Saint-Jean-de-Luz » Le Blog d'Ecran Noir

Le jury et le public de Saint-Jean-de-Luz succombent au charme d’A peine j’ouvre les yeux

Posté par vincy, le 11 octobre 2015

A peine j’ouvre les yeux de Leila Bouzid a remporté trois prix - meilleur film, meilleure actrice (Baya Medhaffer) et prix du public - au festival international du film de Saint-Jean de Luz qui s'est achevé samedi 10 octobre. Le jury présidé par Josiane Balasko et les festivaliers se sont amourachés de ce film franco-tunisien, qui avait récolté le Label Europa cinéma du meilleur film européen et le prix du public dans la section Venice Days du Festival de Venise il y a un mois. Vendredi, le film avait aussi reçu le Bayard d'or du meilleur premier film au Festival du film francophone de Namur. Le film sera en salles le 23 décembre, distribué par Shellac. L'histoire suit Farah, 18 ans, à Tunis, quelque mois avant la Révolution. Elle vient de passer son bac, et sa famille la destine à devenir médecin, mais chanteuse dans un groupe de rock engagé, elle va s'émanciper.

Le Prix du meilleur réalisateur a récompensé Thomas Bidegain pour Les cowboys (déjà prix Michel d'Ornano à Deauville) et Grimur Hakonarson pour Béliers (Prix Un certain regard à Cannes).

Le Prix de la meilleure interprétation masculine est revenu à Tahar Rahim dans Les anarchistes, d'Elie Wajeman.

De son côté le jury jeune a choisi le film espagnol Un otono sin Berlin de Lara Izaguirre.

Saint-Jean-de-Luz 2015, gazon bénit pour les jeunes cinéastes

Posté par vincy, le 6 octobre 2015

Pour la 2e édition du nouveau festival international du film de Saint-Jean-de-Luz (6-10 octobre), c'est Josiane Balasko qui préside le jury. La réalisatrice, scénariste et actrice (qui aura peut-être un jour un César d'honneur pour avoir été l'une des rares femmes à signer des succès au box office français) est entourée d'Olivier Marchal, Manu Payet, Claude Perron, Julia Piaton, du compositeur Alexi Rault, et du producteur Gilles Sacuto.

Le programme comporte plusieurs avant-premières nationales, à commencer par le film d'ouverture, Taulardes, d'Audrey Estrougon avec Sophie Marceau, Marie Denarnaud et Anne Le Ny.

La clôture sera assurée par le film de Christian Carion, En mai fais ce qu'il te plaît, avec August Dhiel, Olivier Gourmet et Mathilde Seigner.

Hors-compétition, le FIF présentera Le nouveau de Rudi Roeberg, récemment récompensé à San Sebastian et qui pourrait être le succès surprise de la fin d'année et Comment c'est loin de et avec Orelsan.

En compétition, la cité basque accueillera 10 films.

A peine j'ouvre les yeux de Leila Bouzid (France) - Label Europa Cinémas à Venise 2015

Béliers de Grimu Hakonarson (Islande) - Prix Un certain regard à Cannes 2015

Je suis un soldat de Laurent Larivière (France) - présenté à Un certain regard à Cannes 2015

Je vous souhaite d'être follement aimée d'Ounie Lecomt (France)

La terre et l'ombre de César Augusto Acevedo (Colombie) - Caméra d'or au Festival de Cannes 2015

Les anarchistes d'Elie Wajeman (France) - présenté à la Semaine de la Critique à Cannes 2015

Les cowboys de Thomas Bidegain (France) - présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes 2015, Prix Michel d'Ornano à Deauville 2015

Les ogres de Léa Fehner (France)

Nahid d'Ida Panahandeh (Iran) - Prix de l'avenir Un certain regard à Cannes 2015

Un otoño sin Berlin de Lara Izagirre (Espagne) - présenté au Festival de San Sebastian 2015

Palmarès de Saint-Jean-de-Luz: Bébé tigre à l’unanimité

Posté par vincy, le 11 octobre 2014

Il était normal de ne pas passer à côté. Bébé tigre, le premier film de Cyprien Val, a remporté le Grand Prix du Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz ce soir. Le jury de Xavier Beauvois nous a comblés en récompensant le meilleur film de la sélection et en donnat également le prix de la mise en scène à Yann Demange pour son épatant '71.

Bébé Tigre n'est pas seulement un très bon premier film. C'est aussi un film engagé, derrière son récit à la fois romanesque et social. Cyprien Val, 34 ans, diplômé de la Fémis va à rebours d'une France qui doute d'elle, qui a peur des étrangers et qui ne croit plus en son pouvoir d'attraction. Haut et Court distribuera le film le 28 janvier 2015.

Le public et le public jeunes ont été davantage séduit par L'Oranais, également distribué par Haut et Court (et en salles le 19 novembre). Déjà récompensé à Angoulême, le film de Lyes Salem est plus consensuel et classique dans sa forme comme dans son fond. Mais là encore, que le jury récompense un film sur un clandestin du Penjab et que le public plébiscite une oeuvre franche sur l'Algérie, cela prouve que la France rance de Zemmour comme le titrait Libération ce matin (journal qui n'est plus à une provocation simpliste près) n'est pas la seule à exister. On peut encore se rassembler autour de valeurs fondamentales comme la liberté et pardonner les erreurs (dont on peut apprendre tant).

Cette sélection luzienne avait d'ailleurs ce trait commun : on peut tous faire des mauvais choix, des choix regrettables, mais ce sont ces choix là qui nous construisent. Le jury n'a pas fait de mauvais choix.

Palmarès:
Prix du jury
-Meilleur film : Bébé tigre de Cyprien Vial
-Meilleur réalisateur : Yann Demange pour le film '71
-Meilleure interprétation masculine : Grégory Gadebois pour le film Le Dernier coup de marteau d'Alix Delaporte.
-Meilleure interprétation féminine : Jisca Kalvanda pour le film Max et Lenny de Fred Nicolas.
-Meilleur Court métrage : Princesse de Marie-Sophie Chambon
Prix du public
-Meilleur Long métrage : L'Oranais de Lyes Salem
Prix du jury jeune
-Meilleur Long métrage : L'Oranais de Lyes Salem
-Meilleur Court métrage : La Nouvelle musique de François Goetghebeur et Nicolas Lebrun

Lire aussi:
Le Festival de Saint-Jean-de-Luz fait peau neuve Jury et compétition.
Saint-Jean-De-Luz 2014: des amis, des ennemis et une revanche sur soi Lundi-mercredi.
Saint-Jean-de-Luz 2014 : la rançon du passé, la respiration du présent Jeudi-samedi.

Saint-Jean-de-Luz 2014 : la rançon du passé, la respiration du présent

Posté par vincy, le 11 octobre 2014

Deuxième partie et dernière ligne droite pour le nouveau Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz (lire notre article sur le jury et la programmation de cette année). Le cinéma Le Sélect ne souffre pas trop des travaux du nouveau complexe résidentiel en construction, Les Erables (au passage le cinéma va gagner une salle, passant de quatre à cinq).

Jour 4, 17h30: Lena est une femme allemande qui, un soir de fête, perd soudainement la mémoire biographique : sa vie, ses amis, ses écrits, elle a tout oublié jusqu'à son visage. Elle ne se reconnaît pas. Elle n'existe plus. Comme on appuie sur un bouton reset pour redémarrer une machine. Pour retrouver la mémoire, aidée par son mari, elle cherche des éléments de la femme qu'elle était. Mais au lieu de se les approprier, elle ne fait que les imiter. Au point de faire coexister une Lena qui n'existe plus avec une nouvelle personnalité, qui n'a aucun repère.

Jan Schomburg a donné le rôle principal à sa compagne, Maria Schrader (Aimée & Jaguar), étonnante: parfois vieillie, parfois enfantine, tantôt enlaidie, tantôt embellie, elle livre une performance assez saisissante, sur le bord du précipice où elle peut basculer dans la folie. Ce drame allemand (intitulé Oublie mon moi en VO) très maîtrisé ne laisse aucune porte de sortie au spectateur : enfermée dans sa logique de (dé)fragmentation du "conscient" et de l'individu, la mise en scène s'appuie en permanence, avec intelligence, sur des effets de reflets troublés ou d'images floutées. Sortie en France en 2015.

20h30: L'oranais de Lyes Salem, déjà primé à Angoulême, est une fresque historico-romanesque sur l'Algérie, depuis la guerre contre la France jusqu'aux années 80. A travers un groupe de quatre amis, aux destins et opinions qui vont diverger avec le temps, on suit les espoirs, tragédies et trahisons (idéalistes comme humaines) des uns et des autres. Le film est ambitieux par son propos et son ampleur. Ce qui ne signifie pas qu'il parvient à convaincre complètement. Ce feuilleton aux accents de Arcady époque Grand Sirocco accuse parfois quelques redondances et certaines langueurs. A trop vouloir dire et dénoncer, le scénario passe à côté d'une intimité plus profonde entre ces "héros" qui ont libéré l'Algérie. Lyes Salem montre pourtant une voie intéressante pour le cinéma algérien, mélange de critique et d'amour pour son pays. Avec de beaux moyens, et un film grand public, il donne de la voix à un pays toujours méconnu, si loin, si proche. Sortie en France le 19 novembre 2015.

Jour 5, 12h: Déjà présenté à la Semaine de la Critique, Respire est le deuxième long métrage de Mélanie Laurent. Elle avait lu le roman d'Anne-Sophie Brasme à l'âge de 17 ans. Cette histoire ne l'a pas quittée depuis. Par rapport aux Adoptés, la cinéaste a changé tous ses codes cinématographiques pour filmer la vie de Charlie (formidable Joséphine Japy) l'année de son Bac, de ses 18 ans. En cours d'année scolaire, surgit Sarah, fille magnétique, fascinante (Lou de Lâage, idoine pour le rôle). Amitié fusionnelle pour deux êtres qui ont besoin d'être aimées. Mais Sarah est une perverse narcissique et va attirer la lumineuse Charlie dans son enfer.

Il n'y a pas beaucoup d'issue à ce type de situations. Mélanie Laurent a filmé caméra à l'épaule, au plus près des personnages, pour ressentir l'oppression qui piège ces proies, aussi intelligentes et entourées soient-elles. Respire est avant tout un cri silencieux. Celui de Charlie qui ne dit rien alors qu'elle souffre. Celui que vivent des milliers de jeunes gens victimes d'humiliations, de manipulations et même de révélations publiques. Sortie en France le 12 novembre.

17h30: Inutile de vous le cacher très longtemps: Bébé tigre n'est pas seulement un véritable coup de coeur durant ce festival, c'est sans doute l'un des meilleurs premiers films français de ces dernières années. Cyprien Val, accompagné de Céline Sciamma (Tomboy) et Marie Amachoukeli (Party Girl) pour le scénario, nous offre une oeuvre généreuse autour d'un personnage, Many, jeune indien arrivé en France clandestinement à l'âge de 15 ans, "mineur étranger isolé". Deux ans plus tard, en famille d'accueil et au lycée, entre la volonté de s'intégrer et la nécessité d'envoyer de l'argent à ses parents, Many est pigé à force de tout vouloir concilier, au risque d'être renvoyé dans son pays à sa majorité.

Entre Bande de filles (en plus abouti, plus tendu) et La cour de Babel (côté fiction), Bébé Tigre pourrait avoir comme slogan "le film que Eric Zemmour ne peut pas voir". Avec un regard véritable sur la jeunesse immigrée qui ne demande qu'à s'intégrer, à travailler et à étudier, sans naïveté et avec réalisme, Cyprien Val construit son film comme un suspense social, où l'émotion est loin d'être absente. Il a trouvé en Harmandeep Palminder, jeune garçon fascinant, un acteur idéal pour incarner l'ambivalence des situations, subies ou choisies. Il photographie une France métissée et travailleuse, autant que rigide et précaire. En 87 minutes tout est dit, montré. Et la bande son est un bijou pour les oreilles, donnant des accents contemporains punchy à un récit moderne et universel. Sortie en France le 28 janvier 2015.

Jour 6, 12h15: Film de clôture, Les souvenirs est l'adaptation du best-seller de David Foenkinos, coscénarisé par l'écrivain et le réalisateur, Jean-Peul Rouve. Une grand-mère qui doit aller vivre en maison de retraite, l'un de ses trois fils qui est mis à la retraite, son épouse qui aimerait que tout cela bouge un peu, leur fils, 23 ans, avide de croquer la vie, à sa façon, et une multitude personnages qui gravitent autour de cette famille pas vraiment prête à passer à la prochaine étape de leur vie.

Feel-good movie par excellence, Les souvenirs ne manque pas d'humour, d'émotion et de situations cocasses. Les dialogues sont de la dentelle pour des comédiens aussi différents qu'Annie Cordy, Michel Blanc, Chantal Lauby et Mathieu Spinosi (violoniste avant d'être acteur), auxquels on peut ajouter Audrey Lamy et Jea-Paul Rouve. Tous ont le souci du travail bien fait, l'envie de donner le change au public. Peut-être aussi parce que tous ces comédiens ont un ADN commun: l'opérette, le Splendid, les Nuls, les Robins des bois, Scènes de ménages : chaque génération de la comédie est représentée, ce qui forme un orchestre cohérent pour une partition efficace et touchante. Sortie en France le 14 janvier 2015.

Saint-Jean-De-Luz 2014: des amis, des ennemis et une revanche sur soi

Posté par cynthia, le 9 octobre 2014

Cannes, Deauville, Annecy et après? Les médias du septième art n'ont d'yeux principalement que pour ces deux festivals de cinéma. On oublie la multitude de bons festivals provinciaux - Angoulême, Dinard, Arras, Vesoul, La Rochelle, ...- qui animent les régions, et offrent souvent des films en avant-première qui atteignent rarement les salles autour. Les médias nationaux ne s'y intéressent que s'il y a des vedettes ou un événement spécifique, ponctuellement.

Cette "mésinformation" conduit à de grandes injustices. Parfois certains succès en salles ont connu leurs débuts dans ces festivals. Sans fanfare, mais avec un ou deux prix, la reconnaissance du public. Comme un screen-test improvisé et non représentatif. Depuis lundi, le Festival international du film de Saint Jean de Luz, qui a longtemps été connu sous le nom du Festival des jeunes réalisateurs, montre des oeuvres radicalement différentes à un public curieux et critique (lire notre article sur le jury et la programmation de cette année).

Entre quelques promenades sur la plage et quelques morceaux de fromage basque, on s'assoit dans les belles salles du Sélect, jury, public, journalistes et notables mélangés.

Jour 1, 17h30: L'aventure commence avec un premier film signé Stéphane Demoustier: Terre Battue. L'histoire d'un père au chômage qui va devoir défier les désillusions actuelles afin de retrouver un travail tout en encourageant son fils, déjà extrêmement motivé, à tâter de sa raquette pour devenir le prochain Nadal. Par la puissance des personnages, le film nous plonge dans l'enfer du désespoir lié à la passion destructrice de permettre à nos rêves de devenir réalité. Tout ceci est agrémenté par une relation père/fils ardente que rien ne ternie même jusqu'au triste verdict final.

En fait, Terre Battue raconte une certaine France, que l'on connaît trop bien. La perte d'un emploi par une entreprise qui vous trouve un peu trop vieux pour continuer. Une pression médiatique sur nos jeunes adolescents à devenir les meilleurs, les plus riches, les plus connus quitte à ne plus être eux-mêmes. Déroutant, un premier film qui ne laisse pas de marbre. Sortie en France le 17 décembre.

20h30: Le film d'ouverture est La rançon de la gloire de Xavier Beauvois, président de ce jury et amateur de pêche dans l'océan le matin. Benoît Poelvoorde et Roschdy Zem campent le rôle des deux malfaiteurs qui dans les années 70 ont volé le cercueil de Charlie Chaplin contre une rançon. Non ce n'est pas une blague, il s'agit d'un fait réel, il y a vraiment deux cinglés qui ont volé le cercueil de la légende du cinéma muet pour de l'argent. Mais pourquoi avaient-ils commis un acte aussi abominable? C'est ce que Xavier Beauvois s'est demandé en lisant un article à ce sujet il y a quelques années. «Je voulais montré justement ce qui aurait pu motiver ces deux kidnappeurs!»
C'est ainsi que le réalisateur nous pousse dans le quotidien de deux hommes que la société a marginalisés. Deux immigrés (algérien et belge) qui se serrent les coudes pour survivre et offrir une vie décente à la fille de l'un deux, pendant que sa femme souffre à l'hôpital faute d'une opération coûteuse. Au même moment la légende Charlie Chaplin s'éteint et se fait enterrer à quelques mètres de chez eux. Drôle, loufoque, mélancolique mais un peu trop longue, cette comédie, un peu longue, a plu grâce à son excellente mise en scène et son originalité. Sortie en France le 7 janvier 2015.

Jour 2, 15h: Premier film du réalisateur français de sang mais anglais d'éducation, Yann Demange. Avec 71', le jeune cinéaste signe une fresque magistrale sur le conflit dont la ville de Belfast a été le théâtre en 1971. Gary, campé par le plus que talentueux anglo-irlandais Jack O'Connell Skins, 300, Les points contre les murs) est une jeune recrue anglaise envoyée à Belfast pour calmer les ardeurs d'une ville en plein chaos où catholiques et protestants se livrent bataille. Lors d'une simple patrouille, son unité est prise en embuscade, Gary se retrouve seul. C'est là que le cauchemar commence autant pour lui que pour nous. Blessures, trahisons et autres fausses illusions, Gary ne sait plus vers quel saint se vouer: tout le monde peut être une menace même ceux qu'il soupçonnait le moins. Le tout en 24 heures chrono.
Métaphore cruelle mais néanmoins réelle sur la bêtise des conflits et des guerres: il n'y a pas de gagnants mais seulement des perdants, il n'y a pas de gentils mais juste des cyniques et illuminés aveuglés par leur propre soif de contrôle et de pouvoir. Une scène d'explosion, en plan séquences, spectaculaire pose une question essentielle «pour qui se bat-on déjà?». Porté par un acteur fulgurant et dont la présence illumine l'écran même sans aucune réplique, on est en apnée durant tout le film jusqu'au dénouement final, qui excède le spectateur. Applaudissements fougueux des spectateurs à la fin de la projection. Sortie en France le 5 novembre.

17h30: Après un film d'action comme '71, rien ne vaut une petite comédie romantique pour adoucir les spectateurs, n'est-ce pas? Jessie & Zibby (ou en anglais Liberal Arts) est le second film de Josh Radnor alias Ted dans la série How I met your mother. Jessie est un trentenaire qui ne veut pas grandir. Sur son chemin, il rencontre Zibby (la sublime Elizabeth Olsen) qui elle veut déjà être une grande. En quelques minutes, il succombe à son charme mais ne pense jamais la revoir. Jusqu'à ce qu'il participe à une soirée grâce à son pote spirituel Zach Efron. Dès lors le voilà perturbé. Il a 35 ans, elle en a 19, autant dire que c'est compliqué. Même s'ils s'entendent très bien, leur différence d'âge se fait sentir: elle lit Twilight, lui trouve ça ridicule.
Plus qu'une histoire d'amour, ce couple est une révélation universelle pour chacun de nous. Ajoutez à cela l'histoire adjacente d'un vieux professeur talentueux contraint de partir en retraite et on s'interroge alors sur la peur de vieillir, celle d'être trop jeune, on encore l'appréhension d'un avenir qui passe bien trop vite. Filmé comme un film d'auteur, cette comédie donne le baume au cœur et le vague à l'âme. On en sort en véritable guimauve. Pas encore de date de sortie en France.

20h30: Ovni cinématographique: Los tontos y los estupidos de Roberto Caston. Faute de moyens, le réalisateur tourne son histoire dans les studios d'un enregistrement et sans le vouloir y trouve originalité. Il fait dérouler son histoire abracadabrante à travers les répétitions de ses acteurs, plongeant ainsi le spectateur dans un univers authentique qui manque cruellement au cinéma français en général. Car le film ne repose pas sur des lieux, des effets-spéciaux et que sais-je encore mais il se fonde sur le jeu de ses personnages, tous enivrés par leurs défauts: la ménagère délaissée par son mari et attirée par l'étudiant français qui vit chez elle, la jeune caissière qui s'occupe de sa maman malade, le jeune homosexuel qui cache sa séropositivité à ses proches par peur d'attiser la pitié...tant de personnalités attachantes et si proche du réelle que je me suis imaginée dans un théâtre durant quelques prises. Pas encore de date de sortie en France.

Jour 3, 17h30: Max et Lenny de Fred Nicolas est l'histoire de Max, jeune délinquante de cité qui se réfugie dans le rap pour oublier son quotidien. Un soir elle rencontre Lenny, jeune congolaise sans papier et non moins extrêmement souriante. Une belle amitié va naître.
Et quelle amitié! On pouvait presque croire à un happy end lesbien façon La Vie d'Adèle. Mais ici pas de scène de sexe ou de baisers langoureux. Leur amitié est tellement fusionnelle que ces deux âmes sœurs sont aussi deux soeurs de cœur. Deux jeunes filles délaissées par la société qui vont tenter de s'en tirer à coup de rébellion personnelles et de rimes. Un petit conte de quartier émouvant (oui j'ai versé ma larme) et dans l'air du temps. Pas encore de date de sortie en France.

Le Festival de Saint-Jean-de-Luz fait peau neuve

Posté par vincy, le 17 septembre 2014

affiche saint jean de luz 2014Après 18 éditions sous le nom du Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz, on change tout, de l'organisation à la charte graphique.

Le 1er Festival International du film de Saint-Jean-de-Luz, toujours dirigé par Patrick Fabre, se déroulera du 6 au 11 octobre: 10 longs métrages (dont 6 avant-premières françaises) et 8 courts métrages seront en compétition.

Le jury, présidé par le réalisateur-scénariste-acteur Xavier Beauvois, représentera tous les métiers du cinéma: les comédiennes Marie Kremer et Michèle Laroque, la réalisatrice Stéphanie Murat, le compositeur Alex Beaupain, l'écrivain et réalisateur Laurent Bénégui et le chef opérateur Christophe Offenstein.

Un mois après Venise, La rançon de la gloire, dernier film de Xavier Beauvois, sera présenté en ouverture. Les souvenirs, d'après le roman de David Foenkinos, réalisé par Jean-Paul Rouve, fermera les festivités.

La compétition opposera Terre Battue de Stéphane Demoustier (avec Olivier Gourmet et Valéria Bruni-Tedeschi), '71 de Yann Damage (Royaume Uni), qui sera aussi à Dinard, Jesse and Zibby de Josh Radnor (Etats-Unis), Los Tontos y los estupidos de Roberto Caston (Espagne), Max & Lenny de Fred Nicolas, Le dernier coup de marteau d'Alix Delaporte (l'acteur Romain Paul a d'ailleurs été primé à Venise), Lena de Jan Schomburg (Allemagne), L'Oranais de Lyes Salem (récompensé à Angoulême), Bébé Tigre de Cyprien Val et Respire de Mélanie Laurent, remarqué à la Semaine de la critique à Cannes.

Enfin, deux Masterclass sont prévues, l'une sur l'écriture d'un scénario l'autre sur l'évolution de la presse cinéma.

Sylvain Chomet voulait voir Bernadette Lafont « partir en vrille » (interview)

Posté par vincy, le 30 octobre 2013

bernadette lafont dans attila marcelDans un entretien que Sylvain Chomet nous a accordé au Festival des jeunes réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz, où son dernier film Attila Marcel était présenté en avant-première, le réalisateur des Triplettes de Belleville et de L'illusionniste n'a pas manqué d'évoquer l'actrice Bernadette Lafont, pétillante et épatante en tante cruelle. Le cinéaste, fracassé par la mort de la comédienne cet été, revient longuement sur le travail de la comédienne dans l'interview. Mais avant tout, il explique comment et pourquoi il a souhaité lui rendre un hommage particulier, à la fin de son film.

"Une semaine avant la production, je réécrivais encore mon scénario. Quand j’ai su que j’avais Hélène Vincent et Bernadette Lafont, j’ai voulu écrire de nouvelles scènes pour les voir partir en vrille. C’est de là qu’a émergé la scène de la plage, où elles se gavent de cerises à l’eau de vie en tenant des propos ignobles et même un peu racistes. C’est le tournage de cette scène qui se trouve après du générique de fin, pour rendre hommage à Bernadette. Et d’ailleurs, elle est vraiment tombée, tout en sauvant les cerises à l’eau de vie. Enfin vraiment tombée. Je lui ai quand même demandé et elle m’a avoué : « j’ai senti que je tombais, mais je ne me suis pas rattrapée. » Elle l’a fait exprès. Cette scène je m’en rappellerai toujours. Il y avait beaucoup de vent, et il y avait beaucoup de rires sur le tournage. Je leur avait dit de se lâcher. C’était le plus bel hommage que je pouvais rendre à cette comédienne parce que ça lui ressemblait."

L'idée du film remonte au début des années 2000 : "Attila Marcel est né des Triplettes de Belleville. C’était à Montréal, je revenais du studio où je travaillais sur les Triplettes et j’ai entendu « Attila Marcel » dans ma tête. Et c’est devenu comme une conviction. De là est née la chanson, qu’on a utilisé pour les Triplettes, même si on l’entend très peu, et le personnage du catcheur. Après il y a douze ans de gestation du film."

Attila Marcel sort aujourd'hui en France, dans environ 150 salles.

Saint-Jean-de-Luz 2013 : le cinéma indien, 100 ans d’âge, reçoit deux prix

Posté par vincy, le 13 octobre 2013

Irrfan Kahn The Lunchbox

La soirée de clôture du 18e Festival international des jeunes réalisateurs a commencé avec une annonce rassurante pour son avenir (lire notre article d'hier). La 19e édition aura bien lieu. Mais la marque changera. Un bref clip a d'ailleurs été réalisé pour inaugurer la nouvelle appellation, Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz. La ville aurait eu tort de se priver d'une manifestation culturelle qui a accueilli plus de 5000 spectateurs en 5 jours (un record).

Pour le reste, le palmarès - très cosmopolite - a été dévoilé avant la projection de La marche, de Nabil Ben Yadir, en salles le 27 novembre prochain.

Le jury d'André Dussollier, qui trois heures plus tard mettra le feu sur la piste de danse pour le plus grand plaisir des festivaliers, a récompensé 3 longs métrages. Tout d'abord, le film indien The Lunchbox de Ritesh Batra qui a reçu deux prix. Meilleur réalisateur Ritesh Batra a pu remercier le jury avec une liaison Skype.  Le film, présenté en avant-première mondiale à la Semaine de la Critique à Cannes en mai avant de tourner à Karlovy Vary et Telluride, sort en salles le 11 décembre prochain. L'acteur principal de cette comédie "épistolaire", Irrfa a été décerné au plus international des acteurs indiens, Irrfan Kahn (Slumdog Millionaire, L'Odyssée de Pi).

Autre grand gagnant, Le géant égoïste, qui reçoit le prix du meilleur film, une semaine après avoir raflé trois récompenses au Festival de Dinard. Avec ce doublé, et son prix Label Europa Cinemas à la Quinzaine des réalisateurs, le film britannique de Clio Barnard aborde sa sortie en salles le 18 décembre sous les meilleures auspices.

Enfin, le film allemand (et norvégien) D'une vie à l'autre de Georg Mass réalise un doublé meilleure actrice/prix du public. En salles en avril prochain, ce "mélo-thriller", qui flirte entre le polar nordique et le film engagé germanique, est le représentant de l'Allemagne dans la course à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Palmarès complet

- Chistera du meilleur réalisateur : Ritesh Batra pour The Lunchbox
- Chistera du meilleur film : Le géant égoïste de Clio Barnard
- Chistera du meilleur acteur : Irrfan Khan dans The Lunchbox
- Chistera de la meilleure actrice : Juliane Kohler dans D'une vie à l'autre
- Chistera du court métrage : Véhicule école de Benjamin Guillard
- prix du jury jeunes / long : La pièce manquante de Nicolas Birkenstock
- prix du jury jeunes / court : Pour le rôle de Pierre Niney
- meilleur court métrage : Clean de Benjamin Bouhana
et mention spéciale à Pour le rôle de Pierre Niney
- prix du public / long : D'une vie à l'autre de Georg Mass
- prix du public / court : Ce sera tout pour aujourd'hui d'Elodie Navarre

Saint-Jean-de-Luz 2013 : les jeunes réalisateurs passent d’une vie à l’autre, le Festival aussi

Posté par vincy, le 12 octobre 2013

La belle vie

Mensonges et liberté. La sélection des films du Festival international des jeunes réalisateurs est traversée par ces deux thématiques que les "jeunes" cinéastes français et étrangers traduisent en comédie, thriller ou drame avec des personnages solitaires, des couples chaotiques, des familles bancales.

Mais ce qui frappe le plus c'est que tous les personnages de ces films aspirent à une autre vie, et font le choix de provoquer le déclic qui les emmènera dans l'inconnu. Avec Le géant égoïste, deux ados renvoyés de l'école apprennent à appréhender leur avenir. Pour La pièce manquante, un homme doit affronter la disparition de son épouse et mère de leurs enfants. Dans La belle vie, le solaire Sylvain (photo) doit savoir s'il continue à suivre son père dans une vie clandestine et associable ou rejoindre sa mère. Et dans Le sens de l'humour, une jeune veuve ne sait pas comment faire entrer un nouvel homme dans sa vie. D'une vie à l'autre n'est jamais que l'histoire d'une usurpation d'identité : cette femme doit-elle révéler la vérité, quitte à fracasser l'harmonie familiale? Ou encore Attila Marcel, du nom du père de ce jeune homme, silencieux depuis ses deux ans, qui doit explorer sa mémoire pour savoir s'il a un futur, et vivre ainsi pleinement sa vie, et pas celle qu'on lui dicte.

A Saint-Jean-de-Luz, les films montrent à quel point nous sommes enfermés dans nos peurs, aliénés par le monde qui nous entoure, sous l'emprise de gens qui veulent diriger nos vies. Alors ils mentent ou ils se taisent, quitte à mettre leur existence en péril. Tous rêvent de vivre librement, comme ils le veulent, prêts à détruire les liens les plus fondamentaux, amoureux, filiaux ou amicaux. Si les films disposent de gros budgets ou s'ils ont été fabriqués avec une fragile économie, leurs auteurs sont heureux d'avoir pu les aboutir et les montrer à un public venu très nombreux, confirmant la montée en puissance de la manifestation.

Le Festival des jeunes réalisateurs est mort? Vive le Festival de Saint-Jean-de-Luz!

Cette très belle édition, la dix huitième, sera d'ailleurs elle aussi à un carrefour. En effet, dans un élan aussi égotique que destructeur, l'ancien maire de Biarritz, Bernard Marie (le père de Michelle Alliot-Marie) a décidé d'arrêter le Festival. A 95 ans, Bernard Marie aurait pu partir en faisant l'éloge de la jeunesse (colonne vertébrale du Festival), et en transmettant le flambeau. Mais non. Il n’y aura pas de 19e édition en 2014. Cependant il assure qu’un nouvel événement sera organisé : nouveau nom, nouveau concept. Dans un édito titré « End », Marie, président de l’association pour l’Organisation des festivals, explique que "Le thème du Festival des jeunes réalisateurs tel qu’Alain Poiré, Georges Lautner, Claude Pinoteau et moi-même l’avions conçu voici près de vingt ans a changé de style. Il est donc temps que ce festival se retire." L'association, propriétaire du concept depuis le lancement en 1996, aurait pu céder la marque (le concept n'a rien de singulier, il existe de nombreux festivals axés autour des premiers films). Regrettant de ne plus avoir de pouvoir au sein du Festival, Bernard Marie préfère menacer de procès quiconque exploitera cette marque comme ce concept.

Voyons là le verre à moitié plein : l’office de tourisme de Saint-Jean-de-Luz est devenu le maître d’ouvrage de l’événement (et verse 23 800 euros à l’association de Bernard Marie chaque année,) soit 15 % du budget total de l'événement selon Sud Ouest. Cela fera autant d'argent gagné pour enrichir un Festival qui a encore un fort potentiel. Surtout, en se libérant du "concept", les équipes vont pouvoir imaginer un avenir différent.

C'est l'heure des choix, comme dans les films présentés cette année au cinéma Le Sélect.

André Dussollier, président du Festival des jeunes réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz

Posté par vincy, le 19 septembre 2013

Affiche Festival des jeunes réalisateurs 2013Pour sa 18e édition, le Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz a convié l'immense André Dussollier pour présider son jury. Le triple césarisé sera entouré d'Alice David (Les profs), Pascal Demolon (Radiostars), Audrey Estrougo (Toi, moi et les autres), Sarah Kazemy (dans le prochain Lelouch), le sociétaire de la Comédie Française Aurélien Recoing (La Vie d'Adèle) et Anne Le Ny (Intouchables mais aussi réalisatrice des Invités de mon père).

Le jury aura à départager 10 films de la compétition pour décerner son palmarès :

The Lunchbox de Ritesh Batra (Inde)
Le Géant égoïste de Clio Barnard (Royaume Uni)
Youth de Tom Shoval (Israël)
Passer l'hiver d'Aurélia Barbet (France)
La pièce manquante de Nicolas Birkenstock (France)
Celui qui pleure a perdu de Marion Lefeuvre (France)
La belle vie de Jean Denizot (France)
Le sens de l'humour de Marilyne Canto (France)
D'une vie à l'autre de Georg Maas (Allemagne)
La Braconne de Samuel Rondière (France)

Le Festival présentera également quelques avant-premières, hors compétition. En ouverture, François Cluzet viendra présenter En Solitaire de Christophe Offenstein. La clôture mettra à l'honneur La Marche, de Banil Ben Yadir.
On pourra aussi découvrir le premier long métrage non animé de Sylvain Chomet, Attila Marcel, Une histoire banale d'Audrey Estrougo (membre du jury) et Belle et Sébastien de Nicolas Vanier.

Le Festival se déroule du 8 au 12 octobre prochain dans la ville basque.