Emma Watson devient peut-être la star la plus bankable du cinéma avec La Belle et la bête, son 9e film, après 8 Harry Potter, a dépassé les 200M$ au box office (et le premier sur son nom). Avec du flair elle enchaîne des projets très divers. Le prochain film sera Le cercle, avec Tom Hanks.



Kevin Bacon
Kim Basinger
Nathalie Baye
Kate Beckinsale
Annette Bening
Dany Boon
Danny Boyle
Jessica Chastain
Kevin Costner
Catherine Deneuve
Jamie Dornan
Kirsten Dunst
Elle Fanning
Michael Fassbender
Catherine Frot
Olivier Gourmet
James Gray
Tom Hiddleston
Hugh Jackman
Mathieu Kassovitz
Aki Kaurismäki
Nicole Kidman
Kiyoshi Kurosawa
Brie Larson
Melanie Laurent
Claude Lelouch
Rooney Mara
James McAvoy
Ewan McGregor
Sienna Miller
Ruth Negga
Robert Pattinson
Antoine Oliver Pilon
Tahar Rahim
Keanu Reeves
Michael Shannon
M. Night Shyamalan
Kristen Stewart
Mark Wahlberg
Andrzej Wajda
Denzel Washington
Emma Watson
Michelle Williams



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Brad Pitt




 




 (c) Ecran Noir 96 - 17



(c) Pathé Distrib.   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 9518Cote : 61 %


 
L'HOMME HONNÊTE





Gérard Lanvin est un homme simple. Loin du star-system dont abusent certains acteurs français, le beau ténébreux se tient à l'écart des mondanités inutiles, de la soif de reconnaissance et des tournages à répétitions. Modestement, il sait éradiquer les nombreux scénarios qu'on lui propose dans l'année, pour n'en conserver qu'un.
C'est comme ça, Lanvin fonctionne au coup de coeur. Alors, il quitte sa villa de La Baule pour rejoindre les cieux embrumés de la capitale, y travaille son rôle, donne le meilleur de lui-même devant la caméra et s'empresse de revenir auprès de sa femme Jennifer et de ses deux enfants. En bon père de famille, le comédien sait que si le cinéma en a fait ce qu'il est aujourd'hui, c'est sa vie auprès de ceux qu'il aime qui lui a permis de garder la tête froide et de savourer chaque jour le bonheur simple d'un homme comblé. Sans doute est-ce là la vraie richesse.

A bientôt 51 ans, Gérard Lanvin sait de surcroît faire les bons choix comme le démontre sa participation au Goût des autres, plus beau succès de l'année et récompensé d'un César. Il alterne entre les bons scirpts, les films poplaires et les projets d'auteurs. Il n'a aucune frontière entre les genres, se soucie peu de son box office et aligne, avec régularité, succès et estime.
Né à Boulogne-Billancourt en 1950, Gérard Lanvin a croisé le destin dans une petite boutique alors qu'il s'était improvisé depuis peu vendeur de fripes. Échappé des études à 17 ans, le jeune Gérard n'avait pas d'autre choix que d'exercer ce genre de petits jobs sur les marchés ou les fêtes foraines pour gagner de quoi manger. C'est Martin Lamotte qui, en client content de son achat, l'invita à assister à une pièce de Coluche par pure sympathie pour ce vendeur souriant. Lanvin y retourna plus de vingt fois, pris de passion pour cette nouvelle forme de théâtre et proposa à Lamotte d'offrir ses services à la troupe (bientôt le Splendid).

Durant trois ans, Gérard Lanvin sera tour à tour machiniste, éclairagiste, et enfin, acteur à la demande de Martin Lamotte. Ce fut le pas décisif qui propulsa le comédien dans une carrière qui ne s'est toujours pas tarie 30 ans plus tard. Son premier rôle au cinéma, Lanvin le doit à Coluche, son grand pote de l'époque, qui venait d'écrire pour le grand écran une nouvelle version de sa pièce qui deviendra Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine.
Après le tournage, Lanvin va rapidement se lasser de son activité au sein du café-théâtre, qu'il considère aujourd'hui comme celui de "concierge", puisque, quand la petite bande part tourner Les Bronzés en Afrique, personne ne pense une seconde à lui confier un rôle, si ce n'est en lui demandant de garder les clés du Splendid. Lanvin le solitaire rêve de persister dans le cinéma, et sait désormais qu'il va devoir creuser sa place sans le soutien de ses copains de scène. Tout va très vite s'enchaîner par la suite. Sa rencontre avec Jacques Bral sera décisive puisque celui-ci va lui offrir un rôle fort dans Extérieur nuit, qui conduira Lanvin à Cannes à la rencontre de grands metteurs en scène comme Corneau, Leconte, Tavernier ou Messian.

Sa stature carrée, son air viril et sa belle gueule vont faire de lui un acteur polyvalent, tout aussi à l'aise dans les comédies d'action qui ont fait sa réputation auprès du public (Les Spécialistes, Marche à l'Ombre), que dans les polars sombres typiques des années 80 (Tir Groupé, Le prix du danger, Le choix des armes). Pas loin de Depardieu, mais sans la boulimie.
Celui qui sera l'un des acteurs français les plus demandés de cette décennie n'en reste pas moins humble face à la réussite. Sans ignorer par quoi il a dû passer pour en arriver là, Gérard Lanvin a rapidement compris qu'il devait prendre de la distance par rapport à sa popularité, sous peine d'être approché de toute part et de ne plus savoir faire la distinction entre vrais et faux amis.

C'est à cette période qu'il prend l'air en s'installant à La Baule où il rachète et ouvre un bar dans lequel il aime encore aujourd'hui passer des soirées à discuter avec les habitués.
C'est aussi cette clarté d'esprit qui permettra à Lanvin de faire le tri dans les propositions qu'on a pu lui faire au début des années 90. Cette sélection minutieuse se révélera payante une fois encore puisque le comédien tournera principalement sous la coupe de réalisateurs comme Blier (Mon homme), Rochant (Anna Oz), Poiré (Mes Meilleurs copains, le meilleur film du réalisateur) ou encore Lelouch (La belle Histoire, Il y a des jours et des lunes).

Mais ce sont deux femmes qui lui donneront ses plus beaux personnages. Deux comédiennes passées derrière la caméra. On retiendra surtout Le fils préféré, dans lequel il interprète l'un des trois frères du film de Nicole Garcia en compagnie de Bernard Giraudeau et Jean-Marc Barr, et bien sûr, Le goût des autres d'Agnès Jaoui où Lanvin est capable de rendre émouvant un garde du corps blasé, un rien violent et aux idées bien arrêtées.
Il décide de choisir des films plus divertissant, des films de potes, se mettant dans les pompes de Ventura, dans les costards taillés pour Depardieu, que ce soit dans le gore-kitsch ou la comédie pure. La comédie bien populaire qui lui amène des millions de spectateurs. Son BO est à la hausse. Jusqu'à , gros four. Les projets ne manquent pas. Il se laisse même aller à faire la voix d'un mammouth dans un dessin animé... Pourtant lui n'a rien d'une espèce en voie d'extinction! Il alterne les genres, drague Deneuve et Béart, se fout en tongs das le méga hit Camping. Il répond aux envies des autres. Il reste toujours un peu étonné que le succès du Boulet n'ait pas donné de suite. Ou pourquoi en France on ne trouve une idée intéressante en vue d'un duo avec Jean Dujardin, que les deux comédiens réclament. "Les décideurs, des financiers pour la plupart, n'ont pas compris qu'un acteur, c'est comme un pilote de chasse, cela met 25 ans à être formé. Mais quand cet acteur devient populaire, les spectateurs sont fidèles."

romain, vincy


 
 
haut