume est un jeune comédien plein d'enthousiasme qui n'a pas encore la grosse tête et qui a plusieurs cordes à son arc.
Découvert à l'écran dans Barracuda au côté de Jean Rochefort, le jeune Canet (25 ans) voulait être cavalier jusqu'à une mauvaise chute de cheval (son père est éleveur) qui l'a fait bifurquer vers le cinéma. "C'est un métier que j'aime sous toutes ses facettes. J'aurais autant de plaisir à être chef op, cameraman, cuisinier peut-être pas".
Sa prestation dans "La Ville dont le prince est un enfant", mis en scène par Christophe Malavoy au théâtre, a fait impression. Et dans En plein coeur face aussi à Gérard Lanvin et Carole Bouquet, il tenait bien sa place et habitait magnifiquement l'écran. Ce jeune comédien choisit des rôles ni trop marginaux ni trop populaires, en adéquation avec sa génération : critique, lucide, et en même temps bien soumis au système, de Jeu d'enfant à Narco, de The Beach à Mon idole. Rêves et retour sur terre. Avec une grosse claque au passage. ce qui lui donne un air un peu lunaire, un peu naïf. Il a ce mélange très particulier et très rare, de charme et de violence.
Ce jeune homme ébouriffé, qui a le rire facile, surprend par le caractère sombre de son court métrage Je t'aim, avec Christophe Malavoy, l'histoire d'une petite fille et d'un père à problèmes, incapables de communiquer l'un avec l'autre. "Tous les jours", dit Guillaume Canet, "on tend la main, on a envie de dire des choses à des gens qui ne nous écoutent pas. Je suis quelqu'un de souriant et sain mais je n'ai pas forcément envie de raconter des histoires drôles".
Le long métrage qu'il écrit alors n'est pas "super gai non plus, mais il est plus léger", précise-t-il. Les retombées de La plage lui faciliteront la vie. Car The Beach le fait rentrer dans le club très fermé des jeunes acteurs français richissimes. "Ca me fait plaisir de travailler avec Leonardo DiCaprio", confiait-il à l'époque. "Mais ça me fait encore plus plaisir de travailler avec Danny Boyle. Il est extraordinairement gentil, simple, gai et il sait ce qu'il veut". The Beach fut un succès populaire. Canet a enchaîné avec d'importantes productions de genres, des échecs relatifs aussi, des premiers films gonflés mais ratés : Les Morsures de l'aube, Vidocq... Clairement, il n'était pas convaincant, pas à l'aise dans ces productions mastodontes et tocs.
Canet a déjà la tête ailleurs, souffre de subir les critiques sur des films qu'il ne contrôle pas. Il n'est pas vraiment mis en valeur. C'est dans un petit rôle, en modeste manutentionnaire, qu'il revient en nous offrant de nouveau son charme, loin des costumes de héros ou de méchants qui ne lui conviennent pas.
Fin 2002, il prend le risque ultime, qui le démange depuis si longtemps : la réalisation. Mon idole est l'illustration de ce qu'il observe, de ce qu'il déteste et de ce qu'il est. Aurait-il trouvé enfin sa voie?
En tout cas après avoir suivi les pas de Jean Yanne (son plus beau personnage : Je règle mes pas...), il suit son propre chemin, entre les itinéraires déjantés et fantaisistes des uns et les idéaux bien de notre temps qu'il imagine.

Vincy


 
 
haut