Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Playmobil, le film


France / 2019

07/08.2019
 



PLASTOC





Après les américano-japonais Transformers, les danois Lego, voici les allemands Playmobils. La technologie permet tout, y compris de transformer des jouets « à l’ancienne » stimulant l’imagination des enfants en créatures « vivantes ».

Malheureusement, l’imagination n’est pas au pouvoir ici. Le slogan français « En avant les histoires » est assez mal appliqué. On est loin du premier film Lego, même s’il n’y a rien de déshonorant en matière de divertissement familial.

L’histoire a beau mêlé une grande partie des univers classiques des Playmobils, elle est bien trop banale pour nous entraîner dans son délire, malgré le rythme et quelques gags. La mauvaise idée est vite repérée : celle de mélanger ces « créatures » en plastique avec des humains en prises de vues réelles. Passe pour Garfield ou Pierre Lapin, ce sont des animaux, ici, ça ne fonctionne pas. D’autant que la partie « humaine » est digne d’un mauvais feuilleton d’avant-soirée.

Tout cela manque de saveurs et d’épices. Cette fadeur globale fait apparaître la mécanique (rutilante) en oubliant de lui donner du caractère et même du charme. A trop accélérer le tempo, sans lui donner du sens, cette aventure confond folie et frénésie. Si bien que le grand perdant de l’histoire, le récit en l’occurrence, est bien le gamin qui s’amusera beaucoup plus avec ses figurines en inventant ses confrontations entre mondes mythique et contemporain.
 
vincy

 
 
 
 

haut