Sara Forestier passe derrière la caméra pour son premier long métrage M, un film bancal, imparfait, naïf, fragile mais empli d'une irrépressible envie de faire du cinéma. La jeune comédienne a fait du chemin depuis L'Esquive et son prix de jeune espoir féminin en... 2004.



Ben Affleck
Halle Berry
Cate Blanchett
Sandrine Bonnaire
Jeff Bridges
Pierce Brosnan
Henry Cavill
Jackie Chan
Suzanne Clément
Daniel Craig
Benedict Cumberbatch
Anaïs Demoustier
Catherine Deneuve
Gérard Depardieu
Emilie Dequenne
Emmanuelle Devos
Albert Dupontel
Vincent Elbaz
Adèle Exarchopoulos
Colin Farrell
Colin Firth
Eva Green
Chris Hemsworth
Tom Hiddleston
Anthony Hopkins
Jeremy Irons
Nicole Kidman
Diane Kruger
Shia LaBeouf
Benoît Magimel
Kad Merad
Ezra Miller
Julianne Moore
Julianne Moore
Liam Neeson
Vincent Perez
Joaquin Phoenix
Mark Ruffalo
Matthias Schoenaerts
Emmanuelle Seigner
Steven Soderbergh
Channing Tatum
Mélanie Thierry
Karin Viard
Michelle Williams
Kate Winslet



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz





 (c) Ecran Noir 96 - 17

   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 3141Cote : 54 %

 
VIARD, VOUS AVEZ DIT VIARD?





Talentueuse, elle l'est. Depuis 15 ans que le cinéma lui a ouvert ses portes, elle a su le prouver dès le départ avec Tatie Danielle. Mais contrairement à certaines jeunes actrices, son talent n'est pas apparu du jour au lendemain. Il a fallu qu'elle mûrisse...
La jeune provinciale qu'elle est à 17 ans rêve d'être comédienne. Aussi, elle décide de quitter sa Normandie pour venir à Paris. Elle n'a alors qu'un diplôme de sténodactylo et quelques cours de théâtre derrière elle suivis au Conservatoire de Rouen.
En arrivant dans la capitale, elle décide de passer des castings. A chaque rendez-vous, elle vit les heures d'attente habituelles et se fait jeter régulièrement.

Déterminée à vivre son rêve, Karin fini par tomber dans le casting organisé par Etienne Chatilliez en août 1989. Là, elle décroche, non sans mal, un rôle. Certes, elle ne fait partie de la tête d'affiche, mais ce petit rôle d'esthécienne (Agathe) lui permet de pouvoir retrouver l'espoir. Ainsi, elle est recrutée sur Delicatessen de Caro et Jeunet pour jouer le personnage d'une jeune fille pulpeuse. Un succès.
Grâce à ces deux films, elle peut enfin ne plus trouver de refus, plus de portes qui se ferment, plus de galère. Les gens de la profession commencent à la remarquer. Parmi d'autres. Qui aurait pu dire alors qu'elle deviendrait une jeune Césarisée et une chouchou de l'industrie?
Avec La Nage indienne, Karin se verra proposer son premier grand rôle. Celui d'une fille faussement nonchalante. Mais ce succès tant attendu lui rend la vie dure. Psychologiquement, elle a des difficultés à gérer ce succès grandissant. Aussi, elle mange beaucoup. Elle angoisse. D'une certaine manière, elle refuse de voir son rêve se réaliser. Il lui faudra du temps pour l'accepter.
Et Karin est une femme de caractère, lucide et vivante. Elle sait que le hasard n'existe pas. On se construit soi-même son destin. C'est une évidence pour Karin. Elle ne veut pas être spectatrice de sa vie, mais actrice.
Et actrice, elle le sera encore au cinéma avec des rôles plus ou moins importants, passe partout, dans les films de Nicole Garcia, Mathieu Kassovitz ou Christian Vincent. Avec Alain Tanner, dans Fourbi, elle est butée et malicieuse, lourde et gracieuse, sensuelle et revêche. Elle est Rosemonde, symbole d'une jeunesse dépourvue d'ambition et de perspectives. Dans ce film, elle est extraordinaire.
A travers tous ces personnages, Karin semble dessiner, à sa façon, un nouveau type de femme. Déterminée face à la fatalité, mise à l'épreuve. Ce qui est sûr, c'est qu'elle affirme avoir trouvé maintenant un second souffle. Un équilibre entre sa nature et sa façon de jouer. Bref, elle est elle-même.
Avec Catherine Corsini, elle retrouve un premier rôle, pour notre plus grand plaisir avec La Nouvelle Eve. Elle transperce l'écran comme à son habitude. Elle y joue une jeune femme amoureuse d'un homme marié. Karin donne à son personnage une vérité tout à fait saisissante. Elle est parfaite.
Cela lui permet de jouer le rôle de sa vie, celui d'Emma, atteinte d'un cancer, prête à une grossesse, entre le danger de la mort et le désir de la vie. Haut les coeurs, autre film de femme, lui vaut le César. De là, elle s'envole, haut.

Les années 2000 vont lui faire alterner les films d'auteur, les comédies, et les grands cinéastes. Secpnd rôle féminin marquant dans L'emploi du temps, elle bouffe l'écran dans des films moins singuliers, comme France Boutique, L'Ex femme de ma vie, Reines d'un jour. Cette Karin est nickel lorsqu'il s'agit de jouer les frustrées (Embrassez qui vous voudrez). Mais c'est en rêveuse qui s ebrûle les ailes au contact des projecteurs (Le rôle de sa vie) qu'elle emporte un succès public et critique perso en plein été. Elle est la femme idéal, sans être celle de notre vie. Pas forcément sexy, mais charmeuse. Souvent intello, ni prolo ni nouveau riche, juste middle class. Bref une fille qui nous ressemble, notre voisine de palier. Avec en bonus, une capacité à savoir tout jouer : le drame et la comédie, la douleur intérieure et les engueulades extraverties, le sourire et les larmes. De Costa-Gavras à Tanovic , tout en étant fidèle à Christian Vincent, l'emploi du temps de Viard se remplit, et surtout s'anoblit.

chris, vincy


 
 
haut