David Lynch, Lion d'or et Palme d'or, n'a pas tourné de long métrage depuis 2006. Une longue absence. Heureusement il nous a offert une suite à Twin peaks pour la télé. Et on peut voir ses photos fétéchistes dans l'exposition de Louboutin au Palais de la Porte dorée. Il vient aussi de terminer un court métrage. Elephant Man ressort cette semaine en salles.



Aure Atika
Edouard Baer
Juliette Binoche
Romane Bohringer
Sami Bouajila
Isabelle Carré
Alain Chabat
Anaïs Demoustier
Emmanuelle Devos
Clint Eastwood
Jesse Eisenberg
Colin Farrell
Harrison Ford
Olivier Gourmet
Hugh Grant
Tchéky Karyo
Vincent Lacoste
Chiara Mastroianni
Matthew McConaughey
Ewan McGregor
Yolande Moreau
Margot Robbie
Mark Ruffalo
Adam Sandler
Omar Sy
Omar Sy
Renee Zellweger
Roschdy Zem



Juliette Binoche
Mickey Rourke
Uma Thurman
Emmanuelle Béart
Michel Serrault
Cate Blanchett
Russell Crowe
Harrison Ford
Johnny Depp
Tom Cruise




 




 (c) Ecran Noir 96 - 20



© MGM   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 9Cote : 20 %


 
BOY ANDREW





Il a l’étoffe du comédien prodigieux. Pas encore 30 ans, à peine dix films à son actif, une carrière qui n’a pas encore dix ans et pourtant, Andrew Garfield a déjà reçu le BAFTA du meilleur acteur (l’équivalent des César britannique) et décroché le rôle plus que convoité de Peter Parker dans la nouvelle formule de Spider-Man. À cela ajoutons qu’il a tourné pour Redford, Gilliam et Fincher.
Décollage à la verticale. En espérant pour lui qu’il ne se crame au contact de la stratosphère qui le sépare (encore) des étoiles du 7e art.

Comme tout comédien anglais, il commence par les planches. Le romantique Roméo dans Shakespeare ou le manipulareur Jim dans Chatroom, en passant par des créations modernes, il travaille à Londres et en province. Il avait fait ses armes dans une version pour jeunes de Bugsy Malone à 15 ans. Avec l’adaptation théâtrale de Kes (un roman devenu un des plus grands films de Ken Loach), il obtient ses premiers prix, à 21 ans.

La profession le remarque précocement. Il devient vite l’un des acteurs européens à observer. Robert Redford lui offre son premier rôle au cinéma, dans le raté Lions for Lambs. Il y est un étudiant brillant qui s’engage sur le front afghan. En effet, Garfield capte très bien la lumière, joue avec subtilité. L’agneau qui l’est ne se fait pas croquer par les lions hollywoodiens. La même année, il tourne Boy A. Le film qui lui fera obten ir le prix du meilleur acteur anglais. Il épate avec ce personnage d’ex-taulard tourmenté où il doit faire face à ses fantômes (le crime qu’il a commis quand il était mineur) et aux regards des autres. Impossible rédemption.

De là, les propositions affluent. Il accepte, avec l’incertitude que cela comporte et la malédiction qui va frapper le film, le nouveau délire de Terry Gilliam. Assistant du Docteur Parnassus dans son drôle d’Imaginarium, un peu loser et belle âme, il créé une figure de clown triste fabuleuse.
Dans la Red Riding Trilogy, projet cinématographique ambitieux, adaptations des romans noirs et violents de David Peace. À partir de faits réels - les attentats de l'IRA, le mouvement punk, l'ascension des conservateurs, ou encore la guerre des Malouines – de sombres histoires dépourvues de sentiments, les anges déchus évoluent ici dans un décor apocalyptique, obscur et sanglant. Nous écrivions sur sa prestation qu’Andrew Garfield était « fragile, encaissant les coups, candide et survivant, casse-cou et sensible », qu’il apportait humanité à ce cauchemar.

Fincher le fait entrer dans le club de la jeune génération montante avec The Social Network. Il est l’ami du fondateur de Facebook, celui qui va lui apporter les premiers financements et qui va être trahi. Costard cravate et toujours sa chevelure gonflée à l'extravagance, il marie l’élégance et la colère à la percetion. Garfield aime les rôles ambivalents. Qu’ils soient un peu rêveurs, et il va les abîmer. Qu’ils soient un peu salauds, et il va les rendre aimable.

Son physique aide beaucoup. Ni vraiment beau gosse, ni « gueule » de cinéma, séduisant et charmeur, il endosse les costumes les plus divers comme pour mieux se détacher de lui-même.
Son apparente banalité peut lui permettre de se glisser dans un drame comme dans un blockbuster. Il se dégage une intensité dans son regard, qui peut-être féroce, sauvage, ou désespéré. Idéal pour incarner un super-héros malgré lui, un peu schizo. Que Sony investisse sur ce talent pour être le nouveau Peter Parker, succédant ainsi à un autre comédien autrefois réputé incroyable, Tobey Maguire.

Andrew Garfield n’a plus qu’à garder la tête sur les épaules, ne pas se laisser bercé par les sirènes faciles des studios, et conserver cet équilibre précieux entre films indépendants, réalisations de grandes signatures et quelques succès au box office pour que l’avenir soit radieux.

vincy


 
 
haut