Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Countdown
Graines de ronds-points
J'accuse
J'aimerais qu'il reste quelque chose
Koko-di Koko-da
L'âme du vin
Le bel été
Le Mans 66
Le roi d'ici
Little Joe
Noura rêve
Océan
Pères et impairs
Prendre soin
Rendre la justice
Zibilla ou la vie zébrée



Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault



Once Upon a Time... in Hollywood
La vie scolaire
Ad Astra
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha
La bonne réputation
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Jacob et les chiens qui parlent (Jēkabs, Mimmi un runājošie suņi)


Lettonie / 2019

09.10.2019
 



A LA NICHE





Ca s’appelle le progrès. Il faut que tu acceptes le changement.

Adapté d’un roman jeunesse par le réalisateur Edmunds Jansons à qui l’on doit notamment Myrtille et la lettre au Père Noël et la série des Shammies, Jacob et les chiens qui parlent nous plonge dans le quartier coloré et atypique de Maskachka, en périphérie de Riga (Lettonie), où le temps semble s’être un peu arrêté. Les maisons en bois, le parc qui ressemble à une petite forêt, la circulation très réduite donnent l’impression d’un village encore très rural, protégé du bruit et de la pollution. La sensation est renforcée par le choix de teintes particulières pour les décors qui oscillent entre le jaune, le marron et l’orange.

La technique d’animation (une simulation de “papiers découpés” numériques) apporte elle aussi une forme de douceur et de nostalgie au décor. On a le sentiment d’être dans un ailleurs atemporel et rêveur qui est comme une parenthèse enchantée pour les deux personnages principaux. Mimi, pragmatique et volontaire, aime et connaît chaque millimètre de son quartier. A son contact, Jacob se laisse peu à peu séduire par la personnalité de ce lieu si différent du centre ville ultra-moderne dont il a l’habitude.

Si ce point de départ présageait d’une histoire plutôt sensible et assez charmante, le résultat final est malheureusement plutôt décevant. Retombant dans un schéma classique de “quête” à atteindre (ici, sauver le parc de Mimi), le film s’enlise dans un récit ultra convenu et schématique qui manque de rythme. La poésie du début laisse ainsi place à un discours gentiment écolo qui évacue toutes les aspérités potentielles.

Les personnages les plus intéressants de l’histoire, les chiens qui parlent, sont également réduits au rôle de faire-valoir du personnage principal, le plutôt ennuyeux Jacob. On s’interroge alors sur l’éternel schéma du “personnage providentiel”, ce nouveau venu qui vient régler les problèmes d’une communauté qu’il ne connaît pas, aidant, voire sauvant, ceux et celles qui pourtant étaient le mieux placé.e.s pour agir. On a donc du mal à s’enthousiasmer pour cette intrigue paresseuse qui se repose un peu trop sur ses qualités esthétiques et ne fait pas assez confiance à l’intelligence de ses (jeunes) spectateurs.
 
MpM

 
 
 
 

haut