Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Playmobil, le film


France / 2019

07/08.2019
 



PLASTOC





Après les américano-japonais Transformers, les danois Lego, voici les allemands Playmobils. La technologie permet tout, y compris de transformer des jouets « à l’ancienne » stimulant l’imagination des enfants en créatures « vivantes ».

Malheureusement, l’imagination n’est pas au pouvoir ici. Le slogan français « En avant les histoires » est assez mal appliqué. On est loin du premier film Lego, même s’il n’y a rien de déshonorant en matière de divertissement familial.

L’histoire a beau mêlé une grande partie des univers classiques des Playmobils, elle est bien trop banale pour nous entraîner dans son délire, malgré le rythme et quelques gags. La mauvaise idée est vite repérée : celle de mélanger ces « créatures » en plastique avec des humains en prises de vues réelles. Passe pour Garfield ou Pierre Lapin, ce sont des animaux, ici, ça ne fonctionne pas. D’autant que la partie « humaine » est digne d’un mauvais feuilleton d’avant-soirée.

Tout cela manque de saveurs et d’épices. Cette fadeur globale fait apparaître la mécanique (rutilante) en oubliant de lui donner du caractère et même du charme. A trop accélérer le tempo, sans lui donner du sens, cette aventure confond folie et frénésie. Si bien que le grand perdant de l’histoire, le récit en l’occurrence, est bien le gamin qui s’amusera beaucoup plus avec ses figurines en inventant ses confrontations entre mondes mythique et contemporain.
 
vincy

 
 
 
 

haut