Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Countdown
Graines de ronds-points
J'accuse
J'aimerais qu'il reste quelque chose
Koko-di Koko-da
L'âme du vin
Le bel été
Le Mans 66
Le roi d'ici
Little Joe
Noura rêve
Océan
Pères et impairs
Prendre soin
Rendre la justice
Zibilla ou la vie zébrée



Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault



Once Upon a Time... in Hollywood
La vie scolaire
Ad Astra
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha
La bonne réputation
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Les Baronnes (The Kitchen)


USA / 2018

21.08.2019
 



WOMEN DO IT BETTER





« Je ne me suis jamais sentie en sécurité. Aucune femme ne s’est jamais sentie en sécurité. Maintenant, si. »

Après avoir écrits les scénarios du World Trade Center d’Oliver Stone et Straight Outta Compton de F. Gary Gray, Andrea Berloff passe pour la première fois à la réalisation d’un long métrage. L’occasion pour elle d’adapter un comic book particulièrement féministe : The Kitchen d’Ollie Masters et Ming Doyle.

Les femmes au pouvoir

A la fin des années 1970, dans l’infernal quartier new-yorkais de Hell’s Kitchen, la mafia irlandaise mène la vie dure au FBI. Mais lorsque le Bureau parvient à faire emprisonner trois gangsters, les épouses de ceux-ci, trop longtemps évincées des affaires du quartier, décident de reprendre la main quitte à changer un peu les règles du jeu pour fédérer davantage et à multiplier leurs ennemis au passage.

Bien que le terme suscite à tort des controverses ces jours-ci, Les Baronnes est un film profondément féministe. Pendant les 102 minutes de son premier long métrage, Andrea Berloff illumine trois personnages féminins particulièrement différents. Il y a tout d’abord Kathy Brennan (Melissa McCarthy), catholique pieuse et mère de deux enfants particulièrement amoureuse de son mari. Vient ensuite Ruby O’Carroll (Tiffany Haddish), jeune Noire américaine loin d’être appréciée par sa belle-mère et utilisée comme la caution « diversité » de son mari. Et enfin, il y a Claire Walsh (Elisabeth Moss), femme battue fermement décidée à reprendre sa vie en main.

Bien que respectant un certain stéréotype de la femme au foyer de l’époque, chacun de ces personnages a ici droit à son moment de gloire, qu’il soit ou non lié à une forme de vengeance sur ceux qui les ont trop souvent humiliées : les hommes. Et c’est sans doute-là qu’une bonne partie de nos confrères mettront le holà : Les Baronnes enchaîne les clichés mais s’avère plus divertissant que bon nombre de films sur des braqueurs masculins !

Plus encore, on ne saurait passer outre le talent indéniable de ces actrices principales. Trop longtemps cantonnée à des buddy movies, Melissa McCarthy rappelle qu’elle maîtrise les scènes dramatiques comme personne. Tiffany Haddish réussit l’exploit de transposer son groove urbain jusque dans les années 1970 tandis qu’Elisabeth Moss, extrêmement fragile, nous fait activement participer à son besoin de revanche.

Portraits d’hommes affligés

En parallèle d’une marre de sang qui a de quoi de faire sourire (voire carrément rire), Les Baronnes s’intéresse à montrer les failles d’un système patriarcal où la femme n’est appréciée à sa juste valeur que quand elle est la matriarcale d’un clan et non une simple épouse. Grâce aux trois mari emprisonnés incarnés par Brian D’Arcy James, James Badge Dale et Jeremy Robb, Andrea Berloff s’amuse des travers d’une masculinité qui n’est pas encore toxique mais avant tout hypocrite.

Et bien que le final semble un peu tiré par les cheveux à bien des égards, on apprécie fortement que la cinéaste soit ici restée fidèle à son idée de base : montrer que des femmes peuvent faire le boulot, souvent mieux que les hommes. Car si ces derniers reconnaissent le besoin d’épanouissement du genre féminin, ils ne sont toujours pas prêts à accepter l’idée que celui-ci les remplace. A la fin de notre décennie et dans ce monde post-#MeToo, Les Baronnes semble particulièrement d’actualité.

C’est dès lors une chance que le personnage de Gabriel O’Malley (Domnhall Gleeson) vienne sauver les meubles. Au moment où Claire s’apprête à être violée, il vole à son secours avant de lui donner les clés qu’il lui manquait pour assurer pleinement sa propre sécurité. A la fois ange gardien et mentor, le personnage ravira tous les amateurs de drame romantique.

Drôle et couillu, Les Baronnes est sans l’ombre d’un doute le thriller le plus divertissant qu’il nous ait été donné à voir cet été.
 
wyzman

 
 
 
 

haut