Eddie Redmayne revient dans le rôle de Norbert Dragonneau, en spécialiste d'animaux fantastiques. Oscarisé il y a 3 ans, le comédien britannique, réputé talentueux, n'avait pas été vu sur grand écran depuis Danish Girl. Il vient de terminer The Aeronauts, biopic signé Tom Harper avec Felicity Jones, sa partenaire d'Une merveilleuse histoire du temps. Il a deux projets non confirmés: un drame politique d'Aaron Sorkin et un drame de Tobias Lindholm.



Mathieu Amalric
Jean-Hugues Anglade
Jacques Audiard
Leïla Bekhti
Michel Blanc
Romane Bohringer
Damien Bonnard
Carole Bouquet
Guillaume Canet
Suzanne Clément
Bradley Cooper
Jamel Debbouze
Johnny Depp
Romain Duris
Jacques Dutronc
Virginie Efira
Vincent Elbaz
Vincent Elbaz
Colin Firth
Marina Foïs
Andrew Garfield
Ryan Gosling
Jake Gyllenhaal
Adèle Haenel
Tom Hardy
Nadine Labaki
Jude Law
Gilles Lellouche
Ewan McGregor
Ezra Miller
Chloë Grace Moretz
Sabrina Ouazani
Benoit Poelvoorde
Charlotte Rampling
Eddie Redmayne
Alice Rohrwacher
Jean-Paul Rouve
Pierre Salvadori
Riccardo Scamarcio
Niels Schneider
Matthias Schoenaerts
Matthias Schoenaerts
Léa Seydoux
Tilda Swinton
Channing Tatum
Audrey Tautou
Sylvie Testud
Emma Thompson
Uma Thurman
Lars Von Trier
Karin Viard
Thomas Vinterberg
Michelle Williams
Michelle Yeoh
Roschdy Zem



Brigitte Bardot
Best Sleeping Bags
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 18



© Jean-Luc Benazet   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 570Cote : 54 %


 
CINeMMA





La comédienne est talentueuse, tout le monde s'accorde à le dire. La femme est ambitieuse: sa filmo le prouve. De Cambridge où elle a monté une troupe de théâtre totalement féminine dans un campus plutôt masculin jusqu'à l'écriture d'un scénario (Sense and Sensibility) primé un peu partout, Emma Thompson ne se contente pas d'alterner les films d'art & essai avec les comédies moyennes américaines.
Emma Thompson aura d'abord connu une carrière brillante à TV britannique, comme beaucoup. Elle y rencontra un certain Kenneth Branagh. Le couple s'est rencontré en 1986 sur le plateau de "Fortunes of War". Mariage en 89. Séparation en 95 (il est allé voir chez Helena Bonham-Carter si c'était mieux, qui elle a préféré Tim Burton au final). Il ets à noter que l'un avec l'autre avaient le monde à leurs pieds. Et depuis leur split-screen, les échecs s'accumulent...
Entre temps 12 projets communs, dont 2 enregistrements audio de Shakespeare, deux pièces de théâtre (Look back in Anger, Le Roi Lear), 1 téléfilm, une série TV (Thompson), et 4 films réalisés par Kenneth. A chaque fois son rôle augmentait en importance, de la figurante sur Henry V au personnage principal et flamboyant dans Beaucoup de bruit pour rien.
Thompson, durant toutes ces années, cultive une image d'actrice plutôt sérieuse, pas forcément sexy, et n'attire absolument aucun regard. Elle s'essaie à la comédie US dans The Tall Guy, avec Jeff Goldblum. Sorte de navet qu'elle semble affectionner puisqu'elle répétera ce genre de choix avec Junior. Les comédies ne faisant rire personne, c'est dans le drame qu'elle excellera.
Si Kenneth lui offre la possibilité de varier ses rôles, de montrer l'étendue de son jeu, c'est James Ivory qui en fera une star. Avec deux rôles costumés, deux rôles sombres et distants, secrets et intérieurs, elle va séduire les critiques et le public. Ivory est alors au sommet de son talent, et en Thompson, il trouve l'actrice parfaite pour ses images de vieille Angleterre. Sous le carcan, Thompson laisse deviner ses passions, ses désirs, ses folies. Tout en minimalisme, son jeu épouse parfaitement les ombres et contre-jours d'Howard's end et des Vestiges du jours. Ce dernier, en duo avec Anthony Hopkins, révèle un couple magnifique, tout en silence et en effleurements. Des années plus tard, on ne peut avoir qu'une forme de nostalgie à évoquer cet amour perdu, cette désillusion advenue.
La fragilité et les larmes lui valent un Oscar. Thompson continue de prendre des rôles de femmes plutôt fortes, engoncées dans une société souvent misogyne. Egérie des cinéphiles, un peu enfermée dans son image de britannique à ombrelle mal dans son corset (Carrington, Raisons et sentiments appuieront cette perception), le clash avec Branagh va lui permettre de faire une pause (écriture, théâtre) et de changer se films.

Avec The Winter guest, elle devient une anglaise contemporaine, cheveux noirs et courts. Photographe en deuil, tout en glace chauffée par un désir ardent de vivre. Avec Primary Colors, elle joue dans une comédie politique réussie l'épouse arriviste d'un aspirant Président. En Hillary Clinton, elle fait mouche, dure même avec ses proches, sensible quand elle est trahie, cherchant la chaleur du pouvoir. Avec Judas Kiss, elle se transforme en flic du FBI, rollers au pieds et chewing gum à la bouche. Acoquinée avec son pote Alan Rickman, elle fait merveille dans ce polar méconnu, en femme dénuée de douceur...
Emma Thompson se détache peu à peu de son image collée à l'Oscar. Et plutôt que de multiplier les projets, préfère les trier avec minutie. Jusqu'à ne plus rien trouver. En 1998, Emma disparaît. Aucun Branagh (dans les chous avec une série de fiascos indignes de son ancien talent), aucun Ivory (en manque d'inspiration) pour la magnifier. Un petit rôle en 2000, une voix de dessin animé, l'Oscarisée Thompson aborde la quarantaine dans le doute. Mike Nichols l'enrôle pour son oeuvre télévisée, "Wit". Elle trouve enfin, en plus de 5 ans, un rôle à sa mesure, une femme se battant contre un Cancer des ovaires. le film est récompensé un peu partout et marque la renaissance du cinéaste comme l'espoir d'une regénération pour la comédienne. Ils se retrouveront dans le cultissime et gay "Angels in America". Dans le même temps, elle passe du Président Travolta au Premier Ministre Grant. Hugh Grant, ami fidèle, a souvent joué avec Emma. Leur collaboration prend le visage d'un rôle frère/soeur dans Love Actually. Epouse de Rickman (autre pote, autre acteur récurrent de sa filmographie), elle joue les larmes de la femme plaquée dans une comédie anglaise. Mélo noir avec Banderas, film familial avec Firth, comédie grand public avec Hoffman, Ferrell et Latifah, elle varie les genres et reprend du poil de la bête.
Et comme pour faire un pied de nez à son ex-mari, elle accepte, elle aussi, de jouer dans Harry Potter. Branagh était la vedette "ridiculisée" du deuxième. Thompson sera la professeur Sybil Trelawney, sorcière lunatique et myope. Guest comique. La grande dame nous fait ainsi jubiler dans le troisième épisode.
Marchant désormais au coup de coeur, cette femme de tête change de registre, se plaît dans le populaire, et devrait encore nous surprendre souvent... C'est là le prix de la sruvie pour une actrice de 40 ans...

vincy


 
 
haut