Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
De Gaulle


France / 2020

04.03.2020
 



L’EXERCICE DU VOULOIR





« La puissance des mots, la force du verbe. Les mots sont les seules armes qu’il me reste. »

Après Le promeneur du Champ-de-Mars où Mitterand vivait ses derniers instants de règne et La Conquête, qui explorait la victoire de Nicolas Sarkozy, le cinéma s’attaque enfin à Charles de Gaulle. La fiction française sur grand écran a toujours eu des pudeurs à s’emparer des grandes figures politiques contemporaines, contrairement aux anglais avec Churchill et leurs têtes couronnées ou aux Américains qui adorent mythifier le locataire de la Maison blanche.

Gabriel Le Bomin a eu cette audace. S’il ne parvient pas à en faire un grand film, au moins, il lui donne un aspect romanesque singulier en se concentrant à la fois sur une courte période – celle où le colonel devient le général, entre avril et juin 1940, à l’heure des choix – et sur un point de vue subjectif et intime – son couple avec Yvonne et sa relation avec les trois enfants, notamment la dernière, Anne, trisomique.

C’est donc un héros en construction que l’on voit. D’ailleurs Lambert Wilson semble lui aussi en work in progress tout le long du film. Malgré quelques maquillages et prothèse, on croit difficilement en son De Gaulle. Il faut attendre l’appel du 18 juin à la radio anglaise pour qu’il prenne enfin la mesure du personnage y compris dans son intonation et son rythme de voix (et là on pense au brio de Colin Firth dans Le discours d’un roi, autrement plus impressionnant). De Gaulle est à cette époque balloté par l’Histoire : une guerre qu’il ne se résout pas à perdre, une entrée en politique qui lui fait quitter le front, un gouvernement indécis qui oppose les militaires anti-républicains menés par Pétain et les patriotes anti-nazis guidés par Mandel, une France dans le chaos (exode et défaite) et une Angleterre dubitative où il va trouver une terre d’exil (et de résistance).

Notons qu’il y a pire que Wilson en de Gaulle : Tim Hudson est le plus mauvais Churchill jamais vu au cinéma, et ce malgré un texte passionnant.

« Ils subissent. Jamais ils n’attaquent. »

Heureusement, il y a Isabelle Carré, incarnant une Yvonne de Gaulle dont il reste peu de traces audiovisuelles dans les archives. Elle peut ainsi composer un personnage presque vierge, et s’en sort à merveille avec ce mélange de bienveillance chrétienne et de détermination amoureuse. C’est de loin, celle qui embrase le mieux la partie romanesque de ce scénario. C’est aussi là que réside le plus grand intérêt, avec ce mélange de compassion (fervente catholique, mère d’une enfant handicapée, épouse loyale) et de sincérité face à l’horreur de l’Histoire.

De Gaulle n’est pas un mauvais film, justement parce qu’il se construit sur un canevas classique et ne cherche pas l’esbroufe. Il ne lésine pas sur le spectaculaire de la guerre, sur les tensions d’un thriller d’évasion et sur l’émotion née des relations claniques de la famille. En alternant l’exode d’Yvonne et l’exil de Charles, la survie personnelle et la bataille politique, le film s’offre un récit relativement haletant.

« Les diplomates ne servent que par beau temps. Dès qu’il pleut, ils se noient. »

Dans cette France vaincue, avec cette Angleterre qui préfère l’isolement, on apprend quelques faits pas inintéressants, que ce soit en politique intérieure, en stratégie ou en géopolitique. Pourtant c’est bien en lui donnant de la chair (dès le premier plan, le film montre le couple De Gaulle s’enlaçant dans un lit) et des sentiments (limite papa poule) que le film trouve sa justification cinématographique. Ainsi, les retrouvailles du général avec sa famille, aidées par la musique, sont efficaces (et terriblement académiques).

Mais d’un point de vue cinématographique justement, il faut attendre l’épilogue pour que le réalisateur soit réellement inspiré et offre la plus belle séquence de son film : De Gaulle au micro dans une lumière rouge de studio, et le visage bleuté d’Yvonne qui se reflète dans la glace de la cabine en superposition. On y trouve enfin une image libre d’interprétation et proprement artistique.

Car ce De Gaulle ne serait sans doute rien sans Yvonne, qui assurément, ici, fait de l’ombre au (grand) Général.
 
vincy

 
 
 
 

haut