Cannes 2017: la Palme d’or pour The Square, le Grand prix pour 120 BPM

Posté par vincy, le 28 mai 2017

Le jury de Pedro Almodovar avait la lourde responsabilité d'effacer le Palmarès incompréhensible et hors sol de l'an dernier.

Pas forcément dans l'ordre pronostiqué, les gagnants sont des habitués de Cannes pour la plupart. Mais avouons que les films distingués sont aussi ceux que nous avons préféré. Diane Kruger dans In the Fade ? Le choix était tellement évident. Les scénarios des très sombres Mise à mort du cerf sacré et You Were Never Really Here ? C'est sous estimé l'interprétation et la mise en scène de ces deux films, mais les voir au palmarès nous réjouit. Le fait que l'immense Joaquin Phoenix remporte le prix d'interprétation masculine pour You Were Never Really Here donne au film de Lynne Ramsey un double prix qui compense largement son absence dans le haut du tableau. Avec le prix de la mise en scène pour Sofia Coppola (Les proies), ce sont deux femmes cinéastes qui ne transigent pas avec leur style qui sont honorées.

Le jury a opté pour des films radicalement différents. Faute d'amour (Prix du jury), 120 battements par minute (Grand prix du jury) et The Square (Palme d'or). De notre côté, on aurait opté pour une autre hiérarchie (la palme pour le français, le grand prix pour le russe), au moins il n'y a pas eu de faute de goût véritable, évinçant les films ratés. On peut juste regretter l'absence de films que nous avons appréciés, notamment Good Time ou Okja (Netflix repart bredouille).

On reste surpris malgré tout de la Palme d'or pour Ruben Östlund. Le cinéaste suédois a certes gardé son style inimitable. Mais son film, imparfait et attachant, plein de contradictions, et surtout terriblement égoïste, est à moitié convaincant (notamment à cause d'une dernière heure trop didactique qui alourdit son film et dilue son ton). On peut comprendre qu'un tel sujet (l'individualisme) ait fédéré les jurés. Tout comme on est ravi de voir qu'un film aussi bouleversant que 120 BPM ait été reconnu à sa juste mesure, avec un sujet comme le SIDA. Tout comme le splendide formalisme de Faute d'amour ait réussi à séduire malgré la dureté de son thème.

De ces trois films il reste d'ailleurs des images marquantes: une bataille de capote dans The Square, une Seine de sang dans 120 BPM ou un gamin qui hurle de douleur en silence quand ses parents s'engueulent dans la pièce d'à côté.

Tous les prix remis à Cannes

Enfin, Nicole Kidman a reçu le Prix du 70e anniversaire. Présente deux fois en compétition, et deux autres fois en sélection officielle, elle était la star de cette année. Et permet à Coppola et Lanthimos d'être primés une deuxième fois indirectement.

La Caméra d'or récompense pour la deuxième année consécutive, et la troisième fois en quatre ans, une réalisatrice française. Jeune femme, présenté à Un certain regard, réussit avec peu de moyens, une actrice formidable (Laetitia Dosch) et une histoire d'émancipation, à faire vibrer le spectateurs en partageant les moindre soubresauts de son héroïne.

Cannes 2017: Notre palmarès idéal (et notre palmarès cauchemardesque)

Posté par vincy, le 28 mai 2017

Ce ne sont pas des pronostics, mais nos palmarès persos, nos palmarès idéaux.

MpM

Palme d'Or : You were never really here
Grand Prix : 120 battements par minute
Prix du Jury : Okja
Prix de la Mise en scène : Good Time
Prix du Scénario : Le redoutable
Prix d'interprétation féminine : Diane Kruger dans In the fade
Prix d'interprétation masculine : Colin Farrell dans Mise à mort du cerf sacré
Prix spécial du 70ème Festival : Loveless (Faute d'amour)

Vincy

Palme d'Or : 120 battements par minute
Grand Prix : You were never really here
Prix du Jury : Okja
Prix de la Mise en scène ex-aequo : Good Time et Loveless (Faute d'amour)
Prix du Scénario : Le redoutable
Prix d'interprétation féminine : Nicole Kidman pour l'ensemble de ses films présentés à Cannes
Prix d'interprétation masculine : Colin Farrell dans Mise à mort du cerf sacré
Prix spécial du 70ème Festival : Le jour d'après

Kristofy

Palme d'Or : 120 battements par minute
Grand Prix : You were never really here
Prix du Jury : Loveless (Faute d'amour)
Prix de la Mise en scène : Le Redoutable
Prix du Scénario : Mise à mort du cerf sacré
Prix d'interprétation féminine : Diane Kruger dans In the fade
Prix d'interprétation masculine : collectif pour l'ensemble du casting, garçons et filles, de 120 battements par minute
Prix spécial du 70ème Festival : Okja

Le palmarès cauchemardesque

Palme de glaise (qui pourrait remporter chacun des prix qui suivent): Rodin
Grand prix caricatural: Une femme douce
Prix de la mise en scène obscène : L'amant double
Prix du scénario bavard, hystérique et égotique: The Meyerowitz stories
Prix de l'acteur principal mal post-synchronisé: Merab Ninidze avec la voix de Andras Balint dans La lune de Jupiter
Prix de l'actrice principale qui ne procure pas d'émotions avec un rôle bouleversant: Ayame Misaki dans Vers la lumière
Prix spécial du 70e Festival parce qu'on ne peut pas lui donner une troisième Palme avec ce film: Happy End
Prix du jury qui ne comprend pas qu'il est impossible d'adapter les merveilleux livres de Brian Selznick: Wonderstruck

Enregistrer

Daily Cannes: Robert, Eva, Emmanuelle et une robe pour Twin Peaks

Posté par cynthia, le 28 mai 2017

Et bien voilà, ça y est, il va falloir reprendre le métro, reprendre un rythme normale, ne plus s'habituer à l'alcool gratuit, retourner bosser dans un bureau sans stars, soleil, glace ou café Nespresso, le festival de Cannes se termine lentement mais sûrement en emportant notre quotient plaisir avec.

Le 26 mai, la star de la croisette c'était bel et bien ROBEEEEEERRRRRRRRRRT Pattinson.
Tout d'abord je tiens à présenter mes excuses à l'acteur britannique car, il est vrai que mon appréciation à son égard était égale à l'amour que peut avoir un coiffeur envers des poux.

Focus du jour: Robert Pattinson (prononcé sur la croisette «ROBEEEEEEERRRRRRRTTTTT OH OUIIIIIIiiiiiiiiiii!!»)

Pattinson, on s'en souvient comme du vampire un peu constipé (revoir ses expressions faciales) et brillant au soleil (il a confondu le gloss avec sa crème bronzante) de la saga Twilight. Depuis, l'acteur a tenté, tant bien que mal - tout comme sa partenaire et ex-girlfriend Kristen Stewart toujours présente à Cannes lorsqu'il y est... je dis ça, je dis rien - d'enlever cette horrible image d'acteur de bas étage et d'aimant à minettes qui lui collait à la peau. Quatre passage au festival de Cannes et le bébert a su faire oublier légèrement son rôle de vampire/ado, jusqu'à ce jour... tout le monde a oublié le vampire.

Sa prestation dans le film de Josh et Benny Safdie, Good Time a enflammé le festival (ex explosé nos tympans lors de son arrivée sur le tapis rouge).

Robert Pattinson incarne un braqueur en cavale dans les bas-fonds de New York et livre une performance remarquable, au point que certains le considèrent comme un candidat sérieux au prix d'interprétation masculine, aux côtés de Louis Garrel et Joaquin Phoenix. Sur Twitter, le comédien aussi a emballé le cœur des critiques et cinéphiles qui évoque déjà une présence dans la future course aux Oscars 2018.

Eva Green et Emmanuelle Seigner

Le lendemain, il n'était pas question de faire baisser la température avec nos héroïnes du jour: Emmanuelle Seigner et Eva Green. Venues présenter, en hors-compétition, le film de Roman Polanski et adapté d'un roman de Delphine Vigan, D'après une histoire vraie, ont rejoué l'une des scènes (pleine de tendresse) du film. Les deux actrices ont échangé un doux baiser sensuel pour le plus grand plaisir des photographes de la croisette (je crois qu'il y en a deux ou trois qui ont dû poser un congé). Ça ne sauvera pas l'accueil critique du film: froid comme un bloc de glace. On crie déjà au nanar (c'est jamais que le troisième film français de la sélection qui est en lice pour le titre). Une chose est certaine: le surjeu de Eva Green devrait faire le bonheur des gif-maniaques.

Twitter, ce réseau drôle et captivant

Et parce que Cannes c'est aussi beaucoup sur les réseaux sociaux, voici deux tweets qui ont retenu notre attention, hommage non feint à ces festivaliers qui profitent de Cannes pour s'amuser et nous faire sourire... Vivement la session de l'année prochaine.

Cannes 2017: le palmarès de la sélection Un certain regard

Posté par vincy, le 27 mai 2017

Etrangement, le favori de la critique dans Un Certain Regard (le film russe Une vie étroite) a été oublié du palmarès du jury d'Uma Thurman et de son jury.

Le film iranien Lerd (Un homme intègre) de Mohammad Rasoulof a remporté le Prix Un Certain Regard. Le film sera distribué par ARP. Il s'agit de l'histoire de Reza, installé en pleine nature avec sa femme et son fils. Il mène une vie retirée et se consacre à l’élevage de poissons d’eau douce. Une compagnie privée qui a des visées sur son terrain est prête à tout pour le contraindre à vendre. Mais peut-on lutter contre la corruption sans se salir les mains ?

Le Prix de la mise en scène a été décerné à l'Américain Taylor Sheridan pour son premier film en tant que réalisateur, Wind River, à la fois enquête policière et état des lieux de la situation des Amérindiens. Le film sort le 30 août en France.

Le Prix du jury est revenu au mexicain Michel Franco pour Les filles d'Avril, prévu en salles le 26 juillet. Un autre Prix du jury a distingué une "performance", celle de l'actrice italienne Jasmine Trinca dans Fortunata (qui en effet porte le film avec son rôle de mère seule et combative dans un environnement pas forcément bienveillant).

Enfin, saluons le drôle de prix récompensant Barbara de Mathieu Amalric, film d'ouverture la section, qui reçoit le Prix spécial de la poésie du cinéma.

Cannes 2017: Naomi Kawase récompensée

Posté par vincy, le 27 mai 2017

Le jury œcuménique a attribué son prix à un film de la compétition officielle. Vers la lumière (Hikari), de Naomi Kawase succède ainsi à Juste la fin du monde de Xavier Dolan.

Le film sortira en France le 20 septembre 2017. Il raconte l'histoire d'une jeune femme hanté par la mort de son père et la maladie de sa mère. Traductrice de films pour les malvoyants et non voyants, elle fait la rencontre d'un photographe renommé qui perd progressivement la vue.

Le prix du jury œcuménique est décernée par un jury indépendant lors du festival de Cannes depuis 1974. Cette année, aucun autre film n'a été distingué, même par une mention.

Le jury œcuménique du festival de Cannes était présidé cette année par Denyse Muller, ancienne pasteure de l’Église réformée, aujourd’hui présidente d’Iinterfilm France et composé de Gaëlle Courtens (Italie), Andreas Engelschalk (Allemagne), Jos Horemans (Belgique), Benjamin Lorenzo Sanchez (Espagne) et Valérie de Marnhac (France).

Cannes 2017: les critiques internationaux ont le coup de cœur pour un film français

Posté par vincy, le 27 mai 2017

Le jury FIPRESCI (Critique internationale) a attribué ses prix ce samedi 26 mai.

Pour la compétition, 120 battements par minutes de Robin Campillo, l'un des favoris pour la Palme d'or avec Faute d'amour et You Were Never Really Here, a été consacré.

Une vie à l’étroit (Tesnota), du russe Kantemir Balagov, dont c'est le premier film, a reçu le prix pour la section Un certain regard.

L’usine de rien (A Fabrica de Nada)
du portugais Pedro Pinho (Quinzaine des réalisateurs) a remporté le prix pour l'ensemble des sections parallèles.

Cannes 2017: Agnès Varda et JR remportent L’Œil d’or

Posté par vincy, le 27 mai 2017

Le 3e Prix de L’Œil d’or récompensent le meilleur documentaire du Festival de Cannes toutes sélections confondues. Cette année, le jury composé de Sandrine Bonnaire, Lucy Walker, Dror Moreh, Thom Powers et Lorenzo Codelli, a distingué Agnès Varda et JR pour leur film Visages, Villages, présenté hors compétition en sélection officielle.

"Le jury a été profondément ému par le choix d’Agnès et JR d’aller à la rencontre des soi-disant petites gens, touché au cœur par ce film qui conte la considération de l’Autre à travers l’art. Deux regards conjugués, tendres et généreux..." a expliqué Sandrine Bonnaire.

Le Pacte sortira le film en salles le 28 juin.

Dans ce documentaire Agnès Varda et JR font le tour de la France, loin des villes, en voyage avec le camion photographique (et magique) de JR. Ils ont écoutés, photographiés et parfois affichés les gens qu'ils croisaient. Le film raconte aussi l’histoire de leur amitié qui a grandi au cours du tournage, entre surprises et taquineries, en se riant des différences.

Cannes 2017: les trois lauréats de la Cinéfondation

Posté par vincy, le 26 mai 2017

Le Jury de la Cinéfondation et des courts métrages présidé par Cristian Mungiu et composé de Clotilde Hesme, Athina Rachel Tsangari, Barry Jenkins et Eric Khoo, a décerné les prix de la Cinéfondation lors d’une cérémonie salle Buñuel ce vendredi 26 mai. Les films primés ont été projetés à la suite de la cérémonie.

Des 16 films d'étudiants en course (choisis parmi 2 600 candidats en provenance de 626 écoles de cinéma dans le monde), il n'en reste donc que trois. Le premier prix reçoit 15 000 €, le deuxième 11 250 € et le troisième 7 500 €.

Le lauréat du premier prix a aussi l’assurance que son premier long métrage sera présenté au Festival de Cannes. Ce sera donc une cinéaste belge qui aura ce privilège puisque le Premier prix a distingué Valentina Maurel, étudiante à l'Insas, pour son film Paul est là, l'histoire de Jeanne dont le quotidien est bouleversé par l'omniprésence agaçante de Paul.

Le Deuxième prix récompense Heyvan (AniMal) des iraniens Bahram & Bahman Ark. Enfin Deux égarés sont morts du Français Tommaso Usberti, étudiant à la Fémis, a reçu le Troisième prix.

Cannes 2017 – les lieux du festival : bienvenue au Vertigo!

Posté par vincy, le 26 mai 2017

C'est le lieu le plus "off" mais pas le moins "in". Depuis la disparition du Zanzibar, rue d'Antibes, à deux pas des marches du Théâtre Debussy, le Club 7 a repris le flambeau. ici pas de bière en extérieur pour papoter être journalistes des films du festival, ou débattre, comme c'était le cas avec le bar "gay" cannois. Le Club 7 a été investit par l'équipe de la Queer Palm. Il ouvre tard le soir, et encore plus tard quand il est privatisé pour des équipes de films.

Au départ, il s'appelait la Dame de Pique. Il est devenu le Vertigo. Mais le concept est le même. Un club avec un bar au milieu, vite cerné par les buveurs, un petit espace lounge où on peut s'assoir, de la musique et des lumières de boîte de nuit, une scène, par laquelle il faut passer pour aller aux toilettes. Et pendant le show, pas question d'avoir envie de faire pipi. On ne danse plus sur la scène, on regarde la scène.

© vincy thomasLà, des hommes travestis font des playbacks de chanson pop connues. Ça amuse tout le monde, femmes et hommes, hétéros et homos. Du distributeur palmé au journaliste d'un grand média de la presse écrite, de l'attaché de presse qui veut décompresser au stagiaire de la boîte de production qui a donné rendez-vous sur Grindr, en passant par quelques personnalités qui viennent faire escale entre deux soirées (Xavier Dolan par exemple).

Le Vertigo est un mélange de genres. Un peu kitsch. Un peu hype. Un peu secret, caché au fond d'une impasse). Un peu connu (on y fait même la queue à partir de deux heures du matin). On y discute, on y drague, on s'y amuse. C'est aussi là, qu'après la remise de la Queer Palm, on célèbre la fin du festival, avant la remise du Palmarès officiel.

Jusqu'à l'an dernier, Miss Koka, assise sur un tabouret au bar, ou debout sur scène, à balancer ses vannes, faisait le show à elle toute seule. On ne peut pas parler du Vertigo sans l'évoquer. Cette Miss connue de tous sur la Côte d'Azur s'appelait Philippe Frédière. Il est mort cet hiver. Les nuits au Vertigo ne sont plus vraiment pareil cette année.

Cannes 2017 : Nos retrouvailles avec Mark Hamill

Posté par wyzman, le 26 mai 2017

Présent sur la Croisette cette année, Mark Hamill a tout de ce grand-oncle que l'on connaît peu mais sur lequel tout le monde a de bonnes anecdotes. Repéré dans Le Cosby Show (1970) et le soap opera General Hospital (1972-1973), Mark Hamill est essentiellement connu pour son rôle de Luke Skywalker dans Star Wars. Pour rappel, les quatre films dans lesquels il a joué (Un nouvel espoir, L'Empire contre-attaque, Le Retour du Jedi, Le Réveil de la Force) ont rapporté pas moins de 3,5 milliards de dollars au box-office mondial.

Un score qui a fait de lui une star planétaire mais qui lui a sensiblement porté la poisse. Car outre Star Wars, ses rôles au cinéma ne sont pas ce qui ont fait sa renommée. Loin de là (addictions, dépression, etc...) ! Ceci dit, excellent conteur, l'acteur désormais âgé de 65 ans a prouvé qu'il n'était pas qu'une superstar branchée des années 1980 en faisant du doublage son dada. Films d'animation (Batman contre le fantôme masqué), séries animées (La Petite Sirène, Les Simpsons, Totally Spies!, Family Guy, Star Wars: The Clone Wars), jeux vidéo (Les Aventures de Batman et Robin, Batman: Arkham City) ou encore livres audio (Les Aventures de Pinocchio, Les Chroniques de Spiderwick, World War Z), Mark Hamill a tout fait ! Plus encore, il a tout réussi.

Mais on oublie trop souvent qu'il a eu des rôles secondaires voire vraiment éphémères à la télévision. De L'incroyable Hulk à Chuck en passant par Esprits criminels, Mark Hamill est constamment là où on ne l'attend pas. En 2015, il a ainsi repris le rôle de James Jesse (alias The Trickster) dans la série de The CW The Flash, un rôle qu'il tenait déjà dans la version de 1991 ! Et qu'elle ne fut pas notre surprise de le voir en professeur maboule dans Kingsman puis d'apercevoir son visage à la fin du Réveil de la Force, le 7ème volet de la saga Star Wars. Retour en force contractuel et rentable, Mark Hamill sera également dans Les Derniers Jedi - dont on ne cesse de se passer la bande annonce.

Et si l'on vous parle de lui aujourd'hui, c'est parce que la route de Mark Hamill a récemment re-croisé  celle de Dave McCarry, l'un des réalisateurs du Saturday Night Live pour lequel Mark a déjà figuré. Ensemble, ils ont ainsi tourné Brigsby Bear. Cette comédie dramatique s'intéresse aux aventures d'un jeune homme qui a toujours vécu avec ses parents et semble être le seul à connaître l'émission Brigsby Bear Adventures. N'ayant jamais eu de fin, il décide de lui en donner une en mettant en pratique les leçons délivrées par le programme. Brigsby Bear fera la clôture de la Semaine de la Critique , avec un casting très hollywoodien Claire Danes (Homeland), Andy Samberg (Brooklyn Nine-Nine) et Kyle Mooney (Parks and Recreation).