Danielle Darrieux



Mathieu Amalric
Darren Aronofsky
Jean-Pierre Bacri
Halle Berry
Juliette Binoche
Louise Bourgoin
Jeff Bridges
Robin Campillo
Guillaume Canet
Suzanne Clément
Suzanne Clément
Tom Cruise
Emmanuelle Devos
Chris Evans
Colin Firth
Marina Foïs
Harrison Ford
Cécile de France
Stephen Frears
Louis Garrel
Al Gore
Ryan Gosling
Olivier Gourmet
Adèle Haenel
Michael Haneke
Ed Harris
Isabelle Huppert
Mathieu Kassovitz
Brie Larson
Melanie Laurent
Jennifer Lawrence
Gilles Lellouche
Jared Leto
Doug Liman
Benoît Magimel
Stacy Martin
Julianne Moore
Robert Pattinson
Michelle Pfeiffer
Denis Podalydès
Noomi Rapace
Natacha Régnier
Vincent Rottiers
Jean-Paul Rouve
Joshua et Benny Safdie
Taylor Sheridan
Carine Tardieu
Channing Tatum
André Téchiné
Jean-Louis Trintignant
Naomi Watts



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 17



© Jean-Luc Benazet   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 3661Cote : 67 %


 
IL SUFFIRA D'UN CYGNE





Jolie frimousse découverte au détour d'un escalier dans Léon par les spectateurs. Echappant à une fusillade meurtrière. Elle incarnait l'innocence de Léon, killer en mal de rédemption, alias Jean Réno. Déjà, on la choisit pour des personnages plus matures que son âge.
Un sacré caractère du haut de ses 13 ans! Depuis elle va et vient sur les écrans avec un passage dans chaque genre. La même année on la voit dans la comédie satirique de Tim Burton, Mars Attack!, en fille psychosée de président. Elle sera l'avenir de la planète, rare rescapée de l'invasion extra-terrestre. Il faudrait qu'elle arrête de jouer les filles de parents assassinés?
Elle ne sera pas la Juliette de Di Caprio, elle refusera Lolita et The Ice Storm. Elle veut jouer des rôles de son âge. Seulement au théâtre et au cinéma. On parle d'elle comme de la nouvelle Audrey Hepburn. Elle appartient à cette génération de jeunes comédiennes douées et mignonnes, déterminées et exigeantes. Polyglotte, douée pour les études, cette jeune israélienne presque trop mature, actrice par hasard, se convainc qu'elle fera autre chose de sa vie; depuis 1995, elle le clame partout : sa vie est ailleurs, dans la psychologie, par exemple.
On la croise chez Allen, Wang, dans des polars ou des comédies. Promise à un grand avenir, les journaux la célèbre sur des pleines pages en insistant sur son charme fou.
Ne trouvant aucun rôle intéressant à portée de verre de lait, refusant de futurs gros hits insipides, Natalie Portman pose ses bagages à Broadway pour jouer le rôle éponyme dans Le journal d'Anne Franck. Un personnage et une ambition sur-mesure pour cette jeune juive précoce et sensible. Elle rédige même un article sur Anne Franck pour Time, à l'occasion.
1999 restera l'année de la consécration avec son couronnement médiatique et interstellaire: Georges Lucas porte son dévolu sur Natalie pour incarner la Reine Amidala qui engendrera Luke Skywalker. Celle qui épousera le futur Dark Vador (Hayden Christensen). Elle assure donc ses arrières en signant aussi pour les deux prochains épisodes dont les tournages s'étalent jusqu'en 2004. Elle incarne celle qui apprend la sagesse, qui croit en la démocratie, en la paix.
Le soleil semble briller pour Natalie. Sans se cantonner aux rôles d'ados attardés, la jeune actrice cherche un équilibre entre les blockbusters et les plus petites productions. un choix qui s'avère payant au bout du compte. Elle ne peut que séduire avec un charme pareil. Sa jeunesse est un atout. Son intelligence la fera passer d'une porte à l'autre.
Après quelques mélos de transition (face à Sarandon et Judd), elle accepte de faire les répétitions avec Jude Law dans Cold Mountain, en mère isolée, pas prête à se faire violer. Ils se retrouvent dans Closer, où elle incarne le rôle obligé d'une strip-teaseuse, entière et amoureuse. les scènes hard ont été coupées. ne lui laissant que les larmes et les regards blessés. Elle récolte prix et statuettes. 23 ans à peine et déjà tout d'une grande, avec des films "indies" remarqués, sa participation dans une "prod" des frères Washowski où elle se révèle douée pour l'action, un rôle "libre" et loin de toute pression, très engagé et sans concession, chez son compatriote Amos Gitaï. Elle a un parcours similaire à une Hayek ou une Blanchett. Parée pour les comédies romantiques, il ne lui manque plus que le film lui permettant de saisir une couronne (d'épines) à Hollywood, Babylone où les jeunes filles se perdent parfois. Mais pas toujours.

Natalie Portman opte alors pour les grands noms. Milos Forman l'enrôle pour Les fantômes de Goya où elle joue les muses de Javier Bardem ; elle s'encanaille chez Wong Kar-wai dans My Blueberry Nights continuant ainsi à jouer avec son image voluptueuse. Passe un court instant chez Wes Anderson dans le prologue (court) de Darjeeling limited, en objet de désir d'un hôtel parisien ; Devenant la soeur maudite de Scarlett Johansson dans The Other Boleyn Girl : machiavélique, ambitieuse et décapitée.
elle expérimente les courts métrages (Paris Je t'aime d'abord puis New York I Love You, qu'elle réalise), avant de se fourvoyer dans deux trois mauvais films où elle ne brille pas. Dans Borthers, elle est le lien entre deux frères que tout oppose. Ses rôles murissent. Elle grandit (au sens temporel du terme tant son mètre soixante se voit à l'écran), devient mère ou femme adultère. A 30 ans, elle peut encore jouer les jeunes filles comme les jeunes femmes.

Dans Sex Friends, elle est la jeune trentenaire parfaite, qui ne résiste pas au playboy Ashton Kutcher. Son premier succès dans une comédie romantique. 2011 semble être son année. Portman est partout : enceinte dans les couvertures "people", favorite pour les Oscars deux mois à l'avance, et sur tous les frontons de salles de cinéma. Les films se succèdent les uns aux autres. Thor, son premier blockbuster, où elle a le rôle principal féminin, Your Hignhess, film d'action léger avec l'autre star du moment, James Franco. Tirant à l'arc, ou faisant ses cascades, la Portman est une puce voltigeuse capable de tout jouer.
Si Léon l'a révélée, si Star Wars l'a popularisée, si Closer l'a fait respectée, c'est Black Swan de Darren Aronofsky qui la consacrera. Le public, les professionnels et les critiques sont unanimes : il s'agit du rôle de sa vie. Le cygne noir qui mue de l'adolescence à l'âge adulte, la danseuse perfectionniste allant jusqu'au bout de ses limites, quitte à se briser les ailes, la danseuse (un an d'entraînement!) faisant souffrir son corps et son âme pour quelques pas dans la lumière. Succès surprise, l'actrice est louangée et ultra-médiatisée. Jamais elle n'avait été habitée par un tel personnage. Désormais Natalie Portman sera liée à ce cygne. Celui qui lui aura permis de voler de ses propres ailes.

vincy


 
 
haut