Gemma Arterton, entre Londres et Paris, le Royaume Uni et la France, revient avec Une femme heureuse. A 32 ans, l'actrice est attendue dans SpaceDog and TurboCat (animation) et le biopic Vita and Virginia. Elle se prépare à tourner le prochain film de Julie Delpy, My Zoe, et Summerland de Jessica Swale.



Miou-Miou
Wes Anderson
Gemma Arterton
Daniel Auteuil
Jean-Pierre Bacri
Halle Berry
Paul Bettany
Jack Black
Alex Brendemühl
Steve Buscemi
Steve Buscemi
Daniel Craig
Romain Duris
Chris Evans
José Garcia
Chris Hemsworth
Hafsia Herzi
Tom Hiddleston
Jonah Hill
Isabelle Huppert
Jeremy Irons
Agnès Jaoui
Scarlett Johansson
Robert Downey Jr
Abdellatif Kechiche
Sandrine Kiberlain
Jennifer Lawrence
Thierry Lhermitte
Rooney Mara
Rachel McAdams
Joaquin Phoenix
Charlotte Rampling
Jérémie Renier
Mark Ruffalo
Gus Van Sant
Matthias Schoenaerts
Steven Spielberg
Kristin Scott Thomas
Alicia Vikander
Reese Witherspoon



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz





 (c) Ecran Noir 96 - 18

(c) Pyramide Distrib.   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 3234Cote : 55 %

 
LE ROM...LE ROM...LE ROMAIN!!!!





30 ans. Quatuor désaccordé mais impressionnant, représentatif aussi. En 2004, Romain Duris retrouve son mentor, Klapisch, et tourne avec Audiard, sans aucun doute l'auteur le plus constant et le plus intéressant du cinéma français. Pendant ce temps, Tony Gatlif l'emmène à Cannes et Jean-Paul Salomé lui promet le Box Office. Duris célèbre ainsi ses dix ans de cinéma. Avec un sens naturel de la fidélité (Klapisch, Gatlif), une ambition populaire (Arsène Lupin).
Il n'était pas acteur à ses débuts. Pas de formation. Cela explique peut-être en partie son parcours sur des chemins de traverse et des voies plus nationales, à la fois en marge du système, dans des productions qui ont presque l'image pourrie, produite avec des fonds de poche, et en tête d'affiche de films à budgets plus conséquents, avec castings étincelants. L'ascension fut progressive, non calculée, et son côté chien fou, à la Cassel, a séduit public et critiques. Mieux que ça, ses choix en phase avec ses goûts, sa culture, lui ont permis de devenir l'une des icônes de sa génération.
En 1994, donc, Balladur joue les somnifères au pouvoir, Chirac nous promet des pommes, et Mitterrand ne se promène pas encore au Champ de Mars. Cédric Klapisch, jeune réalisateur d'un succès d'estime avec Luchini, s'embarque dans un projet pour ARTE sur les Années Lycée : Le Péril Jeune (ou la non influence du Giscardisme sur notre jeunesse droguée). Klapisch découvre Duris dans la rue. Cha-ba-da-ba-da. Il joue le moins con, le plus romantique, le jeune qui nous ressemble. Dans ce film et les quelques uns qui suivent, il croise Elbaz, Naceri, Taghmaoui, De Fougerolles, Bouchez, Mathilde Seigner... à leurs débuts. Sa famille se compose au fil de projets qui ne se ressemblent pas : Dahan, Fejto, Gatlif. Il a tourné avec eux dans les 3 premières années de sa carrière, et continuera de participer à leurs films jusqu'à aujourd'hui. Au delà de ce tempérament loyal canin, Duris impose un jeu charismatique. Plus féminin que Cassel, moins distant que Poupaud, moins esthétique que Magimel, Romain Duris aime incarner tantôt les rebelles, intermittents, déjantés, tantôt les hommes sages en apparence, mèche impeccable cachant les rêves fous dans son crâne.
On le voit ainsi pédé pétomane dans Dobermann, tueur Zéro dans Les Kidnappeurs, divertissements vidéos incendiés par le parisiannisme. Dahan lui donne un rôle plus trash, moins outrancier, plus noir. Il y affronte Magimel sans sourciller. Bien vivants dans Déjà Mort. Mais c'est une autre rencontre qui révèle une partie de sa personnalité : Tony Gatlif. En le choisissant pour jouer l'intrus parmi les tsiganes dans Gadjo Dilo, Duris démontre son sens de l'abandon. Il s'intègre sans heurts dans des univers qui, a priori, ne lui ressemblent pas. Etranger fou, il aimera ces exils à moitié cinématographique, à moitié musicaux. Après tout il était un joueur de batterie dans Chacun cherche son chat. Il se fout d'avoir les cheveux lavés, le même jean's tout au long du film et se mélange aux coutumes d'autres cultures avec une aisance particulière. Duris ne semble pas s'embourgeoiser, jusqu'en 2002.
Il aime le risque. Accepte d'être le père de Belmondo dans un film de Science fiction onirique, Peut-être. Grosse production, semi-échec. Beau rôle. Il fait quelques détours chez Roman Coppola, en garde du corps de Deneuve chez Dahan, dans un film Dogme de Jean-Marc Barr. parmi les filles perdus cheveux gras de Claude Duty. Les trois ans qui suivent sont un passage à vide. Nul doute qu'il la remplit avec des filles, de la zique, des voyages.
A l'aube de l'été 2002, le destin de Romain Duris va changer, grâce, une fois de plus, à Cédric Klapisch. Le jour où il aura un César, il saura qui remercier. Ce comédien désinvolte interprète Xavier, étudiant frenchy émigré à Barcelone, dans L'Auberge Espagnole, obligé de coexister avec l'Europe entière. Le rôle est écrit expressément pour lui. Le succès international de la comédie, entouré de Godrèche et Tautou, en font un symbole générationnel. le film devient lui-même une forme de pub pour le programme européen Erasmus. De là il s'aventure dans d'autres registres, sur d'autres terrains. Il a changé de dimension. On le croise chez Christophe Honoré, James Ivory et chez Benoît Jacquot, en costume. Il tourne dans Montmartre en pote hétéro de Sibony ou en Espagne en guitariste homo, demi-frère de Bouajila. Toujours à jouer le contraire du film précédent. Toujours cet esprit de famille intégré au coeur de sa filmographie.
En 2004, il monte les marches. Il est Zano, amoureux fou de Naima qu'il accompagne dans son voyage intime vers ses racines algéroises. Scène de transe. Regards étrangers croisés. Les thèmes reviennent. Duris ne tient pas en place, a besoin de se confronter à d'autres folklores, d'autres paysages (jusqu'en Asie Centrale avec Shimkent Hotel). Après le prestige, les euros. Arsène Lupin, machine marketing, repose sur ses épaules (un peu étroites peut-être). Il exploite peu son jeu mais fait le tour des télés. Il prolonge l'exploration des limites de son corps. Typique, l'acteur, comme ses collègues, se frotte à la muscu, aux arts martiaux, aux effets spéciaux. Faut bien vivre avec son temps. Petite frappe ou gentleman, jeune bourge middle class ou intermittent précaire, il est tous les visages d'une génération promise à la casse économique. Il en est à la fois l'idéal ou la victime. Le nomade discret et la vedette en devenir. Il brouille les pistes et s'amuse à construire son parcours au gré de coups de coeur. Pour l'instant ce coeur ne s'arrête pas. Duris, voyou charmeur, est trop passionné pour cela.

vincy


 
 
haut