Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Jacob et les chiens qui parlent (Jēkabs, Mimmi un runājošie suņi)


Lettonie / 2019

09.10.2019
 



A LA NICHE





Ca s’appelle le progrès. Il faut que tu acceptes le changement.

Adapté d’un roman jeunesse par le réalisateur Edmunds Jansons à qui l’on doit notamment Myrtille et la lettre au Père Noël et la série des Shammies, Jacob et les chiens qui parlent nous plonge dans le quartier coloré et atypique de Maskachka, en périphérie de Riga (Lettonie), où le temps semble s’être un peu arrêté. Les maisons en bois, le parc qui ressemble à une petite forêt, la circulation très réduite donnent l’impression d’un village encore très rural, protégé du bruit et de la pollution. La sensation est renforcée par le choix de teintes particulières pour les décors qui oscillent entre le jaune, le marron et l’orange.

La technique d’animation (une simulation de “papiers découpés” numériques) apporte elle aussi une forme de douceur et de nostalgie au décor. On a le sentiment d’être dans un ailleurs atemporel et rêveur qui est comme une parenthèse enchantée pour les deux personnages principaux. Mimi, pragmatique et volontaire, aime et connaît chaque millimètre de son quartier. A son contact, Jacob se laisse peu à peu séduire par la personnalité de ce lieu si différent du centre ville ultra-moderne dont il a l’habitude.

Si ce point de départ présageait d’une histoire plutôt sensible et assez charmante, le résultat final est malheureusement plutôt décevant. Retombant dans un schéma classique de “quête” à atteindre (ici, sauver le parc de Mimi), le film s’enlise dans un récit ultra convenu et schématique qui manque de rythme. La poésie du début laisse ainsi place à un discours gentiment écolo qui évacue toutes les aspérités potentielles.

Les personnages les plus intéressants de l’histoire, les chiens qui parlent, sont également réduits au rôle de faire-valoir du personnage principal, le plutôt ennuyeux Jacob. On s’interroge alors sur l’éternel schéma du “personnage providentiel”, ce nouveau venu qui vient régler les problèmes d’une communauté qu’il ne connaît pas, aidant, voire sauvant, ceux et celles qui pourtant étaient le mieux placé.e.s pour agir. On a donc du mal à s’enthousiasmer pour cette intrigue paresseuse qui se repose un peu trop sur ses qualités esthétiques et ne fait pas assez confiance à l’intelligence de ses (jeunes) spectateurs.
 
MpM

 
 
 
 

haut