Amat Escalante cumule les prix de la mise en scène. Après celui à Cannes pour Heli, il a obtenu, de manière toute aussi méritée ce prix à Venise pour La région sauvage. L'ancien assistant de Reygadas a su imposer son style et ses récits originaux. Cette fois-ci, entre sexe et fantastique, psychodrame et allégorie, le cinéaste réussit une fois de plus à nous fasciner.



Jean-Pierre Bacri
Cate Blanchett
Kenneth Branagh
Steve Carell
Russell Crowe
Tom Cruise
Paul Dano
Emilie Dequenne
Amat Escalante
Michael Fassbender
Jamie Foxx
Ana Girardot
Ryan Gosling
Jake Gyllenhaal
Tom Hanks
Tom Hardy
Robert Downey Jr
Michael Keaton
Kim Ki-Duk
Val Kilmer
Cédric Klapisch
Kiyoshi Kurosawa
Terrence Malick
Rooney Mara
Kim Min-hee
Christopher Nolan
Natalie Portman
Kevin Spacey
Tilda Swinton
Marisa Tomei
Agnès Varda
Mark Wahlberg
Emma Watson
Kristen Wiig
Roschdy Zem



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Brad Pitt





 (c) Ecran Noir 96 - 17

© EuropaCorp   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 3079Cote : 49 %

 
LOUISE ATTAQUE





Ariane a changé de prénom. Elle est devenue Louise. Si Ariane évoque une fusée ou un fil, jolies images, Louise fait référence à la Miss Brooks, coupe brune au carré. Bientôt 30 ans. La bretonne est blonde, ancien mannequin, parfois posant nue, diplômée des Beaux-Arts et devient finalement, à 23 ans, animatrice. Elle passe par le câble avant de devenir une Miss Météo fantaisiste sur Canal + dans Le Grand Journal. Alluemeuse, elle le garantit sur facture. Pour l’esprit Canal, en revanche, elle ne sera jamais aussi drôle que Dominique Farrugia dans cette catégorie. Avec sa candeur tout passe, même les vannes les plus plates. Elle est beaucoup plus convaincante quand il s’agit d’allumer les invités… Surtout on l’oblige à changer de prénom. De peur de la confondre avec une chroniqueuse vedette de l’émission, prénommée elle aussi Ariane. Elle choisit Louise, en hommage à la plasticienne Louise Bourgeois. La jeune fille peint toujours.

Toutes les bonnes choses ayant une fin, la Louise quitte l’émission pour se consacrer à son nouveau dada… Julien Doré (Nouvelle star 2007). Cela durera un an. Surtout, le cinéma attiré par son très joli sourire, son regard coquin, sa pêche désinhibée, ses petits seins et son corps séduisant, l’enrôle. Dans La fille de Monaco, d’Anne Fontaine, réalisatrice explorant les troubles causés par le sexe, Bourgoin incarne… une présentatrice météo ! “Ambitieuse, culottée, sexy, incontrôlable.” Comme elle ? En tout cas arriviste, prête à tout, même à coucher. On la voit donc en tentatrice, parfois nue (encore), surjouant la bimbo cruche, aguichant Luchini qui n’en demandait pas temps de se croire irrésistible.
Après m’avoir remarquée sur Canal Plus où je présente la météo, Fabrice Luchini a suggéré mon nom à Anne Fontaine. Au départ, elle a un peu hésité à me confier le rôle parce que je n’avais aucune formation, ni aucune expérience de comédienne. Je lui ai répondu que je savais très bien mentir ! Elle a ensuite eu peur que le personnage soit trop outrancier pour moi. Du coup, je lui ai montré des extraits d’une émission pour les 11-17 ans que j’animais il y a quelques années sur la chaîne du câble Filles TV : j’étais habillée en rose bonbon dans un décor zébré et léopard où je passais mon temps à interpeller les téléspectatrices sur un ton très accrocheur. Elle m’a alors dit que j’étais capable d’interpréter le rôle…
D’un côté les médias féminins et people en font une vedette montante (comme à une époque De Fougerolles ou Giocante). Omniprésente dans des rubriques aussi variées que les vedettes à la plage ou le visage à suivre. De l’autre côté agent et attachés de presse forcent la comparaison avec Bardot (rien que ça). Elle avait d’ailleurs été pressentie pour incarner BB dans le biopic sur Gainsbourg de Joann Sfar.

Elle y va prudemment mais le destin bouscule ses plans. Après un petit rôle de fleuriste dépassée par les sales gamins du Petit Nicolas, elle devient la femme de François Cluzet dans le polar Blanc comme neige. Une bourgeoise paisible et délicieuse qui se voit plongée dans l’enfer d’une vengeance qui foire. Luc Besson la choisit pour être l’héroïne de la bande dessinée de Jacques Tardi, Adèle Blanc-Sec. Aventureuse, fumeuse, malicieuse, la Bourgoin déploie tous ses charmes (y compris sa chair) pour draguer le jeune mâle et combattre le mal. La Belle-Epoque, l’Egypte et les effets spéciaux ne la broient pas et elle s’affirme comme une jeune star en devenir. Le marketing d’une si grosse production aide aussi à valoriser une image : on la voit partout, sur les affiches comme sur le petit écran.

Ange et démon, plus thriller que comédie, l’actrice essaie de ne pas se laisser enfermée dans ce personnage de jeune femme pimpante, séductrice et avenante. Loin de ses prestations télévisées, elle opte plutôt pour des personnages ambivalents, comme dans L’autre monde, de Gilles Marchand, où elle explore une facette plus noire, un univers plus sombre, où le virtuel se mélange au réel, le jeu à la vie. Bourgoin n’a plus qu’à se débarrasser de son avatar cathodique et trouver des projets qui la feront rivaliser avec les Mélanie Laurent et autres Marion Cotillard. Sortir de cette image de poupée acidulée et glamour pour privilégier une intensité et incarner la modernité.

A moins qu’elle ne veuille se satisfaire de blockbusters « bessonniens » qui lui attireront de nombreux fans… jusqu’à la prochaine révélation du moment.

vincy


 
 
haut