Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Lettre à Franco (Mientras Dure la Guerra)


Espagne / 2019

19.02.2020
 



COPIE CONFORME





Cela fait longtemps qu’Alejandro Amenabar était absent. Après une décennie flamboyante entre Tesis en 1996 et Mar adentro en 2004, il n’a tourné que deux autres films, Agora, sans doute trop ambitieux, et Régression, thriller international raté. Lettre à Franco revient à quelque chose de plus sobre, et finalement de plus raisonnable.

Le cinéaste n’a rien perdu de sa capacité à filmer les aspects sombres de l’âme humaine, les doutes les plus torturés, ni à leur donner un élan romanesque. Cette histoire vraie politico-historique autour d’un romancier franquiste qui finalement se rebelle contre le dictateur éclaire une face cachée de l’Espagne avec un certain brio. Car il s’agit bien d’un jeu d’ombres et de lumières, d’idées fascistes morbides et de discours de liberté solaires.

On peut alors regretter, avec une pointe de nostalgie pour les premiers films du cinéaste, que Lettre à Franco soit si académique dans son style. Pourtant, ce qu’il dénonce est passionnant. La douleur de l’écrivain, accompagné par un scénario assez fin, démontre l’impuissance des intellectuels face au despotisme émergeant et à la guerre qui s’annonce.

Solide et efficace, le film est sans doute trop sage pour nous emballer. Mais néanmoins, Amenabar sait encore nous bousculer (un peu) et nous bouleverser, malgré ce didactisme un peu désuet et finalement une réalisation sans doute trop sage et même assez scolaire. A trop chercher les explications des ambiguïtés de l’époque et à trop déterrer les racines d’une situation complexe, il en oublie le souffle qu’on espérait pour donner de la puissance à son propos.
 
vincy

 
 
 
 

haut