L’ogre CGR devient leader en nombre de cinémas en France

Posté par vincy, le 14 décembre 2017

CGR a un appétit d'ogre. Le 2e groupe d'exploitation français, derrière les Cinémas Gaumont Pathé mais devant UGC (en nombre de cinémas comme en nombre d'écrans), s'offre le réseau Cap' Cinéma, 5e circuit français.

Avec cette acquisition, CGR s'agrandit de 22 cinémas, 150 écrans et 5,4 millions d'entrées selon les chiffres du Film français. Seules les salles de Blois sont exclues du périmètre. CGR complète ainsi sa couverture de la France dans les villes moyennes, particulièrement dans le sud-ouest. Le nouveau réseau possèdera 6 complexes dans les Hauts-de-France, 18 en Nouvelle Aquitaine ou encore 15 en Occitanie.

Un multiplexe dans la Capitale

Il met aussi la main sur l'Etoile Lilas, situé à l'Est de Paris et jusque là détenu par Cap' Cinéma à 75% et à Etoile Cinémas, dirigé par David Henochsberg (qui exploite encore deux cinémas à Paris, un en région parisienne et un en province), à 25%. Dorénavant nommé le CGR Etoile Lilas, l'ex Etoile Lilas est la première emprise du groupe dans la Capitale. En Ile-de-France, il n'a que cinq complexes, tous en grande banlieue.

Le nouveau réseau ajoutera les deux projets de multiplexes de Cap'Cinéma à Nanterre, près de Paris, et à Grasse, près de Cannes.

Au final, avec le rachat du Cinespace de Beauvais, CGR comptabilise 72 cinémas (juste devant Gaumont Pathé, qui en compte 71) et 686 écrans (toujours derrière Gaumont Pathé). Le groupe devrait attirer plus de 26 millions de spectateurs, pas loin du score d'UGC.

L’Arabie Saoudite autorise l’ouverture de salles de cinéma

Posté par vincy, le 12 décembre 2017

On vous l'annonçait le 24 octobre dernier. C'est désormais officiel. L'Arabie saoudite va autoriser l'ouverture de salles de cinéma à partir de début 2018. Les salles de cinéma étaient interdites depuis plus de 35 ans.

Les autorités vont délivrer dès à présent les permis d'exploitation, selon le ministère de la Culture. "C'est un moment clé dans le développement de l'économie culturelle dans le pays", a déclaré le ministre de la Culture Awad al-Awad dans le communiqué.

Ce n'était pas gagné: en janvier, le mufti d'Arabie saoudite s'était insurgé contre la possible ouverture de salles de cinéma, affirmant qu'elles seraient sources de "dépravation" car elles favorisent la mixité.

Mais le Royaume ne pouvait plus tolérer que ses propres habitants aillent au cinéma à l'étranger, provoquant des fuites de devises, et il faut bien anticiper la fin du règne du pétrole. Dans son plan Vision 2030, l'un des régimes les plus obscurantistes de la Planète a du le concéder: "Nous considérons que la culture et le divertissement sont indispensables à notre qualité de vie. Nous avons bien conscience que l'offre culturelle actuelle ne correspond pas aux attentes croissantes des citoyens et résidents."

Un accord avec un circuit américain

Dès le lendemain de cette annonce, le Fonds souverain saoudien (PIF) a confirmé la signature d'un accord avec le plus gros exploitant de salles de cinéma américain AMC Entertainment Holdings. Le PIF a estimé que le marché cinématographique saoudien pourrait peser 1 milliard de dollars par an. AMC, désormais appartenant à un conglomérat chinois depuis 5 ans, possède 1000 cinémas et 11000 écrans à travers les marques Odeon, UCI et Carmike.

Edito: La dernière séance (du cinéma porno)

Posté par redaction, le 7 décembre 2017

C'est officiel: le Beverley fermera en fin d'année. C'était le dernier cinéma X de la Capitale, dans le 2e arrondissement. Le patron part à la retraite. Maurice Larcohe dirige ce monosalle dédié au X depuis 34 ans. Les clients se sont faits rares. Rarement plus de 500 par semaine. Et pourtant, avec un ticket d'entrée à 12€, cela rendait l'affaire intéressante avec 300000€ de chiffre d'affaires. M'enfin, les beaux jours sont loin quand, dans les années 1980-1990, le cinéma accueillait plus de 1500 spectateurs par semaine.

Il faut dire que les clients ont vieilli aussi. Les trois quarts ont la carte senior. La salle aux fauteuils en skaï rouges (ça se nettoie plus facilement, même si des kleenex sont vendus comme d'autres proposent du pop corn) ont du en voir... C'est désormais un vestige, dernier survivant des 44 cinémas X de Paris.

Mais pourquoi aller voir un porno en salles quand tout est disponible chez soi, sur petit et très petit écran, en un clic de télécommande ou de souris? Même l'interdiction aux moins de 18 ans a sauté en l'air avec les smartphones. Et plutôt que de se taper un film au scénario déjà convenu, et aux positions imposées, comme en patinage artistique, le web a opté pour les séquences plus ou moins longues, parfois très courtes, hyper ciblées, et très variées. Il y en a pour tous les goûts et c'est illimité.

Le X et la génération XY

Le Président de la république Emmanuel Macron a déclaré lors de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre, que "la pornographie a franchi la porte des établissements scolaires. Nous ne pouvons ignorer ce genre qui fait de la femme un objet d'humiliation". On aurait envie de lui dire: "ça dépend des films", mais globalement, la pornographie ne fait pas dans la légèreté. Même si l'image de la femme a été revalorisée, notamment grâce aux réalisatrices de porno, le problème est surtout de constater que le X est accessible sans verrouillage. Pour ce qui est de l'école, on peut toujours se dire qu'un smartphone n'y a plus sa place. L'accès au porno peut-être régulé avec succès, comme c'est le cas dans certains pays.

Maintenant dire que le X conduit à avoir une image dégradée de la femme, c'est un peu comme croire qu'on va faire un massacre de masse en jouant à Call of Duty. Le nœud du problème est ailleurs. L'Observatoire de la parentalité et de l'éducation numérique a récemment constaté que la moitié des adolescents de 15 à 17 ans sondés avaient déjà consulté un site pornographique, soit une hausse de 14 points sur quatre ans, et selon la même enquête, 45% des jeunes considéraient que la pornographie avait participé à leur apprentissage de la sexualité.

Size does matter?

Alors certes il y a du X de qualité. C'est comme le cinéma, il y a beaucoup de daubes et quelques plans bien anglés, bien cadrés. Mais il faut reconnaître que l'invasion du X sur les ados posent un problème autrement plus sérieux, pas forcément le truc qu'on remarquait dans le noir d'une salle porno. Dans Libération, lundi, le docteur Marc Abécassis, spécialiste en chirurgie plastique, expliquait: "Je pratique la chirurgie intime depuis 1992 et ce que je vois de plus en plus, ce sont des jeunes d’à peine plus de 18 ans, alors que la fourchette se situe plutôt entre 35 et 45 ans. Avec l’Internet, les médias qui communiquent, les forums, et évidemment le porno, on s’exhibe plus. Du coup, le regard des autres hommes est encore plus pesant que dans les générations précédentes. On me dit : "Je ne peux pas aller à la piscine, dans les douches, dans les vestiaires, me changer devant les autres", les hommes s’évaluent."

Bref, c'est un paradoxe: alors que le film porno est visionné sur un écran de plus en plus petit, les hommes, croyant que la taille compte, se veulent de plus en plus "grand". Mais, mauvaise nouvelle, le vrai problème est ailleurs: c'est la pollution qui réduit la taille du pénis et la qualité du sperme au fil des décennies. Pas de quoi pouvoir imiter un acteur porno avec votre ami(e) si on en croit les dernières études comparatives en Europe sur le sujet, même au pays de Rocco Siffredi.

Le Forum des Images trouve enfin son directeur

Posté par vincy, le 7 décembre 2017

Claude Farge a été nommé à l'unanimité directeur général du Forum des Images, succédant ainsi à Laurence Herszberg, cinq mois après le départ de celle-ci. Le conseil d'administration, présidé par Marc Tessier, et la Ville de Paris ont réaffirmé leur volonté d'ouvrir une nouvelle page pour le Forum avec un "projet ambitieux et novateur", artistique, culturel et éducatif, qui sera concentré sur "les questions d'éducation à la création numérique et l'analyse de l'image."

Claude Farge, 43 ans occupait, était directeur des éditions et du transmédia et directeur de la bibliothèque et des ressources documentaires, à Universcience (Cité des sciences et de l'industrie et Palais de la découverte). Avant de prendre ce poste en 2012, ce diplômé d'HEC en marketing et gestion culturelle avait été producteur chez Ubisoft, coproducteur multimédia à la Réunion des musées nationaux et Studio manager à Visual Impact Productions.

Le Forum des images, c'est plus de 300000 spectateurs par an, avec 5 salles de cinéma, une bibliothèque spécialisée, un bar-restaurant, 7500 films numérisés et avant tout le lieu d'accueil de L'Etrange Festival, de Mon premier festival, de Cinéma du réel, de Cinéma au Clair de Lune, en plus des reprises de la Quinzaine, d'Annecy et d'Angers. C'est aussi un créateur de festivals: Carrefour du cinéma d'animation,  Tout-Petits Cinéma ou encore Le Paris Virtual Film Festival.

Et en plus, nous sommes les auteurs de tant de programmes comme les cycles de films (cf Séoul hypnotique... il y a 2 ans ou en cette rentrée les Incassables), les cours de cinéma ou les master class (accessibles ensuite sur notre site internet...), des mardis du documentaire...

Laurence Herszberg a quitté son poste début juillet pour prendre la direction du Festival international Séries Mania, autrefois au Forum des images, et désormais à vocation internationale à Lille, qui se déroulera du 27 avril au 5 mai.

Edito: tous les cinéphiles français ne sont pas égaux

Posté par redaction, le 30 novembre 2017

Selon où vous habitez, allez au cinéma ne coûte pas le même prix, selon une étude publiée par L'Internaute la semaine dernière. Ainsi on peut débourser 15 euros pour une place aux Pathé Braugrenelle et Gaumont Alésia, 14 euros aux Pathé Levallois et Gaumont Convention. A croire que vivre dans des quartiers bourgeois ou une ville à hauts revenus se répercute sur le prix du ticket. En Banlieue et en Province, ce n'est pourtant pas vraiment mieux: 13,3€ au Pathé La Valette près de Toulon, 13€20 au Pathé Belle-Epine, 12€90 au Pathé Boulogne en région parisienne. Pathé et Gaumont trustent d'ailleurs toutes les places des cinémas les plus chers, d'Echirolles en Isère à Nice, en passant par Carré Sénart, Dammarie les Lys, Archamps en Haute-Savoie, les Champs-Elysées, Orléans, Saran et Aquaboulevard à Paris.

Des tickets à moins de 7 euros

A l'inverse, le cinéphile peut aussi y gagner avec un ticket moins cher que la moyenne nationale (10,6€). Au CGR de La Rochelle, on ne paye sa place que 6,2€, au CGR du Mans c'est 6,5€, au Mégarama d'Arcueil à à celui de Champigny-sur-Marne (tous en région parisienne), ce n'est que 6,8€... CGR et Megarama sont très présents dans cette liste des cinémas les moins chers de France, tout comme Cinéville. Notons la présence aussi de deux UGC, celui des Ulis au sud de Paris (7,7€) et celui de Meaux (9€), et d'un Kinépolis à Nîmes (8,8€). Mégarama affiche un tarif moyen de 9,11$ quand Gaumont-Pathé prend 11,9€ en moyenne.

On comprend alors que ce n'est pas qu'une question d'inégalités territoriales, même si globalement le Sud-Est, Orléans et certaines zones franciliennes sont dans le palmarès des cinémas les plus chers. Régionalement il faut mieux vivre en Bourgogne-France Comté, Bretagne et Nouvelle Aquitaine qu'en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Ile de France ou Grand Est. A Paris, il faut mieux vivre à l'Est de la Capitale qu'à l'Ouest et au Sud.

Des départements mal équipés

On pourrait recouper cette étude avec celle plus institutionnelle du CNC, parue cet automne et analysant 2045 établissements cinématographiques. Là aussi il y a une disparité proprement géographique. Paris règne avec 88 salles (420 écrans) là où on compte moins de 15 salles et moins de 20 écrans dans 12 départements. Logiquement, Paris a enregistré l'an dernier 24,17 millions d'entrées quand la Lozère n'accueillait que 140000 spectateurs. Dans 15 départements, pas forcément les moins équipés, le nombre d'entrées est inférieur à 500000 spectateurs. Ce sont essentiellement des départements ruraux, sans grande ville, et mal desservis (Hautes-Alpes, Cantal, Ariège, Haute-Saône, Orne...).

Pourquoi l'habitant de la Meuse n'a pas beaucoup de salles à disposition, moins de films inédits (296) que sa voisine la Meurthe et Moselle (483), alors que sa fréquentation (nombre d'entrées par habitants) est supérieure à d'autres départements comme le Val d'Oise ou la Haute-Corse. Dans 5 départements, le nombre de films inédits était inférieur à 300 quand à Paris, les cinéphiles ont eu accès à 705 films en 2016 (les lyonnais suivent avec 609 inédits, soit près de 100 films de moins que pour les Parisiens).

Rendre le cinéma plus accessible à tous

Pourtant personne ne parle de cette rupture d'égalité territoriale et tarifaire entre les Français. On se plaint du piratage et du cocooning (Svàd, séries TV) comme ennemis du grand écran. Encore faut-il qu'une place de cinéma ne coûte pas les yeux de la tête et qu'il y ait un cinéma pas trop loin de chez soi. Peut-être que pour les habitants en territoires ruraux, il faudrait proposer une diffusion numérique à domicile de certains films.

Quant au prix astronomique de certaines places de cinéma: ne nous plaignons pas que le spectateur occasionnel préfère aller voir un blockbuster ou une comédie française, valeur sûre et rassurante, bref sans risque. Là aussi, il faudrait peut-être inventer une nouvelle gamme de tarif, un billet "curiosité" pour des films labellisés art et essai, moins cher, sans restriction de séances.

120 BPM s’associe à la Journée nationale de lutte contre le Sida

Posté par vincy, le 29 novembre 2017

Plus de 800000 spectateurs en France : le Grand prix du jury cannois, 120 Battements par minute, est au service d'une juste cause cette semaine. Son distributeur Memento Films et les producteurs du film (Memento, Page 114, France 3 Cinéma et FD Productions) ont décidé de reverser leur part des recettes récoltées en salles du 29 novembre au 5 décembre à l'association Act Up Paris.

Rappelons que le film de Robin Campillo raconte l'émergence de cette association qui lutte contre le Sida depuis la fin des années 1980.

Cette opération est exceptionnelle et coïncide avec la Journée nationale de lutte contre le Sida, le vendredi 1er décembre. A Paris, le film bénéficie encore de cinq séances dans différents cinémas en 13e semaine d'exploitation. Au total, en France, une centaine de salles se sont engagées à participer à cet effort financier.

Enfin, pour marquer cette Journée nationale, le cinéma parisien Le Louxor organisera vendredi 1er décembre à 19h30 une séance spéciale en présence de l'équipe du film. L'intégralité de la recette de cette séance sera reversée à Act Up Paris.

MK2 dans une ancienne brasserie à Strasbourg

Posté par vincy, le 27 novembre 2017

Le maire de Schiltigheim, Jean-Marie Kutner (UDI), dans la banlieue nord de Strasbourg, a confirmé en fin de semaine dernière que le groupe MK2 allait implanter un multiplexe de 8 salles dans sa ville.

Le cinéma occupera l'ancienne malterie Fischer. la ville, connue aussi pour ses Caddie ®, est surnommée la cité des Brasseurs. La Brasserie Fischer, fondée à Strasbourg en 1821 et installée à Schiltigheim en 1854 avait été rachetée par Heineken en 1996 avant de fermer définitivement en 2009. Pour réhabiliter ses bâtiments du patrimoine industriel, la mairie veut les reconvertir en commerces, restaurants, école et cinéma, tout en préservant la cheminée et les façades historiques.

Pour l'instant le site est à l'abandon: il n'est pas desservi par le tramway et seulement par deux lignes de bus. MK2 va ainsi s'installer pour la première fois en Province. Le groupe a en projet de remplacer UGC sur les Champs-Elysées à Paris et a fait de nombreuses acquisitions en Espagne. Le projet marseillais a été abandonné.

Strasbourg est la 8e métropole en Province pour la fréquentation en salles. UGC Ciné Cité y règne en maître avec plus de la moitié des tickets vendus.

Le Studio des Ursulines lance sa plateforme VàD Benshi Studio

Posté par vincy, le 5 novembre 2017

Le Studio des Ursulines (Paris), récompensé par le CNC pour son site Internet dédié au jeune public Benshi.fr mis en ligne il y a trois ans, va lancer son offre de vidéo à la demande le 8 novembre pour 4,99 € par mois.

La plateforme Benshi Studio permettra d'accéder à 50 films et 50 courts-métrages destinés au jeune public , soit "toutes les pépites de l’animation à destination des 3 -11 ans". Les films resteront accessibles en téléchargement hors-ligne, pendant toute la durée de l’abonnement. La plateforme est disponible sur tous les écrans.

Pour pouvoir lancer cette offre, le cinéma parisien avait fait appel à une campagne de financement participatif qui a attiré 650 donateurs pour un montant total de 23 000 €.

Les deux directeurs du cinéma Adrien et Louis-Paul Desange veulent "transmettre l’amour du cinéma aux plus jeunes, éveiller leur curiosité et leur ouverture sur le monde, se fabriquer un imaginaire curieux, enthousiaste, lumineux à travers un choix de films adaptés à chaque âge." Le communiqué précise qu'on y trouvera "Des films sélectionnés pour leurs qualités artistiques, culturelles et émotionnelles avec une attention portée à leur fabrication et aux valeurs qu’ils défendent ainsi qu’une grande vigilance à déterminer les âges à partir desquels les enfants peuvent découvrir certaines œuvres."

Plusieurs critères son retenus:
• Les qualités cinématographiques, picturales, de mise en scène, d'interprétation.
• La capacité des films à susciter l'empathie du spectateur pour des personnages, un destin, une histoire, mais aussi à déclencher sa curiosité, et ouvrir sur des mondes qu'il ne connaît pas forcément.
• La singularité, chez Benshi nous soulignons ce qui rend chaque film unique
• La longévité, c’est-à-dire ces films qui traversent les époques sans jamais prendre une ride

On y trouvera ainsi Kirikou, Le chant de la mer, Mia et le migou, Le garçon et le monde, Popeue, Peau d'âne, Le cirque, Wadjda, La balade de Babouchka, Lettre à Momo....

Bientôt des salles de cinéma en Arabie Saoudite?

Posté par vincy, le 24 octobre 2017

Les habitants de l'Arabie Saoudite pourraient prochainement retrouver le goût d'aller au cinéma. Après des décennies sans pouvoir aller dans une salle de ciné, les Saoudiens voient la lumière... au loin. Le cinéma est considéré "comme une menace pour l'identité culturelle et religieuse" et avait été interdit dans les années 1980. En janvier, le mufti du royaume s'est d'ailleurs insurgé contre la possible ouverture de salles de cinéma et la tenue de concerts, affirmant qu'elles seraient sources de "dépravation" car elles favorisent la mixité. Or, à l'occasion de rares projections dans les centres culturels, les hommes et les femmes sont toujours séparés dans la salle puisque la mixité reste interdite.

Fuite de devises

Depuis le printemps, les autorités saoudiennes laissent entendre que les cinémas pourraient bientôt être autorisés, sans préciser de dates. Dans le cadre du programme Vision 2030, le régime cherche à réformer, modestement, son mode de vie. Les femmes devraient pouvoir conduire. Et la culture a une bonne place dans ce plan. Une centaine de concerts ont été organisés depuis l'an dernier alors que la musique est traditionnellement considérée comme illicite.

Il y a deux raisons à ce changement politique. La première est le constat d'une hypocrisie. Les Saoudiens consomment énormément de films grâce à la télévision par satellite, internet (YouTube par exemple) et en allant dans les pays voisins (Emirats Arabes Unis notamment). Idem pour les Parcs d'attraction et les musées qui fleurissent autour du pays. Autant de fuites de devises. D'autant que les festivals de cinéma à Bahrein, Abu Dhabi et Dubai se sont bien implantés dans les circuits internationaux.

Une Autorité du divertissement a déjà organisé des concerts, un premier festival Comic-Con et d'autres manifestations culturelles. Le cinéma saoudien, bien que marginal, connaît un joli succès d'estime à l'étranger, particulièrement depuis la sortie du film d'Haifaa Al-Mansour Wadjda, nommé aux Oscars. La communauté du 7e art - réalisateurs et acteurs - a souvent interpellé les autorités en leur expliquant que le pays mourrait artistiquement et que les Saoudiens consommaient finalement des films provenant de l'étranger. Fâcheux pour un pays si souverainiste. Ces films locaux ne peuvent pas être vus par les habitants. Par exemple, le film d'animation en 3D Bilal, présenté à Dubai en 2015 puis à Annecy.

Des séances ont quand même su s'organiser ces derniers moos, notamment au Hakaya Theatre de Ryadh. En août, pour la première fois, la salle a diffusé un long métrage. A Jeddah, un festival de cinéma s'est déroulé à Jeddah. Toujours à Jeddah, des saoudiens ont même pu voir Trolls grâce à la Saudi Arabian Society for Culture and Arts.

Remplacer l'or noir

L'autre constat est économique. L'économie du pays repose sur le pétrole (c'est le plus gros exportateur mondial). Or, non seulement le prix du pétrole chute mais d'ici vingt ou trente ans, il va se raréfier et être de moins en moins essentiel à l'économie mondiale. L'Arabie Saoudite n'a pas d'autres choix que de réorienter son économie, en pleine crise (inflation, baisse des salaires, conflits sociaux, jeunesse révoltée...).

L'Arabie Saoudite envisage de construire New Djeddah Downtown, un programme de 4 milliards d'euros où surgiront 12000 logements ainsi que de nombreux magasins, hôtels de luxe et centres de loisirs. Un autre projet du même genre va s'étaler au sud-ouest de la capitale Ryad pour devenir la plus grande ville culturelle, sportive et de divertissement du royaume.

"Le cinéma existe, il y a des boîtes de production, des réalisateurs... mais le pouvoir a du mal à le reconnaître officiellement. Aujourd'hui on est en train d'en finir peu à peu avec l'hypocrisie qui consiste à interdire des pratiques déjà en vigueur", explique Clarence Rodriguez, auteure de Arabie Saoudite 3.0 (Érick Bonnier, 2017), interrogée par L'Orient-Le Jour.

Imax a anticipé cette ouverture en proposant au Centre de technologie et de science d'Al Khobar une salle où sont projetés des films éducatifs.

Le Royaume l'a bien compris. Dans le plan Vision 2030, l'un des régimes les plus obscurantistes de la Planète a du le concéder: "Nous considérons que la culture et le divertissement sont indispensables à notre qualité de vie. Nous avons bien conscience que l'offre culturelle actuelle ne correspond pas aux attentes croissantes des citoyens et résidents."

Sur les réseaux sociaux, les Saoudiens s'enflamment et espèrent l'ouverture de bibliothèques, musées et salles de cinéma. Certaines rumeurs, rapportées par les médias du Golfe, évoquent une ouverture de quatre cinémas dans la capitale. Sans préciser de date ni officialiser l'information.

Gaumont-Pathé s’empare de La Géode

Posté par vincy, le 18 octobre 2017

Universcience, qui regroupe le Palais de la découverte et la Cité des sciences et de l’industrie, avait lancé le 3 février dernier un appel à projets innovants pour la Géode. La monosalle emblématique du Parc de la Villette souffre depuis plusieurs années d'une fréquentation en chute libre, passant de 1 million de spectateurs au moment de son ouverture à 300000 entrées en 2016.

Universcience avait donc lancé cette procédure de sélection durant l'été pour une remise de dossiers le 22 septembre. "Au regard des critères objectifs portant sur les volets culturel, social et financier, tels que fixés par le règlement de consultation, Universcience désigne la société Les Cinémas Gaumont Pathé comme attributaire pressenti" indique le communiqué de l'établissement le 17 octobre. La Compagnie des Alpes (qui gère aussi le Futuroscope où se situe une salle équivalente) et GL Events (dont le projet était de reconvertir le cinéma en centre de congrès) ont été recalés. Pathé a ouvert récemment un multiplexe au sein même de la Cité des sciences et de l'industrie, Pathé La Villette, équipé de la première salle 4DX en France (le Gaumont Montpellier et le Pathé de Toulon ont depuis suivi le mouvement).

Normalement, ce projet a "pour ambition de donner un nouvel élan à ce lieu emblématique en offrant au public de nouvelles expériences." Il s'agira surtout de rénover la salle (pour quelques millions d'euros) et de modifier l'offre (c'est là le plus grand défi).

Le conseil d'administration d'Universcience devra encore adopter la "convention d’occupation temporaire du domaine public pour l’exploitation du bâtiment de la Géode". Son actuel contrat d'occupation du domaine public se termine fin 2017.

7 ans de crise

Inaugurée il y a 32 ans, la Géode projetait des documentaires dans des formats souvent IMAX et/ou 3D. Mais son modèle a pris du plomb dans l'aile. Les multiplexes se sont équipés en 3D. Les réalisations documentaires en IMAX se sont raréfiées pour cause de coûts élevés. Et la Géode, liée à son établissement de tutelle dédié à la pédagogie, n'a jamais programmé de films grands publics pour attirer de nouveaux spectateurs, privilégiant les films animaliers, historiques ou scientifiques, ou des innovations comme la réalité virtuelle. Le ticket d'entrée était cher pour des séances qui dépassaient rarement 45 minutes. Actuellement la sphère programme Matt Pokora, My Way Tour, National Parks Adventures, A Beautiful Planet, Ouragan 3D et Baleines.

La Géode réalise un chiffre d'affaires de 3 millions par an environ et emploie 14 personnes. La salle est déficitaire depuis 7 ans.

___________
Lire aussi: La Géode: 30 films pour célébrer ses 30 ans