2014 septembre » Le Blog d'Ecran Noir

Emma Watson et Daniel Brühl victimes des atrocités de Pinochet

Posté par vincy, le 30 septembre 2014

Emma Watson a fait la une des médias pour son discours sur le féminisme au siège de l'ONU il y a dix jours (et la polémique stérile qui s'en est suivie). Au cinéma, après The Bling Ring en 2013 et Noé en avril dernier, la star d'Harry Potter est attendue dans Regression, le prochain film (anglophone) d'Alejandro Amenabar (avec aussi Ethan Hawke). Le film doit sortir en août 2015 aux Etats-Unis.

Elle vient d'accepter de partager l'affiche de Colonia avec Daniel Brühl (Good Bye Lenine!, Rush). Ce thriller sera tourné au Luxembourg, en Allemagne et en Amérique du sud jusqu'à la fin de l'année. Réalisé par Florian Gallenberger (John Rabe, où jouait déjà Brühl), le film raconte l'histoire d'un jeune couple allemand au Chili qui se fait arrêter lors du coup d'état de Pinochet de 1973. Tandis que Daniel subit les tortures des services secrets du dictateur, Lena le suit à la trace pour le retrouver. Daniel est en fait piégé dans une zone ultra-protégée du sud du pays, Colonia Dignidad, un endroit qui ressemble à une mission humanitaire mais qui est en réalité un lieu duquel personne n'échappe. Consciente du risque, Lena décide d'entrer dans la mission pour y rejoindre Daniel.

L'histoire est inspirée de faits réels. Le film devrait être prêt pour le deuxième semestre 2015.

Palmarès: Magical Girl a conquis le Festival de San Sebastian

Posté par vincy, le 29 septembre 2014

magical girl

La 62ème édition du Festival de San Sebastian s'est achevée samedi 27 septembre avec la projection de Samba, le nouveau film d'Eric Toledano et Olivier Nakache, avec Omar Sy, Tahar Rahim et Charlotte Gainsbourg. Denzel Washington (qui a ouvert le Festival avec The Equalizer) et Benicio del Toro ont reçu un prix pour l'ensemble de leur carrière au cours du festival.

Le palmarès du jury présidé par Fernando Bovaira, entouré de Vlad Ivanov, Eric Khoo, Nastassja Kinski, Mariana Rondón, Marjane Satrapi, Reinhold Vorschneider et Oleg Sentsov, a récompensé des films principalement européens. Premier d'entre eux, avec le Grand prix et le prix de la mise en scène, Magical Girl, deuxième long métrage de Carlos Vermut. Magical Girl est l'histoire d'une petite fille leucémique dont le père cherche à exaucer un ultime voeu avant que la mort ne l'emporte: elle rêve d'être habillée comme son héroïne de manga japonaise. Le film sort le 17 octobre en Espagne.

Autre vainqueur, Vie sauvage de Cédric Kahn, avec Mathieu Kassovitz et Céline Sallette. En repartant avec le prix spécial du jury, ce film (en salles en France le 29 octobre) reprend l'histoire de Xavier Fortin, connu pour avoir choisi une vie à l'écart de la civilisation avec ses deux fils, sans l'autorisation de la mère. En avril dernier, La Belle vie de Jean Denizot reprenait la même histoire.

Vie sauvage fait partie d'un contingent assez nombreux de films français ou coproduits par la France récompensés dans la ville basque. Le plus notable est le nombre de films cannois repartant avec un prix : Bande de filles, Le sel de la terre, Gett, le procès de Viviane Amsallem ou encore Les nouveaux sauvages (Relatos salvajes), film argentin recevant paradoxalement le prix du meilleur film européen (l'Espagne est coproductrice).

Deux autres films ont été doublement honorés : le thriller espagnol La isla minima et la comédie mexicaine Güeros.

Parmi les films de la sélection officielle qui n'ont pas été récompensés par un quelconque jury, notons Eden de Mia Hansen-Love, Félix et Meira de Maxime Giroux, Haemoo de Shim Sung-bo, ou encore La voz en off de Cristian Jimenez.

A noter enfin que François Ozon ne repart qu'avec le prix Sebastiane pour son nouveau film Une nouvelle amie. C'est la première édition de ce prix LGBT, équivalent de la Queer Palm ou du Teddy Award.

Tout le palmarès
Concha d'or du meilleur film : Magical Girl de Carlos Vermut (Espagne)
Prix spécial du jury : Vie sauvage de Cédric Kahn (France)
Concha d'argent du meilleur réalisateur : Carlos Vermut pour Magical Girl (Espagne)
Concha d'argent de la meilleure actrice : Paprika Steen dans Silent Heart de Bille August (Danemark)
Concha d'argent du meilleur acteur : Javier Gutierrez dans La isla minima d'Alberto Rodriguez (Espagne)
Prix du jury de la meilleure image : Alex Cataln pour La isla minima d'Alberto Rodriguez (Espagne)
Prix du jury du meilleur scénario : Dennis Lehane pour The Drop de Michaël R. Roskam (Etats-Unis)
Prix Kutxa du meilleur nouveau réalisateur : Kristina Grozeva et Petar Valchanov pour The Lesson (Bulgarie); mention spéciale à Juris Kursietis pour Modris (Lettonie)
Prix Un autre regard - TVE : Bande de filles de Céline Sciamma (France) ; mention spéciale à Gett, le procès de Viviane Amsallem de Ronit Elkabetz et  Shlomi Elkabetz (Israël)
Prix du film basque : Négociateur de Borja Cobeaga (Espagne)
Prix Horizons : Güeros d'Alonso Ruizpalacios (Mexique) ; mentions spéciales à Sciences naturelles de Matías Lucchesi (Argentine) et Gente de bien de Franco Lolli (Colombie)
Prix du public : Le sel de la terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado (France)
Prix du meilleur film européen : Les nouveaux sauvages de Damián Szifrón (Argentine)
Prix de la jeunesse : Güeros d'Alonso Ruizpalacios (Mexique)
Prix FIPRESCI de la critique internationale : Phoenix de Christian Petzold (Allemagne)
Prix Signis : A second chance de Susanne Bier (Danemark)
Prix Sebastiane (LGBT) : Une nouvelle amie de François Ozon (France)
Prix de la solidarité : Tigers de Danis Tanovic (Inde)

Rémi Waterhouse, Peter von Bagh et George Sluizer : semaine noire pour le cinéma

Posté par vincy, le 28 septembre 2014

remi waterhouse peter von bagh george sluizerCette semaine, trois personnalités du cinéma nous ont quittés.

Rémi Waterhouse, 58 ans, est mort le 21 septembre des suites d'une longue maladie. Scénariste de Ridicule, pour lequel il fut nommé aux Césars, qu'il souhaitait tourner avant de confier la réalisation à Patrice Leconte, il s'était fait remarquer comme réalisateur en 1999 avec Je règle mon pas sur le pas de mon père, où Jean Yanne côtoyait Guillaume Canet. Waterhouse avait écrit trois films de Yannick Bellon - La triche, L'affût et Les enfants du désordre - et participé à l'adaptation d'Absolument fabuleux. En 2002, il a réalisé un deuxième film, Mille millièmes.

Ridicule, sélectionné au Festival de Cannes en 1996, avait reçu le César du meilleur film, de David di Donatello et le BAFTA du meilleur film étranger, et avait été nommé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Scénariste, historien du cinéma et critique, le finlandais Peter Von Bagh, 71 ans, est décédé le 17 septembre. Il a réalisé près de soixante films documentaires pour le cinéma et la télévision. Il a rédigé une quarantaine de livres sur le cinéma. Le seul ouvrage publié en France est le fabuleux Aki Kaurismäki, une anthologie autour du cinéaste publiée par Les Cahiers du Cinéma en 2006 à l'occasion de la rétrospective qui lui était consacrée au Festival de Locarno. Avec les frères Kaurismäki, ils avaient fondé le Midnight Sun Festival en 1986. On le croise aussi comme figurant dans certains des films d'Aki. Rédacteur de chef de la revue Filmihullu, il fut également membre du jury du Festival de Cannes en 2004.

Enfin, le réalisateur néerlandais George Sluizer a disparu le 20 septembre, à l'âge de 82 ans. Depuis plusieurs années, sa santé était fragile. Né à Paris en 1932, il s'était fait remarqué à Hollywood en 1993 avec The Vanishing (La Disparue), dans lequel jouaient Sandra Bullock, Jeff Bridges et Kiefer Sutherland. Cette année-là, il tournait Dark Blood, avec River Phoenix dans le rôle principal. Mais la mort soudaine de l'acteur a interrompu le tournage. Sluizer n'a jamais abandonné l'idée de sortir le film. Au moment de la mort de River Phoenix, quelque 80% des images avaient été tournées, selon le cinéaste. Le film avait finalement été présenté en avant-première en 2012 à Utrecht (Pays-Bas) puis au Festival de Berlin en 2013. Parmi ses autres films, notons Utz (1992) avec Armin Mueller-Stahl, qui a reçu deux prix à la Berlinale, et La balsa de piedra (2002).

L’instant Court : Aspirational, le selfie avec Kirsten Dunst

Posté par kristofy, le 27 septembre 2014

kirsten dunst dans aspirationnalComme à Ecran Noir on aime vous faire partager nos découvertes, voici l’instant Court n° 139.

La photo en mode selfie a été le phénomène des réseaux sociaux de ces derniers mois : montrer son  autoportrait pris avec son smartphone aux autres pour récolter des j'aime et des commentaires.  Le plus connu est d’ailleurs celui de Ellen De Generes lors de la 86ème cérémonie des Oscars et toutes les parodies qui ont suivi.

Faire un selfie avec une star à côté de soi est devenu le genre de photo qui fait plaisir à son égo. Les acteurs acceptent volontiers pour la plupart de prendre la pose deux secondes à côté d’un(e) fan le temps de faire une photo, quand par exemple ils sont en représentation pour la promotion d’un film sur un tapis rouge. Cela représente d’abord un joli souvenir en compagnie de sa star préférée. Lais pour d’autres cela relève d’une pratique de collectionneur. On en arrive à une dérive où si l’on croise quelqu’un qui est une célébrité - que l’on apprécie ou pas son travail n’a guère d’importance - certains demandent une photo avant même de dire bonjour…

Matthew Frost qui réalise régulièrement des films courts en guise de publicité pour différentes marques branchées s’est amusé de ce phénomène avec la complicité de l’actrice Kirsten Dunst. Cette habitude de vouloir en quelque sorte posséder l’image d’une star plutôt que de partager un moment sympa avec elle restait jusqu’à présent une toquade plutôt ludique, avant la déplorable affaire du fappening avec le vol et la diffusion de photos personnelles et privées de quantité de célébrités dénudées. Kirsten Dunst était d’ailleurs l’une de ces victimes. Elle a rapidement et simplement réagi avec un message qui signifiait ‘tas de merde’…. Ce sale moment a également été immortalisé dans The Bling Ring de Sofia Coppola.

Que se soit elle qui participe à ce court-métrage qui défend une communication humaine et réelle plutôt que virtuelle avec un selfie, cela ne peut que renforcer son impact.

Voici donc Aspirational réalisé par Matthew Frost, avec Kirsten Dunst :

Le président Dany Boon sauvera-t-il les César en 2015?

Posté par vincy, le 27 septembre 2014

dany boon aux césar 2009L'acteur, scénariste, réalisateur et producteur Dany Boon présidera la 40e Cérémonie le 20 février 2015.

Il y a six ans, Boon avait exprimé publiquement sa colère contre la cérémonie - Bienvenue chez les Ch'tis n'avait reçu qu'une nomination - avant de venir un mois plus tard sur la scène des César, en guise de geste réconciliateur avec la "profession", en pantalon de survêtement et chaussons.

Dans son communiqué, Alain Terzian, président de l'Académie, souligne : "Toujours dévoué à ses réalisateurs et à ses auteurs, Christian Carion, Jean-Pierre Jeunet, Patrice Leconte, Francis Veber, Danièle Thompson, et bien d'autres, auréolé de multiples nominations pour les Césars et pour les Molière, il restera toujours fidèle à ses Ch'tis, succès mondial, plus gros score de l'histoire du cinéma français, pour celui que Claude Berri avait remarqué au théâtre quelques années plus tôt".

Champion du box office, Dany Boon a reçu trois nominations aux César : meilleur second rôle masculin pour Joyeux Noël en 2006, meilleur second rôle masculin pour La Doublure en 2007 et meilleur scénario original pour Bienvenue chez les Ch'tis en 2009.

Côté entrées, le réalisateur a attiré dans le monde 1,2 million de spectateurs pour La Maison du bonheur en 2006, 26,7 millions pour Bienvenue chez les Ch'tis en 2008, 10,3 millions pour Rien à déclarer en 2011 et 6,2 millions pour Supercondriaque, sorti en début d'année et toujours sur le podium des succès de 2014, avec Qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu? et Lucy.

En tant que comédien, il a inscrit 12 films au dessus du million de spectateurs, dont 4 au dessus des 3 millions de spectateurs (dont un seul où il n'est pas le réalisateur, La doublure). Ce succès ininterrompu depuis près de 10 ans conduit les experts à juger comme une contre-performance chacun de ses films si la barre des 2 millions de spectateurs n'est pas franchie. Ce fut le cas pour ces deux derniers films où il n'était pas réalisateur: Un plan parfait avec Diane Kruger en 2012 et Eyjafjallajökull en 2013.

L'acteur le mieux payé du cinéma français garantit quand même le million d'entrées à un producteur, même si le film est médiocre, et des millions de téléspectateurs aux chaînes qui diffusent ses films.

Pourquoi Dany Boon?

Ce ne sera pas le premier "comique" à présider les César puisque Jamel Debbouze (il y a deux ans) s'est déjà installé dans le fauteuil. On peut regretter que cela n'améliore pas le rapport homme/femme à la présidence des César, toujours majoritairement masculine dans l'histoire de la Cérémonie. C'est la quatrième année consécutive qu'un homme hérite de ce rôle. On pouvait ainsi imaginer, en guise d'hommage à Alain Resnais, la place réservée pour Sabine Azéma (7 fois nommée, 2 fois victorieuse). Rappelons que parmi les multiples nominés, des actrices comme Miou-Miou et Karin Viard peuvent aussi prétendre à la présidence. N'oublions pas la plus populaire des comédiennes, Sophie Marceau, jamais choisie.
Et quid des réalisateurs?  Milos Forman est le dernier cinéaste (qui n'est pas aussi une star devant la caméra) à avoir occupé le poste, c'était en 1988. Jacques Audiard, Roman Polanski, Bertrand Tavernier, Jean-Paul Rappeneau manquent encore au tableau. Et si un autre comique méritait d'en être, c'était bien Christian Clavier ou, rêvons, l'ensemble de la troupe du Splendid, ou même un duo Chabat/Lauby. Mais dans le registre, Boon fera l'affaire. Sa mission est d'ailleurs périlleuse

Boon a sans doute été choisi pour attiré les téléspectateurs. Car les César ont un gros travail de reconquête à effectuer. Outre le palmarès contestable de cette année où la Palme d'or La vie d'Adèle a été snobée, l'audience du show, qui laisse toujours un peu froid, a pris du plomb dans l'aile avec une perte de près de 300 000 téléspectateurs (1,3 point d'audience en moins) par rapport à l'année précédente. Pire, en deux ans, la cérémonie a perdu 1,6 million de téléspectateurs (soit 6,8 points d'audience!).

Alors Dany Boon va-t-il sauver l'audience des César? Réponse dans 6 mois.

Jamie Dornan et Aaron Paul dans le monde étrange de Louis Drax

Posté par vincy, le 26 septembre 2014

jamie dornan aaron paul

Jamie Dornan (Cinquante nuances de Grey) et Aaron Paul ("Breaking Bad") feront équipe dans le thriller surnaturel La neuvième vie de Louis Drax (The 9th Life of Louis Drax). Il s'agit de l'adaptation du roman de Liz Jensen (paru en France en 2006). Le film sera réalisé par Alexandre Aja (Horns, La colline a des yeux, Haute tension), à partir d'un scénario de Max Minghella, fils du défunt réalisateur Anthony Minghella. Minghella a joué chez Aja dans Horns, et Louis Drax est son premier scénario.

Louis Drax est un enfant facétieux qui passe son temps à mourir et à ressusciter. L'histoire commence le jour du neuvième anniversaire de Louis. Une chute, dans d'étranges circonstances, l'envoie aux frontières de la mort. Du fond du coma, il tente de communiquer avec les adultes. Le récit bascule ainsi entre monde réel et monde fantastique.

Aaron Paul incarnera le père de Louis Drax. Il est l'objet d'une enquête criminelle suite à l'accident qui a failli coûter la vie de son fils. Jamie Dornan interprétera le Dr. Allan Pascal.

Le tournage débute en octobre à Vancouver au Canada.

Trois festivals de films LGBT à Paris?

Posté par vincy, le 25 septembre 2014

Cet automne, deux festivals LGBT vont avoir lieu à Paris. Le vénérable festival Chéries-Chéris, qui fête ses 20 ans, et Le Marais Film Festival dont c'est la première édition. Une troisième manifestation est également en préparation.

Ce n'est pas une guerre. Il ne faudrait pas que ces événements finissent par K.O. Cependant le doyen connaît quelques difficultés, et pas seulement financières. Depuis quelques mois, les organisateurs du Festival du Film Lesbien, Gay, Bi, Trans & ++++ de Paris se divisent (au point de finir par un match nul) et ces dissensions ont amené le Forum des images (aux Halles), lieu historiques de la manifestation, à renoncer à l'événement.

Chéries-Chéris sera donc éclaté entre le MK2 Bibliothèque et le MK2 Beaubourg, entre le 25 novembre et le 2 décembre. On peut s'inquiéter de l'effet de cette dispersion. Lorsque le Forum des Images était en travaux, le festival avait réussi à se délocaliser au Grand Rex. Un seul lieu. Si le MK2 Beaubourg est à deux pas du Marais et des Halles, e MK2 Bibliothèque est très éloigné. Certes, après une période de doute, le rendez-vous est confirmé, mais quid de la programmation? A deux mois de l'événement, on ne sait toujours rien.

Mais c'est la concurrence du nouveau Marais Film Festival (11-16 novembre) qui risque d'être fatale à un vieux festival fragilisé par son manque de moyens et ses querelles internes. En prenant place au Nouveau Latina, à deux pas de tous les bars gays historiques de la capitale, le MFF va proposer plus de 50 films, dont pas mal d'inédits et d'avant-premières, mais aussi des débats, des classiques, des courts métrages, selon les informations du webzine Yagg. Avec un atout pas négligeable en bonus : le distributeur de films et de vidéos spécialisé en films LGBT, Outplay, est aux commandes.

Le MFF a déjà annoncé le Tigre d'or du dernier festival de Rotterdam, Something Must Break, quelques autres films et une soirée au Tango (de quoi se distraire en draguant). Il n'y aura pas que des films d'Outplay et c'est le public qui primera la compétition. Alléchant.

Les partenaires de Chéries-Chéris prennent leur indépendance

Tout le milieu a bien compris que Chéries-Chéris avait du plomb dans l'aile. Depuis le départ de l'équipe historique, partie ailleurs, créant d'autres formes d'événements comme le Jerk-Off Festival, on attendait un rebond. Il risque de venir d'ailleurs. Pire, il vient des amis de Chéries-Chéris : Outplay mais aussi Têtu et le Forum des Images. Le mensuel communautaire et le Forum des Images cherchent en effet à créer un événement audiovisuel (transmédia?), selon Le Monde.

Plutôt que de prendre le risque de ne plus avoir de festival LGBT à Paris, chacun a lancé son initiative. Ce sont les difficultés de Chéries-Chéris qui ont stimulé les idées chez ses propres partenaires. La nature a horreur du vide.

Certains se réjouiront de cette visibilité augmentée pour les films LGBT. Mais il est urgent que Chéries-Chéris se réveille et réagisse : l'appui institutionnel ne suffira pas à le sauver à une époque où les collectivités et mécènes sont de plus en plus vigilants sur leurs aides. On a déjà vu de grands festivals mourir (ou presque), se faire doubler par des nouveaux venus plus audacieux. Les Festivals LGBT en province ont souvent eu une vie éphémère et déjà quelques tentatives à Paris n'ont pas dépassé leur deuxième anniversaire.
Il n'y aura pas de place pour tout le monde : les films LGBT ne sont pas si nombreux, et la France les accueille souvent des mois après Rotterdam, Berlin, Cannes et même Deauville. Les grands films LGBT - Reaching for the Moon, Pride, Au premier regard... - de cette année sont même déjà sortis en salles.

Il y a une véritable réflexion sur le long terme pour qu'un Festival LGBT puisse créer l'événement à Paris. Sur d'autres thématiques - les films de genre, les documentaires, ... - certains ont réussi à être incontournables dans l'agenda de l'année.

Avec Jean Dujardin, c’est du Frontal

Posté par vincy, le 24 septembre 2014

Jean DujardinJean Dujardin se prépare au tournage de Frontal, qui aura lieu en Charente début 2015. Cette comédie sera réalisée par Frédéric Forestier (Astérix aux Jeux olympiques, Le boulet, Stars 80).

A cause d'une réécriture de scénario, le tournage a été légèrement reporté selon les informations de La Charente Libre. Avec un devis évalué à 8M€, le film  raconte l'histoire d'un homme qui prétend être atteint du double syndrome du lobe frontal, qui enlève toute inhibition. Il invente ce stratagème pour pimenter sa vie.

Le prochain film avec Jean Dujardin, La French, sortira le 3 décembre. A Cannes, on l'annonçait dans le prochain film de Claude Lelouch, Un plus Une. amis le projet devait se tourner en janvier 2015 lui aussi, et pour l'instant, rien n'a été confirmé.

Mommy cartonne au Québec

Posté par vincy, le 23 septembre 2014

antoine olivier pilon mommy

Avec 466 776 dollars canadiens de recettes pour son premier week-end, Mommy signe le plus gros démarrage au Québec pour un film de Xavier Dolan. Distribué sur 62 écrans, il réalise une bien meilleure moyenne par copie que Le Labyrinthe, leader du box office (567 057 $CAN), diffusé sur plus de 80 écrans.

Stéphanie Nolin (Cinéac) rappelle qu'aucun film québécois n'a obtenu un aussi bon résultat depuis Le sens de l'humour, en 2011 qui avait engendré des recettes de 467 982$ lors de son week-end de lancement. Surtout, il est déjà le troisième plus gros succès québécois de l'année, derrière 1987 et La petite Reine.

Ainsi en trois jours, Mommy a encaissé plus de recettes que Laurence Anyways et Tom à la ferme durant toute leur carrière. Il est assuré de dépasser celles des Amours Imaginaires.

Le film de Dolan devrait aussi dépasser les 995?000?$ de son premier film, J’ai tué ma mère, qui reste son plus gros succès au Québec. Le film sort le 8 octobre en France. Il avait reçu le prix du jury au dernier Festival de Cannes; il représente le Canada pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Oscars 2015 : la France prend Saint Laurent comme ambassadeur

Posté par vincy, le 22 septembre 2014

La France a choisit son candidat en vue des nominations à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. La commission de sélection s'est réunie pour la deuxième fois ce matin et a sélectionné Saint Laurent de Bertrand Bonello. Le film, qui était en compétition au dernier Festival de Cannes, sort sur les écrans français mercredi, distribué par EuropaCorp. Aux Etats-Unis, c'est Sony Pictures Classics qui distribuera le film. Pour l'instant aucune date de sortie n'est confirmée, mais le studio a déjà plusieurs prétendants en course pour les Oscars : Whiplash, Foxcatcher, Mr. Turner. Saint-Laurent va faire son avant-première américaine au prochain Festival de New York, qui début vendredi.

Avant son départ du ministère de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti avait renouvelé la Commission chargée de désigner le candidat français pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Alain Terzian, président de l'Académie des César, Jean-Paul Salomé, président d'Unifrance, Régis Wargnier (qui a gagné cet Oscar en 1993), Agnès Jaoui, et Mia Hansen-Løve ont décidé du film aux côtés de Serge Toubiana, président de la commission d'avances sur recettes, et Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes, tous deux membres de droit.

Pour être choisi, il faut que le film soit sorti en salles entre le 1er octobre 2013 et le 30 septembre 2014. Le choix est audacieux, pour ne pas dire risqué, tant la narration du film de Bonello est à des années lumières des goûts assez conservateurs des votants. Le biopic Yves Saint Laurent de Jalil Lespert aurait sans doute été plus consensuel, tout comme Gemma Bovery. Avouons que ce choix gonflé misant avant tout sur une esthétique et une autre manière de voir le film biographique fait de Saint Laurent un ambassadeur du cinéma chic français par excellence.

Déjà 8 films cannois en concurrence dans cette catégorie

On note surtout que le Festival de Cannes a toute les chances d'être représenté dans le club des cinq finalistes. Après Amour et La Grande Bellezza, un troisième Oscar d'affilée à un film cannois assurerait un peu plus la prééminence du Festival dans la catégorie cinéma art et essai.

Ainsi Mommy (Canada), Winter Sleep (Turquie), Deux jours une nuit (Belgique), Timbuktu (Mauritanie), tous quatre en compétition, seront en concurrence avec Saint Laurent. Israël a préféré Le Procès de Vivian Amsalem de Ronit et Shlomi Elkabetz, présenté à la Quinzaine des réalisateurs. La Hongrie a opté pour White God et la Suède pour Force Majeure, tous deux primés à Un Certain Regard.

Parmi les autres candidats déjà connus, notons deux films berlinois LGBT, Au premier regard (Brésil) et The Circle (Suisse). Ida représentera la Pologne, La Lune rouge le Maroc, Sea Fog la Corée du Sud, The Light Shines Only There le Japon, Golden Era, d'Ann Hui, Hong Kong, Today l'Iran, Little England la Grèce, Beloved Sisters l'Allemagne, 1001 Grams (de Bent Hamer) la Norvège. La surprise vient de l'Ukraine qui a préféré The Guide, film d'époque, à The Tribe, qui a fait sensation à chaque passage dans les Festivals.

Enfin, Panama a proposé un film pour la première fois de son histoire, Invasion. Le Nigéria devrait aussi faire son entrée dans ces olympiades du cinéma.

Reste quelques gros pays dont on ne connait pas encore le choix : Italie, Espagne, Argentine, Danemark, Russie, Chine, Inde et Mexique, entre autres.