A 55 ans cette années, Benoit Poelvoorde continue de surprendre. Après Au poste! et Le Grand bain en 2018, le comédien ne va plus quitter les cinémas cette année. Cette semaine il est dans Deux fils, premier long de Felix Moati. Mais on l'attend aussi dans Raoul Taburin de Pierre Godeau, Adoration de Fabrice Du Welz et Venise n'est pas en Italie d'Ivan Calbérac.



Amy Adams
Josiane Balasko
Christian Bale
Valeria Bruni-Tedeschi
Steve Carell
Steve Carell
Laetitia Casta
Christian Clavier
Olivia Colman
Jennifer Connelly
Bradley Cooper
Anaïs Demoustier
Jean Desailly
Clint Eastwood
Marina Foïs
Jacques Gamblin
Valéria Golino
Olivier Gourmet
Samuel L. Jackson
Vincent Lacoste
James McAvoy
Hayao Miyazaki
Yolande Moreau
Viggo Mortensen
Vincent Perez
Benoit Poelvoorde
Robert Rodriguez
Riccardo Scamarcio
M. Night Shyamalan
Emma Stone
Omar Sy
Christoph Waltz
Rachel Weisz
Bruce Willis



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1981Cote : 55 %


 
MONSIEUR BLANC AIME LE NOIR





Hypocondriaque, Blanc est aussi le plus dramatique de la bande du splendid. Il aime la noirceur. Même dans l'humour. Il lui arrive toujours des ennuis. Et nous nous en moquons, voir nous en rions. On ne devrait pas.
Blanc appartient à ces types qui sont mal dans leur peau, qui attirent les malheurs de la terre, le pauvre type qui n'a pas de chance, qui courre (de ridicule) après tout.
Cette image est ancrée depuis Les Bronzés, et lui même l'a renforcée avec son premier film. Au lieu de marcher à l'ombre, il fut propoulser en pleine lumière.
Non seulement il fut le premier à connaitre des succès personnels avant les autres (avec une série de film dans la veine humour du dimanche soir à la télé), mais il fut aussi le premier à se démarquer de la troupe. Il passa donc à la réalisation très vite.
A ce jour, Marche à l'ombre est le film le plus populaire en France (avec 6,1 millions de spectateurs) dont l'auteur est issu du Splendid. Il lui faudra 10 ans pour retrouver un sujet et sa confiance, et réaliser Grosse Fatigue. Il s'offre la présence d'une des plus belles femmes du Cinéma Français (Bouquet) dans un emploi sur mesure et inattendu: elle, comique.
Entre temps Blanc aura, à l'instar d'Anémone, changer de cap. Comme Balasko, il faudra Blier pour lui faire franchir cette transition entre la comédie et le drame. Tenue de Soirée a ainsi dévoilé un grand talent et s'impose face au mastodonte Depardieu, que Leconte, Berri ou même des réalisateurs anglo-saxons emploieront ultérieurement.
Blanc est discret. Il se cache. Il tourne peu. Il se transforme : assumant sa calvitie, glonflant ses muscles, flirte avec l'Opéra... Ses rôles varient du cinéma d'art et d'essai au seconds rôles dans les grandes productions. Il préfère rester avec des copains.
Il est d'ailleurs le seul à avoir osé la réunion de famille au cinéma, dans Grosse Fatigue. Comme il est le seul à avoir été récompensé pour ses performances d'acteur. Il a connu la gloire dans un téléfilm parmi les plus vus de ses dernières années, face à Serrault. Son quatrièmre film de cinéaste (Embrassez...) est sans aucun doute son plus personnel, à cheval entre la noirceur ambivalente de Mauvaise passe et l'humour noir de Grosse Fatigue. A l'aise dans la chorale, il se donne le rôle le plus antipathique. Il aime qu'on le cogne, il aime l'humiliation. Blanc a un côté SM qui nous plait bizarrement beaucoup.
Inquiétant ce personnage... si atypique. Ce sera sans doute le pari le plus difficile au prochain film du Splendid. Blanc a mué. Comment le rendre drôle?

vincy


 
 
haut