Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Fast and Furious: Hobbs and Shaw


USA / 2018

07.08.2019
 



LES FEMMES A LA RESCOUSSE





« Super, on a un Terminator aux fesses. »

Pour le premier spin-off de Fast and Furious, les producteurs de la saga ne sont pas allés très loin puisqu’ils offert leur part du gâteau aux deux seuls acteurs capables de rivaliser avec Vin Diesel et de porter une franchise sur leurs épaules : Dwayne Johnson et Jason Statham. Ensemble, ils remplissent parfaitement le cahier des charges !

Génocide nouvelle génération

Deux ans après les événements de Fast and Furious 8, Luke Hobbs et Deckard Shaw doivent à nouveau unir leurs forces pour empêcher un virus qui peut tuer la moitié de la population mondiale de tomber entre les mains de Brixton, un cyber-terroriste aux capacités surhumaines.

Si le pitch n’a rien à envier aux autres films de la saga Fast and Furious, force est de reconnaître que le succès de Hobbs & Shaw pourrait entièrement s’expliquer par l’aspect buddy movie que Chris Morgan tente de lui donner. Déjà auteur des 6 derniers Fast and Furious, le scénariste fait son mieux pour faire briller les deux protagonistes tout en donnant le rôle pivot à une femme, Hattie Shaw, la soeur de Deckard subtilement jouée par la talentueuse Vanessa Kirby.

Déjà présente dans le dernier Mission : Impossible, l’actrice britannique qui nous avait subjugué dans la série The Crown brille ici de mille feux même lorsqu’elle se transforme en hôte du pire virus que la planète ait jamais connu. Agent du MI6, elle fait preuve d’une intelligence et d’une vivacité d’esprit que l’on aurait aimé trouver chez nos deux protagonistes. Avec Eiza Gonzalez (Margarita), Eliana Sua (Sam) et Helen Mirren (Magdalene), elles nous rappellent l’essentiel : derrière chaque grand homme se cache une femme.

Moins centré sur les courses-poursuites en voitures (bien qu’il y en ait et que celles-ci soient très bien orchestrées), Hobbs & Shaw devrait ravir le public auquel il s’adresse par la multitude de blagues en lien avec les parties génitales de Luke et Deckard. En effet, à chaque quart d’heure son lot d’injures plus ou moins grossières. Et si les joutes verbales de Dwayne Johnson et Jason Statham ont de quoi divertir par moments, certains seraient tentés d’y noter une forme de tension sexuelle réprimée en permanence.

Prémices d’une saga incontournable

Si à l’écran le produit final réjouit et fait rêver l’amateur de grosses bastons qui sommeille en nous, Hobbs & Shaw semble tout de même porter les fruits des querelles survenues en coulisses entre Vin Diesel et Dwayne Johnson. Déçu que le second ait accepté un spin-off à un moment où tous les autres membres de la famille Fast and Furious se vantaient d’avoir refusé, le premier risque d’être bien surpris en voyant le poids donné à ce volet.

Outre Dwayne Johnson, Jason Statham et Vanessa Kirby, Hobbs & Shaw jouit des présences toutes particulières de Helen Mirren — qui reprend son rôle de mère de Deckard (et donc de Hattie) —, Cliff Curtis, Kevin Hart mais également Ryan Reynolds ! Plus encore, le premier méchant de ce qui sera très vite une saga est ici incarné par un Idris Elba plus athlétique que jamais. Bien qu’aidé par des effets spéciaux particulièrement convaincants, l’acteur se donne à fond dans son rôle de cyber-terroriste hanté par son passé avec Deckard.

Egalement centré sur des valeurs telles que la famille et la loyauté, Hobbs & Shaw vient répondre aux questions que les fans de Fast and Furious pouvaient encore se poser sur les deux personnages. Qui sont-ils en dehors de leurs missions ? Quel style de vie mènent-ils ? Qui sont leurs proches ? Et surtout, peuvent-ils nous plaire éloignés de la famille Fast and Furious ? Et la réponse à cette question est évidemment oui !

Sans jamais révolutionner ladite saga, Hobbs & Shaw parvient à nous faire oublier les Fast and Furious et s’acquitte parfaitement de sa tâche de blockbuster de l’été. Trop occupés à se chamailler, nos deux héros laissent suffisamment de place à Hattie pour accéder à son statut de star du film.
 
wyzman

 
 
 
 

haut