Omar Sy chez Michel Hazanavicius

Posté par vincy, le 26 avril 2018

On l'attendait pour la suite d'OSS 117 promise par Jean Dujardin. Mais le prochain projet de Michel Hazanavicius sera tout autre. Le Prince oublié réunira Omar Sy, Bérénice Bejo et François Damiens. Bejo en sera à son 5e film avec le réalisateur, qui est aussi son époux. Damiens avait un second-rôle dans OSS 117: Le Caire, nid d'espions. Pour Omar Sy, ce sera une première.

Le tournage se déroulera de fin juillet à début octobre. Le film est coproduit par Prélude, Pathé, Studiocanal et TF1 Films production.

Selon le communiqué, le film racontera l'histoire de Djibi et de sa fille de 8 ans Sofia. Chaque soir, il lui invente une histoire pour l’endormir. Mais, une fois qu’elle dort, ces récits prennent vie quelque part dans un monde imaginaire peuplé de chevaliers, pirates et de dragons. Dans cet univers, Sofia est toujours la princesse à sauver et Djibi le courageux prince. L' entrée au collège de la jeune fille va marquer la fin de son enfance et de ces histoires qui l’accompagnent. A son grand désespoir, Djibi va alors devoir accepter que sa fille grandisse et s’éloigne de lui. Cependant, dans le Monde des histoires, le Prince va devoir affronter son aventure la plus épique: il doit trouver son destin dans un monde où il n’a plus sa place.

Michel Hazanavicius, oscarisé pour The Artist, était en compétition à Cannes l'an dernier avec Le redoutable. Omar Sy, vu dans Knock et Transformers : The Last Knight en 2017, sera prochainement dans Le flic de Belleville de Rachid Bouchareb. Bérénice Bejo est attendue dans La quietud de Pablo Trapero et L'Extraordinaire voyage du fakir... de Ken Scott.

3 raisons d’aller voir « Comme des garçons »

Posté par vincy, le 25 avril 2018

Le pitch. Reims, 1969. Paul Coutard, séducteur invétéré et journaliste sportif au quotidien Le Champenois, décide d’organiser un match de football féminin pour défier son directeur lors de la kermesse annuelle du journal. Sa meilleure ennemie, Emmanuelle Bruno, secrétaire de direction et fille d'un joueur italien légendaire, se retrouve obligée de l’assister. Sans le savoir, ils vont se lancer ensemble dans la création de la première équipe féminine de football de France.

#MeToo. Evidemment, la principale raison de s'intéresser au film de Julien Hallard, c'est son sujet. Dans cette époque sexiste, machiste, misogyne, où l'on fume dans les bureaux et où l'on baise sans capotes, l'affirmation de la femme dans un milieu masculin (sportif qui plus est) montre que la société a progressé sur certains points (les femmes n'ont plus besoin de demander la permission à leur mari, entre autres) mais pas encore sur d'autres. Comme des garçons est un plaidoyer pour l'égalité et le portrait d'une masculinité qui tremble déjà de la dépossession de son rôle de dominant. Sous la forme d'une aimable comédie, on voit bien tous les préjugés, les stéréotypes et les mépris qui sont balancées à ces femmes qui veulent jouer au ballon, comme les garçons. Du tee-shirt moulant (c'est plus vendeur) aux conséquences sur les familles (une femme, ça doit être à la cuisine), on voit bien que tout n'est pas réglé encore aujourd'hui.

Une équipe de choc. Derrière Max Boublil, et son impeccable brushing, son dandysme à la Roger Moore, en séducteur un peu ringard, il y a surtout une "team" de filles physiquement différentes, dotées de tempéraments et de comportements variés. Vanessa Guide en capitaine (forcément sexy mais surtout très compétente), Solène Rigoyt, Carole Franck, Delphine Baril, Zoé Héran, Julie Moulier, Mona Walravens et la trop rare Sarah Suco composent une équipe éclectique et soudée. "Crampons et nichons" est une affaire de féministes, de fans de foot, de graines de championnes, et peut-être aussi de collectif, soudé par leur cause et galvanisé par leur audace. Si le récit est classique, à la manière de toute histoire vraie qui se finit bien malgré Goliath qu'il faut abattre (ici les patrons du foot mâle français), le charme de Comme des garçons doit beaucoup à ce casting de "gueules" et de "caractères". Bref, elles en ont.

Une histoire à peu près vraie. Le réalisateur Julien Hallard a eu l'idée de son film en écoutant la radio. Voyant là un sujet de société tout autant qu'une histoire romanesque et, en puisant dans les faits réels, une série de moments rocambolesques (un peu comme si des jamaïcains voulaient participer aux J.O. d'hiver dans l'épreuve du bobsleigh), il a compris que cela pouvait en faire un feel-good movie. On reste toujours stupéfait à l'idée de voir qu'il y a cinquante ans, les filles ne jouaient pas au foot, "par convenance".  Mai 68 était aussi un combat d'émancipation. Nous voici en pleine célébration d'un des épisodes les plus méconnus de cette révolution sociale. Or le film est bien social puisque ces femmes étaient au foyer, dans les champs ou employées. Mais surtout historiquement, les joueuses de foot ont été considérées comme des paris, y compris au Royaume Uni où elles étaient bannies jusqu'en 1971. Plus étrangement, il faut savoir que le foot féminin a existé en France entre 1919 et 1932 avant de diparaître jusqu'au début des années 1970. Le Stade de Reims, ici raconté et créé en 1968, a été champion de France 5 fois, dont trois fois consécutive entre 1974, date de création de la branche féminine de la FFF, et 1977. Mais surtout, le premier championnat féminin n'a été créé qu'en 1992! Depuis 2007, c'est l'Olympique Lyonnais qui domine le championnat.

3 raisons d’aller voir « Une femme heureuse »

Posté par kristofy, le 25 avril 2018

Le pitch: Lui, le mari : « On a de la chance, c’est rare, tout le monde n’a pas ça »
Dans la tranquille banlieue de Londres et une maison confortable c'est un matin comme tant d'autres. Mark veut étreindre sa femme Tara avant de se préparer à aller au travail, il leur faut préparer le petit-déjeuner de leurs deux jeunes enfants qu'elle doit amener à l'école, puis il faut qu'elle fasse des courses... Pourtant Tara songeuse regarde souvent par la fenêtre. On voit dans ses yeux que ce n'est pas le bonheur, que cette vie calme et rangée lui pèse, qu'elle voudrait voir d'autres gens ou d'autres endroits...
Elle, l'épouse : « Je ne suis pas heureuse, j’ai besoin de changement »

Gemma Arterton, une actrice qu'on aime : Elle revient sur grand écran avec cette Femme heureuse. Elle est presque constamment à l'image tout le long du film. Impossible de la rater tant le cinéaste abuse d'elle avec de multiples gros plans. L'année passée illustrait déjà combien Gemma aimait les univers très variés : Orpheline de Arnaud des Pallières, The last girl - celle qui a tous les dons avec des infectés zombies, et l'irrésistible Their Finest de Lone Scherfig (malheureusement inédit en salles). Gemma Arterton est l'une des actrices britanniques de ces dernières années pas assez reconnue (qui n'a pas encore vu La Disparition d'Alice Creed ?), et on l'a adoptée bien volontiers en France (elle a d'ailleurs tourné pour Marjane Satrapi, Anne Fontaine, Radu Mihaileanu). Malgré des rôles importants dans ces différents films il lui manquait (et à nous aussi), un film qui repose entièrement sur ses épaules. C'est le cas ici avec ses regards parfois au bord des larmes. Dans Une femme heureuse Gemma est de tous les plans et s'impose comme une actrice de premier plan.

Gemma Arterton, son personnage de Tara : Dans cette histoire, elle s'appelle Tara une nouvelle fois. Elle s'appelait déjà Tara dans Orpheline, où il y avait déjà Jalil Lespert, qu'elle retrouve encore ici. Elle s'appelait aussi (presque pareil) Tamara dans le Tamara Drewe de Stephen Frears, une adaptation d'un roman graphique de l'auteure de Gemma Bovery, adapté au cinéma, avec toujours Arterton dans le rôle d'une certaine... Gemma (vous suivez?). Dans Tamara Drewe, elle rencontrait Dominic Cooper, musicien amoureux (éconduit) qui, dans Une femme heureuse interprète son mari. Ce curieux cercle de correspondances est aussi un cheminement personnel pour l'actrice. Une femme heureuse, dont elle est aussi co-productrice, a été tourné près de Gravesend, là où Gemma a grandi. Durant le film elle va fuir (The escape est le titre original) vers Paris : la France est devenue une seconde maison dans sa vraie vie. Dans ce nouveau film, où donc elle est une Tara qui s'interroge sur sa vie de famille, la comédienne a dû chercher et improviser certaines séquences. D'où cette sensation de voir Gemma naturelle.

Gemma Arterton, la Femme : Le titre Une femme heureuse apparait d'emblée comme une contradiction avec l'expression de son visage sur l'affiche. Pourtant dès le début on la découvre femme d'un beau mari au travail rémunérateur et aussi la mère de deux beaux enfants dans une belle maison : un couple et une famille, à priori la belle vie. Ces deux rôles de épouse et maman qui sont idéalisés par la société comme un but ne semble donc pas la rendre heureuse... Cette situation est celle d'une cellule familiale, et donc en quelque sorte d'une cellule. Elle se sent plutôt prisonnière de cette vie et aspire à redécouvrir sa vie à elle, en tant que femme. Quitter mari et enfants, est-ce envisageable ? Ce genre de questionnement est récurrent ces derniers temps sur nos écrans; par exemple avec Emmanuelle Devos dans La vie domestique, avec Catherine Deneuve dans Elle s'en va, avec Karin Viard dans Lulu femme nue, et bientôt à Cannes avec Marion Cotillard dans Gueule d'ange : des succès en salles qui saluent aussi des performances d'actrices.

C'est le moment de (re)découvrir Gemma Arterton (et de revoir ses anciens films).

Cannes 2018: le jury des courts métrages et de la Cinéfondation

Posté par vincy, le 24 avril 2018

bertrand bonello"Composé de 3 femmes et 2 hommes venus d’horizons professionnels et géographiques variés, le Jury des courts métrages et de la Cinéfondation" a été révélé par le Festival de Cannes ce mardi 20 avril. On savait que le jury était présidé par Bertrand Bonello, qui désignera la Palme d’or du court métrage parmi les 8 films sélectionnés en Compétition le samedi 19 mai.

Les 5 membres du Jury décerneront également trois prix parmi les 17 films d’étudiants d’écoles de cinéma présentés dans la Sélection Cinéfondation. Les Prix de la Cinéfondation seront annoncés le jeudi 17 mai, lors d’une cérémonie qui sera suivie de la projection des films primés.

Bertrand Bonello sera entouré de la réalisatrice, scénariste et productrice allemande Valeska Grisebach (Western), le cinéaste et artiste libanais Khalil Joreige, Prix Marcel Duchamp 2017, la réalisatrice et scénariste franco-lituanienne Alanté Kavaïté (Summer) et l'actrice française Ariane Labed (Attenberg, La chambre interdite, Assassin's creed).

Les courts métrages en compétition et la sélection Cinéfondation

Le cinéma brésilien perd Nelson Pereira dos Santos (1928-2018)

Posté par vincy, le 22 avril 2018

Le cinéaste brésilien Nelson Pereira dos Santos est mort le 21 avril à l'âge de 89 ans. Né le 22 octobre 1928, il est considéré comme le père du mouvement Cinema Novo. Il a aussi été le premier réalisateur élu à l'Académie brésilienne des lettres, en 2006.

A ses débuts, il a été journaliste avant de découvrir la Cinémathèque française à Paris et de rencontrer Henri Langlois. Il tourne alors son premier court documentaire, Juventude en 1950, un portrait des jeunes communistes est-allemands. Dès 1954, avec Rio, 40 Graus, il dépeint la réalité sociale de son pays, inscrite dans une histoire mouvementée et une pauvreté omniprésente, que ce soit dans les métropoles ou les zones rurales du Nordeste. Il rompt ainsi avec un cinéma brésilien coloré, entre romances et comédies. Inspiré du néoréalisme italien, faisant la jonction avec la Nouvelle Vague française, le Cinema Novo, durant près de vingt ans, aura comme figure de proue des réalisateurs aussi prestigieux que Carlos Diegues, qui sera à Cannes le mois prochain, Ruy Guerra, et Joaquim Pedro de Andrade.

Les grands festivals européens n'ont jamais cessé de présenter son œuvre. A Cannes, il est en compétition avec Sécheresses (Vidas secas) en 1964, son film le plus emblématique d’après le roman éponyme de Graciliano Ramos. Il présentera sur la Croisette L'aliéniste en 1970, L'amulette d'Ogum (O Amuleto de Ogum) en 1974 et Mémoires de prison (Memórias do Cárcere), toujours adapté d'un roman de d’après Graciliano Ramos, et présenté en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs en 1984. Le film obtient le prix FIPRESCI. Sa dernière visite cannoise est hors compétition avec La musique selon Antonio Carlos Jobim en 2012.

A Berlin, il est quatre fois en compétition avec Fome de Amor en 1968, Qu'il était bon, mon petit Français!, film historique aux allures de documentaires, sur les débuts de la colonisation du Brésil (1971), La boutique aux miracles (Tenda dos Milagres) (1977) et La troisième rive du fleuve (A Terceira Margem do Rio) (1994).

Il adaptait souvent des romans pour trouver ses histoires. Depuis le débit des années 200, il était retourné au documentaire. Son regard critique sur la société, parfois cruel, avec des images à la lumière crue et une caméra tenue à l'épaule, illustrait la vivacité des personnages dans un monde souvent désolé. Intellectuel et engagé (très à gauche), sa dernière fiction, Brasilia 18% (2006) explorait la corruption politique, le meurtre de témoins et le blanchiment de monnaie dans une société brésilienne pourrie. Douze ans plus tard, son sujet est toujours d'actualité. Il dénonçait les injustices et accompagnaient les mouvements de la jeunesse, oscillait entre cinéma abstrait et humour séducteur. Mariant littérature et cinéma, Nelson Pereira dos Santos était sans doute un peu utopiste...

------
Lire aussi:
Cannes 70 : 2012, l’année du Brésil
Cannes 2016: Cinema Novo remporte le Prix de L’Oeil d’or du meilleur documentaire

Après un film SF, James Gray se lance dans le thriller d’espionnage

Posté par vincy, le 22 avril 2018

Deadline a révélé que la MGM havait engagé le réalisateur James Gray pour réaliser I Am Pilgrim. Je suis Pilgrim en français est l'adaptation du best-seller de Terry Hayes, romans d'espionnage dont le premier tome est paru en France il y a quatre ans. Terry Hayes est aussi connu pour avoir été le scénariste de Mad Max 2, Mad Max 3, Calme blanc, Payback et Vertical Limit. Son deuxième roman, The Year of the Locust, est prévu en octobre 2019 en librairie.

Je suis Pilgrim, une histoire à la James Bond, est l'histoire d'un homme qui prend sa retraite des renseignements américains et écrit un livre de criminologie dans l'anonymat le plus total. Or, dans le même temps, une jeune femme est assassinée à New York, un père est décapité en Arabie saoudite et un homme vit dans un laboratoire secret syrien. Cette succession d'événements forme en fait un terrible complot menaçant l'humanité. Pilgrim est un nom de code pour un homme qui n'existe pas. Le retraité va devoir enquêter pour conjurer l'apocalypse qui menace l'Amérique.

L'acteur Matthew Vaughn, qui était initialement attaché à Pilgrim, n'a pas été confirmé.

James Gray a décidé d'en faire son nouveau projet après Ad Astra, un film SF avec Brad Pitt développé pour la Fox. Ad Astra, en post-production, est calé pour une sortie fin 2018, début 2019. Le dernier film du cinéaste est The Lost City of Z, présenté à Berlin l'an dernier, et produit par Brad Pitt.

Changement de réalisateur pour l’adaptation de The Division

Posté par vincy, le 21 avril 2018

Alors que la suite de Deadpool s'apprête à envahir les écrans le 16 mai (en plein Festival de Cannes), son réalisateur David Leitch (Atomic Blonde) a déjà ses prochains films en ligne de mire: un spinoff de Fast and Furious, annoncé il y a quelques mois, mais aussi l'adaptation du jeu vidéo d'Ubisoft, The Division.

The Division, qui s'inscrit dans l'univers cyber-espionnage de Tom Clancy (Jack Ryan), devait initialement être filmé par Stephen Gaghan (Syriana, Gold, The Voyage of Doctor Dolittle) qui a finalement laissé tomber le projet.

Jake Gyllenhaal (qui a déjà été un héros de jeu vidéo au cinéma avec Prince of Persia) et Jessica Chastain en seront les deux stars, comme prévu.

David Leitch filmera le spinoff de F&F, avec Dwayne Johnson, l'acteur le plus bankable d'Hollywood, et Jason Statham, cet automne et The Division courant 2019.

Gaghan a écrit le scénario de cette histoire situé dans un futur proche et où une maladie, le Poison Vert, se propage lors du "Black Friday" via des billets contaminés, provoquant la chute des États-Unis en cinq jours. New York est décimée. Les morts se comptent par millions. A Noël, la société est en plein chaos. Un groupe de civils, les Émeurtiers, entraînés pour opérés lors de catastrophes, est appelé pour sauver ce qui peut l'être.

Le jeu compte 20 millions de fans en ligne, et une suite devrait bientôt être montrée.

Taron Egerton sera Elton John dans le biopic Rocketman

Posté par wyzman, le 20 avril 2018

La nouvelle est tombée il y a quelques heures : l'acteur britannique de 28 ans sera la tête d'affiche de Rocketman, un biopic centré sur l'ascension d'Elton John, de son passage remarqué à la Royal Academy of Music à sa collaboration avec le parolier Bernie Taupin.

Longtemps dans les cartons, le projet semble aujourd'hui avancer grâce à la présence de Paramount Pictures qui financera en partie Rocketman mais souhaite surtout le distribuer à l'international. D'après Variety, Rocketman sera réalisé par Dexter Fletcher, l'auteur d'Eddie the Eagle et du très attendu biopic sur Freddie Mercury et Queen, Bohemian Rhapsody, qui sort le 31 octobre. Le scénario sera écrit pas Lee Hall, l'homme à qui l'on doit Billy Elliot et Cheval de guerre. Réalisateur de X-Men : Le commencement et des deux Kingsman, Matthew Vaughn financera également Rocketman à travers sa société Marv Films. Le tournage devrait débuter cet été.

Pour rappel, Taron Egerton sera prochainement à l'affiche de Robin Hood, le reboot de Lionsgate réalisé par Otto Bathurst (Black Mirror, Peaky Blinders) et également porté par Jamie Foxx, Ben Mendelsohn et Jamie Dornan. Le film est attendu en France le 28 novembre. De son côté, Elton John se lancera en septembre prochain dans une tournée événement puisqu'il s'agira de la dernière. Le Farewell Yellow Brick Road Tour devrait compter plus de 300 dates et s'étaler jusqu'en 2021. Après cela, l'interprète de "I'm Still Standing" se consacrera vraisemblablement à son mari David Furnish et à leurs deux enfants, Zachary et Elijah.

Venise 2018: un Lion d’or d’honneur pour David Cronenberg

Posté par vincy, le 19 avril 2018

La Mostra de Venise a annoncé aujourd'hui qu'elle décernerait un Lion d'Or pour l'ensemble de sa carrière au réalisateur canadien David Cronenberg.

Le cinéaste a réagi avec poésie: ""Ce sera vraiment superbe de recevoir le Lion d'Or. J'ai toujours aimé le Lion d'Or de Venise. Un lion qui vole sur des ailes en or, c'est l'essence de l'art, non? C'est l'essence du cinéma. Ce sera presque insupportablement excitant de recevoir mon propre Lion d'or".

"Même si Cronenberg est resté confiné au début aux territoires marginaux des films d'horreur, dès son premier film scandaleusement subversif, le réalusateur a monté qu'il voulait séduire un public au-delà des limites de son genre, et il a a su construire, un film après l'autre, un édifice original et très personnel", a expliqué dans le communiqué Alberto Barbera, directeur de la Mostra de Venise.

Jamais récompensé à Venise

"En évoluant autour de la relation indissociable entre le corps, le sexe et la mort, son univers est peuplé de difformités et d'accouplements terrifiants, une horreur qui reflète la peur devant les mutations produites dans le corps par la science et la technologie, la maladie et la décadence physique", a-t-il ajouté. "Tous ses thèmes - la violence, la transgression sexuelle, la confusion entre la réalité et le virtuel, le rôle déformant de l'image dans nos sociétés contemporaines - ont contribué à faire de lui l'un des plus audacieux et stimulants cinéastes de l'Histoire, un innovateur de formes et de langages qui n'est jamais lassé."

Parmi tous ses films et ses multiples prix, David Cronenberg a reçu un Ours d'argent à Berlin pour eXistenZ, un prix spécial du jury à Cannes pour Crash, Cannes où il a présenté cinq films en compétition, un Carrosse d'Or pour son œuvre et deux nominations au César du meilleur film étranger (Eastern Promises, A History of Violence). Il a reçu cinq fois "l'Oscar" du meilleur réalisateur au Canada. A Venise il a présenté son film A Dangerous Method en compétition en 2011. David Cronenberg n'a rien tourné depuis Maps to the Stars en 2014.

La 75ème Mostra du cinéma de Venise se déroulera du 29 août au 8 septembre.

Ed Skrein rejoint le casting de Maléfique 2

Posté par wyzman, le 18 avril 2018

Cette semaine, Variety révèle que l'acteur britannique de 35 ans est actuellement en train de finaliser son contrat pour tourner dans la suite de Maléfique, le film en live-action de Disney qui raconte les manigances de la méchante sorcière de La Belle au bois dormant. Angelina Jolie et Elle Fanning ont déjà accepté de rempiler pour la suite tandis que Joachim Ronning (Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar) remplacera Robert Stromberg à la réalisation. Le tournage devrait débuter cette année d'après un scénario de Jez Butterworth (007 Spectre) et Linda Woolverton (Alice au pays des merveilles).

Dans ce nouveau volet, Ed Skrein devrait vraisemblablement incarner le méchant bien que les détails précis entourant son rôle soient tenus secrets. Avant cela, vous avez pu le voir dans Kill Your Friends, Le Transporteur : Héritage et la saison 3 de Game of Thrones. Avant la sortie de Maléfique 2, vous l'aurez croisé dans les prochains films de Robert Rodriguez (Alita : Battle Angel) et Barry Jenkins (If Beale Street Could Talk).

Pour rappel, le premier Maléfique a été ce que l'on appelle communément un carton. Le film de Robert Stromberg a rapporté plus de 758 millions de dollars dans le monde, est la 4e adaptation en live-action d'un classique Disney la plus rentable et le plus gros succès mondial de la carrière d'Angelina Jolie.