Cannes 2019: Les quatre grands films de John Carpenter (Carrosse d’or)

Posté par kristofy, le 15 mai 2019

John Carpenter. Son nom de prince des ténèbres est déjà légendaire, car il évoque un assaut de souvenirs de films qui ont vraiment marqué l'antre de la folie de notre mémoire de vampires de cinéma.

« En France, je suis un auteur. En Angleterre, je suis un réalisateur de films. Et, aux Etats-Unis, je suis une sorte de clochard », John Carpenter.

C'est l'un des plus grands cinéastes, dont la longue filmographie se résume presque à une confrontation avec le Mal. La majorité de ses films est une exploration du fantastique et de la science-fiction. Son surnom de 'Big John' est d'ailleurs synonyme à la fois de respect et d'admiration, il a connu des grands succès, mais aussi quelques échecs, où le temps a finalement joué en sa faveur : « Je ne changerais absolument rien à ma carrière. Je suis ravis des films que j’ai fait. Il y en a que j’aime moins, mais je peux les regarder en me disant : c’est pas si mal ! S'il y en a qui ne les aiment pas, qu’ils aillent se faire foutre. »

Entre lui et la France s'est nouée une relation un peu intime. Il a eu le plaisir de recevoir plusieurs fois des prix pour ses films au Festival international du film fantastique d’Avoriaz (qui a migré à Gérardmer) où il a remporté trois fois le Prix de la Critique : en 1979 pour Halloween, en 1980 pour Fog et en 1988 pour Prince des ténèbres.

Il a grandi avec les westerns de Sam Peckinpah, John Ford, et Howard Hawks (il y fait plusieurs références) mais il aime aussi La Bonne année de Claude Lelouch ! En 2019, c'est (enfin) Cannes qui le célèbre, à la Quinzaine des réalisateurs, avec un Carrosse d'or (succédant à Martin Scorsese).

En 1970 un Oscar du meilleur court-métrage est attribué au court The Resurrection of Broncho Billy réalisé par des étudiants de la fameuse école de cinéma USC (University of Southern California’s School of Cinematic Arts). John Carpenter en est le co-scénariste, le monteur, et le compositeur de musique. De son premier long-métrage en tant que réalisateur - Dark Star en 1974 - à son dernier film - The Ward en 2011-,  il y a plus d'une vingtaine de films (dont une poignées pour la télévision) où John Carpenter en est à la fois producteur, réalisateur, scénariste, monteur (parfois sous un pseudonyme), et compositeur. Et depuis sa contribution pour cet Oscar d'un court-métrage, avant que ne débute vraiment sa carrière professionnelle, il n'a jamais reçu la prestigieuse statuette dorée sur son nom. Il est grand temps que ses pairs et héritiers de cinéma rendent hommage à son cinéma, et c'est donc le cas via la SRF (Société des Réalisateurs de Films) et Cannes avec cet hommage à sa carrière.

Retour sur 4 films essentiels en particulier de la filmographie de John Carpenter :

- Assaut (Assault on Precinct 13), 1976 :
Le premier film de Carpenter Dark Star était une plaisante fantaisie spatiale. Ça n'a pas marqué l'époque, mais c'était tout de même précurseur : les images de déplacement du vaisseau à toute vitesse 'hyper-drive' ont été l'influence de la vitesse 'hyper-espace' du Star Wars de George Lucas, le co-scénariste de Dark Star, Dan O'Bannon, en a d'ailleurs repris plusieurs éléments pour le scénario de Alien de Ridley Scott. En fait John Carpenter veut retrouver une structure de western, genre tombé en désuétude mais qu'il adore. Il va d'ailleurs faire référence au Rio Bravo de Howard Hawks au travers d'un polar urbain un peu violent et assez novateur : Assaut. Carpenter est à la fois réalisateur, scénariste, monteur, et compositeur de la musique.

Un commissariat où il ne reste qu'une poignée de policiers pour cause de déménagement reçoit en transit, pour une nuit, un criminel. Mais un furieux gang va attaquer... Le détenu dangereux est blanc et le valeureux policier est noir (ce qui à l'époque est assez subversif). Ils vont devoir s'allier pour se défendre contre cet assaut. Le film est devenu une référence incontournable du film d'action. Second film pour John Carpenter, mais le premier qui va compter, le succès est relatif et prendra du temps sauf en Angleterre où il triomphe, la carrière de Carpenter est lancée.

- Halloween, la nuit des masques (Halloween), 1978 :
Suite à Assaut, il y a l'idée faire quelque chose de très différent avec un tueur qui poignarde une babysitter. L'histoire sera simple mais diablement efficace. Un soir d'Halloween, le petit garçon Michael Myers de 6 ans tue sa sœur à coups de couteau. Il est alors interné en hôpital psychiatrique, dont il s'échappe à l'âge de 21 ans, le jour d'Halloween. Avec un masque et un couteau, il va assassiner de nouveau en s'attaquant à des lycéennes. L'une d'elle va essayer de ne pas se faire tuer (et c'est la révélation de jeune actrice Jamie Lee Curtis).

Le succès est tellement énorme (325 000 $ de budget, 46 millions $ de recettes de l'époque soit l'équivalent de 180M$ aujourd'hui) que ça en devient un des films les plus rentables, et même le début d'une franchise aux multiples suites et remakes. John Carpenter est sur un tremplin pour faire ce qu'il veut ensuite. Halloween avec son iconique tueur masqué et sa musique angoissante (de Carpenter) est devenu un film d'horreur culte.

- The Thing, 1982 :
En 1979 John Carpenter avait réalisé pour la télévision Le roman d'Elvis, un biopic sur Elvis Presley (donc bien avant la mode des biopics musicaux qui nous arrive en ce moment, parmi lesquels Rocketman cette année à Cannes) avec  l'acteur Kurt Russell dont la carrière sera alors vraiment lancée. Kurt Russell deviendra le héros fétiche de Carpenter qui le caste par la suite quatre autres fois :  New-York 1997 en 1981 et sa suite Los Angeles 2013 en 1996, Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin en 1986 et surtout The Thing, îson premier film de studio, avec Ennio Morricone à la bande musicale. Ici John Carpenter se lance dans l'adaptation d'un de ses films préférés La Chose d'un autre monde de 1951 (en noir et blanc) de Howard Hawks et Christian Nyby, il trouve là matière à faire un grand film de science-fiction.

Dans le froid de l'Antarctique, une station de recherche avec quelques scientifiques américains découvrent que des collègues norvégiens ont trouvé quelque chose mais qu'ils sont tous morts, sauf un chien. Ils vont découvrir eux aussi cette chose qui va les tuer un par un... The Thing est l'un des plus grands films de John Carpenter mais à l'époque cela va devenir sa plus grande désillusion : ça sera une déception commerciale, car juste avant il y avait eu la sortie triomphale du bienveillant E.T. de Steven Spielberg. Le public de l'époque ne voulait pas voir une forme de vie extraterrestre exterminatrice des humains. The Thing, avec sa célèbre dernière séquence où il faut deviner qui est contaminé ou pas, a su gagner son public plus tard au fil des années jusqu'à devenir un classique.

- Christine, 1983 :
Suite à l'accueil décevant de The Thing, le studio producteur retire à John Carpenter la réalisation d'un film adapté d'un roman de Stephen King avec un enfant poursuivis pour ses dons : Charlie (Firestarter) sera mis en image par Mark L. Lester avec comme héroïne justement la petite gamine de E.T. Drew Barrymore. Mais ça n'a pas suffit pour faire un succès.

Les romans de Stephen King sont à cette époque presque tous transposés au cinéma (Carrie, Shining, Dead Zone...) et ça semble naturel que John Carpenter soit parmi les cinéastes destinés à l'adapter,. Il fera alors un film d'après un autre de ses thrillers : Christine. Un jeune lycéen plutôt solitaire et peu sûr de lui achète une vieille voiture, une Plymouth Fury rouge en mauvais état. Il va la réparer (et elle va se réparer elle-même aussi). Entre la voiture et lui se développe une relation spéciale, lui prend de l'assurance et drague une fille, mais il se pourrait que cette voiture prénommée Christine, par jalousie, tue les gens qui approche de trop près son conducteur...

Le livre n'est pas le plus passionnant de Stephen King, mais John Carpenter a su ici le mettre un image de belle manière en élevant une histoire de série B au niveau d'un (grand) film d'auteur, renouant avec le style des mélos et des drames des années 1950-1960. Avec Christine, le réalisateur montre son de talent au service d'une commande d'un grand studio de cinéma (et n'oublions pas encore une fois cette BOF splendide). Il signera ensuite, avec un même sens de qualité le très beau Starman en 1984 ou Les Aventures d'un homme invisible en 1992. Prouvant une fois de plus que l'humain et le fantastique font bon ménage.

Il connaît divers échecs commerciaux avec ses films suivants, mais le John Carpenter plus iconoclaste et imprégné de western se retrouve par exemple dans Vampires en 1998 et Ghost of Mars en 2001. Après deux participations à la série de téléfilms Masters of horror, et symboliquement 10 ans après son épique Ghost of Mars, Carpenter a repris la caméra en 2011 pour The Ward avec Amber Heard dans un hôpital avec un esprit maléfique.

John Carpenter ne tourne plus de films mais il continue de faire la musique: il a d'ailleurs composé celle du Halloween de David Gordon Green, le 11ème film de la saga. L'empreinte de John Carpenter dans le cinéma est telle que plusieurs de ses films font l'objet de suite, préquelle, remake : c'est le cas de Assaut, Halloween, The Fog, The Thing.

Julianne Moore dans une série écrite par Stephen King

Posté par vincy, le 1 mai 2019

A l'affiche aujourd'hui de Gloria Bell, Julianne Moore est attendue sur la Croisette avec The Staggering Girl, moyen-métrage de Luca Guadagnino en clôture de la Quinzaine des réalisateurs. En attendant la sortie éventuelle de Bel Canto, elle sera aussi à l'affiche cet automne de La femme à la fenêtre, thriller de Joe Wright, adapté du best-seller éponyme, avec Amy Adams et de The Glorias: A Life on the Road, de Julie Taymor, où elle incarne, avec Alicia Vikander, la féministe Gloria Steinem.

L'actrice, récompensée aux Oscars, à Berlin, Venise et Cannes (grand chelem qu'elle partage avec Juliette Binoche, Jack Lemmon et Sean Penn), vient de signer pour produire, avec J.J. Abrams, et interpréter la série dramatique Lisey's Story, qui sera diffusée sur Apple.

Cette série en 8 épisodes est adaptée du livre de Stephen King, traduit en français sous le titre Histoire de Lisey (publié en 2007 et vendu à 150000 exemplaires dans l'Hexagone). L'auteur écrira la série, ce qui est assez rare.

L'histoire raconte celle de Lisey, qui, pendant 25 ans, a partagé les secrets et les angoisses de son mari Scott, un célèbre romancier, extrêmement complexe et tourmenté. Deux ans après sa mort, elle se décide à fouiller ses archives et à explorer le lieu terrifiant où il puisait son inspiration. C'est un monde ténébreux qu'elle va découvrir, en faisant face à des réalités sur son mari défunt, tout ce qu'elle avait enfoui et oublié...

Ce sera la première série où Julianne Moore tiendra la vedette. Elle a pourtant débuté sur le petit écran, en jouant dans une vingtaine d'épisodes du soap As the World Turns ou dans des téléfilms avant que sa carrière cinématographique n'explose en 1993-1995. Elle a aussi participé en guest à la sitcom 30 Rock durant 7 épisodes. En 2012, elle avait interprété la politicienne Sarah Palin dans Game Change de Jay Roach (pour HBO aux USA). Moore avait remporté le Golden Globe de la meilleure actrice dans un téléfilm ou une minisérie, le Emmy Award et le Screen Actors Guild Award dans cette même catégorie

Fatih Akin adapte Stephen King

Posté par vincy, le 1 juillet 2018

fatih akinPour son premier film américain, Fatih Akin (In the Fade) va adapter Stephen King. Universal (et Blumhouse) ont recruté le réalisateur allemand pour filmer Firestarter, roman parue en France sous le titre de Charlie en 1992.

L'histoire est celle de la petite Charlie, née d'un couple ayant fait l'objet d'une expérience scientifique secrète du gouvernement américain sur les pouvoirs psychiques. Depuis son enfance elle a découvert son terrible pouvoir. Tout objet, animal ou humain qui provoque en elle la moindre crainte ou tension prend aussitôt feu. Elle est alors traquée par une agence gouvernementale secrète qui veut faire de son don une arme.

Le récit avait déjà été transposé au cinéma en 1984, par Mark L. Lester, avec Drew Barrymore, et en minisérie en 2002 avec Marguerite Moreau, Malcolm McDowell et Dennis Hopper.

20 ans après ses débuts, le réalisateur germano-turc Fatih Akin, Ours d'or au Festival de Berlin pour Head-On, Prix du scénario au Festival de Cannes 2007 pour De l'autre côté et Grand prix du jury à la 66e Mostra de Venise pour Soul Kitchen, fait ainsi ses premiers pas dans le cinéma hollywoodien. Il prépare aussi un autre film, The Golden Glove, une histoire de serial killer à Hambourg au début des années 1970, d'après un roman de Heinz Strunk.

Doctor Sleep : Ewan McGregor jouera dans la suite de Shining

Posté par wyzman, le 14 juin 2018

Il y a quelques heures seulement, Variety a révélé qu'Ewan McGregor rejoignait le casting de Doctor Sleep, la suite de Shining. D'après des sources du magazine, Stephen King, dont le livre a été adapté par Stanley Kubrick en 1980 a d'ores et déjà donné sa bénédiction pour qu'une suite en soit tournée, en particulier si Ewan McGregor est de la partie !

Une suite très attendue

Plus que jamais dans les starting blocks, Variety a même dégoté le pitch de Doctor Sleep. Des années plus tard, Torrance (Ewan McGregor) porte le traumatisme de l'Hôtel Overlook. Devenu le reflet de son père meurtrier, il vit avec une rage persistante et un problème avec l'alcool qui calme pourtant sa douleur et ses fameux pouvoirs. Ces derniers reviennent quand il redevient sobre et qu'il utilise son don pour aider les mourants dans un hospice. Il établit par la suite une connexion psychique avec une jeune fille qui partage ses capacités extrêmes et qui est ciblée par un groupe ayant des capacités similaires. Ils constatent alors que leurs pouvoirs grandissent lorsqu'ils inhalent la "vapeur" qui se dégage des autres quand ils souffrent atrocement.

A la réalisation, nous devrions retrouver Mike Flanagan, déjà auteur de Ouija et Gerald's Game (disponible sur Netflix), puisque ses amis de longue date Trevor Macy et Jon Berg produiront le film via leur société Vertigo Entertainment. La nouvelle d'une suite de Shining vient à point nommé puisque depuis plusieurs années, Warner Bros. tente en vain de développer un prequel du film, Overlook Hotel. Suite au succès de It, il semblerait que chaque studio se soit décidé à développer rapidement une suite ou un remake d'un film d'horreur iconique dont ils ont les droits.

Pour rappel, Shining était porté par Jack Nicholson et Shelley Duvall tandis que Danny Lloyd incarnait le jeune Danny Torrance. Ne récoltant "que" 44 millions de dollars pour un budget de 19 millions aux Etats-Unis, Shining était à l'époque perçu comme un échec. Néanmoins, il fait aujourd'hui partie des classiques de l'horreur et s'est même vu parodié dans le récent Ready Player One de Steven Spielberg. De son côté, Ewan McGregor sera prochainement à l'affiche de Zoe, un film romantique mêlé à de la science-fiction avec Léa Seydoux au casting. Et on le retrouvera le 1er août dans Jean-Christophe & Winnie, l'adaptation en live-action de Winnie l'Ourson !

C’est la fin pour The Interview, déprogrammé des salles américaines

Posté par vincy, le 18 décembre 2014

Sony Pictures a décidé d'annuler la sortie de la comédie The Interview, réalisée par Evan Goldberg et Seth Rogen, et interprétée par Seth Rogen et James Franco (le duo de C'est la fin). Prévu pour les fêtes, et promis pour dépasser les 100M$ au box office, le film, qui suit la trace de deux agents de la CIA ayant pour mission d'assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, ne sera pas montré ni dans les cinémas ni en dvd ou vidéo à la demande.

Les Hackers qui ont piraté les serveurs de Sony en novembre ont donc gagné. Cet immense acte de piratage a révélé les cachets des artistes, les salaires des dirigeants, les courriers internes (dont certains très peu sympathiques pour des stars voire très politiquement incorrects), des pitchs de films à venir, des négociations sur les budgets de productions comme le prochain James Bond. mais c'est bien The Interview qui était visé.

Mardi dernier, les Hackers ont publié un message menaçant d'attaques terroristes les salles de cinéma qui diffuseraient le film. Très rapidement, les plus grosses chaînes ont annoncé qu'elles ne projetteraient pas le film. L'avant-première est annulée. Puis hier soir, Sony retire purement et simplement la comédie du calendrier des sorties.

Une première dans l'histoire d'Hollywood. Alors que le climat se réchauffe entre les Etats-Unis et Cuba, la tension monte d'un cran à Hollywood. Rapidement, les artistes tweetent et se désolent d'un tel précédent. Stephen King écrit de manière sarcastique : "La décision de Sony de déprogrammer The Interview est inquiétante de plusieurs manières. Heureusement qu'ils n'ont pas publié les Versets sataniques [le livre de Salamn Rushdie qui a valu à son auteur une fatwa, toujours en cours]". Pour Sony l'affaire est désastreuse: son lien de confiance avec les stars et les cinéastes est abimé.

La plupart reproche surtout une dangereuse atteinte à la liberté d'expression. Plier devant la Corée du nord n'est en effet pas le meilleur message médiatique. La Corée du nord et ses sempiternelles menaces effraie ainsi beaucoup plus qu'un pays de l'Union européenne avec ses lois fiscales. L'enquête sur l'origine du piratage est en cours et des membres de l'administration américaine ont confessé hier qu'ils étaient convaincus que le régime de Pyongyang - qui a officiellement démenti toute implications mais qui a tout aussi officiellement affirmé que ce film était une offense pour son dirigeant - était à l'origine de tout ce désastre.

Pour l'instant, The Interview est toujours prévu le 18 février 2015 dans les salles françaises. Mais ne soyons pas dupe: il y aura bien quelqu'un pour le mettre sur les réseaux et le propager de manière illégale, clandestinement, sous le manteau. La cyberattaque la plus importante subie par une multinationale va en tout cas donner des idées: cette capitulation, cette censure subie ouvre les vannes à un terrorisme nouveau, où la culture est prise en otage.

Carrie, la vengeance : le ridicule ne tue jamais, hélas

Posté par cynthia, le 4 décembre 2013

carrie la vengeance

Qui ne connaît pas Carrie? Je ne veux bien évidemment pas parler de la Carrie fashion et sensuelle de Sex and the city, mais de l'inquiétante Carrie de Stephen King. Celle  qui  est  persécutée  par  ses  camarades  de  classe  au  lycée  et  maltraitée  par  sa  mère (une extrémiste catholique) à la maison. Oui, elle n'a pas de chance cette Carrie là! Quoique la nature (ou peut-être bien Jésus) lui a donné un sacré pouvoir. Tellement immense qu'il devient incontrôlable lorsque la demoiselle n'est pas contente. Ça y est vous vous souvenez d'elle? Pas encore? Et si je vous dis sang? Bal de promo? Là vous l'avez en tête à coup sûre...et pour cause! Adapté plusieurs fois à l'écran (grand et surtout petit) Carrie est l'un des plus grands romans de Stephen King, le maître de l'épouvante littéraire (Shining, Christine, etc...).

Carrie rencontre sa première adaptation au cinéma sous la directive de Brian De Palma en 1976. Un chef-d'œuvre de l'épouvante qui doit autant au cinéaste qu'à son actrice, une Sissy Spacek inquiétante et redoutable.

Et comme toute réussite cinématographique, ce petit bijou (sanglant je vous l'accorde) est remis au goût du jour pour notre plus grande déception!

Le remake raté ou comment ternir l'image d'un grand classique du genre.

Carrie est la tête de turc de tout son lycée. Moqueries, insultes, humiliations, la timide jeune fille subit tout. Et pour cause : elle est différente de toutes les autres filles. Elle ne se pouponne pas pour aller en cours, ne drague pas les garçons, ignore tout de la vie (merci à la maman qui diabolise la femme et la sexualité) et porte les vieilles fringues de sa mère. Il est donc évident que lorsqu'elle se met à paniquer et hurler en publique à l'arrivée de ses règles tout le monde en profite. S'en suis une grosse humiliation qui fini sur le net...tiens le net, oh amère modernité qui vient tout gâcher de l'originalité de cette histoire!

Le remake de Carrie est un remake pur et dur. Vous ajoutez du sexe à gogo (les jeunes d'aujourd'hui adorent ça), de l'electro-rock en fond sonore, quelques iPhones, les réseaux sociaux et nous voilà dans un Carrie 2013, un Carrie bien plus décevant que flippant ou le goût du jour à remplacer le talent.

À vouloir plaire aux jeunes, la mise en scène en devient grossière et les jeux de Julianne Moore et de Chloë Grace Moretz déçoivent tout autant. Les mimiques exagérées de Carrie vont vous rendre dingue! (Sérieusement qui prend une douche au lycée en tirant la tronche comme si votre chéri était en dessous????). Entre ses narines qui s'ouvrent telle une fleur au printemps lorsqu'elle est en colère ou sa bouche entrouverte en permanence, on a même du mal à croire que c'est la talentueuse actrice de Laisse-moi entrer qui campe cette adolescente frustrée. Quand à Julianne Moore, elle gâche son génie en flirtant avec le ridicule. Grotesques.

Que vous soyez fan du genre ou novice un conseil éloignez-vous de ce désastreux remake et vite!!!