Cinq ans après Nymphomaniac, Lars von Trier est de retour avec un film perturbant. Normal pour un cinéaste perturbé? L'artiste n'est-il pas le psychopathe du film? Toujours est-il que 7 ans après son bannissement de Cannes, le réalisateur danois est revenu sur la Croisette avec The House That Jack Built, hors compétition. A 62 ans, LVT a encore la vie devant lui mais aussi des scandales de harcèlement aux trousses.



Jacques Audiard
Edouard Baer
Michel Blanc
Cate Blanchett
Romane Bohringer
Carole Bouquet
Guillaume Canet
Suzanne Clément
Bradley Cooper
Jamel Debbouze
Emmanuelle Devos
Jean Dujardin
Romain Duris
Jacques Dutronc
Vincent Elbaz
Elle Fanning
Cécile de France
Jennifer Garner
Louis Garrel
Ryan Gosling
Jake Gyllenhaal
Adèle Haenel
Tom Hardy
Lou de Laâge
Nadine Labaki
Vincent Lacoste
Melanie Laurent
Melanie Laurent
Gilles Lellouche
Sabrina Ouazani
Charlotte Rampling
Jean-Paul Rouve
Niels Schneider
Matthias Schoenaerts
Omar Sy
Channing Tatum
Emma Thompson
Uma Thurman
Lars Von Trier
Gaspard Ulliel
Karin Viard
Michelle Williams
Roschdy Zem



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz





 (c) Ecran Noir 96 - 18

   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1593Cote : 52 %

 
SON GRAND CHEMIN





Romane est avant tout une passionnée, une de ces comédiennes qui brûlent les planches juste pour évacuer ses peurs. Fille de, elle a été l'une des rares à imposer très vite son prénom, grâce à une entrée d'artiste: Les Nuits Fauves et L'accompagnatrice. Des rôles passionnels ou à fleur de peau, qui lui ont cramer les ailes.
2 univers, 2 caractères. Cyril Collard et son film incendiaire et magnifique lui offre un rôle explosif, à coeur ouvert, les nerfs à vif.
Quant à Claude Miller il joue sur sa pudeur, sa retenue, son humilité. Entre ses deux extrêmes, une Romane Bohringer culte, révélation de l'année, une des stars les plus prometteuses du cinéma français.

Ce sont d'ailleurs des personnages exaltés qu'elle aime incarner. Des gens en vie, des gens qui envient. Souvent ses rôles sont prisonniers de leurs drames, de leur maladresse, d'une timidité maladive, d'une soumission amoureuse.
Romane Bohringer touchera la grâce avec Mina Tannenbaum où l'insouciance devient tragédie. De sa bouche, et avec cette voix si particulière, elle avoue ne pas avoir un tempérament pour les comédies. Elle préfère la vulnérabilité, la fragilité.
En 97, elle aura tourné pas moins de 5 films, dont certains très attendus, et l'occasion pour elle de faire de très belles rencontres européennes. car pour elle tout passe par les relations humaines: Elsa Zylberstein en est la plus belle preuve.
Mais c'est avec son rôle de manipulatrice pardonnable dans L'Appartement que Romane propage son image dans le monde. Encore la passion, dévorante. Parfois destructrice.

Au point de disparaître un peu de la lumière, de s'écarter des chemins de la gloire facile, d'empreinter les sentiers moins battus du théâtre, des premiers films.
Elle s'essaie au film de genre, aux films d'époque, aux dogmes expérimentaux. Mais rien ne séduit. Il faudra attendre l'été 2003 pour qu'elle revienne dans une comédie dramatique qui plait au public : Nos enfants chéris. Elle s'est malgré tout éloigné des grands projets du cinéma français. En toute liberté. Même là, elle a été fusionnelle avec son père!

vincy


 
 
haut