La grande traversée pour Albert Uderzo (1927-2020)

Posté par vincy, le 24 mars 2020

Le dessinateur Albert Uderzo est mort ce matin à l'âge de 92 ans. Créateur avec René Goscinny d'Astérix le gaulois, il est l'un des plus grands maîtres de la bande dessinée, assurément celui qui a connu le plus important succès éditorial dans le monde avec des albums francophones (380 millions d'exemplaires, dans plus de 110 langues). Il était entré au Hall of Fame Will Eisner, panthéon mondial des auteurs du 9e art.

Uderzo était influencé par le western spaghetti, les comédies burlesques du cinéma muet, Laurel et Hardy, et surtout les cartoons américains, à commencer par les dessins animés de Walt Disney. Tout cela - des gros plans au mouvement, des gags à la fluidité du récit - se retrouve dans Astérix, comme les héros du 7e art qu'il a croqués dans ses cases: Brigitte Bardot, Bernard Blier, Coluche, Sean Connery, Tony Curtis, Kirk Douglas, Jean Gabin, Charles Laughton, Stan Laurel et Oliver Hardy, Jack Lemmon, jean Marais, Aldo Maccione, Yves Montand, Raimu, Arnold Schwarzenegger, Pierre Tchernia, Peter Ustinov, Lion Ventura...

Patron de studio

Après avoir été déçu par la première adaptation d'Astérix en film d'animation par Belvision (Astérix le Gaulois), il avait, avec son compère scénariste, créé les studios Idéfix, qui assume aussi bien les films autour d'Astérix que ceux avec Lucky Luke. Il a réalisé Astérix et Cléopâtre en 1968 (1 951 615 entrées) et Les douze travaux d'Astérix en 1976 (2 202 481 spectateurs), qui était une histoire écrite pour le cinéma et non pas issue d'un album.  Ce premier studio d’animation européen, « contre toute rationalité budgétaire », s'arrête brutalement la mort de Goscinny en 1977.

Uderzo gardera un oeil sur toutes les autres adaptations, en animation comme en prises de vues réelles. Son attendues la série animée autour d'Idéfix et un Astérix en Chine par Guillaume Canet, Astérix et Obélix : L'Empire du Milieu, avec Marion Cotillard et Gilles Lellouche.

Du cinéma à la télévision en passant par le jeu vidéo, Uderzo apparaît dans 35 génériques en tant qu'auteur. Astérix reste le héros de BD le plus populaire jusque sur les écrans. Le dernier film, Le secret de la potion magique, a attiré 4 millions de spectateurs en France et 3,5 millions à l'étranger.

Lucia Bosè (1931-2020) dans les ténèbres

Posté par vincy, le 23 mars 2020

L'actrice italienne Lucia Bosè, née le 28 janvier 1931 à Milan est morte le 23 mars 2020 en Espagne, première célébrité du cinéma à être victime de la pandémie de coronavirus. Elle avait 89 ans.

Miss Italie en 1947, découverte par Luchino Visconti alors qu'elle était vendeuse de pâtisserie, elle fera ses premiers pas chez Michelangelo Antonioni en 1950 avec Chronique d'un amour (Cronaca di un amore). Elle tourne beaucoup dans ces années 1950, pour Giuseppe De Santis (Pâques sanglantes, Onze heures sonnaient), Antonioni (La Dame sans camélia), Jean-Paul Le Chanois (Le village magique), Juan Antonio Bardem (Mort d'un cycliste), Jean Cocteau (Le testament d'Orphée) et Luis Buñuel (Cela s'appelle l'aurore).

Durant ces années fastes, elle épouse le matador, Luis Miguel Dominguín, un ex d'Ava Gardner, avec qui elle va avoir trois enfants, dont le chanteur et comédien Miguel Bosé (Suspiria, Talons aiguilles, La reine Margot, Gazon Maudit).

Désormais installée en Espagne, elle se met en retrait durant 8 ans. A son divorce, elle retrouve le chemin des plateaux. On la voit ainsi dans Satyricon de Federico Fellini, Metello et Vertiges de Mauro Bolognini, Nathalie Granger de Marguerite Duras, Lumière de Jeanne Moreau, Dans les ténèbres, l'un des premiers films de de Pedro Almodóvar, Chronique d'une mort annoncée de Francesco Rosi ou encore Le Dernier Harem de Ferzan Ozpetek en 1999.

Jouant les personnages issus du théâtre classique ou dans des films considérés alors comme avant-gardistes, elle n'a jamais pu rivaliser avec ses consoeurs italiennes révélées après la seconde guerre mondiale. Sa discrétion, sa beauté et son exigence ont sans doute joué contre elle, trop souvent utilisée comme une créature splendide et éthérée.

Suzy Delair prend l’air (1917-2020)

Posté par vincy, le 16 mars 2020

Suzanne Pierrette Delaire dite Suzy Delair, née le 31 décembre 1917, est morte le 15 mars 2020 à l'âge de 102 ans.

Actrice, danseuse et chanteuse, encanailleuse aussi, elle avait tourné durant les années 1930 dans La Dame de chez Maxim's d'Alexander Korda, Poliche d'Abel Gance, L'assassin habite au 21 d'Henri-Georges Clouzot (qui fut son compagnon), puis après la seconde guerre mondiale dans La Vie de bohème de Marcel L'Herbier, Quai des Orfèvres d'Henri-Georges Clouzot , Lady Paname d'Henri Jeanson, Le Fil à la patte de Guy Lefranc, Gervaise et Paris brûle-t-il de René Clément, Rocco et ses frères (Rocco e i suoi fratelli) de Luchino Visconti, Les Régates de San Francisco de Claude Autant-Lara...

Sa carrière s'interrompt assez brusquement au milieu des années 1960, même si on l'aperçoit encore dans Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury en 1973.

Suzy Delair a surtout brillé dans les comédies musicales et les opérettes comme La Vie parisienne de Jacques Offenbach, qu'elle aura joué quatre fois entre 1959 et 1969. Elle passait ainsi, comme pour le cinéma, de la légèreté à la gravité, avec L'Ours d'Anton Tchekhov, Tricoche et Cacolet d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy, Le Tube de Françoise Dorin. Parlant de tubes, on lui doit "C'est si bon" ou encore "Frou-frou".

Car c'est par le music-hall que cette fille d'une couturière et d'un sellier-carrossier qu'elle a connu le succès très jeune. Pouvant jouer les délurées comme les mélancoliques, les gaffeuses et les enquiquineuses, les séductrices comme les prolétaires, elle a aussi traversé l'Occupation avec une amitié, voire une admiration, très dérangeante pour les Nazis. À la Libération, elle est suspendue de tournage pour trois mois par les comités d'épuration.

De Bourvil à Laurel et Hardy, elle a été une formidable partenaire du cinéma classique français et européen. Mais rejetée par la Nouvelle vague, à l'écart des chapelles, préférant ses amours à ses rôles, elle se plaignait de ne pas assez travailler. Si la télévision lui a offert trois rôles dans les années 1980, elle avait complètement disparue des écrans et de la scène par la suite.

Ses parents espéraient qu'elle devienne une sage-femme. L'ancienne apprentie modiste n'en a toujours fait qu'à sa tête. Elle a connu de grands succès, croisé de très beaux rôles, elle savait aussi amuser et faire pleurer. Une comédienne à l'ancienne, avec du tempérament, qui alertait déjà sur le harcèlement sexuel dès 1982: "Sans doute me fait-on payer (...) mon refus de flirter quand il aurait fallu le faire."

Tonie Marshall au plus près du paradis (1951-2020)

Posté par vincy, le 12 mars 2020

C'est la seule femme à avoir reçu le César de la meilleure réalisation. La cinéaste Tonie Marshall vient de s'éteindre à l'âge de 68 ans, des suites d'une longue maladie. Elle apparaissait encore sur les tapis rouges, y compris celui du spectacle de Jean-Paul Gaultier, le Fashion Freak Show, qu'elle a mis en scène.

Sa mère, l'actrice Micheline Presle, 97 ans, lui survit. Enfant de la balle, avec une chambre donnant sur la cabine de projection du cinéma le Studio des Ursulines à Paris, elle a réalisé une dizaine de longs métrages, dont le plus récent, Numéro Une en 2017.

Son cinéma, profondément féministe, valorisant des femmes dirigeantes et émancipées, croquait l'air du temps sous forme de comédies douces-amères (et parfois acides).

Depuis Pentimento en 1989, elle a ainsi creusé ce sillon, avec plus ou moins de succès. Son plus gros succès reste Vénus Beauté (Institut). Avec un casting de haute volée (Nathalie Baye, Bulle Ogier, Samuel Le Bihan, Jacques Bonnaffé, Mathilde Seigner, Audrey Tautou, Robert Hossein, Marie Rivière, Edith Scob, Hélène Fillières, Brigitte Roüan, Claire Nebout, Micheline Presle, Emmanuelle Riva, Elli Medeiros et Claire Denis), le film a séduit près de 1,4 million de spectateurs, a été décliné en série TV en 2005 et a reçu 7 nominations aux César, repartant avec ceux du meilleur film, meilleur réalisateur (trice), meilleur scénario (pour Marshall), et meilleur espoir féminin (pour Tautou).

Tu veux ou tu veux pas (avec Sophie Marceau et Patrick Bruel) en 2014 a aussi passé le cap du million d'entrées. Pour le reste son ton plutôt intimiste, souvent porté sur les classes prolétaires ou moyennes, avant de passer à la bourgeoisie, et son regard souvent moqueur sur les travers de nos sociétés l'ont souvent empêchée de trouver un large public. Elle aimait confronter les genres (polar, comédie, mélo...) avec des situations familiales parfois retors comme dans Pas très Catholique ou Enfants de salaud. Et sinon elle filmait des rencontres amoureuses chaotiques, improbables, en écho aux comédies américaines des années 40-50.

Du Télé-achat dans France Boutique à une variante d'Elle et lui dans Au plus près du Paradis, ses tours de passe-passe l'ont amenée à tourner avec Catherine Deneuve, William Hurt, Karin Viard, Anémone, Jean Yanne, François Cluzet, Emmanuelle Devos, François Cluzet....

Vivante et drôle, chaleureuse et attachante, Tonie Marshall est passée à la réalisation dans les années 1990, après avoir commencé en tant que comédienne peu convaincante (L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la Lune de Jacques Demy, Les Sous-doués de Claude Zidi, Pour rire ! de Lucas Belvaux). Proche de Jean-Michel Ribes, avec qui elle partage l'humour devant la caméra et sur scène, Tonie Marshall était aussi une femme très engagée dans la profession et dans les luttes féministes. Elle se battait pour la place des femmes et contre les inégalités de sexe à la manière d'une combattante.

Dans un entretien en 2018, elle affirmait ainsi : "dans la société, il y a beaucoup de morales, beaucoup de religions qui sont enclins à enfermer les femmes dans des cases, à les cantonner dans un rôle. Tout est organisé sur le masculin depuis le début. Changeons ça ! On va y arriver. Mais pour y parvenir, il faut embarquer les hommes. Il ne faut surtout pas donner l’impression que les femmes prennent la place de qui que ce soit. Elles prennent seulement leur place dans une société où elles sont à 50 % au moins …" Et de rappeler: " Si les femmes comptaient davantage dans la société, elles compteraient aussi davantage à l’écran."

Didier Bezace (1946-2020) quitte la scène

Posté par redaction, le 11 mars 2020

Le comédien et metteur en scène français Didier Bezace est décédé des suites d'une longue maladie, a annoncé mercredi à l'AFP son attachée de presse. il avait 74 ans.

Au cinéma, il a joué dans une trentaine de films durant quarante ans de carrière. On l'a ainsi remarqué dans de nombreux second-rôles, avec sa diction bien prononcée et son regard souvent en coin: La petite voleuse de Claude Miller, L.627, Ça commence aujourd'hui et Quai d'Orsay de Bertrand Tavernier, Petits arrangements avec les morts de Pascale Ferran, Les voleurs d'André Téchiné, La femme de chambre du Titanic de Bigas Luna, La dilettante de Pascal Thomas, Ça ira mieux demain, C'est le bouquet! et Cause toujours! de Jeanne Labrune, Mariages ! de Valérie Guignabodet, Ma vie en l'air de Rémi Bezançon, Le pressentiment de Jean-Pierre Darroussin... Il a été nommé au César du meilleur acteur dans un second rôle pour Profil bas de Claude Zidi.

Si le cinéma était si peu présent dans sa vie de comédien, il tournait de nombreux téléfilms. Mais c'est le théâtre qui occupait toute sa vie, cofondateur du Théâtre de l'Aquarium à La Cartoucherie de Vincennes et directeur du Théâtre de la Commune d'Aubervilliers durant 16 ans.

Molière de la révélation théâtrale en 1995 avec La Femme changée en renard, il a reçu deux autres Molières en 2005 en tant que metteur en scène et adaptateur pour La version de Browning.

Echec et mat pour Max Von Sydow (1929-2020)

Posté par vincy, le 9 mars 2020

Carl Adolf von Sydow, né le 10 avril 1929, s'est éteint le 8 mars à l'âge de 90 ans. Il était citoyen français depuis 2002. Sa grande silhouette (1m93), sa voix caverneuse, forte et profonde, et son visage coupé au couteau, trois caractéristiques qui lui conféraient souvent des rôles de dirigeants ou de méchants, des bienveillants ou des inquiétants, de prêtres ou le diable, d'oppresseurs ou d'auteurs. A chaque fois il était charismatique.

Révélé par Alf Sjoberg (Mademoiselle Julie, 1951) et Ingmar Bergman avec qui il tourne 11 films (Le Septième sceau, où il joue une partie d'échecs avec la mort, 1956, Les fraises sauvages, Au seuil de la vie, Le visage, La source, A travers le miroir, Les communiants, L'heure du loup, Une passion, Le lien) , Max Von Sydow devient très vite courtisé par Hollywood (George Roy Hill, John Huston et George Stevens pour commencer).

L'Exorciste de William Friedkin fera de cet acteur admiré une star mondiale en 1973. On le voit ensuite alternants grands films et blockbusters, films d'auteurs et navets: Les trois jours du condor de Sydney Pollack, A nous la victoire de John Huston, Flash Gordon de Mike Hodges, Conan le Barbare de John Milius, un James Bond (Jamais plus Jamais), Dune de David Lynch, Hannah et ses sœurs de Woody Allen, SOS Fantômes 2 d'Ivan Reitman, L'éveil de Penny Marshall, en vilain dans Minority Report de Steven Spielberg, en docteur dans Shutter Island de Martin Scorsese, avant de conclure sa filmographie avec Ridley Scott (Robin des Bois), Stephen Daldry (Extrêmement fort et incroyablement près) et Star Wars épisode VII: Le réveil de la force. On se doute que tous ces cinéastes voulaient s'emparer un peu de l'âme de Bergman à travers lui.

Il a aussi tourné en Italie, en France, au Danemark... On le croise ainsi dans Cadavres exquis de Francesco Rosi, Le désert des tartares de Valerio Zurlini, La mort en direct de Bertrand Tavernier, Pelle le conquérant de Bille August (Palme d'or), Europa de Lars von Trier, Jusqu'au bout du monde de Wim Wenders, Les meilleures intentions de Bille August (Palme d'or encore), Le sang des innocents de Dario Argento, Le scaphandre et le papillon de Julian Schnabel, Un homme et son chien de Francis Huster, Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt, ou son dernier film, Kursk de Thomas Vinterberg... On l'a vu aussi dans la mini-série Nuremberg, dans les Tudors et dans Game of Thrones.

Il ne se souciait pas du genre - fantasy ou drame, SF ou thriller, mélo (nombreux) ou historique - ni de la taille du rôle. Avec 8 langues parlées, ce provençal d'adoption avait arrêté de tourner, ne trouvant plus de rôles intéressants. Il voulait vivre, tout simplement.

Nommé une fois à l'Oscar du meilleur acteur (Pelle le conquérant) et une fois dans la catégorie second-rôle masculin (Extrêmement fort...), il avait reçu un trophée spécial à Cannes en 2004 et plusieurs prix honorifiques dans les festivals internationaux. Son prestige était sans doute ailleurs: il a tourné dans cinq films nommés à l'Oscar suprême, et a été le double de Bergman au cinéma durant les années 1950-1960. "La plupart de ce que je sais, je l'ai appris de lui" expliquait-il à propos du maître suédois. Préférant la littérature et le théâtre, et tout art de l'oralité, au cinéma, Max Von Sydow était considéré comme intellectuel, reconnaissant le cinéma et le jeu comme futiles. Athée, il ne croyait pas dans une forme de vie après la mort. Même si, chez lui, il y avait toujours une part de doute. Cette ambiguïté qui lui permettait d'être si nuancé et si subtil dans chacun de ses personnages, les empathiques comme les monstrueux.

Jodie Foster et le vol de la Joconde

Posté par redaction, le 8 mars 2020

jodie fosterElle sera la narratrice du documentaire Be Natural, l'histoire cachée d'Alice Guy-Blaché, réalisé par Pamela B. Green, en salles le 18 mars. Jodie Foster tourne actuellement Prisoner 760 de Kevin Macdonald, avec Bendedict Cumberbatch, Shailene Woodley, Tahar Rahim et Zachary Levi. Jamais deux sans trois, l'actrice-productrice-réalisatrice va faire son retour derrière la caméra. Son dernier film, Money Monster (216) avait eu les honneurs de la sélection officielle au Festival de cannes. Pour son cinquième long métrage, elle filmera l'adaptation du livre de Seymour Reit, The Day They Stole the Mona Lisa (Le jour où ils ont volé la Joconde). Ce livre est inédit en France. l'auteur l'a écrit en 1981.

The Day They Stole the Mona Lisa est un roman autour du vol (réel) de la Joconde au Louvre en 1911. Cela fait plus de dix ans que l'adaptation au cinéma est en préparation. Les producteurs ont confirmé la présence de Jodie Foster au générique lors du festival de Sundance en janvier. Le film sera dans la veine de L'Affaire Thomas Crown, entre arnaque et comédie, mélangeant faits réels et fiction.

Aucune date de tournage n'a été annoncée.

Cartoon Movie récompense le studio Xilam et les réalisatrices des Hirondelles de Kaboul

Posté par redaction, le 5 mars 2020

les hirondelles de kaboulLes Cartoon Movie Tributes récompensent chaque année une personnalité ou une société "ayant eu une influence dynamique et positive sur l’industrie européenne du long métrage d’animation."

La 22e édition se déroule à Bordeaux jusqu'à ce soir.

Zabou Breitman & Éléa Gobbé-Mévellec, pour Les Hirondelles de Kaboul, ont reçu le prix du Réalisateur européen de l'année. Le film, qui avait fait son avant-première à Un certain regard à Cannes et qui était en lice pour le César du long métrage d'animation, avait déjà gagné le prix de la Fondation Gan pour la distribution à Annecy et le Valois de Diamant du Festival du film francophone d'Angoulême.

Marjane Satrapi, Peter Lord ou encore Claude Barras ont reçu ce prix les années précédentes.

Le prix du Producteur européen de l’année est également revenu à l'animation française en récompensant Xilam, distingué en 2019 à Cannes (Grand prix de la Semaine de la critique) et aux César (meilleur long métrage d'animation, en plus d'une nomination aux Oscars, grâce à J'ai perdu mon corps.

Le prix du Distributeur européen de l’année a été décerné à la société belge Lumière, qui d'ailleurs distribué en Belgique J'ai perdu mon corps, mais aussi Funan.

Adam McKay embarque Jennifer Lawrence

Posté par vincy, le 4 mars 2020

Adam McKay est l'un des réalisateurs américains les plus prometteurs. A défaut d'un studio qui produise ses projets, il a trouvé en Netflix le partenaire pour financer et diffuser sa comédie, Don't Look Up, dont il avait révélé le pitch en novembre dernier.

Jennifer Lawrence en sera la star. Le film, qui se tournera à partir du mois d'avril si le coronavirus ne fait pas de siennes, devrait être prêt pour les fêtes de fin d'année.

L'histoire est celle de deux astronomes amateurs qui font la tournée des médias pour alerter l'humanité qu'un astéroïde s'approche de la Terre et s'apprête à la détruire.

Pour McKay, Netflix a été le seul studio à voir dans son scénario une comédie populaire qui peut plaire à l'international comme aux Etats-Unis.

Adam McKay s'est fait remarqué avec des films comme Vice et The Big Short, après des débuts dans la comédie avec Will Ferrell. Il avait annoncé il y a deux mois un projet avec Bong Joon-ho pour une série à partir de Parasite pour HBO.

Jennifer Lawrence vient de terminer le film de Lila Neugebauer, un drame sur une soldate traumatisée par la guerre en Afghanistan. Elle doit aussi tourner Mob Girl de Paolo Sorrentino, et a un autre projet avec McKay, Bad Blood, un biopic sur Elizabeth Holmes.

Cécile de France et Daisy Ridley vous accompagnent dans la grotte Chauvet en réalité virtuelle

Posté par vincy, le 2 mars 2020

Cécile de France en français et Daisy Ridley en anglais. Les deux comédiennes prêtent leur voix à une expérience immersive en réalité virtuelle. Avec un casque VR, vous découvrez ainsi la grotte Chauvet dans un film de 10 minutes. La grotte, qui se situe en Ardèche, et dispose, comme Lascaux, d'une réplique, est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Fermée au public depuis sa découverte en 1994, elle est remarquablement conservée et on peut y admirer des fresques, dessins et gravures datant de 36000 ans. C'est la plus ancienne trace artistique de l'humanité.

Cette exploration en réalité virtuelle a été rendue possible grâce à Google Arts & Culture. Dans un premier temps, le spectateur découvre les chefs d'œuvres pariétaux à la lueur d'une torche enflammée. Puis il découvre la grotte à travers une visite libre et commentée.

On peut aussi partir à la découverte de cette grotte grâce à la Pocket Gallery (Android et OS), une fonctionnalité d'exposition immersive accessible sur l’application mobile de Google Arts & Culture, qui est aussi intégrée dans le moteur de recherche dans le monde entier : dès que vous effectuez une recherche sur la grotte Chauvet sur Google, vous avez la possibilité de voir les fresques de la grotte Chauvet en 3D. On trouve enfin 21 expositions thématiques sur la plateforme Google Arts & Culture et un quiz.