Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Music of My Life (Blinded By The Light)


Royaume Uni / 2019

11.09.2019
 



BORN TO RUN





« Mon père est coincé dans un autre siècle »

Au bout de 20 minutes, le spectateur a tout compris : l’influence des chansons de Bruce Springsteen sur l’émancipation d’un jeune homme (comme ce fut le cas avec le foot pour une jeune fille dans Joue-la comme Beckham), le conflit entre une jeunesse intégrée et des parents immigrés ultra-traditionnels, tous victimes de racisme, l’aspiration à se détacher de ses racines et de sa classe sociale par l’art (cf Billy Elliott). Gurinder Chadha a quasiment calqué son hit Joue-là comme Beckham/i> dans une autre époque (les eighties) en remplaçant le ballon rond par des partitions du Boss (ce qui nous ramène d’ailleurs à Yesterday/i> de Danny Boyle, qui lui s’est servi des Beatles pour accéder à ses rêves.

Bruce Springsteen, c’est d’ailleurs une bonne idée de départ. La mise en valeur de ses textes (intégrés à l’image avec des effets visuels de clip-vidéo) démontre, de manière très appuyée, l’universalisme de ses messages, touchant ainsi aussi bien le prolétaire du New Jersey que l’anglo-pakistanais de Leeds.


Music of My Life vante ainsi l’intégration, la mixité, dénonce au passage le patriarcat, sans vraiment le remettre en question, et les politiques libérales de Thatcher, sans y opposer un discours contradictoire. Tout le monde préfère accepter sa condition, ou, au pire, se rebeller gentiment, en tendant malgré tout l’autre joue. C’est si stéréotypé, si classique (chaque chanson traduit les sentiments du personnage) qu’on se désintéresse assez vite de ce récit.

D’autant qu’il n’y a pas vraiment de grands drames ou de complexité pour nous retenir. Ce simplisme général rend le film étonnement binaire et naïf. C’est en se référant à Bollywood que la réalisatrice, à travers des séquences de comédie musicale (notamment celle de Born to Run), réussit à se détacher un peu de sa mise en scène formatée. Tout est trop dilué, étiré, pour que le film garde le bon rythme. Et en se focalisant sur la relation père/fils, la cinéaste passe à côté de nombreux sujets (la mère et les sœurs pour le féminin, notamment, ici quasiment ignoré) : on anticipe évidemment la réconciliation (dans les larmes et la fierté, avec un discours pourtant assez fade).

Ennuyeux mais pas déplaisant non plus, facile et pourtant bien interprété, , qui est inspiré d’une histoire vraie, aurait mérité un peu plus de rock et peu moins de bluette pour être fidèle à la vitalité de son sujet comme de son concept.
 
vincy

 
 
 
 

haut