Hafsia Herzi n'est pas absente du cinéma. On l'a vue dans Fleuve noir, Persona non grata, les deux volets de Mektoub My love en tantine ces derniers mois. Mais elle s'offre un rôle bien plus important et bien plus intense avec son premier long métrage de réalisatrice Tu mérites un amour, au premier plan devant comme derrière la caméra. Ce qui lui a valu un Valois de la mise en scène à Angoulême. Elle sera au générique du biopic Madame Claude de Sylvie Verheyde.



Gemma Arterton
Emmanuelle Bercot
Ingmar Bergman
Jessica Chastain
François Civil
Catherine Deneuve
Gérard Depardieu
Arnaud Desplechin
Leonardo DiCaprio
Vincent Elbaz
Sara Forestier
Morgan Freeman
Julie Gayet
Pascal Greggory
Jake Gyllenhaal
Anne Hathaway
Hafsia Herzi
Emile Hirsch
Isabelle Huppert
Diane Kruger
Jalil Lespert
Al Pacino
Brad Pitt
Margot Robbie
Léa Seydoux
Jason Statham
Alice Taglioni
Quentin Tarantino
Emma Thompson
Roschdy Zem



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



© Pretty Pictures   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 198Cote : 49 %


 
L'ANCIEN DOGMATIQUE





On a parfois pu le considérer comme "l’autre cinéaste danois", mais Thomas Vinterberg a su s’émanciper il y a longtemps de son envahissant compatriote (et ami) Lars von Trier.

Ensemble, ils ont bien sûr créé au milieu des années 90 le mouvement cinématographique Dogme95, qui reposait sur dix règles strictes régissant les conditions de tournage. Parmi ces règles, on trouvait notamment "Tout traitement optique ou filtre est interdit", "Les détournements temporels et géographiques sont interdits. (C'est-à-dire que le film se déroule ici et maintenant)" ou encore "Le tournage doit être fait sur place. Les accessoires et décors ne doivent pas être amenés (si on a besoin d'un accessoire particulier pour l'histoire, choisir un endroit où cet accessoire est présent)".

Une vision orthodoxe de la réalisation, en réaction aux excès d’un certain cinéma commercial, qui a plutôt bien servi Vinterberg. Son premier film réalisé sous l’égide du Dogme (et dans lequel il ne s’est pas crédité en tant que réalisateur, comme l’exigeait la règle) remporte le prix du jury à Cannes et est salué unanimement.

Festen relate sans artifices mais avec une immense force émotionnelle une réunion de famille qui tourne au règlement de comptes. Thomas Vinterberg y aborde frontalement la question de l’inceste et de ses conséquences tragiques.

Jusque-là, le jeune réalisateur était relativement inconnu en France. A l’issue d’un cursus en cinéma à l’École nationale du Film du Danemark, son court métrage de fin d'études, Last round (Sidste omgang), avait remporté en 1993 le Prix du jury et des producteurs au Festival International de Munich, ainsi que le Premier Prix à Tel Aviv. La même année, il tournait un autre court métrage (Le garcon qui marchait à reculons), et recevait le Prix du Public au Festival de Clermont-Ferrand. Enfin, son premier long métrage, Les héros, avait certes connu un petit succès dans son pays, mais n’est sorti en France que dix ans plus tard.

Festen et le Dogme changent tout. Immédiatement, il est propulsé sur le devant de la scène et présenté comme le nouveau prodige du cinéma européen. Toutefois, l’effet est de courte durée. Après son prix du jury cannois en 1998, le cinéaste danois connait plus de bas que de hauts.

Ses trois films suivants sont même des échecs commerciaux et critiques. It’s all about love, tourné en langue anglaise, réunit Joaquin Phoenix et Claire Danes dans un thriller romantique qui n’intéresse personne. Puis il tourne Dear Wendy d’après un scénario écrit par Lars von trier, sur un groupe de jeunes gens pacifistes obsédés par les armes à feu. Indifférence générale. Son opus suivant, When a man comes home (2008), ne bénéficie même pas d’une sortie française. Entre temps, le réalisateur a renoncé au Dogme en accord avec Lars von Trier.

Les choses s’arrangent toutefois en 2010, lorsque son nouveau long métrage, Submarino, est sélectionné en compétition à Berlin. Le film, misérabiliste et sans finesse, ne remporte aucun prix. Mais il semble remettre Vinterberg en selle.

Deux ans plus tard, le cinéaste foule à nouveau le tapis rouge cannois et présente La chasse en compétition. Le film divise profondément en raison de son traitement radical et anxiogène, mais Mads Mikkelsen, en homme accusé d’actes pédophiles mis en ban de la société, est si éclatant de sincérité et de douleur retenue qu’il reçoit un mérité prix d’interprétation. Ca y est, Vinterberg renoue avec le succès ! En attendant son prochain film pour confirmer (ou non) son retour en grâce, le Danois a été choisi pour présider le jury de la section Un certain regard lors du festival de Cannes 2013.

MpM


 
 
haut